AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

André Maugé (Traducteur)
EAN : 9782253053965
189 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (21/03/2001)
3.55/5   11 notes
Résumé :

Ce livre, le dernier paru de l'auteur, est un recueil de contes et de réflexions sur le monde et " ses remous ". Ici, comme dans ses essais-réflexions, Primo Levi pose un regard à la fois indulgent et implacable sur les hommes. " Je prie le lecteur de ne pas aller en quête de messages. C'est un moi que je déteste, parce qu'il me laisse perplexe, qu'il met sur moi des vêtements qui ne sont pas les miens, et qui appatiennent m&... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
lilicrapota
  29 octobre 2011
Ouais bof

Recueil de petits écrits qu'on ne peut ni qualifier de « nouvelles » (le genre ne s'y prête pas) ni de « prose poétique » ni même de « contes » (et pourtant l'auteur a intitulé la première partie « contes » et la deuxième « réflexions »). Sur le style en lui-même rien à dire, mais le sens, la narration en elle-même m'ont laissé de marbre : dans les « contes » c'est une suite de petites histoires si on peut les appeler comme ça sans véritable début ou fin, sans non plus que ce soit des instants suspendus dans le temps comme on peut trouver parfois en prose poétique. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est sans intérêt, mais simplement on devine le cheminement de l'auteur : une idée, juste une, pointe le bout de son nez, il se dit ah elle est bonne cette idée ! mais elle n'est ni assez dense ni assez creusée pour en faire un roman alors il s'en sert pour faire une toute petite histoire… l'idée est sauvegardée mais le sens s'est vidé…

Quant à la partie « réflexions », les thèmes qui reviennent le plus souvent sont ceux de sa propre vie (si j'ai bien compris) : chimiste de formation, il a été déporté à Auschwitz pour y exercer son métier. Il y en a deux que j'ai particulièrement apprécié : « du commérage » (thème sur lequel j'avais travaillé, avec difficultés !!!) et « sic » expression que j'utilise sans jamais avoir été capable de l'expliquer (et lui l'a très bien fait). Je vous en livre un extrait : « Ce « sic » est l'équivalent du mat aux échecs, ou de la balle impossible à rattraper au tennis : de même que ces coups il est sans pitié et, comme eux, suppose une faute de la part de l'adversaire. Ce peut être une faute vénielle, une bévue grammaticale ou même orthographique, mais le sic, ce sanglot de surprise vertueuse et scandalisée, l'agrandit immensément, l'éclaire d'une lumière sans ombres, le met au centre de l'attention du lecteur. … Comment pouvez-vous lui faire confiance ? Il a mis le sujet à l'accusatif : donc, chacune de ses affirmations est suspecte et chacun de ses jugements est à prendre avec des pincettes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CalibanCaliban   29 avril 2017
Sic !
Il faut compter parmi les rares éléments positifs de notre temps l'éclipse du principe d'autorité : il ne viendrait à l'esprit de personne, aujourd'hui, de fortifier ses propres affirmations en recourant à des citations tirées de classiques grecs ou latins comme le faisait Montaigne, qui était cependant un esprit ouvert, critique et plein de bon sens . Et pourtant quel plaisir délicat éprouve-t-on toujours lorsqu'on parvient à mettre la main sur une citation élégante et rare !
D'où vient ce plaisir ? C'est parfois la satisfaction sincère de se trouver tellement d'accord avec le grand auteur qu'on peut en insérer un fragment dans notre propre tissu sans que se manifestent des irritations à la lisière du transplant ou des réactions de rejet, mais, plus souvent, c'est un plaisir moins noble, une façon de dire au lecteur :"Voilà, je puise à des sources que tu ne connais pas, je sais une chose que tu ne sais pas, je suis donc situé un peu plus haut que toi ."
Le besoin de citer est si fort que certains écrivains le font inconsciemment, à la façon dont se déplacent les somnambules : lorsqu'ils relisent ce qu'ils ont écrit, parfois avec un recul de plusieurs années, ils y retrouvent le passage choisi, qui a trouvé le chemin menant des profondeurs à la page sans intervention de la volonté . Le phénomène de la citation inventée est presque complémentaire : Rabelais,Borges, Wilcock sont des maîtres dans l'art de citer des phrases merveilleuses extraites de livres inexistants d'auteurs inexistants ( ou même existants ) .
Sur le plan de la polémique, on sait à quelles bassesses on peut se livrer, souvent impunément,en citant le texte adverse de façon incomplète ou inexacte . On peut obtenir des effets voyants en omettant une phrase ou en cousant bout à bout deux qui étaient séparées; le sommet est atteint , et l'on totalise un nombre de points décisif, quand on réussit à insérer des crochets dans le corps de la citation et à écrire dedans "sic !" .
Ce sic est l'équivalent du mat aux échecs, ou de la balle impossible à rattraper au tennis : de même que ces coups il est sans pitié et, comme eux, il suppose une faute de la part de l'adversaire . Ce peut être une faute vénielle, une bévue grammaticale ou même orthographique, mais le sic, ce sanglot de surprise vertueuse et scandalisée, l'agrandit immensément, l'éclaire d'une lumière sans ombres, le met au centre de l'attention du lecteur . SIC : celui que je cite ici, et avec lequel évidemment, je diffère d'opinion comme toute personne sensée, oui, Messieurs, est un âne . Il ose écrire dans notre langue, mais il ne la connait pas, ce qui l'amène à écrire de telles énormités : oui, sic, c'est bien ce qu'il dit, comparez donc avec l'original . Comment pouvez-vous lui faire confiance ? Il a mis le sujet à l'accusatif : donc, chacune de ses affirmations est suspecte et chacun de ses jugements est à prendre avec des pincettes .
[13 mars1977 ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CalibanCaliban   21 avril 2017
Quand la neige sera toute fondue
Nous irons en quête du vieux sentier,
Celui qui se couvre de ronces
Au pied du mur du monastère,
Et tout sera comme autrefois .

Bien cachées dans la bruyère,
Nous retrouverons des herbes
Dont je ne puis citer le nom :
Je le rapprends le samedi
Mais le lendemain je l'oublie .
On m'a dit qu'elles sont rares
Et bonnes contre le mal
Qui a nom mélancolie .

Tendres comme des nouveau-nés,
Au bord du chemin les fougères
Sont sorties à peine de terre,
Enroulées en crosses et en spires,
Et cependant
Déja prêtes pour leurs amours--
Des amours alternés et verts,
Beaucoup moins simples que les nôtres .

Leurs germes sont impatients,
Petits mâles, petites femelles,
Dans les sporanges couleur de rouille,
A la pluie ils 'élanceront,
Nageant dans la première goutte,
Pressés de s'unir et agiles,
Vivent les nouveaux époux !

Nous sommes bien las de l'hiver :
Du gel la morsure a laissé sa marque
Sur la chair, l'esprit, la boue et l'écorce,
Vienne le dégel et fonde le souvenir
Des neiges de l'an passé .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
RevouestRevouest   09 novembre 2011
Aux amis
Chers Amis, si je vous appelle ainsi
C'est au sens large de ce mot :
Femme, soeur, cousins, camarades,
Compagnes et compagnons de jeunesse,
Et vous rencontrés une seule fois
Ou pratiqués toute la vie,
Pourvu qu'entre nous, fût-ce un seul moment,
Une corde ait été tendue.

A vous, compagnons d'un chemin
Que n'a pas épargné la peine,
Mais à vous aussi qui avez perdu
Le coeur et l'envie de vivre.
Personne ou quelques uns, un seul ou toi
Qui me lis : souviens-toi du temps
Avant que se fige la cire :
Chacun de nous porte l'empreinte
De l'ami rencontré en route.
Dans les bons et les mauvais jours,
Nous les fous, ou nous les sages,
Chacun porté par chacun.

Maintenant que le temps presse,
Que les combats sont finis,
A vous tous le souhait modeste
Que l'automne soit long et doux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Primo Levi (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Primo Levi
Primo Levi (1919-1987), l’homme en soi : Une vie, une œuvre (France Culture). Photographie : Primo Levi, en 1980. • Crédits : MARCELLO MENCARINI / Leemage - AFP. Un documentaire de Lénora Krief, réalisé par Julie Beressi. Diffusion sur France Culture le 16 novembre 2019. Primo Levi, l'écrivain italien survivant des camps de concentration, a mis fin à ses jours le 11 avril 1987. Avant d’être écrivain, c’était un témoin, un témoin professionnel. Il avait en lui cette urgence et ce besoin irrépressible de transmettre. Avec un style analytique, pur, Primo Levi nous a raconté l’horreur des camps. Le 21 janvier 1946, il commence à travailler à la DUCO, une compagnie de peintures et vernis située en dehors de Turin. C'est là qu'il écrit, sans relâche, ses souvenirs et, sans imaginer en faire un livre, le premier jet de “Si c'est un homme”. Il était habité par ce désir impérieux de ne laisser personne indifférent. Primo Levi racontera plus tard dans “La Trève”, l’impression de rejet qu’il avait ressenti dans le train face aux passagers polonais, à son retour des camps. Plus il parlait de sa condition de juif, plus les gens s’éloignaient. La simplification des faits et la peur de l’oubli le hanteront toute sa vie. Avant d’être déporté, le 22 février 1944, à l’âge de 24 ans, Primo Levi avait obtenu en 1941 un doctorat en chimie avec la plus haute mention. C’était un homme de sciences. À Auschwitz, dans les camps, Primo Levi n’a cessé d’observer, analyser. “Si c'est un homme”, nous met au défi de comprendre l’impossibilité de juger. L’écrivain propose une réflexion objective et lucide sur ce que l’homme est capable de faire à l’homme dans des situations extrêmes. Il refuse de heurter le lecteur et préfère rester en-deçà de l’horreur pour privilégier la réflexion à l’émotion. La tragédie juive contient en elle une portée universelle évidente. La Shoah, bien qu’étant un unicum, comme l’expliquait Primo Levi, est porteuse de leçons sur le comportement humain. Une partie de Primo Levi est définitivement restée à Auschwitz. Même si ses écrits reflètent un certain calme, il demeure dans la douleur de l’expérience concentrationnaire. On peut s’en rendre compte en lisant ses poèmes où, exceptionnellement, il hurle et s’emporte, offrant une image de lui très différente. En citant Jean Améry, il expliquait d’ailleurs : « Qui a été torturé reste torturé. » Sans appartenir à aucune école ni à aucun mouvement littéraire reconnu en Italie, Primo Levi a imposé son propre style et ses propres priorités éthiques et littéraires qui ont fait de lui un auteur à part et très respecté. Son oeuvre a une valeur pédagogique et intemporelle.
Avec : Myriam Anissimov, journaliste et écrivaine, auteur de “Primo Levi ou la Tragédie d’un optimiste” ; Philippe Mesnard, professeur de littérature comparée et de littérature française, auteur de “Primo Levi, le passage d’un témoin” ; Sophie Nezri-Dufour, maître de conférences en littérature italienne contemporaine à Aix-Marseille Université, membre du laboratoire de recherche CAER, Centre Aixois d’Études Romanes, et vice-présidente de l’IECJ, Institut inter-universitaire d’études et de cultures juives ; Daniela Amsallem, ancien maître de conférences d’italien à l’Université Savoie Mont Blanc et spécialiste de la littérature de la Shoah, auteur de l’ouvrage “Au miroir de son œuvre, Primo Levi : le témoin, l’écrivain, le chimiste”.
Lectures : Nicolas Raccah et François Teste.
Archives INA : Hervé Evanno. Recherche internet et documentation : Annelise Signoret. Collaboration : Suzanne Saint-Cast et Julia Martin. En partenariat avec le Centre Primo Levi, expositions rencontres le 15 et 16 novembre : 107 Avenue Parmentier, 75011 Paris.
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Si c'est un homme

Quelle est la forme ce texte ?

C'est un roman.
C'est un recueil de nouvelles.
C'est un récit autobiographique.

10 questions
1096 lecteurs ont répondu
Thème : Si c'est un homme de Primo LeviCréer un quiz sur ce livre