AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350683532
Éditeur : Cairn (21/09/2017)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Après un premier roman remarqué par la critique Nous n'irons plus au bois, Philippe Lescarret revient avec un roman noir qui s'attaque au trafic de drogue. La jeunesse du Sud-Ouest aime s'amuser et boire du jurançon. Mais cette année la fête va virer au cauchemar entre ... Blanc sec et série noire.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
emilielettres
  31 octobre 2017
Tout d'abord, merci à Babelio et aux éditions Cairn de m'avoir fait découvrir ce roman policier par le biais de l'opération Masse Critique!
Le genre ne m'est pas inconnu donc je n'ai pas été déroutée par l'enquête, ses progressions et ses revers! La piste est au départ assez embrouillée, plusieurs morts sont présentés sans lien apparent mais c'est sans compter le flair du lieutenant Loubeyres!
Le scénario est intéressant et sort assez de l'ordinaire. Les trafiquants n'ont de cesse de trouver de nouvelles techniques pour introduire leurs produits le plus discrètement possible... Les personnages sont attachants et je serais curieuse de connaître d'une part l'avenir de Camille et d'autre part l'évolution de la relation entre Yann et Rachel!
L'écriture est fluide, les chapitres courts permettent une lecture rapide et entraînante.
En revanche, quelques éléments m'ont "manqué". En premier lieu, j'aurais apprécié quelques notes de vocabulaire concernant des termes techniques liés à la viticulture. En effet, ce roman était pour moi une première approche du monde viticole (je ne serais sans doute pas la seule lectrice dans ce cas!) et les mots spécifiques m'étaient inconnus. Je pense que lorsqu'un auteur cherche à immerger le lecteur dans un milieu particulier comportant son propre vocabulaire technique, il serait bon d'introduire soit des notes de bas de page soit un lexique en fin d'ouvrage (ex: "astes" p.34, "le moût" p.187...). J'ai également trouvé que certains débuts de chapitres étaient un peu difficiles à "raccrocher" soit par la présentation d'un nouveau milieu, d'un nouveau personnage sans introduction particulière, soit par la réapparition d'un personnage secondaire absent depuis un moment, m'obligeant à revenir en arrière. Enfin, le dernier point, peu présent mais qui m'a sauté aux yeux en tant que professeur de français : quelques coquilles sont passées entre les mailles du filet!
Néanmoins, j'ai beaucoup apprécié cette lecture, c'est un roman policier qui prend le temps de remonter la piste afin de laisser le lecteur réfléchir à différentes hypothèses et dont l'intrigue m'a paru bien ficelée!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Loley
  22 juin 2018


J'avais fortement apprécié le précédent roman de Philippe Lescarret, publié chez ce même éditeur, donc quand c'est bon qu'est ce qu'on fait ? Je vous laisse répondre hein.
Albert Capdevielle est retrouvé mort, peu de temps après la déclaration de disparition par son épouse, auprès de la gendarmerie.
C'est la PJ qui est chargée de l'enquête et il se trouve que le nombre de potentiels acheteurs du domaine viticole en faillite est assez conséquent.
Pour une fille et une soeur de vigneron, j'ai trouvé plaisant ce moment passé dans les vignobles, les chais, sans oublier la compagnie des producteurs.
Je me sens presque à la maison sauf que chez moi on boit du Cahors, enfin on boit de tout, mais c'est du Cahors qui est produit en majorité et surtout, il n'y a pas de meurtres, enfin presque...
Quel plaisir d'enchaîner les lignes, ça glisse tout seul et quand on sort d'un pavé c'est encore meilleur.
Je sais, je sais, à chaque fois que je lis un livre de la maison d'édition Cairn, je ne peux m'empêcher de rabâcher mon adoration pour le format de petite taille et la mise en page aérée.
Je vous promets que je n'ai pas d'actions dans la société, je n'y peux rien, je pense ça à chaque fois que j'ai un de leur roman entre les mains.
En ce qui concerne l'auteur, comme je le mentionne au début de mon avis, ce n'est pas un hasard non plus.
Suis-je une lectrice sans surprises ? Je m'en fous totalement, parce que je m'éclate comme une folle.
Je ne sais pas si c'est volontaire ou pas, mais j'ai eu l'impression de voir en le lieutenant Loubeyres, un flic carrément sexy et ce n'est pas plus mal ça change du névrosé alcoolique.
Attention je ne critique pas le métier, j'ai un profond respect pour ces hommes et ces femmes qui travaillent pour la sécurité des citoyens, c'est juste qu'on peut facilement tomber dans le pathos stéréotypé à mort.
Je pourrais vous parler de l'enquête, des autres morts aussi qui ont ingurgité du Jurançon , mais je ne le ferais pas, elle se déguste comme un bon vin, ça vous tente un p'tit verre de blanc ?
Lien : https://leshootdeloley.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Fofie64
  01 décembre 2017
Dans une semaine, ce sera la route du Jurançon et il va de soi que déguster le livre de Philippe Lescarret maintenant est une bonne idée.
J'ai retrouvé avec plaisir le lieutenant Loubeyres et ses équipiers. Les voilà confrontés à une série de morts violentes en lien avec de la cocaïne et du vin blanc.
L'auteur nous plonge dans les lieux de la région paloise (le festival d'Emmaus à Lescar, les grands vignobles..)
Il évoque même l'incendie des Galeries Lafayette.
Une lecture très agréable avec des personnages sympathiques.
A lire en dégustant un bon verre de jurançon....
Commenter  J’apprécie          60
Sarah_64
  14 novembre 2017
Un viticulteur assassiné, des jeunes victimes d'overdoses... Avec cette nouvelle enquête du lieutenant Loubeyre (déjà rencontré dans Nous n'irons plus au bois), on découvre le milieu de la viticulture et du vin du sud-ouest. Plus qu'on polar, c'est un roman noir qui nous plonge dans le milieu des junkies. Car la drogue touche malheureusement tous les jeunes, qu'ils viennent des beaux quartiers ou d'endroits plus défavorisés. Avec le personnage de Pourtau, le flic à l'ancienne, on plonge aussi dans l'alcoolisme et la dépression.
Ce livre est captivant, pour ne pas dire addictif. J'ai eu du mal à le lâcher, même à 2 heures du matin !
Commenter  J’apprécie          30
Eve94
  05 novembre 2017
Une intrigue policière au pays du Jurançon, patrie d'Henri IV. Une immersion dans une région au langage imagé, aux traditions vinicoles, rugbystiques très présentes et justement évoquées dans ce roman policier aux odeurs du Béarn. le style est dynamique, l'écriture agréable, le vocabulaire local et nous voilà dans une ambiance où meurtre, décès suspects et trafic se mêlent. L'énergie et la perspicacité du lieutenant Loubeyres et son équipe font avancer rapidement l'enquête. Une affaire rondement menée....une lecture rapide aux senteurs du sud-ouest. Adichatz et à bientôt pour d'autres aventures.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Sarah_64Sarah_64   14 novembre 2017
- Vous savez, on ne cultive pas la vigne comme on fait du foin. Il faut travailler le sol, tailler, soigner, retailler pendant des années avant d’espérer avoir une bonne récolte. Lui, il voulait laisser faire la nature... Mais bon, il ne méritait quand même pas de se faire tuer.
Commenter  J’apprécie          10
Albert1789Albert1789   26 mai 2018
Complètement hagard, il resta là, immobile. L’orgasme morphinique venait de commencer.
– Il vient tous les soirs celui-là, chuchota Christian. La semaine dernière, il se l’injectait dans le poignet. Maintenant, il doit avoir les veines complètement explosées. Alors il chasse le dragon...
Nous étions gênés tous les trois, voyeurs impuissants de la déchéance d’un homme. Ce type avait peut-être eu une famille, une maison, un boulot. Mais il venait là chercher sa dose. Injectée ou inhalée, l’héro est la pire des saloperies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Albert1789Albert1789   26 mai 2018
Avant de parvenir au château des Quatre-Chênes, nous devions traverser un bois sombre, puis une vaste étendue de vignes, toutes orientées vers le sud. Les rangées de petit et de gros manseng suivaient les courbes du relief sur des centaines de mètres, comme les lignes d’une carte géographique.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : sud-ouestVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Philippe Lescarret (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1388 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre