AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B087NCVDT9
Éditeur : Gallimard (24/04/2020)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
" La terrible crise sanitaire que nous sommes en train de vivre amène beaucoup d'entre nous à redécouvrir l'importance du cimetière à la fois comme enceinte laïque et sacrée. Mais, faut-il le rappeler, enterrer ses mots dans leurs diversités n'a jamais été chose simple."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
pgremaud
  27 mai 2020
"La République et les défunts" serait un titre plus exact pour ce texte. Pour commencer, Didier Leschi , qui a été chef du bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur, raconte comment les cimetières paroissiaux sont devenus des cimetières communaux à partir de la Révolution Française, avec plusieurs lois jusqu'en 1904. Cela a amené une "cohabitation" dans les cimetières entre les croyants catholiques, protestants et juifs.
Depuis les années 1970 s'est posée la question des tombes musulmanes et éventuellement de carrés musulmans. Le rapport des musulmans avec le cimetière pose une question, car beaucoup d'entre eux souhaitent être enterrés dans leur pays d'origine, ce qui, selon Leschi, est un obstacle à l'intégration de leurs descendants sur le sol français. En cette période de crise, comme le rapatriement des corps dans les pays d'origine n'est pas possible, il est important que les responsables du culte musulman essaient de faire évoluer les pratiques.
Commenter  J’apprécie          60
Vermeer
  26 avril 2020
Depuis la Révolution, les cimetières français ne sont plus paroissiaux mais communaux. Les années 1881-1884 mettent fin à l'obligation de séparer les défunts en fonction de leurs religions ou des causes de leur décès (suicides, enfants morts avant le baptême ....). Pourtant les carrés musulmans se développent et se révèlent trop petits en cette période de crise sanitaire où le retour au pays des défunts, encouragé par les pays d'origine pour empêcher l'enracinement, est impossible.
L'auteur hésite entre l'agrandissement de ces carrés qui limite le retour des morts au pays d'origine (un marché d'assurances privées juteux par ailleurs) et permet un attachement symbolique mais définitif au pays d'adoption pour les descendants et l'idéal qui consisterait dans un pays laic à mélanger les défunts, témoignant d'une citoyenneté commune au-delà de la mort.
Commenter  J’apprécie          60
l-opulence-de-la-nuit
  25 avril 2020
Retour historique (sous divers cultes) et encore présent (culte musulman), sur les débats et sur l'état des lieux sous lequel s'enterre le décédé, à l'ère d'un Covid-19 brouillant les pistes comme en interdisant l'extradition d'un corps.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
pgremaudpgremaud   27 mai 2020
Il y avait là un enjeu symbolique fort : permettre aux familles musulmanes de manifester de façon ultime leur intégration par le choix d’un lieu d’inhumation hors des pays de référence musulmane dont leur parent était issu. (...)
Or l’enterrement dans le sol du pays où ils ont mené leur vie des parents immigrants est ce qui permet d’ancrer dans la conscience des générations successives qu’elles sont d’ici dans le présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   25 avril 2020
(...) autant la nécessité d'être entouré de musulmans dans sa dernière demeure renvoie à une volonté de séparation au fond contraire à l'idée d'une commune fraternité des morts et à notre idée laïque de la citoyenneté au-delà de la mort. Bien sûr, elle est comparable et se réfère à celle qui, pendant longtemps, justifia la séparation entre catholiques, protestants et juifs. De cette époque, pas si lointaine, où l'Eglise considérait que la "confusion des tombes est la porte ouverte à la confusion des cultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   25 avril 2020
- ce qui visait à mettre à part dans le dernier repos les "réprouvés", enfants mort-nés ou sans baptême, les voyageurs dont la religion ne pouvait être attestée, les suicidés, les duellistes non repentis, les francs-maçons, les excommuniés, les usuriers, et jusqu'aux comédiens, comme ce fut le cas pour Molière...
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : coronavirusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
563 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre