AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234062306
Éditeur : Stock (04/03/2009)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 107 notes)
Résumé :
" Dans ma classe, une immense dame maigre et très laide avec des cheveux courts et des gros sourcils m'a demandé de recopier le mot écrit au tableau. J'ai essayé d'imiter les traits droits comme du blé un jour sans vent, c'était très difficile, mes doigts glissaient sur la mine colorée. La dame s'est approchée et elle a dit : Mon Dieu ! J'ai dit que j'étais pas Dieu mais que si elle voulait m'appeler comme ça, pourquoi pas. Elle a répété : - Mon Dieu... Tu ne sais m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
verobleue
  21 mai 2013
J'ai reçu « Dis oui, Ninon » de Maud Lethielleux par une action ponctuelle de mon hebdomadaire favori.
Le livre est à une voix, celle de Ninon, 9 ans, petite cendrillon attachante que l'on accompagne pendant une année et à laquelle on pense encore après avoir refermé le livre.
Ninon se traite de guenon, car la teinte de sa peau et de ses cheveux est plus foncée que celle des autres enfants et parce qu'elle est dyslexique. Elle a une image tellement négative d'elle-même.
Et la différence ne s'arrête pas là : la vie n'est pas toujours facile quand l'argent manque. Ninon est en « fascination admirative » devant son père, marginal, dépassé, irresponsable qui n'arrive pas à gagner de quoi vivre avec son élevage de chèvres, sa fromagerie, la maison qu'il veut construire de bric et de broc, tout cela sans assistance. C'est ce que Ninon appelle une vie en « autarcique »…
Ninon n'existe pas. En réalité, il y a des milliers de Ninon, enfants négligés par les adultes. L'histoire se passe ici dans la campagne angevine mais comme partout ailleurs en France ou en Belgique, les parents ne peuvent pas faire n'importe quoi avec leurs enfants.
Lu en deux jours, j'ai adoré l'écriture de l'auteur, sa façon naïve de se mettre à la place de l'enfant au moyen des mots et des expressions. Qui ne l'aurait deviné, vu le nombre de citations que j'ai affiché…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
sylvie
  14 mai 2009
Quel délicieux moment de lecture que ce livre !
Maud Lethielleux fait revivre l'enfant de neuf ans qu'elle a été et se faisant, lui rend tout l'amour qu'elle mérite !
Cette petite fille qui ne se sent pas vraiment aimable, parce qu'elle est moche, sale, mauvaise à l'école, repoussée par ses camarades de classe et parfois même par ses enseignants, se retrouve aujourd'hui sur le devant de la scène,et seule vraie héroïne d'un roman, en tant que narratrice en chef !
Le résultat est superbe et émouvant.
Sa fraîcheur, son humour, son grand coeur et sa langue bien pendue la rendent poète et en font une enfant irrésistible pour le lecteur.
Ninon nous raconte un épisode de sa vie qui l'a passablement bouleversée et vraisemblablement sévèrement malmenée.
Ses parents se sont séparés et il a fallut choisir avec qui habiter...
Avec sa mère, Zélie, qui refait sa vie avec l'Autre, Grocon, dans un pavillon propret à petits rideaux et gros frigo, ou avec son père, seul et désespéré, qui perd non seulement femme et enfants mais aussi la ferme...
Elle nous raconte comment elle choisit de suivre ce père et de l'aider dans ses projets de reconstruction...
Elle l'aidera à construire la maison, à s'occuper des chèvres, à faire les fromages et à les vendre sur les marchés...
Cette vie choisie mais difficile, elle l'aimera plus que tout autre chose, même si elle sait bien qu'un jour ça finira, à cause de l'école, où elle n'est pas assez présente, de la saleté qu'elle ne peut pas toujours écarter, des poux et de la teigne qui viennent à bout de ses belles boucles, de Madame Kaffe qui veille et qui décidera sans doute un jour qu'elle ne doit plus vivre dans ses conditions.
Les bons mots ne manquent jamais d'être des mots d'esprit et tricotent ce joli texte attachant pour nous parler directement au coeur.
Ninon nous donne à voir son âme, lumineuse et courageuse et sait nous dire que le bonheur n'a pas de chemin ni de cadre tout tracé. Elle nous rappelle qu'on peut le trouver loin du confort moderne et du conformisme social et culturel.
Elle nous parle si bien de l'amour qui la transporte, celui qu'elle éprouve si fort pour sa famille, ses animaux et la nature...
Un très joli texte, vraiment!
des images et des liens sur le blog :
Lien : http://sylvie-lectures.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
keisha
  26 avril 2009
Dès la première page, j'étais conquise! Tout le roman a été un vrai régal.
Un mot de l'histoire pour celles et ceux qui l'ignoreraient : Zélie, maman de Ninon et d'Agathe quitte son mari Fred par amour pour "L'autre". "L'autre" a une maison bien chauffée qu'il ferme à clé, plus confortable que la ferme à biquettes de Fred.
Mais Ninon choisit de rester avec Fred, qu'elle aide de toutes ses forces à traire les chèvres et construire une nouvelle maison.
"Madame Kaffe", dont l'argent a servi à lui offrir une superbe robe, ne voit pas d'un bon oeil la vie de Ninon avec Fred, plus souvent parmi les chèvres qu'à l'école. Il faut dire que leurs conditions d'existence sont plutôt spartiates. Cette vie pourra-t-elle durer?
Une belle réussite, donc, qui se lit d'un trait. Ninon est irrésistible, sa vision du monde des adultes est intelligente et enfantine (c'est un compliment!). L'influence des adultes sur ses raisonnements et son langage est subtilement rendue.

Je peux citer plein de passages, allez, pour le plaisir:
"Et j'accepte de monter dans son camion vu qu'il ne m'a pas proposé les bonbons."
"On assume nos responsabilités d'êtres humains sur la planète Terre et j'en ai marre de madame Kaffe qui vient toujours fourrer son nez partout, marre marre marre, et si ça continue, un jour, je deviendrai malheureuse."
Ninon a ses définitions bien personnelles : "Un dessert, c'est un truc à manger très mauvais pour la santé mais très bon de goût que tu manges les soirs de fête."
"En m'endormant, je sens la respiration de ma petite soeur sur ma main, c'est chaud, c'est encore mieux que la tête de Raymond [le chien] sur mes jambes, c'est pas pareil, c'est comme si je ne serai jamais seule dans ma vie. Une petite soeur, elle l'est pour tout le temps."
Et un dernier qui me rappelle mes vacances quand j'étais enfant, oui, la brique et les flammes au plafond, j'ai connu, mais la maison était solide et étanche...
"Fred a mis une brique dans le feu, il fait comme Mémère quand elle était encore sa maman, il me fait une bouillotte avec la brique, il l'entoure d'un gros drap et après je pose mes pieds dessus, c'est magique, c'est vraiment magique, mes pieds me brûlent tellement ils ont chaud et à la fin ils sont secs. (...) Je regarde les flammes du feu petites et bleutées à cause du bois humide, je les regarde et après je rêve dans mon sommeil."
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Nina
  11 mai 2009
Maud Lethielleux - Edition Stock : 2009, 247 pages
La jeunesse est le berceau des utopies, des grandes idées pour un monde meilleur, et pour ceux qui sont en plus de doux rêveurs, l'entrée dans le monde des adultes est souvent synonymes de beaux « casse-gueules ».
Dans ce roman, c'est un peu ce qui arrive à Fred et Zélie. Ces deux là sont des égratignés de la vie, leur enfance a été difficile, mais ils ont un idéal de vie commun. Au départ leurs idées sont belles et nobles, convaincus que le modernisme à outrance pollue les hommes et la nature, ils veulent construire une ferme bio et mettre en pratique leur vision du monde. Malheureusement, la société n'est pas tendre avec ceux qui veulent vivre autrement et ces poètes de la liberté sont tombés peu à peu dans la marginalité.
Zéli ne supporte plus les conditions difficiles de la vie à la ferme, et les idées un peu trop sectaires de son mari. Elle part avec ses deux filles Ninon et Agathe s'installer chez son nouveau compagnon Olive, surnommé « L'autre » par les deux enfants.
Cette douloureuse histoire est racontée par Ninon. Cette petite fille de 9 ans observe, écoute, le monde compliqué des adultes. Elle voue un immense amour pour son papa, qui est bien seul avec ses chèvres et ses grandes idées sur la vie. Ninon au grand coeur décide de vivre avec lui.
Heureusement que Ninon est douée pour le bonheur, car elle fait partie des enfants qui deviennent « les parents » de leurs parents, qui apprennent trop tôt la dureté de la vie et à qui on vole un peu de leur enfance. Tout le long du livre, son humour et sa façon bien à elle de regarder la vie, de mettre de la poésie dans tout ce qu'elle regarde, nous fait sourire et se dire : « Ninon a raison !».
Extrait de la page 194(…)
Le vrai bonheur, il se compte dans la tête, il est invisible, il est dans l'instant du présent, c'est comme une conjugaison qu'on a rien compris, il ne se conjugue pas au futur imparfait, il est parfait d'ailleurs, il est toujours là où on s'y attend pas, il faut juste ouvrir les yeux.(…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sylire
  03 novembre 2012
Elle s'appelle Ninon et c'est une petite sauvageonne sacrément attachante ! Elle ne manque pas d'amour, mais de cadre, sans nul doute. Elle pourrait souffrir de la situation, mais non ! Elle profite de la liberté qui lui est offerte et sa gaîté naturelle lui permet de ne pas se focaliser sur le manque de confort, ou le regard des autres. Elle n'est pas douée pour l'école mais se montre remarquablement débrouillarde dans la vie quotidienne. On la traite de guenon parce qu'elle n'est pas très jolie, mais peu lui importe, ses biquettes chéries l'aiment comme elle est !
Bien sûr elle préfèrerait que ses parents vivent encore ensemble, d'autant qu'il faut maintenant se coltiner « grocon », le compagnon de Zélie, sa mère. C'est d'ailleurs un peu pour cela qu'elle a choisi d'aller vivre avec Fred, son papa. Mais aussi parce que ça lui fend le coeur de le savoir tout seul, avec ses biquettes à traire, et sa maison à construire. Et puis avec Fred, l'école n'est pas obligatoire !
C'est Ninon qui s'exprime tout au long du roman, avec la spontanéité qui la caractérise. Ses réflexions sur sa situation familiale ou la marginalité de ses parents sont souvent amusantes mais interpellent un peu les adultes que nous sommes. Même si Ninon est heureuse, il est à craindre qu'elle rencontre plus tard quelques difficultés d'adaptation à une vie en société ! On ne juge pas les jeunes parents, Ninon ne le voudrait pas. On espère juste qu'ils grandissent un peu, surtout Fred, le papa.
J'ai beaucoup aimé le rapport de la fillette aux animaux. Elle s'occupe avec dévouement de ses biquettes, cajole un chat sans poils nommé « coucou »… Tout cela est formidablement bien rendu par la voix de cette adorable petite « guenon » au grand coeur.

Lien : http://sylire.over-blog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
sylviesylvie   14 mai 2009
Le vrai bonheur, il se compte dans la tête, il est invisible, il est dans l’instant du présent, c’est comme une conjugaison qu’on a rien compris, il ne se conjugue pas au futur imparfait, il est parfait d’ailleurs, il est toujours là où on ne s’y attend pas, il faut juste ouvrir ses yeux."
Commenter  J’apprécie          280
claraetlesmotsclaraetlesmots   20 juin 2010
une petite sœur, elle l’est pour le temps, c’est pas comme les amoureux ou les trucs comme ça, une petit sœur, même quand t’es à quinze kilomètre ou si tu fais des choses, ou si tu fais rien, elle est pour toujours jours dan ta poche d’amour éternel.
Commenter  J’apprécie          210
verobleueverobleue   21 mai 2013
Quand je me réveille, il fait nuit, je suis dans des bras, les branches craquent sous des pas, je bouge un peu la tête. Les bras sont forts et ils sentent bon le chaud. Sous mon oreille, la respiration est tranquille, je me recroqueville pour mieux sentir l'odeur de la chemise et le chaud. Il me serre contre lui. Il est revenu. Mon papa.
Commenter  J’apprécie          120
verobleueverobleue   21 mai 2013
J'ai remarqué que tous les gens qui jouent de la musique sont un peu comme moi, c'est pour ça que je serai chanteuse plus tard. D'abord, ils tapent du pied sans raison, c'est parce qu'ils ont un air dans la tête, un air inconnu du monde, une chanson d'amour. [...] Les musiciens, ils regardent la nature en s'inspirant, ils écrivent des poèmes, ils sont amoureux de quelqu'un qui ne le sait pas et qui s'appelle la Muse ( c'est pour ça qu'on dit "musique")
La différence avec moi, c'est que les musiciens, ils ont quand même des copains, y'en a même qui en ont tellement qu'ils sont obligés d'organiser des concerts quand ils veulent se retrouver tous ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
verobleueverobleue   21 mai 2013
Ca a l'air compliqué d'être belle, il ne faut pas s'habiller trop bien sinon les autres filles sont jalouses, il ne faut pas sourire trop souvent sinon Fred est fâché, il ne faut pas avoir l'air malheureux sinon les hommes veulent consoler, il ne faut pas mettre du noir parce que ça fait pute de boîte de nuit, il ne faut pas rire très fort sinon c'est vulgaire, il ne faut pas avoir l'air trop heureux sinon tout le monde croit que ça cache quelque chose, il faut se laver souvent si on ne veut pas devenir une sale lope ... C'est vraiment compliqué d'être belle. Moi j'aurai jamais tous ces problèmes, une guenon (même sans cheveux), ça n'attire pas les hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Maud Lethielleux (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maud Lethielleux
Interview de Maud Lethielleux lors du salon de Paris 2009.
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
981 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .