AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00CVU7NJ8
Éditeur : ÉLP éditeur (19/05/2013)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Voici deux copines qu’il n’aurait jamais fallu contrarier. Voici une sorcière, un gars dont on ne vous raconte pas ce qu’il fait, un papa vivant, un papa mort, deux enfants et un invité surprise. Le tout bien torride très poétiquement.

Cette nuit-là, une sorte de loup s’est évadé d’un vague jardin zoologique. S’amorce alors un tourbillon de faits brossés, souvent dans la pénombre, qui va nous placer bien en porte-à-faux entre le conte cruel, le roman ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
leloup
  22 juin 2013
Le loup les déshabille (Anne Leurquin)
une lecture de Paul Laurendeau
Anne Leurquin, le loup les déshabille, Montréal, ÉLP éditeur, 2013, formats ePub ou PDF, 3,49 euros ou 4,99 $.
C'est un monde où les crédules s'auto-envoûtent, deviennent leur propre proie. C'est un tout petit monde, ordinaire, banalisé mais surtout: subtilement sensualisé et fantasmagorisé. C'est aussi un univers rural mais moderne. Il y a des téléphones portables, des véhicules quatre par quatre, de beaux lits tendance avec boutis, des appentis de fermes, des poulaillers, des chevaux que l'on monte, des curés de village blasés, de vieilles jeteuses de sort trépidantes, des clochards sylvestres, des convives inamovibles au café du coin, des enfants espiègles qui attendent la souris des dents, des maris aux abois et des épouses qui tendent à batifoler avec le tonique et viril vendeur d'assurance du hameau, ou à s'en parler, ou à en rêver. Ce monde (notre monde, en fait, sans plus), Anne Leurquin nous le (re)trace langoureusement, nous l'esquisse furtivement, comme si elle le dessinait pour la première fois.Il nous est livré, ce petit univers de notre monde, avec beaucoup de poésie, de charme, de faconde, souvent en de courts paragraphes vifs et hachés.
Et, toujours est-il que, dans ce monde là… une sorte de loup, cette nuit là, s'est évadé d'un vague jardin zoologique… S'amorce alors un tourbillon de faits brossés, souvent dans la pénombre, qui va nous placer bien en porte-à-faux entre le conte cruel, le roman de moeurs et le récit d'atmosphère.
On cherche un loup ou, en tout cas, une manière de grosse bête cynomorphe… de fait, il y en a, des animaux, dans ce petit univers: un cheval pure race, des chouettes frémissantes, des chevreuils paniqués, un serpent non venimeux en forme de S ondoyant, un crapaud sacrificiel, la furtive petite souris des dents et… le susdit loup. Surtout, il y a indubitablement un mystère. Est-il surnaturel ou métaphorique ? Fantastique ? Allégorique ? Folklorique (après tout, la Bête du Gévaudan aussi déshabillait ses victimes, parait-il) ? Il se joue, en tout cas, cet onctueux mystère, près, tout près, de la nature forestière, dense, intime et capiteuse, dans les coins et racoins des bouquets d'arbres et d'une rivière. Et il se joue de nuit, et bel et bien à l'encontre de toute morale configurée… La lune est posée dans le ciel, comme une hostie plongée dans un crachat, lumineuse, mais marquée de signes indélébiles et incompréhensibles. Puis les nuages s'en mêlent, griffent, salissent et zèbrent le cercle. Et ce loup qui est en maraude, cet animal qui (nous) hante, on le sent bien vite que, bon, c'est aussi possiblement (oui ? non ?) un homme. Un homme puissant, mystérieux, semi-onirique, partiellement fantasmé, que cette remarquable plume de femme fait émerger de toutes parts, en lacérant le petit contexte familial, amical, matrimonial, belledochial, en le craquelant, ce bien petit contexte, en le condamnant à tomber en poussière pour devenir le lit de cendres (des passions) froides ou le sable de la berge de rivière ou se prend une vraie de vraie course folle. Une course folle de femme, surtout. le seul mouvement de cette nuit, c'est cette course. La force d'évocation très fluide, labile et sensorielle de la prose magnifiquement maîtrisée d'Anne Leurquin ne s'explique pas sans se perdre un petit peu. Elle s'exemplifie, préférablement (pas trop non plus – il faut préserver le mystère). Pensez (fatalement) à deux amants faisant l'amour dans le lit d'une rivière et/ou d'une mare (Je veux vivre dans la mare). Et alors, cela devient:
Les corps se frottent, presque insensibles et leurs cheveux se mêlent. le mouvement de l'eau ainsi provoqué enhardit les amants et les enivre. Les vibrations de l'onde les portent et ralentissent leurs mouvements. Il n'existe plus de reflets sur les chairs. Leurs circonvolutions au fond de l'eau sont flouées, incessantes, peu fidèles. Les corps de lumière ont disparu depuis quelques minutes. Les vêtements liquides se collent et se gonflent doucement les uns contre les autres.
Il faut alors juste se laisser emporter. C'est exaltant, tourbillonnant, jubilatoire. D'amour et de folie, le loup les déshabille... Elles n'en sortiront pas autrement que lacérées, tringlées, déglinguées, exaltées, comblées… ou pas… Et les mecs ne s'en tireront pas si facilement eux non plus... C'est que les lectrices et les lecteurs d'Anne Leurquin deviennent imparablement des êtres altérés, déliés, déjoués. Tout se désarticule et le sens des mots fait partie d'un monde qu'ils fuient. Il faut lire cet ouvrage, et justement il faut le lire, pour tout dire, parce que cela vous marque.

Paul Laurendeau
mai 2013

Lien : http://librairie.immateriel...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leloup
  22 juin 2013
Le loup les déshabille (Anne Leurquin)
une lecture de Paul Laurendeau
Anne Leurquin, le loup les déshabille, Montréal, ÉLP éditeur, 2013, formats ePub ou PDF, 3,49 euros ou 4,99 $.
C'est un monde où les crédules s'auto-envoûtent, deviennent leur propre proie. C'est un tout petit monde, ordinaire, banalisé mais surtout: subtilement sensualisé et fantasmagorisé. C'est aussi un univers rural mais moderne. Il y a des téléphones portables, des véhicules quatre par quatre, de beaux lits tendance avec boutis, des appentis de fermes, des poulaillers, des chevaux que l'on monte, des curés de village blasés, de vieilles jeteuses de sort trépidantes, des clochards sylvestres, des convives inamovibles au café du coin, des enfants espiègles qui attendent la souris des dents, des maris aux abois et des épouses qui tendent à batifoler avec le tonique et viril vendeur d'assurance du hameau, ou à s'en parler, ou à en rêver. Ce monde (notre monde, en fait, sans plus), Anne Leurquin nous le (re)trace langoureusement, nous l'esquisse furtivement, comme si elle le dessinait pour la première fois.Il nous est livré, ce petit univers de notre monde, avec beaucoup de poésie, de charme, de faconde, souvent en de courts paragraphes vifs et hachés.
Et, toujours est-il que, dans ce monde là… une sorte de loup, cette nuit là, s'est évadé d'un vague jardin zoologique… S'amorce alors un tourbillon de faits brossés, souvent dans la pénombre, qui va nous placer bien en porte-à-faux entre le conte cruel, le roman de moeurs et le récit d'atmosphère.
On cherche un loup ou, en tout cas, une manière de grosse bête cynomorphe… de fait, il y en a, des animaux, dans ce petit univers: un cheval pure race, des chouettes frémissantes, des chevreuils paniqués, un serpent non venimeux en forme de S ondoyant, un crapaud sacrificiel, la furtive petite souris des dents et… le susdit loup. Surtout, il y a indubitablement un mystère. Est-il surnaturel ou métaphorique ? Fantastique ? Allégorique ? Folklorique (après tout, la Bête du Gévaudan aussi déshabillait ses victimes, parait-il) ? Il se joue, en tout cas, cet onctueux mystère, près, tout près, de la nature forestière, dense, intime et capiteuse, dans les coins et racoins des bouquets d'arbres et d'une rivière. Et il se joue de nuit, et bel et bien à l'encontre de toute morale configurée… La lune est posée dans le ciel, comme une hostie plongée dans un crachat, lumineuse, mais marquée de signes indélébiles et incompréhensibles. Puis les nuages s'en mêlent, griffent, salissent et zèbrent le cercle. Et ce loup qui est en maraude, cet animal qui (nous) hante, on le sent bien vite que, bon, c'est aussi possiblement (oui ? non ?) un homme. Un homme puissant, mystérieux, semi-onirique, partiellement fantasmé, que cette remarquable plume de femme fait émerger de toutes parts, en lacérant le petit contexte familial, amical, matrimonial, belledochial, en le craquelant, ce bien petit contexte, en le condamnant à tomber en poussière pour devenir le lit de cendres (des passions) froides ou le sable de la berge de rivière ou se prend une vraie de vraie course folle. Une course folle de femme, surtout. le seul mouvement de cette nuit, c'est cette course. La force d'évocation très fluide, labile et sensorielle de la prose magnifiquement maîtrisée d'Anne Leurquin ne s'explique pas sans se perdre un petit peu. Elle s'exemplifie, préférablement (pas trop non plus – il faut préserver le mystère). Pensez (fatalement) à deux amants faisant l'amour dans le lit d'une rivière et/ou d'une mare (Je veux vivre dans la mare). Et alors, cela devient:
Les corps se frottent, presque insensibles et leurs cheveux se mêlent. le mouvement de l'eau ainsi provoqué enhardit les amants et les enivre. Les vibrations de l'onde les portent et ralentissent leurs mouvements. Il n'existe plus de reflets sur les chairs. Leurs circonvolutions au fond de l'eau sont flouées, incessantes, peu fidèles. Les corps de lumière ont disparu depuis quelques minutes. Les vêtements liquides se collent et se gonflent doucement les uns contre les autres.
Il faut alors juste se laisser emporter. C'est exaltant, tourbillonnant, jubilatoire. D'amour et de folie, le loup les déshabille... Elles n'en sortiront pas autrement que lacérées, tringlées, déglinguées, exaltées, comblées… ou pas… Et les mecs ne s'en tireront pas si facilement eux non plus... C'est que les lectrices et les lecteurs d'Anne Leurquin deviennent imparablement des êtres altérés, déliés, déjoués. Tout se désarticule et le sens des mots fait partie d'un monde qu'ils fuient. Il faut lire cet ouvrage, et justement il faut le lire, pour tout dire, parce que cela vous marque.

Paul Laurendeau
mai 2013

Lien : http://librairie.immateriel...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leloup
  22 juin 2013
Le loup les déshabille (Anne Leurquin)
une lecture de Paul Laurendeau
Anne Leurquin, le loup les déshabille, Montréal, ÉLP éditeur, 2013, formats ePub ou PDF, 3,49 euros ou 4,99 $.
C'est un monde où les crédules s'auto-envoûtent, deviennent leur propre proie. C'est un tout petit monde, ordinaire, banalisé mais surtout: subtilement sensualisé et fantasmagorisé. C'est aussi un univers rural mais moderne. Il y a des téléphones portables, des véhicules quatre par quatre, de beaux lits tendance avec boutis, des appentis de fermes, des poulaillers, des chevaux que l'on monte, des curés de village blasés, de vieilles jeteuses de sort trépidantes, des clochards sylvestres, des convives inamovibles au café du coin, des enfants espiègles qui attendent la souris des dents, des maris aux abois et des épouses qui tendent à batifoler avec le tonique et viril vendeur d'assurance du hameau, ou à s'en parler, ou à en rêver. Ce monde (notre monde, en fait, sans plus), Anne Leurquin nous le (re)trace langoureusement, nous l'esquisse furtivement, comme si elle le dessinait pour la première fois.Il nous est livré, ce petit univers de notre monde, avec beaucoup de poésie, de charme, de faconde, souvent en de courts paragraphes vifs et hachés.
Et, toujours est-il que, dans ce monde là… une sorte de loup, cette nuit là, s'est évadé d'un vague jardin zoologique… S'amorce alors un tourbillon de faits brossés, souvent dans la pénombre, qui va nous placer bien en porte-à-faux entre le conte cruel, le roman de moeurs et le récit d'atmosphère.
On cherche un loup ou, en tout cas, une manière de grosse bête cynomorphe… de fait, il y en a, des animaux, dans ce petit univers: un cheval pure race, des chouettes frémissantes, des chevreuils paniqués, un serpent non venimeux en forme de S ondoyant, un crapaud sacrificiel, la furtive petite souris des dents et… le susdit loup. Surtout, il y a indubitablement un mystère. Est-il surnaturel ou métaphorique ? Fantastique ? Allégorique ? Folklorique (après tout, la Bête du Gévaudan aussi déshabillait ses victimes, parait-il) ? Il se joue, en tout cas, cet onctueux mystère, près, tout près, de la nature forestière, dense, intime et capiteuse, dans les coins et racoins des bouquets d'arbres et d'une rivière. Et il se joue de nuit, et bel et bien à l'encontre de toute morale configurée… La lune est posée dans le ciel, comme une hostie plongée dans un crachat, lumineuse, mais marquée de signes indélébiles et incompréhensibles. Puis les nuages s'en mêlent, griffent, salissent et zèbrent le cercle. Et ce loup qui est en maraude, cet animal qui (nous) hante, on le sent bien vite que, bon, c'est aussi possiblement (oui ? non ?) un homme. Un homme puissant, mystérieux, semi-onirique, partiellement fantasmé, que cette remarquable plume de femme fait émerger de toutes parts, en lacérant le petit contexte familial, amical, matrimonial, belledochial, en le craquelant, ce bien petit contexte, en le condamnant à tomber en poussière pour devenir le lit de cendres (des passions) froides ou le sable de la berge de rivière ou se prend une vraie de vraie course folle. Une course folle de femme, surtout. le seul mouvement de cette nuit, c'est cette course. La force d'évocation très fluide, labile et sensorielle de la prose magnifiquement maîtrisée d'Anne Leurquin ne s'explique pas sans se perdre un petit peu. Elle s'exemplifie, préférablement (pas trop non plus – il faut préserver le mystère). Pensez (fatalement) à deux amants faisant l'amour dans le lit d'une rivière et/ou d'une mare (Je veux vivre dans la mare). Et alors, cela devient:
Les corps se frottent, presque insensibles et leurs cheveux se mêlent. le mouvement de l'eau ainsi provoqué enhardit les amants et les enivre. Les vibrations de l'onde les portent et ralentissent leurs mouvements. Il n'existe plus de reflets sur les chairs. Leurs circonvolutions au fond de l'eau sont flouées, incessantes, peu fidèles. Les corps de lumière ont disparu depuis quelques minutes. Les vêtements liquides se collent et se gonflent doucement les uns contre les autres.
Il faut alors juste se laisser emporter. C'est exaltant, tourbillonnant, jubilatoire. D'amour et de folie, le loup les déshabille... Elles n'en sortiront pas autrement que lacérées, tringlées, déglinguées, exaltées, comblées… ou pas… Et les mecs ne s'en tireront pas si facilement eux non plus... C'est que les lectrices et les lecteurs d'Anne Leurquin deviennent imparablement des êtres altérés, déliés, déjoués. Tout se désarticule et le sens des mots fait partie d'un monde qu'ils fuient. Il faut lire cet ouvrage, et justement il faut le lire, pour tout dire, parce que cela vous marque.

Paul Laurendeau
mai 2013

Lien : http://librairie.immateriel...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
leloupleloup   22 juin 2013
C’est l’heure où les lumières tombent et restent dans
les arbres. La lune, pleine, est presque ronde. Des nuages
passent sur son ventre, très vite. Les animaux des bois
s’arrêtent, pétrifiés. Ils écoutent. La lune roule sa lumière
diaphane. Les hommes se laissent hypnotiser par sa
lumière de rêve, fraîche, comme provenant d’un cours
d’eau absolument silencieux.
Dans le zoo, une bête en cage essaye de courir, ses
pattes se croisent au galop. Sa fourrure danse autour de
son corps. Ses yeux sont fixes et ronds comme la lune.
Un bruit et une odeur femelle lui parviennent. Alors la
bête s’immobilise et hurle.
o0o
« Tu vois qu’on a eu raison de s’appeler ! »
Elvire se jette sur Tristan et l’embrasse encore. Leurs
dents se cognent, leurs respirations s’embrasent et se
confondent. La fraîcheur de leur bouche les console de
cette envie qui les torture depuis des jours. Ils restent là
à se boire, à se griffer, à s’interdire d’aller jusqu’au bout.
Jusqu’où ? Puis, après des siècles sans entrouvrir les
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leloupleloup   22 juin 2013
C’est l’heure où les lumières tombent et restent dans
les arbres. La lune, pleine, est presque ronde. Des nuages
passent sur son ventre, très vite. Les animaux des bois
s’arrêtent, pétrifiés. Ils écoutent. La lune roule sa lumière
diaphane. Les hommes se laissent hypnotiser par sa
lumière de rêve, fraîche, comme provenant d’un cours
d’eau absolument silencieux.
Dans le zoo, une bête en cage essaye de courir, ses
pattes se croisent au galop. Sa fourrure danse autour de
son corps. Ses yeux sont fixes et ronds comme la lune.
Un bruit et une odeur femelle lui parviennent. Alors la
bête s’immobilise et hurle.
o0o
« Tu vois qu’on a eu raison de s’appeler ! »
Elvire se jette sur Tristan et l’embrasse encore. Leurs
dents se cognent, leurs respirations s’embrasent et se
confondent. La fraîcheur de leur bouche les console de
cette envie qui les torture depuis des jours. Ils restent là
à se boire, à se griffer, à s’interdire d’aller jusqu’au bout.
Jusqu’où ? Puis, après des siècles sans entrouvrir les
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leloupleloup   22 juin 2013
Qui peut souffrir peut tout oser
Commenter  J’apprécie          10
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3350 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre