AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371270431
Éditeur : La Cheminante (15/04/2016)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Avoir un père à la vie romanesque suffit parfois à donner vie à un écrivain, surtout quand toutes les conditions sont réunies : période historique, voyage au long cours, choc des cultures.
Ce père ébéniste, né en 1900 au coeur des Landes dans un milieu modeste, épouse le siècle dans son déploiement colonial en Afrique, traversant les deux guerres mondiales, sans jamais se départir de ses valeurs profondes : l'amour du travail, une équité et un quant-à-soi in... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Nanali
  06 octobre 2016
Il aurait été dommage que Jean-Louis LESBORDES ne nous fasse pas partager l'étonnante destinée que fut celle de son père : ébéniste dans les Landes mais également dans les ateliers Blériot, prospecteur forestier puis chercheur d'or et enfin patron de scierie au Gabon, … C'est avec le plus grand intérêt que l'on suit les aventures de ce voyageur curieux, puis de cette famille extraordinaire, que l'on découvre la vie dans les forêts africaines pendant la première moitié du XXème siècle et, enfin, que l'on appréhende une autre vision de la guerre de 39-45 (celle des anciennes colonies françaises). A travers cet ouvrage, on voyage aux côtés d'un homme dont on savoure l'ouverture d'esprit et la modernité intellectuelle pour l'époque. On ne peut que comprendre la fierté éprouvée par l'auteur pour son père et le point d'honneur qu'il met à lui être fidèle.
Commenter  J’apprécie          91
Squirelito
  13 février 2018
Participant à La Voix des Lecteurs 2018 qui, cette année encore, offre une belle vitrine aux romans personnels et peu connus, ceux de ces auteurs bien souvent anonymes mais qui ont quelque chose à nous dire, à faire partager. Ces petites histoires qui s'entrechoquent et qui se fondent dans cette immense épopée de l'humanité.
« D'ébène et d'or » de Jean-Louis Lesbordes fait partie de la sélection et c'est mon coup de noisette de ce jury. du début du XX° siècle jusqu'aux années 60, c'est une histoire de transmission de père en fils entre le département des Landes et le Gabon. On passe de l'ère de « l'homme de fer » à l'ère de « l'homme de bois », du grand-père forgeron, au père menuisier, pour un petit-fils devenu médecin, le narrateur de cette généalogie aux parfums français et africains.
Une lecture touchante, très touchante, mais aussi instructive en replongeant dans cette façon de vivre au temps jadis… je vous parle d'un temps où la course n'existait pas, où on prévoyait à long terme sans se soucier de la rapidité à la mise en oeuvre de tel ou tel projet, où on se plaignait rarement, aller de l'avant avec souvent beaucoup de solidarité envers les uns et les autres. Cependant, tout n'était pas mieux autrefois… la dureté au labeur, les distances à parcourir… et un enfermement d'esprit envers l'étranger, envers celui qui est différent. Ce qui permet à l'auteur de nous livrer une sacrée dose de réflexion sur la colonisation et les sentiments des blancs envers le peuple noir, l'humain à la peau foncée n'ayant plus eu sa place dans son propre pays, où l'autochtone était réduit quasiment à un objet : un exemple parmi d'autres, la plupart des serviteurs étaient rebaptisés par un prénom générique, Roger pour les hommes, Marie pour les femmes…
De courts chapitres, un ordre chronologique, des phrases précises, l'ensemble permet une lecture facile et pourtant très riche en anecdotes et en pensées. Un livre hommage d'un petit-fils à ses géniteurs où l'écrit est d'ébène et le coeur en or.
Lien : http://squirelito.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnnCaro
  09 octobre 2016
Une très agréable découverte reçue lors de la dernière opération Masse Critique.
L'auteur d'Ebène et D'or retrace sous forme romancée l'incroyable histoire de son père Jean Lesbordes, né en 1900 au coeur des Landes.
Aîné d'une famille de quatre enfants, il en devient le chef de famille à 14 ans alors que débute la 1ère guerre mondiale. Apprenti ébéniste, il intègre les usines parisiennes de Louis Blériot où il fabrique des hélices d'avion avant de rentrer dans ses landes natales pour ouvrir son propre atelier.
Puis, départ pour le Gabon dans l'espoir de faire fortune et d'aider sa famille. Homme de bois, il se lance dans l'exploitation forestière et passe quelques années dans la forêt tropicale à la recherche d'essences précieuses. le besoin de retrouver les siens le fait rentrer en France où il reprend son métier d'ébéniste.
Nous sommes à l'aube de la 2ème guerre et c'est la mobilisation qui le ramène au Gabon. Il y devient alors chercheur d'or et rencontre Madeleine une métisse gabonaise dont il fera son épouse. Elle lui donnera quatre enfants dont le narrateur, et deux autres qu'il reconnaîtra et élèvera comme les siens. Madeleine ne parvenant pas à s'adapter au climat français, les enfants grandiront entre le Gabon et la France.
L'histoire de Jean est aussi celle de l'Europe XXème siècle avec ses deux guerres et ses colonies.
Ecrit dans un style fluide, on découvre avec Jean la vie qui s'organise sur les chantiers forestiers, on remonte avec lui l'Ogooué sur de vieux vapeurs rouillés, on partage ses colères sur les préjugés et le comportement de certains colons, on retient également sa rencontre avec le célèbre docteur Schweitzer dont le village-Hôpital est situé à quelques kilomètres à de Lambaréné.
C'est avec plaisir que j'ai suivi l'histoire de cet homme dont on ne peut qu'admirer la curiosité et l'ouverture d'esprit d'autant plus remarquables dans le contexte de l'époque.
C'est l'histoire d'un père dont on peut être fier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FloReader
  04 janvier 2017
Ce qui séduit immédiatement dans ce très beau livre, c'est l'écriture : fluide, maîtrisée et en même temps personnelle, naturelle. Elle est en adéquation splendide avec la profondeur des émotions, établit la distance adéquate avec l'ordre des sentiments, par cette pudeur qui traverse à la fois le récit, l'esprit des personnages, et le regard sur un sujet semé d'embûches. Habitée par cette pudeur même et grâce à ses tonalités d'humour tendre, l'écriture nous place, comme lecteurs, dans une proximité privilégiée, comme une invitation généreuse à faire partie d'une nouvelle famille.
Cette qualité-là est au coeur même du point de vue adopté face à un sujet ardu, délicat et sensible : le jugement sur un passé souvent embarrassant et ses protagonistes n'est jamais une leçon de morale péremptoire. Tant s'en faut. Dans l'esprit du père, l'auteur en appelle à une observation retenue et revenant toujours à ce qui nous relie tous, notre imparfaite humanité face aux grands mouvements de l'Histoire. En tant que lecteurs, de nouveau, nous voici invités à une douceur du regard, une tolérance qui ne nous laisse pourtant pas d'autre choix que d'interroger nos certitudes. En même temps, l'auteur parvient à réaliser ce pari d'équilibriste, de nous y inciter tout en respectant notre liberté de pensée et notre individualité émotive.
Une des leçons de ce livre est que nous ne sommes pas obligés de participer à ce qui dans notre monde heurte nos consciences, sans être dans une confrontation belliqueuse ni manquer de courage. Incarnés au coeur profond du récit, ces enseignements sont proposés avec la réserve qui caractérise ce livre.
Une bien belle plume !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cyrielle78
  13 octobre 2016
Un doux roman que j'ai reçu dans le cadre de MASSE CRITIQUE, dans lequel on ressent toute l'admiration qu'à l'auteur pour ses parents et notamment son père, ébéniste et amoureux de l'Afrique.
C'est un roman qui se lit très rapidement, les paysages africains sont bien décrits, on s'y croirait presque lorsqu'il nous explique comment son père est exploiter l'or, on ressent la moiteur ambiante lors d'une partie de poker mémorable.
Dommage que les personnages ne soient pas plus étoffés car finalement on sait peu de chose sur le caractère de son père et j'ai trouvé que passait rapidement sur des faits qui auraient pu être très intéressant, comme l'accueil de sa femme métisse en France et par sa famille, les deux Guerres Mondiales.
L'auteur réussit à transmettre un peu de son amour de l'Afrique. D'ébène et d'or, un roman dépaysant.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SquirelitoSquirelito   13 février 2018
Cette plante tu la verras sur des meubles, des monuments ou des sculptures. elle orne des chapiteaux des temples grecs et romains depuis plus de deux mille ans. C'est le symbole de la réussite, du triomphe sur l'adversité et sur la mort, la vie est pleine d'épreuves : ce sont les piquants de l'acanthe. la feuille reverdit et redémarre, c'est le triomphe de la vie.
Commenter  J’apprécie          00
FloReaderFloReader   04 janvier 2017
Découvrir le monde suppose qu’on n’oublie pas d’où l’on vient pour rayonner à partir d’un nombril originel qui offre la possibilité à chaque minute troublante de revenir sur ses pas pour avoir, paradoxalement, la force de poursuivre.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : colonisationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
560 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre