AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Delord-Philippe (Traducteur)
EAN : 9782081201149
187 pages
Éditeur : Flammarion (03/09/2007)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 118 notes)
Résumé :
Londres, été 1939, James Reid, jeune homme rêveur et qui ne vit que par les livres, embarque pour l’Inde avec son régiment. Un voyage infernal, entre solitude, ennui et maladies, commence. Pourtant, lors d’une escale au Cap, sa vie bascule: il croit trouver en Daphne, épouse de militaire qui l’héberge, la femme idéale, l’ange dont il rêvait, le grand amour dont la littérature lui a inspiré le désir quasi mystique. La réalité est tout autre.
Dans ce court rom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  17 décembre 2019
A quoi rime une vie lorsqu'on passe à côté à force de rêves et d'ennui? Cette question, James Reid peut se la poser.
Étudiant en comptabilité, réservé, féru de poésie, il est enrôlé dans l'armée britannique dès 1939. Service colonial, des semaines insupportables sur un navire, à vomir ses tripes, souffrir du soleil implacable, du rata militaire, du manque d'eau douce, ..., avant d'arriver à destination. Au milieu, une parenthèse folle et désespérément fantasmatique au Cap, en Afrique du Sud.
Doris Lessing dresse dans Un enfant de l'amour un portrait en demi-teinte d'un jeune homme dont la vie se situe hors de la réalité, accroché à un rêve qu'il a vraiment vécu, avant de repartir à côté du chemin de sa propre existence.
Triste constat que cette vie. Il y a une mélancolie amère dans ce récit. Pourtant, il ne m'a pas touchée ni émue et je crois que la romancière l'a écrit en ce sens. Un avertissement peut-être.
"Vivez, n'attendez à demain
Cueillez dès aujourd'hui
Les roses de la vie" OK mais ne restez pas à la regarder se déssècher!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
zabeth55
  09 décembre 2012
1939, James, jeune anglais, est enrôlé pour l'Inde. Lors d'une escale au Cap, il rencontre Daphné.
La vie militaire occupe une large place dans ce roman. La partie passionnelle n'est pas assez approfondie pour que naisse l'émotion.
James, assez particulier, passe à côté de tout dans sa vie. A côté de ses parents, de sa jeunesse, du grand amour de sa vie, de sa carrière, de son fils, de sa vie de couple….
Ma première rencontre avec Doris Lessing est assez décevante.
Est-ce l'esprit et le style anglais, aves lesquels j'ai un peu de mal ? Ou est-ce ce roman là ?
Je tenterai un autre pour me faire une opinion sur l'auteur.
Commenter  J’apprécie          230
mumuboc
  08 décembre 2017
James "Jimmy" Reid est un homme sensible et romantique. Il ne se sent jamais à sa place ou plutôt il ne vit pas la vie qu'il aurait aimé vivre..... Entre un père ouvrier, assidu au pub et une mère aimante mais effacée face à son époux, lui épris d'idéal ne trouve pas sa place.
Durant ses études Donald un ami mais surtout son modèle,  lui prête des livres dans lesquels il va se trouver, être dans son élément et verra dans la famille de cet ami la famille idéale : chaleureuse, instruite, vivante.
Le problème avec James c'est qu'il rêve sa vie mais il ne la vit pas.
En 1939 ils s'engagent ensemble dans la guerre avec une volonté de combattre, de réduire à néant les ambitions ennemies mais se trouveront séparer. James embarquera pour un long et périlleux voyage devant le conduire en Inde avec escale au Cap où il rencontrera l'Amour. Les femmes d'officier font leur devoir de guerre en accueillant les soldats qui font escale, les remettent sur pied et leur offrent un peu de distraction.
Il vivra avec Daphné, son hôtesse 4 jours d'amour fou, sans condition, sans question, dans un décor paradisiaque, sachant qu'elle est mariée et que lui la guerre l'attend.
C'est l'histoire d'un homme qui ne vit que dans le rêve, le fantasme, faisant fit des obstacles : guerre, femme mariée, distance etc... Il refuse de voir la réalité, d'envisager d'autres issues que celle qu'il espère. Rien ne l'arrêtera dans sa quête : ni le temps, ni son propre mariage.....
Court roman qui nous plonge dans l'univers de cet homme épris d'absolu. Romantisme confronté à la réalité de la vie symbolisée par la guerre, ses horreurs, ses douleurs, croyant avoir trouvé avec Daphné un idéal immortel et réciproque, il survolera son existence sans autre désir, sans ambition que celle de retrouver les instants de bonheur ou du moins le fruit de cet amour.
Il y est beaucoup question de la guerre mais surtout des conditions effroyables réservées aux simples soldats (en contraste avec le statut d'officiers), aux pays qu'ils traversent : la beauté des paysages mais aussi le colonialisme anglais, les climats contrastés (chaleur, mousson) comme la vie de James : romantisme vs guerre.
Se lit très vite, histoire fluide en un seul chapitre,sur un amour absolu, idéalisé, charnel. Quelques longueurs surtout dans les scènes décrivant les conditions de voyage mais peut être nécessaires pour contraster entre ces longs moments où James rêve, se projette, ses observations sur les gens qui l'entourent et qu'il envie de temps en temps par leur culture et les courts moments où il sera heureux.
Le monde de James est peuplé de poésies (nombreuses citations ou références). Lui, malgré des compétences, n'a aucune ambition, aucun désir sauf l'obsession de retrouver le fruit de son amour pour cette femme.
Lien : http://mumudanslebocage.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
VALENTYNE
  18 janvier 2020
Pour ma deuxième tentative de lire l'auteure j'ai choisi un tout petit livre (190 pages)
En effet j'avais tenté de lire l'auteur quand j'avais 15 ans et cela avait été un cuisant abandon (rare pour moi, je me souviens d'un ennui profond mais pas du titre commencé alors )
Ce roman est intéressant et se lit d'une traite : il raconte l'histoire principalement du point de vie de James. Né en 1918, il est mobilisé par l'armée Britannique en 1939.
Le début de la seconde guerre mondiale est, pour son régiment, très calme, puis celui-ci part sur un navire vers une destination inconnue (pour déjouer les espions et éviter que le navire ne se fasse couler par les allemands)
Ce huis clos sur le navire est très réaliste et marquant. Au Cap, en Afrique du Sud, il rencontre une jeune femme, britannique comme lui...une escale dans sa vie de soldat qui le marquera à jamais ...
Ce livre m'a réconciliée avec l'auteure finalement très accessible, j'ai vraiment eu l'impression d'embarquer sur ce navire avec tous ces troufions... ces jeunes hommes envoyés à 20 ans à la guerre ...
Le sentiment le plus vif après avoir refermé ce livre est que nous ne sommes que des fétus de paille ballottés par l'océan ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
mfrance
  16 août 2018
Ou l'art de passer à côté de son existence. James Reid, le héros, attend, il attend et s'ennuie....
tout comme Drogo, le héros du Désert des Tartares de Buzzati.
Tout comme lui, il attend la guerre et l'action, mais il ne se passe rien.... le temps s'écoule et il s'ennuie ! Mais, chez Buzzati, Drogo existe, l'auteur le fait vivre, on le sent vibrer, bouger, espérer, croire et s'investir dans des rêves de gloire ....
Alors qu'ici, rien de tel ! James Reid reste un témoin contemplatif et engourdi de sa propre existence. Il vit à travers la poésie dont il se gave. Il assiste à sa vie, sans y prendre part !
Que ce soit au cours de son adolescence dans la terne existence menée auprès de ses parents, durant le long voyage en bateau qui le conduit en Inde, où l'attend la guerre ou en Inde même où il demeure et où il ne se passe rien, et où il ne s'intéresse à rien ! James Reid attend en s'ennuyant ou s'ennuie en attendant ... tout comme nous en lisant !
Sauf pendant les quatre jours qu'il passe au Cap, où durant ce laps de temps, il vit, (ou croit vivre) une histoire d'amour fou, un amour qui lui était destiné, qu'il attendait et rêvait depuis l'adolescence... un amour qui lui apportera un fils, en tout cas, il est persuadé que l'enfant de Daphné est son fils (mais l'est-il vraiment ?) et qu'en est-il de cet amour ? réalité ou chimère ?
Et voilà tout. James Reid passera son existence à rêver de ce fils inconnu, qu'il ne rencontrera pas, pas plus qu'il ne reverra cette Daphné, fantasmée, à qui il écrira une abondante correspondance qu'il ne lui enverra jamais. Mais il s'obstinera vainement à la rechercher ...
Doris Lessing nous conte tout cela sur un ton volontairement distancié, d'où l'ennui suinte, l'ennui même qui a envahi son héros falot et que celui-ci nous transmet. Et, en l'occurrence, c'est en cela que réside le talent de la narratrice !
Car ce James Reid, ne personnifie-t-il pas nombre d'entre nous ? qui passons à travers la vie, irrésolus, en subissant les événements, sans savoir comment surmonter les coups infligés par le sort ? inconfortable question qui laisse le lecteur mal à l'aise en refermant ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
EvilysangelEvilysangel   21 avril 2010
James semblait ne rencontrer que des personnalités flamboyantes, qui lui donnaient l'impression d'être lui-même terne et timide ; quant aux filles, elles étaient différentes de toutes celles qu'il avait connues, volubiles, prodigues de leurs opinions souvent effrayantes, et aussi de leurs baisers : au début, il fut surpris qu'elles ne prennent pas ombrage de ses avances et même le taquinent pour ses hésitations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TaraxacumTaraxacum   13 février 2020
Avant leur départ, on leur accorda un week-end de permission pour aller chez eux, ce que James détesta. Il savait que son père était dans la même disposition d'esprit que lui, et soupçonnait sa mère de l'être aussi. Il tâcha de s'imaginer l'effet que ça devait produire de voir son précieux rejeton, que l'on a choyé pendant vingt et quelques années, envoyé à la guerre pour servir de chair à canon, mais, comme beaucoup de ses pensées concernant sa mère, il fut incapable de mener celle-ci à son terme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mimipinsonmimipinson   29 avril 2012
Savoir qu’on vit une vie mensongère, qu’on ne vit pas sa vie, c’est une chose horrible.
Commenter  J’apprécie          160
valamarsvalamars   10 mai 2015
Le temps passe...C'est vrai, il faut l'admettre, mais il ne passe pas toujours à la même vitesse, et cela sans tenir compte du fait que le temps ne s'écoule pas pareil selon que l'on a trois, treize, trente, soixante ou quatre-vingt-dix ans, et que nous expérimentons tous. Le temps coule différemment en des lieux différents.
Commenter  J’apprécie          30
valamarsvalamars   20 juillet 2014
Son père, silencieux comme toujours, ne cessait de pousser les plats de légumes dans sa direction, l'engageant à se servir avec des hochements de tête, mais, alors que lui aussi avait les yeux humides, il ne pouvait pas desserrer les dents, même pour dire : Dieu merci, tu es revenu, si bien que le plat de légumes devait s'en charger à sa place.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Doris Lessing (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Doris Lessing
Doris Lessing, the Nobel prize-winning author of more than 50 books including "The Golden Notebook" and "The Grass is Singing", dies at the age of 94.
autres livres classés : afrique du sudVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Doris Lessing

Où est-elle née ?

en Angleterre
en Rhodésie du Sud
en Perse ( Iran actuel)
au Portugal

9 questions
61 lecteurs ont répondu
Thème : Doris LessingCréer un quiz sur ce livre

.. ..