AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782846331531
151 pages
AlterEdit (01/02/2007)
3.7/5   15 notes
Résumé :

Un soir qu'il sort d'un dîner, boulevard Lannes à Paris, un jeune journaliste parisien découvre, par hasard, trois assassins après leur forfait.

Par déduction, il découvre le lieu du crime. A la vue de la victime et de son environnement, il décide de falsifier les preuves laissées par les meurtriers et d'en créer de nouvelles qui lui permettraient de réaliser un scoop...

Mal lui en prend car il va vivre... l'Épouvante ! qu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 15 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

Christophe_bj
  06 mai 2020
Maurice Level (Vendôme 1875 – Rueil 1926) fut un auteur de romans policiers, fantastiques et d'épouvante et aussi un dramaturge dont le genre de prédilection était le Grand-Guignol, dont l'équivalent moderne est le «gore». Si aujourd'hui elle est bien oubliée, son oeuvre connut un certain succès de son vivant et il fut un écrivain prolifique. ● L'Épouvante est un roman policier original en ce que son protagoniste s'accuse d'un meurtre odieux qu'il n'a pas commis. Journaliste, Onésime Coche croise par hasard, en sortant d'un dîner chez un ami, une bande de trois criminels qui viennent de tuer un vieil homme à son domicile pour le voler. Onésime retrouve l'appartement de la victime et y modifie la scène de crime pour que tout l'accuse. Il espère ainsi pouvoir obtenir un scoop et vivre de lui-même le cheminement d'un accusé à travers le système policier et judiciaire de son époque pour mieux le dénoncer. Mais peut-être va-t-il se rendre compte que son stratagème est des plus périlleux. ● Si l'argument est original, il n'est pas extrêmement crédible, surtout dans ses développements, jusqu'à la scène ultime. de plus, habitués que nous sommes à des thrillers glaçants et aux multiples rebondissements, on pourra trouver que le récit est un peu plat et par moments assez longuet, et que le titre ne se trouve pas vraiment justifié par l'histoire. Néanmoins l'ouvrage se lit sans déplaisir et on a envie de connaître le fin mot de l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
HORUSFONCK
  26 mars 2020
C'est le domaine public, gratuit et numérique, qui me fit découvrir Maurice Level en 2018 avec Les portes de l'enfer.
L'épouvante présente une étrange trame policière et grand - guiniolesque. Peut-il en être autrement, quand le crime est sanglant et que la guillotine se profile à l'horizon gris d'un journaliste mal inspiré?
Onésime Coche (tu parles d'un nom...) va s'empêtrer dans une machination qu'il monte...contre lui-même! Les raisons en sont aussi grotesques que certains paris d'ivrognes... tant il est vrai qu 'Onésime n'a pas forcément les idées si claires et bien en place après un bon dîner chez un ami!
L'histoire est-elle si invraisemblable que cela? Peut-être pas, si l'on tient compte de la naïveté, de l'orgueil et de l'arrivisme de Coche!
Le journaliste va réviser beaucoup de ses clichés et idées reçues quand aux flics et à la magistrature... Sans doute bien ou trop tard....
Étrange roman, donc, cruel et documentaire dans beaucoup de descriptions. épouvantable (c'est dans le titre) et destiné à susciter l'effroi chez le lecteur qui suit Onésime Coche dans son absurde cheminement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Zazaboum
  26 novembre 2021
Un petit roman policier français datant de 1908 où nous avons le loisir de croiser Onésime Coche, journaliste moyen, très moyen dirons-nous !
En sortant d'une soirée un peu arrosée, il aperçoit à la lueur d'un réverbère 3 personnes qui s'avèrent être des cambrioleurs. Il se dit qu'il pourrait retrouver la maison qui a été visitée et dans laquelle il trouve un homme sauvagement assassiné ! L'idée d'un scoop le met en joie et il décide de falsifier les preuves afin de mener les policiers sur sa piste puis de leur démontrer leur grossière erreur et son innocence !
Idée saugrenue et bien sotte mais dans laquelle il persiste jusqu'à ressentir les affres du coupable en cavale ! Tel est pris qui croyait prendre... le dénouement est un heureux hasard qui prête à sourire, pour nous, comme pas mal de moments d'ailleurs dans cette lecture agréable où la bêtise humaine est menée assez loin ! Les pensées d'Onésime Coche sont des grands moments d'imbécilité et d'autosatisfaction !
Challenge RIQUIQUI 2021
Challenge XIXè SIECLE 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
CelineTH7854
  01 juillet 2020
Un journaliste surprend trois malfaiteurs, portant des objets sous le bras, l'un d'eux ayant en outre une importante blessure au visage. Il se met à la recherche de la maison qu'ils viennent probablement de dévaliser et tombe sur un cadavre encore chaud. Lui vient alors une idée "brillante" : jouer avec la police, pour qui il n'a que peu d'estime, en semant des indices derrière lui et se faire arrêter comme auteur du meurtre, ce qui sera l'occasion pour lui d'écrire l'article de sa vie ! Mais cela ne va pas se passer tout à fait comme prévu... Un roman très original, qui se lit tout seul et d'une seule traite, avec un clin d'oeil à l'inspecteur Lecoq d'Emile Gaboriau.
Commenter  J’apprécie          200
Lucas2
  04 novembre 2020
Une bien drôle d'intuition.
Onésime Coche, journaliste, croise par hasard des meurtriers dans la rue.
Les laissant s'échapper, il remonte leurs traces pour découvrir le lieu de l'assassinat.
Sentant le reportage sensationnel, et ayant dans l'idée de jouer le premier rôle tout en ridiculisant la police, il décide de semer de faux indices, la plupart le ramenant à lui.
Il sera ainsi le seul à pouvoir démêler avant tout le monde, le vrai du faux dans cette affaire…
Alors là, chapeau. Çà c'est de l'esprit tordu ! Il faut vraiment aimer être dans la panade, pour rechercher à ce point des "complications formidables".
A mon humble avis, ce qui va arriver à notre reporter est amplement mérité.
Tout au long de la lecture, j'étais en contradiction sur un point crucial. On parle quand même de meurtre là.
Falsifier des preuves, jouer un tour à la police, c'est bien… démasquer les vrais coupables, c'est mieux.
Il a fait quoi, de sa semaine de villégiature ? Rien de mieux que flâner dans Paris...
Il n'a jamais entendu parler des erreurs judiciaires ? de l'affaire du courrier de Lyon, par exemple ? (lire Bernède à ce sujet)
Ah ben si, en plein dans le mille, l'auteur nous l'indique sur le tard, "souvenez-vous de Lesurques !".
De plus, il faut avouer qu'il aime s'écouter parler, Onésime Coche. Et çà brode, et çà brode, c'est parfois usant.
Il y a néanmoins de très bons côtés, outre la sympathique plume de l'auteur, hormis les longueurs, le renversement de situation final est royal !
(plus d'avis sur PP)

[...pour le plaisir... attention je "spoile" un peu :
...Et je ne résiste pas à vous faire part de ce que j'aurai rêvé de mettre dans mon avis "bis" sur cet ouvrage :
(Onésime Coche, à la police :) Mais… je suis innocennnt !
Vous pouvez développer ? Je suis innocennnt !
Ah… Autant pour moi, çà doit être une erreur. Je me confonds en excuses, vraiment désolé…
- Nan, mais, vous allez comprendre. Alors voilà : j'ai supprimé les preuves des vrais coupables, et je les ai remplacées par d'autres, qui m'accusent.
Comme çà, quand vous m'accusez, je pourrais dire "alors là, vous êtes nuls dans la police, moi je sais. C'est les autres, les coupables".
- Et c'est qui, les coupables ?
- Euh...
- Punaise, vous êtes un champion, vous...
Le pire, c'est que dans la vraie vie, c'est comme çà. Comme le décrit l'auteur.
Des idées foireuses énormes, des mots ou gestes qui ne viennent pas quand c'est le moment de les sortir... mais on peut pas l'écrire, parce que çà ne parait pas réaliste, des bêtises pareilles.
Même le dénouement final, qui est d'une géniale surprise, çà part d'une bêtise énorme !
Finalement, j'aurai bien mis un peu plus que 3*... pour les souvenirs, parce que je ne suis pas prêt de l'oublier, Onésime !]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
HORUSFONCKHORUSFONCK   24 mars 2020
Magie des souvenirs ! Éternelle enfance des hommes. Il
frissonna en évoquant le temps où tout petit, il cachait sa tête
sous les draps pour ne pas entendre les grandes plaintes inconnues
qui, la nuit, traversent les jardins, et retrouva pendant une
seconde la douceur du baiser maternel tant de fois posé sur son
front.
Commenter  J’apprécie          70
HORUSFONCKHORUSFONCK   24 mars 2020
Il était plus de huit heures. Depuis longtemps, bien des gens avaient acheté le Monde, et personne ne semblait soupçonner le drame.
Commenter  J’apprécie          140
paulmaugendrepaulmaugendre   03 septembre 2020
Il avait [déjà] éprouvé cette même sensation inattendue et nette d'être quelqu'un, de porter en lui de grandes choses, et de se dire: «En ce moment, si j'avais une plume, de l'encre et du papier, j'écrirais des phrases immortelles...»
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : défiVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2451 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre