AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782849490914
144 pages
Éditeur : Petit à Petit (20/09/2007)

Note moyenne : 4/5 (sur 74 notes)
Résumé :
"Tous les jours pareils. J'arrive au boulot (même pas le travail, le boulot) et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons, et des collègues que, certains jours, on n'a pas envie de retrouver. Même pas le courage de chercher un autre emploi. Trop tard. J'ai tenté jadis... et puis non, manque de courage pour ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
gill
  21 janvier 2015
Tous les jours pareils. J'arrive au boulot. Et ça me tombe dessus comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe.
Ne travaillez Jamais !
"Putain d'usine" est d'abord un roman écrit par Jean-Pierre Levaray.
Il est publié, en 2002, aux éditions de l'insomniaque dont le but est d'affirmer la vitalité persistante de l'esprit critique en éditant des textes dissidents que les épiciers d'un marché de la lecture toujours plus normalisé vouent à l'obscurité.
Le livre rencontre un grand succès.
Puis, par le biais d'une rencontre "Putain d'usine" devient une BD.
C'était dans les années 70. On quittait l'école, diplôme en poche.
Après le temps des amours, il fallait entrer dans le monde du travail : "La vie active !".
Le trip classique de deux mômes des "seventies".
A l'époque, ils ne parlaient que de soleil et de farniente.
Depuis, 27 ans ont passé, les rêves ont disparu....
Jean-Pierre Levaray nous raconte la vie désespérante d'un travailleur à l'usine.
Efix, de sa plume talentueuse, illustre le propos.
Le résultat, sincère, teinté d'anarchie et empli d'humanité, est magnifique.
L'album est sombre, souvent triste, tragique parfois.
Il est un cri de révolte.
Si on avait un peu de jugeote, on déguerpirait vite fait.
Entre le chômage et la mort, y a pas photo. Morceau d'alternative !
Pourtant, je sais que demain j'irai encore bosser....Putain d'usine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          761
marina53
  12 septembre 2015
Une vague de désespoir s'abat sur lui dès qu'il pénètre dans l'usine. Un travail subi plus que choisi. Un vie bouffée. Pas le courage de chercher un autre boulot. Un malaise qui le touche, lui et ses collègues. Pourtant, tous les jours, il y retourne dans cette usine classée Seveso. Il raconte son quotidien au travers d'une quinzaine de chapitres. La pénibilité du travail, les horaires, le rythme infernal des machines, les accidents mortels, l'usure des corps et des âmes, les manifs, les grèves, l'apéro avec les collègues, les syndicats...
Adapté du roman éponyme de Jean-Pierre Lavaray, cet album raconte simplement la vie d'un salarié. Son quotidien morne et gris. Malgré l'envie de tout plaquer, il semble résigné. Un ton résolument sombre, presque désespérant tant l'avenir semble bouché. L'auteur nous livre un témoignage profondément sincère et brut. le dessin de Efix sert à merveille ce quotidien morose et rude : un noir et blanc tout en justesse et des personnages croqués au vif.
Putain d'usine!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          650
blandine5674
  28 mai 2019
Fort, révoltant, triste, injustice, non-reconnaissance, dégoût, déprime, cancer, méprise du patronnât, syndicat, grève, copains, alcool. Peuple de prolos anonymes (les vrais hommes) qui travaillent dans une usine chimique semblable à l'usine AZF de Toulouse qui a explosé. Mais que faire d'autre quand on a une femme, des enfants, des crédits sur le dos ?
BD en noir et blanc qui m'a énormément touchée.
Commenter  J’apprécie          310
Ziliz
  20 mars 2012
En une quinzaine de zooms, appelés 'chapitres nouvelles' par le dessinateur, les auteurs nous montrent le quotidien difficile des ouvriers d'une usine classée Seveso.
Fatigue des "senior", pénibilité des 3/8, impression de gâcher sa vie, envie de tout plaquer mais en même temps peur du chômage, accidents du travail parfois mortels, peur, alcoolisme, hiatus manoeuvres/cadres... Quelques moments de trêve : les amitiés viriles, l'apéro (à consommer avec modération car la déprime pousse vite vers l'abus), le soutien des syndicats, les grèves et manifs.
A l'instar du propos, la forme de cette BD est très sombre : le fond et le cadre sont souvent noirs, et cette couleur est également prégnante dans les dessins chargés.
Un album très intéressant sur la condition ouvrière mais aussi plus généralement sur le malaise au travail, susceptible de toucher tout le monde, a fortiori en période de crise économique. De quoi relativiser encore une fois sur sa propre vie mollassonne de fonctionnaire, émaillée d'autres difficultés certes, mais de gravité moindre.
Pour couronner le tout : une postface riche sur chacun des deux auteurs, on aimerait avoir ce genre d'informations plus souvent dans les BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
jamiK
  04 mars 2019
Voici une bande dessinée édifiante qui parle sans concession du monde de l'industrie, du travail qui use, qui tue, du travail pénible, et de l'économie sans éthique, et cela se passe chez nous, en France. Les auteurs nous racontent la vie au quotidien dans ce type d'usine qui ont fait parler d'elle au début des années 2000, vous vous souvenez sans doute de l'explosion de l'usine AZF de Toulouse. C'est bien ce ça dont il est question.
Les illustrations sont souvent au crayon, sans encrage, pour donner une ambiance de reportage, de témoignage, l'encadrement noir des pages leur donne un aspect funéraire, ce n'est pas fortuit, les accidents dramatiques sont fréquents, plus tous les suicides, les pétages de plombs, les cancers dus aux produits dangereux et au non respect des normes de sécurité. C'est un constat terrible. C'est surtout une bande dessinées que tous les cadres, les politiques devraient lire absolument, et tout ceux qui croient encore aux sirènes de l'émancipation au travail, du développement de soi par le travail et autres foutaises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   21 janvier 2015
L'alcool rend nostalgique, aussi...Il fait remonter le passé à la surface.
A 14 ans, Yves était entré dans la marine nationale !
A 25 ans, il regagne la terre ferme, le plancher des vaches, comme on dit.
Il ne s'habitue pas. Alors il boit...comme un marin au port.
Et il nous raconte...les bateaux. Il nous fait visiter les océans.
Il nous raconte les tempêtes, la peur, le courage, l'amitié virile.
L'exotisme s'invite à notre table.
On y est. Avec le jaja, rien n'est trop cliché, juste beau.
En revanche, passé le quatrième verre, Yves devenait violent.
Il est mort, lui aussi.
A 48 ans, son coeur ne l'a plus supporté.
Trop de trop.
Il ne reverra pas la mer et nous non plus...
On ne verra plus celle-là. Sa mer.
Depuis on boit un peu moins....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
ChezLoChezLo   12 août 2011
Tous les jours pareils. J'arrive au boulot (même pas le travail, le boulot) et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons, et des collègues que, certains jours, on n'a pas envie de retrouver. Même pas le courage de chercher un autre emploi. Trop tard. J'ai tenté jadis... et puis non, manque de courage pour changer de vie. Ce travail ne m'a jamais satisfait, pourtant je ne me vois plus apprendre à faire autre chose, d'autres gestes. On fait avec, mais on ne s'habitue pas. Je dis " on " et pas " je " parce que je ne suis pas seul à avoir cet état d'esprit : on en est tous là...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marina53marina53   12 septembre 2015
Si le travail était une si bonne chose, les riches se le garderaient pour eux !
Vieux dicton catalan
Commenter  J’apprécie          350
Marti94Marti94   18 août 2019
Demande est faite d'être reçus par la direction.
Au début, c'est toujours non, mais on ne se laisse pas faire.
Vêtus de nos tenues de travail, on investit les bureaux.
Ils n'aiment pas nous voir en bleu. Ni nous voir tout court. Nous qui ne représentons qu'une masse salariale, un coût fixe qu'il faut toujours réduire...
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674blandine5674   27 mai 2019
Trop de copains sont morts sans attendre la retraite. C’est dans les statistiques : les ouvriers vivent moins longtemps que les cadres.
Commenter  J’apprécie          172

Videos de Jean-Pierre Levaray (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Levaray
Jean-Pierre Levaray : du temps des luttes à une paix sociale de rigueur... .
autres livres classés : usinesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3997 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..