AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Hier encore, c'était l'été (41)

jeunejane
jeunejane   03 décembre 2017
Alexandre adorait sa grand-mère. Plus que n'importe quelle autre personne ....elle représentait l'enfance, le cocon rassurant, les histoires que l'on se fait lire sur les genoux, les câlins contre le sein et les vacances. En un mot: l'amour.
Le vrai, celui qui donne force et confiance.
Elle s'était tant occupée de lui qu'il considérait qu'elle l'avait en partie élevé.
Commenter  J’apprécie          250
diablotin0
diablotin0   05 juin 2016
Il trouvait les relations amoureuses d'une grande absurdité. Surtout la fin. Du jour au lendemain, il fallait décréter que l'autre n'existait plus. soit. Mais les sentiments, eux, existaient toujours. Le manque aussi. Il se sentait orphelin.
Commenter  J’apprécie          190
Annette55
Annette55   07 août 2017
"Elle était arrivée à la limite de son complexe......
Le cancer la rattrapait et elle ne vieillirait pas.
Très paradoxalement, c'était aussi la maladie qui la faisait grandir et lui donnait subitement le courage dont elle avait toujours manqué.
Parce que soudain elle ne risquait plus rien.
Elle connaissait la fin.....Le temps lui manquait et n'admettait plus les faux- semblants."
Commenter  J’apprécie          140
Ladoryquilit
Ladoryquilit   30 mars 2016
Tout évoluait autour de lui, tout vieillissait, et il se rendait compte, non sans frayeur, que cela le renvoyait à sa propre condition d'être mortel. C'était la première fois vraiment qu'il réalisait cela. Qu'il prenait conscience de sa propre finitude. Un jour, sa vie s'achèverait. Où donc était passé le sentiment d'invincibilité qu'il avait pendant longtemps éprouvé ? Envolé, en même temps que l'enfance. Que l'adolescence aussi. Il était désormais un adulte. Sa jeunesse était derrière lui.
Commenter  J’apprécie          90
Analire
Analire   05 mai 2017
Parce que c'est ça, le problème, mon petit. Ce n'est pas que les gens ont peur de vieillir, c'est qu'ils ont peur de mourir.
Commenter  J’apprécie          70
carolanuts
carolanuts   21 novembre 2015
Ce n'est pas que les gens ont peur de vieillir, c'est qu'ils ont peur de mourir.
Commenter  J’apprécie          70
Missnefer13500
Missnefer13500   27 février 2016
le temps passait et ce qui les rapprochait autrefois disparaissait peu à peu dans le groupe de leurs différences
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui
rkhettaoui   22 septembre 2015
Aucune île au monde, aucun palmier ne pouvait égaler les moments passés au chalet de l’amitié. Été comme hiver, que ce fût entre amis ou en famille, la vie s’y écoulait avec allégresse, chaque génération reproduisant fidèlement cet esprit de bonheur simple insufflé jadis par les grands-parents. Pour tous, ces moments-là étaient sacrés.
Commenter  J’apprécie          50
bbpoussy
bbpoussy   06 octobre 2017
Cependant, en la regardant marcher avec difficulté, il réalisa que même si tous les sujets étaient épuisés, viendrait un jour prochain, lointain ou pas, où il aurait de nouvelles choses à raconter et où il n'y aurait plus personne dans cet appartement pour l'écouter.
- Je reste déjeuner !
Il devinait le sourire sur le visage ridé et fut heureux de l'avoir provoqué !
Commenter  J’apprécie          40
bbpoussy
bbpoussy   05 octobre 2017
En effet, durant tous les weekends du printemps quarante-six, les cloches des églises ne cessèrent de tanguer au son des unions qu'elles célébraient et d'un bonheur que la population avait tenu reclus pendant cinq années. Pour Micheline, le tintement des cloches serait à jamais la voix de la Libération et l'extinction de celle, plus sinistre, de l'Occupation.
Commenter  J’apprécie          40




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle