AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782851971760
381 pages
Éditeur : L'Herne (08/10/2014)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
À la lumière des travaux de recherche des 30 dernières années, ce Cahier consacré à Franz Kafka cherche à restituer l’histoire de l’écrivain et de l’homme et à donner un aperçu de la richesse et de la diversité de l’œuvre, ainsi que de la variété des interprétations qu’elle continue de susciter même après la fin de ce XXe siècle dont Kafka représente la plus parfaite incarnation littéraire.

Ce Cahier reconstitue la trajectoire de Kafka écrivain, à tra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
blanchenoir
  21 février 2016
"Le génie de Kafka, il est vrai, dépasse infiniment celui de Joyce parce qu'au contraire de celui-ci il se soucie comme d'une guigne de la technique esthétique, mais empoigne l'esthétique immédiatement à sa racine irrationnelle."
Hermann Broch, "Il ne naît qu'une fois par siècle un génie comme Kafka."

Quel cadeau, et quelle lecture !
Je remercie babelio et Les Cahiers de l'Herne pour ce Cahier consacré à Kafka, lu dans le cadre de masse critique.
C'est la première fois que je lis et que je possède un cahier de l'Herne et j'insiste sur mon contentement : un très beau livre sur un de mes écrivains favoris. Épais et complet, il m'a permis une lecture ambitieuse, et heureuse...
Inédits, contributions multiples d'écrivains venant de divers horizons : Anders, Barthes, Breton, Broch, Deleuze, Camus, Derrida, Genêt, Steiner, Sartre, Kundera, Derrida, Blanchot, Benjamin, Arendt, Döblin, Handke, Guattari, Goldschmidt, P. Roth, Starobinsky S. Mosès, Canetti, M. Robert, P. Pachet, Perec... et beaucoup d'autres... Ils sont nombreux à admirer l'écriture de Kafka, à s'interroger, à partir de lui, sur ce que c'est qu'écrire.
Lire Kafka, c'est entrer dans un monde radicalement ouvert, où le possible et ce qui n'a pas lieu importe et transporte. Comme le dit R. Barthes,
"On le voit, l'allusion, qui est une pure technique de signification, engage en fait le monde entier puisqu'elle exprime le rapport d'un homme singulier et d'un langage commun : un système (fantôme abhorré de tous les anti-intellectualismes) produit l'une des littératures les plus brûlantes que nous ayons connues (...)."
Allusion, signe, direction comme dirait Blanchot. L'écriture indique mais ne représente pas. Kafka écrit des choses simples, "fasciné par tout ce qui est petit" selon Guattari et Deleuze, car seul le roman (de Kafka) peut traiter des "multiplicités moléculaires", de "ces agencements machiniques qui ne sont plus des animaux".
A côté des nombreuses contributions très éclairantes sur l'Oeuvre de Kafka, les Cahiers contiennent également des entretiens, des photos, des Lettres, des extraits du Journal, une chronologie de l'écrivain, des repères bibliographiques ainsi qu'un cahier iconographique...
Beaucoup à lire et à voir, à découvrir, et à nouveau, l'envie de lire Kafka.
Aussi, le désir de lire un autre Cahier de l'herne, celui consacré à Blanchot. Blanchot, un grand lecteur de Kafka...
Chez Kafka, le "je" est abîmé, éclaté, insignifiant et multiple. le "Il" parfois le remplace. La solitude et l'écrit font monde. Sont le monde, son monde ?
"(...) Quand j'ai envie de savoir qui je suis, quand je veux me rencontrer, je descends à la cave. (...) C'est là que vit l'autre moi, mon complice et mon maître."
B. Pingaud, Adieu Kafka ou l'imitation, "l'autre moi"

"Si je pouvais un jour écrire un ensemble représentant un plus grand volume, bien formé du début jusqu'à la fin, alors le récit ne pourrait jamais se détacher de moi et je pourrais écouter tranquillement sa lecture, les yeux ouverts, parent par le sang d'une histoire en bonne santé, mais en l'état chaque petit fragment de l'histoire se promène, sans patrie, et me pousse dans la direction opposée - et je peux encore m'estimer heureux si cette explication est la bonne (...).
Journal, 5 Novembre 1911.
Lire Kafka, c'est se rapprocher de ce sentiment d'étrangeté toujours déjà présent. Sans patrie, et face à des "fragments" toujours fuyants...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          207
Mijouet
  23 février 2016
En déballant le livre "Kafka" Mijouet découvre une couverture qui interpelle: Kafka un peu comme un papillon épinglé au mur. À la lecture de l'avant-propos de Jean-Pierre Morel et Wolfgang Asholt, il découvre vite qu'il s'agit en fait d'un recueil de contributions et d'archives, parfois à la limite du compte-rendu psychiatrique, voire d'autopsie virtuelle. Mijouet réalise alors qu'il a en main un ouvrage remarquablement documenté, issu d'un congrès consacré à Kafka.
De par sa profession, Mijouet a eu l'occasion de participer à des rencontres ou des congrès importants consacrés à la systématique des poissons d'eau douce. Là, c'est lorsque tous les spécialistes présents déposent sur le tapis les résultats de leurs approches, de leurs efforts, qu'apparaissent les progrès les plus significatifs de la recherche. Généralement, dans les années qui suivent, un mémoire publiant les diverses interventions, rassemble toutes les contributions majeures présentées. Certaines ont fait date dans leur domaine.
"Kafka" publié par l'Herme ressemble fichtrement à ce genre de mémoire. de même ici, la source s'écoule du colloque international de Cerisy d'août 2010 et ce qui en ressort est le regard des autres, le reflet des autres, dans le miroir de Kafka. Là, Mijouet se rend compte que cet ouvrage ne relève pas exclusivement de la littérature pure: il offre un état des lieux, d'un lieu à multiples facettes nommé Kafka, [oui mais!] selon chaque participant.
Comme précisé dans l'avant-propos, cet ouvrage ne prétend pas répondre à toutes les questions et affirmations que soulèvent les trente contributrices et contributeurs: ce serait fastidieux et finalement pas très utile.
Excepté la forme, très soignée soit dit en passant, dans l'état, en faire une critique approfondie paraît complexe, voire utopique.
En visitant les près de quatre cents pages, Mijouet découvre petit à petit un nombre d'informations, d'avis, de notes, de témoignages et de documents qui paraît faramineux.
Mijouet remercie "Masse critique" et l'éditeur de L'Herne et s'engage de proposer, au goutte à goutte, dans une suite d'"à propos de Kafka" sa vision, et ses appréciations, à mesure de son avance de la lecture de ce monument d'encre et de papier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
hrousset
  31 mars 2016
Les cahiers de l'Herne ont pour objectif de publier un ensemble d'articles sur un auteur « moderne », plus rarement contemporain, peu connu ou plus souvent mal connu, avec de toute façon la recherche d'une vision originale. Les points de vue sont ainsi multipliés avec des textes courts, rédigés par des spécialistes de l'auteur en question, réalisant ainsi une somme qui est indispensable à tous ceux qui s'intéressent de près à un écrivain.
Ce cahier sur Kafka est particulièrement réussi, pour des raisons diverses : d'abord le souci de voir si l'homme, l'écrivain du vingtième siècle ,dont l'inspiration prend ses racines dans la critique des régimes totalitaires et l'interrogation sur sa judéité ,garde sa place de premier plan dans le siècle suivant ,et pour cela sont regroupés des présentations originales du colloque de Cerisy de 2010 consacré à Kafka, déclinées en plusieurs chapitres : interpréter Kafka, avec référence à la « Colonie pénitentiaire » ,éditer Kafka, avec un hommage à Max Brod son ami, dans la transcription toujours difficile des manuscrits et les deux éditions successives en langue allemande, situer Kafka, avec ses liens moins connus avec Brecht, Gide ,Walter Benjamin…,commenter Kafka, avec des voix originales, enfin filmer, mettre en scène…
Mais tout cela pourrait laisser à penser que l'ouvrage est destiné à des spécialistes de l'auteur :il n'en est rien ,parce qu'entre les chapitres sont regroupés des informations chronologiques très bien présentées, sur des tableaux prenant en compte le contexte historique, et qu'après chaque grand chapitre se trouvent des textes courts mis en « résonances » et empruntés aux grands biographes (Marthe Robert) ,à de grands penseurs (Sartre ,Derrida, Deleuze…),à des psychanalystes (Starobinski..) et bien sûr à des écrivains (de Blanchot à Perec en passant par Camus…) .Enfin des textes originaux de la correspondance de Kafka, avec Felice Bauer et des extraits de son journal, et des entretiens menés par les coordonnateurs complètent cet ensemble qui apparait ainsi très vivant et très lisible par cette mise en réseau .Il faut rendre hommage à Jean-Pierre Morel et Wolfgang Asholt, universitaires qui ont consacré beaucoup de travaux à Kafka d'avoir ainsi convoqué d'autres regards originaux qui montrent toute l'actualité de l'auteur.
Au total, l'envie de lire ou de relire « Le Procès », « Le Château », « La Métamorphose », et probablement de découvrir les « Aphorismes de Zürau » …Voilà donc un cahier bien réussi indispensable aux familiers de Kafka, et qui fera date dans la bibliographie, mais aussi, et j'allais dire surtout au lecteur qui voudrait oubliant les souvenirs souvent un peu angoissants d'une lecture ancienne, trouver du bonheur à lire Kafka ,auteur du vingt et unième siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   08 février 2016
Cher Max, toujours pas compréhensible ? C'est étrange, mais cela vaut mieux, car c'était inexact, inexact dans le cas particulier, inexact si on ne l'étend pas à toute la vie. (Étend ? C'est-à-dire estompe ? Je ne sais pas.) Tu vas parler avec M. Je n'aurai plus jamais ce bonheur. Si tu lui parles de moi, parle-lui comme à un mort, je veux dire : pour ce qui concerne mon "en dehors", mon "exterritorialité". (...) Franz
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
blanchenoirblanchenoir   12 février 2016
Surtout, comme dans d'autres textes plus tardifs, Kafka montre que l'oubli est l'une des conditions paradoxales de la reproduction et de l'obéissance à la loi : le fait qu'elle ait été instaurée dans la nuit des temps rend son caractère inexorable plus puissant encore.
Commenter  J’apprécie          100
blanchenoirblanchenoir   06 février 2016
Kafka refuse à son Dieu la grandeur morale, l'évidence, la bonté, la cohérence, mais c'est pour mieux se jeter dans ses bras. L'Absurde est reconnu, accepté, l'homme s'y résigne et dès cet instant, nous savons qu'il n'est plus l'absurde.

Albert Camus.
Commenter  J’apprécie          100
blanchenoirblanchenoir   04 février 2016
Le génie de Kafka, il est vrai, dépasse infiniment celui de Joyce parce qu'au contraire de celui-ci il se soucie comme d'une guigne de la technique esthétique, mais empoigne l'esthétique immédiatement à sa racine irrationnelle.

Hermann Broch, "Il ne naît qu'une fois par siècle un génie comme Kafka."
Commenter  J’apprécie          70
blanchenoirblanchenoir   29 janvier 2016
Lettre à Oskar Pollack, 8 Novembre 1903 :

(...) Parmi tous les jeunes gens, je n'ai en réalité parlé qu'avec toi, et même lorsque je parlais avec d'autres c'était juste en passant ou à cause de toi ou par ton intermédiaire ou en relation avec toi. Entre beaucoup d'autres choses, tu as été pour moi comme une fenêtre par laquelle je pouvais observer les ruelles. Seul, je ne le pouvais pas, car aussi long que je sois je n'arrive pas encore jusqu'au rebord de la fenêtre. (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Les Cahiers de l'Herne (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Les Cahiers de l'Herne
Etienne Klein est physicien et philosophe. Il signe dans le "Cahier de l'Herne", consacré à André Comte-Sponville, un texte sur le temps et notre rapport à l'ennui, qui a toujours "une mauvaise réputation", mais qui peut aussi avoir des ressources, être un facteur créatif. le scientifique revient sur les définitions du vide et du néant, deux concepts bien différents qui intéressent les physiciens. Nous ne sommes pas égaux face à l'ennui, face au vide.
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-12/1448617-a-quoi-sert-la-philosophie.html
+ Lire la suite
autres livres classés : totalitarismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère