AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259215404
Éditeur : Plon (01/06/2017)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
La royauté vue du côté des femmes.

En 1654, Christine de Suède abdique et abandonne son trône au profit de son cousin, déclenchant ainsi un des plus grands scandales du siècle : mais cette femme de caractère, libre et indépendante, a longuement mûri sa décision qui est irrévocable. Elle brise ainsi tous les codes de la succession et tous les usages de la cour. Avant elle, seul Charles-Quint, malade et vieillissant, avait renoncé volontairement au trôn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
lehibook
  07 avril 2020
» Ce n'est pas « Vues et images » ou Stéphane Berne qui parle ici des reines mais une historienne ce qui garantit un peu plus de sérieux . Outre les notices biographique il est question du rapport des femmes au pouvoir et du pouvoir des femmes .
Commenter  J’apprécie          10
MissNekomangas
  01 février 2020
J'ai emprunté ce livre à la médiathèque en pensant que je ne lirais que les entrées qui m'intéresseraient. Surprise ! J'ai été tellement prise dans ma lecture que j'ai tout lu, du début à la fin. À mettre dans les mains de tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de la monarchie en Europe !!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 août 2017
Les princesses européennes rêvaient d’épouser un roi, le statut de reine étant pour elles le plus enviable de tous. Et pourtant que de déboires ! Les mariages princiers obéissaient à des stratégies politiques mais on ne se souciait nullement des affinités ou de l’âge des futurs conjoints. Les reines n’étaient que des monnaies d’échange – diplomatie oblige. Très jeunes, elles se voyaient arrachées à leur patrie d’origine, à l’affection de leur famille qu’elles quittaient sans espoir de retour. Arrivées dans une cour étrangère dont elles ne maîtrisaient pas forcément la langue et les codes, elles n’étaient pas toujours accueillies avec bienveillance. L’amour était rarement au rendez-vous. Si leur époux ne leur témoignait pas quelque intérêt, elles restaient isolées sans parvenir à s’imposer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 août 2017
Souveraines et princesses héritières font le bonheur des médias. Elles apparaissent presque quotidiennement sur des vidéos relayées par Internet. Les plus jeunes font « la une » de la presse dite « people » et soulèvent parfois des passions. Un public attendri suit leurs apparitions, commente leurs tenues, leurs coiffures, s’enflamme pour leurs amours et pleure sur leurs déboires conjugaux. Cette proximité factice fait naître la sympathie et rapproche ces icônes modernes du commun des mortels. Le feuilleton de ces existences renouvelé à chaque génération continue d’émouvoir les foules. Ces femmes dynamiques nourrissent les phantasmes et les rêves de millions de fidèles. Dans nos démocraties, elles incarnent, à leur façon, ce qu’on appelait autrefois le mystère de la monarchie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 août 2017
Seules les souveraines régnantes parvinrent à mener leur vie amoureuse comme elles le souhaitaient. Malgré la légende de reine vierge qu’elle tissa de son vivant, Élisabeth Ire eut sans doute des amants sans causer de scandale. Rien de tel avec les tsarines du XVIIIe siècle. Parvenues chacune au pouvoir après un coup d’État , elles affichèrent leurs liaisons avec une ostentation souvent surprenante pour les ambassadeurs des autres puissances en poste à Saint-Pétersbourg. Veuve de Pierre le Grand, Catherine Ire, qui ne régna que deux ans, était une ancienne servante livonienne que le tsar avait fini par épouser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 août 2017
Donner des héritiers au trône était leur premier devoir. Jusqu’au XVIe siècle, on compte plusieurs annulations de mariage pour stérilité imputée à la femme du souverain. On n’imaginait pas que la semence royale pût être impropre à la procréation et on croyait volontiers que le sexe des enfants était déterminé par la nature de la mère. Culpabilisées à la naissance d’une fille, les reines versaient des larmes et promettaient de faire mieux la prochaine fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lehibooklehibook   07 avril 2020
..le mariage morganatique ,le plus étonnant , le plus surprenant , le plus incroyable , le plus extravagant , le plus contraire à l'esprit de celui qui l'avait voulu fut celui de Louis XIV avec Mme de Maintenon.En 1683, le descendant de St Louis épousait en secret la fille d'un petit gentilhomme de mauvaise vie , voleur et assassin, un certain constant d'Aubigné qui laissa une veuve et une fille sans ressources.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Evelyne Lever (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Evelyne Lever
Révolte et révolution, une plongée dans l'Histoire pour mieux comprendre le présent - Extrait
autres livres classés : reinesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marie-Antoinette

Quelle est la date de naissance de Marie-Antoinette?

3 août 1753
16 septembre 1754
2 novembre 1755
3 octobre 1756

23 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Marie-Antoinette de Evelyne LeverCréer un quiz sur ce livre