AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782863744642
Éditeur : Fayard/Mazarine (04/10/2017)
3.96/5   184 notes
Résumé :
Alexandre, Marco et Sophie connaissent une amitié de trente ans et autant d’amour, de blessures, de déceptions et de joies. Quand à l’âge adulte surviennent les tourments et les difficultés, le poids du quotidien et des responsabilités, sonne l’heure de faire des choix.
Mais quand le sort frappe l’un des leurs, que reste-t-il des certitudes ?
Juste un vertige, profond et déroutant, des liens indéfectibles, et parfois, comme la nécessité de respirer, le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 184 notes
5
28 avis
4
28 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  12 mai 2021
Après avoir savouré " Hier encore c'était l'été " , la lecture de " Danser encore " s'est imposée comme une évidence tant le désir d'en retrouver les héros était fort . Les retrouver , c'était revenir en arrière , à une époque où les " parisiens " réinvestissaient le village , apportant avec eux une fascination qui subjuguait les " petits campagnards " que nous étions , petits campagnards qui ne nous rendions même pas compte qu' en réalité, nous étions , nous , les principaux héros d'un merveilleux retour aux sources , aux valeurs , aux racines ..... Et puis , comme dans ce très beau second opus , le temps a passé, les petits parisiens ont grandi , ont changé, ont uni des destins , ont cheminé avec plus ou moins de bonheur , plus ou moins de chance ...Des hommes . Des femmes ...Des enfants ...Des parcours linéaires ou sinueux , parfaitement dénués d'aspérités ou cahotiques ....
Les héros de Julie de Lestrange sont tout sauf simples , tout sauf ternes , tout sauf insupportables . Ils sont . Alexandre , Sophie , Marco , Pénélope, Céline et tous les autres . Il faut à chacun trouver son chemin , vivre ses expériences , avancer dans des décors ouatés ou plein de ronces et d'épines , chevaucher vers son Graal sans craindre d'avoir , à un moment ou à un autre , à changer de direction ....A 35 ans , le temps est venu d'assumer l'avenir sans oublier ni renier son passé , de laisser tomber " sa mue " pour profiter de son destin . Pas facile . Il faudra en franchir des épreuves pour enfin " être soi - même " , avoir confiance , " SE " faire confiance .
Dans ce roman , il y a le monde , la vie , les joies , les peines , les querelles , les drames , personnels ou collectifs , la douleur de la séparation , l'adieu à l'enfance , la vie quoi ....Et puis , les personnages , bigrement attachants , qui passent ....
" Qui passent " mais ne veulent pas le reconnaître, pas l'admettre , trop douloureux ....Et pourtant , " ce n'est pas le temps qui passe , c'est bien l'être humain " ...Humain , voilà le mot que je cherchais pour qualifier ce superbe livre touchant de vérité . Un peu cliché ? Ça peut se dire ....Et pourtant , à bien réfléchir , les personnages nous emmènent bien au - delà du cliché . Tout le monde , à un moment ou un autre , revivra un épisode de sa vie ou de la vie d'un proche , d'un ami , d'une copine dans ces pages .
Ajoutez un style limpide , un vocabulaire de qualité , tout comme des dialogues parfaitement maîtrisés et " justes " et vous constaterez qu' en tournant les dernières pages , le seul mot qui vous viendra à l'esprit sera " déjà ", à moins que , comme moi , vous ne lui préfériez le mot " encore " . Et bien ça tombe bien . le troisième opus vient de paraître. Il se murmure qu'il est.... tout aussi plein d'humain , d'amour , de joie de vivre ...
Elle est pas belle la vie ?
Comme j'ai " dégusté , savouré " cette " délicieuse friandise " avec toute l'attention qu'elle méritait, permettez - moi de vous renvoyer à la page 196 . Je cite :
"Je n'arrivais pas à accepter que ......soit mort dans un banal accident de voiture Je m'étais imaginé qu'en partant si loin , à l'autre bout du monde , ( Thaîlande ) on pouvait crever d'une maladie tropicale , d'une catastrophe naturelle ,d'une guerre , d'un coup d'État, n'importe quoi ....mais pas d'un truc qui arrive tous les jours dans la CREUSE !"...
Julie , je suis CREUSOIS et les routes y sont plus bucoliques que dangereuses ! Je conteste vos statistiques mais , pas rancunier pour un sou , je recommande la lecture de votre roman à tous ceux et celles qui aiment la VIE !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5811
Ydamelc
  26 septembre 2017
Je vais encore avoir du mal à ne pas vous raconter un peu ma vie...
Parce que, Danser, encore, déjà, c'est une suite....
Celle de, Hier encore, c'était l'été, où justement, il est question de vies.
Des vies, le temps qui passe, avec ses joies, ses peines, ses rencontres, ses hasards, ses épreuves, ses moments de bonheur immense, ses désillusions, mais surtout ses amitiés qui résistent à tout.
Et l'amour...
Mon histoire à moi, avec cette saga, je vais vous la faire brève quand même... En quelques mots.
St Maur en poche, pique nique lecteurs/auteurs, super rencontre autour d'une quiche et un verre de rosé, dédicace de "Hier encore, c'était l'été", lecture sous le soleil des vacances, roman touchant, tendre, délicieusement savouré, regret de ne pas avoir fait le moindre retour en rentrant....
Après avoir refermé ce premier opus, je n'en attendais pas plus, moi.
Alors quand j'ai appris que ma bande de potes était de retour, ça m'a franchement remplie de joie !
Cette nouvelle m'a renvoyée à tous mes merveilleux souvenirs. Et puis, ils n'étaient pas si loin, j'étais ravie, vraiment.
Après coup, j'ai eu tout de même une petite appréhension...
Ca me fait toujours un peu peur les suites, moi...
J'avais passé un si bon moment. Et si ce second volet me décevait ?
Malgré tout, j'avais hâte.
Une hâte qui s'est trouvé écourtée, puisque j'ai eu la chance de recevoir et lire Danser, encore, en avant première, grâce à une masse critique. Je remercie donc Les éditions Mazarine et Babelio, pour cela.
Marco, sa cousine Sophie, Alexandre et sa soeur Anouk, ont autour de 30 ans maintenant.
Pendant que les uns goûtent aux joies d'être parents, les autres ont un peu plus de mal à se poser et se cherchent encore.
Un accident dramatique viendra perturber encore plus l'existence tourmentée de l'un d'entre eux et bouleverser le quotidien et l'équilibre de notre petite bande.
L'amitié, l'amour, la famille, le hasard des rencontres tiennent encore une très grande place dans ce roman.
C'est la vraie vie et ses tourments.
Ces drames qui nous poussent à nous remettre en question, qui nous font réfléchir au sens que nous voulons donner à notre vie. de l'importance de certaines choses, de la futilité d'autres.
Une histoire bien ancrée dans notre actualité.
Julie de Lestrange aborde différents sujets sensibles qui font notre quotidien et touchent notre monde, en mettant ses personnages dans certaines situations ou en faisant référence à des événements tragiques qui ont fait chavirer notre pays.
Je repense à "Ce jour là" entre le chapitre 14 et 15, que j'ai perçu comme une parenthèse.
Comme si l'histoire s'arrêtait, se suspendait.
Comme toutes nos vies, ce jour-là, quand notre liberté a été atteinte.
Ce chapitre marque le tournant. de nos vies, mais aussi de l'histoire.
Une transition superbement amenée.
Un livre qui parle de la vie, du chemin de tout à chacun, en toute humanité.
Danser, encore m'a donc conquise, tout autant que le premier volet.
Et je me réjouis d'avance, au vue de la fin qui présage que nous n'en avons pas terminé avec nos amis si attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          435
diablotin0
  27 mai 2020
J'avais beaucoup aimé "hier encore c'était l'été", j'ai donc eu plaisir à retrouver Alexandre Marco Sophie et les autres dans ce roman "danser encore".
Il ne faut pas, malgré le titre et la chouette couverture du livre de poche, s'attendre à faire la fête, ce n'était d'ailleurs déjà pas le cas dans le premier roman de Julie Lestrange. Un drame vient bouleverser la vie déjà peu clémente de tout ce petit monde. La vraisemblance des situations, des relations, amène le lecteur à vivre l'histoire.
Ce qui m'a un peu dérangé, en revanche et que je ne me rappelle pas avoir lu dans le premier roman, ce sont les petites phrases "conseils" à la limite du développement personnel, mais l'ensemble reste agréable à lire et malgré les thèmes graves abordés, ce roman garde une certaine légèreté, une fraîcheur qui fait du bien.
Commenter  J’apprécie          450
isabelleisapure
  16 octobre 2017
En ouvrant ce livre, je suis entrée en terre inconnu. Je n'avais pas lu la quatrième de couverture et ne savais donc pas qu'il faisait suite à « Hier encore c'était l'été », que je n'ai d'ailleurs pas lu.
J'ai découvert au fil des pages des personnages, sympas, touchants dans leurs doutes ou leurs certitudes, mais, surtout animés d'un formidable amour de la vie.
Alex, Marco et les autres ont des existences simples, qui souvent ressemblent aux nôtres.
La maladie d'une enfant, une rupture amoureuse ou la perte accidentelle d'un frère sont traités avec pudeur et délicatesse. L'auteure sait trouver les mots pour raconter la peur ou le chagrin sans jamais tomber dans le larmoyant.
« Danser encore » est triste, drôle, réaliste et surtout empreint d'une formidable humanité.
L'écriture simple et élégante est un atout supplémentaire à ce très joli roman.
Loin de mes lectures habituelles, ce livre m'a fait passer un excellent moment pour lequel je remercie NetGalley et les Editions Mazarine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
livrevie
  13 octobre 2017
J'avais beaucoup aimé la bande de copains de Hier encore, c'était l'été, et les retrouver a été un vrai plaisir.
Julie de Lestrange a une plume criante de sincérité. Elle ne va pas nous raconter comme Marco va sauver le monde, ou comment Alexandre est la plus formidable des personnes. Non, elle nous raconte la vie. Tout simplement. Et qu'est-ce que c'est beau...
Les années ont passé, et la bande de copains a évolué. Leur quotidien n'est plus celui de leur enfance ou de leur adolescence, ils sont adultes et ont des responsabilités. Enfants, couple, travail : l'insouciance est derrière eux. Mais les liens sont toujours là, maintenant leur vie en équilibre.
Et puis un jour, tout bascule. Un accident. Une perte. Tout est remis en question. Chacun des compères va s'interroger et fera face comme il peut. Ce ne sont pas des superhéros, pas des surhommes. Ce sont juste des hommes et des femmes qui tentent de garder la tête hors de l'eau en s'accrochant à l'essentiel. Eux. Leur vie. Leur amitié.
Que j'ai aimé ce roman... Dans Hier encore, j'avais aimé ces personnages, mais dans Danser encore, ce sentiment s'est accentué. Ils pourraient être vous et moi. On a tous besoin d'un point d'ancrage, et j'aurais aimé avoir un chalet où ma famille se serait retrouvée, ou mes amis seraient allés, parce qu'au décès de mes parents j'ai dû me chercher de nouveaux repères, et en lisant ces lignes, je n'ai pas pu m'empêcher de me dire que ça aurait été tellement plus ... pas facile... abordable. Oui, c'est cela : abordable. Mme de Lestrange, pourquoi n'avez-vous pas écrit ce roman à cette époque ? Il m'aurait réconfortée.

Aujourd'hui, alors que je vais bien, ce récit m'a touchée et m'a donné envie de croire en l'Homme. Et à la fin, j'ai souri, parce que moi aussi j'ai des ami(e)s formidables, moi aussi j'ai réussi à me trouver des ancres solides...
Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   03 octobre 2017
Au moins la maladie de son fils lui avait-elle appris l'immédiateté de la vie, son caractère insaisissable, le fait que chaque seconde s'échappait dans le temps, et que rien, finalement, n'était plus concret que le présent. Jamais il ne revivrait cette minute-là, entouré des gens qu'il aimait profondément, qui composaient son bonheur, sa raison d'être et ses tourments. Ce moment était unique et, mentalement, il s'ingéniait à le photographier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AnalireAnalire   02 octobre 2017
Souvent, les gens se méprennent sur la gravité de son état. S'il ne s'agissait que d'asthme léger, la situation ne serait pas ce qu'elle est. De temps en temps, Nathan inhalerait un peu de Ventoline et le tour serait joué. Mais ce n'est pas le cas. En France, près de deux mille personnes meurent chaque année des suites d'une crise, et, malheureusement, à ce jeu de chaises médicales, Nathan est candidat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LabibliothequedemarjorieLabibliothequedemarjorie   29 avril 2021
Rien, finalement, n'était plus concret que le présent. Jamais il ne revivrait cette minute-là, entouré des gens qu'il aimait profondément, qui composaient son bonheur, sa raison d'être et ses tourments. Ce moment était unique et, mentalement, il s'ingéniait à le photographier.
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleilpetitsoleil   28 août 2019
L'hôpital a toujours exercé sur lui une sorte de fascination.
C'est un lieu qui ne dort jamais, continuellement en veille.
Bien que les couloirs soient déserts, il se cache derrière chaque porte des petites lumières, les conversations discrètes des infirmières, le pas des médecins.
C'est comme dans un aéroport.
Ces endroits hors du temps où les destins transitent et se croisent, loin des préoccupations du quotidien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AnalireAnalire   04 octobre 2017
A quelques mètres, une vieille dame déverse le contenu d'un arrosoir sur une plate-bande de chrysanthèmes. Une à une, elle ramasse les feuilles mortes venues s'accumuler sur la tombe. Lorsqu'elle a fini, elle caresse le marbre d'un air attendri. Il s'agit probablement de son mari. Même défunt, elle continue de s'occuper de lui.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Julie de Lestrange (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie de Lestrange
Julie de Lestrange vous présente son premier à découvrir en Poche dès le 10 mai prochain !
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..