AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Roland Stragliati (Traducteur)
ISBN : 2264034866
Éditeur : 10-18 (01/03/2002)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 46 notes)
Résumé :
De 1943 à 1945, durant les deux dernières années de la guerre, une poignée d'hommes et de femmes ont parcouru toute l'Europe, depuis la Biélorussie jusqu'à Milan.

Pour fuir ? Non, pour se battre. Juifs russes et polonais, ils allaient conquérir au péril de leur vie une dignité nouvelle. Derrière eux, ils laissaient les ghettos, le souvenir des anciens pogroms, de familles exterminées par les nazis. Devant les attendait la Palestine.

Cer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  25 août 2016
Primo Levi s'est inspiré de faits réels pour écrire ce roman. Il s'est appuyé sur une sérieuse bibliographie et le témoignage d'un ami qui, à Milan à l'été 1945, avait travaillé au Bureau d'assistance, venant en aide aux réfugiés. Un roman qui raconte la longue marche d'un groupe de partisans essentiellement composé de juifs partis de Biélorussie jusqu'à Milan, avec l'idée de se rendre en Palestine. Un livre fort, bien écrit, mais qui m'a moins émue que les récits du même auteur. "Si c'est un homme" et "La trêve" ont un impact bien plus important, car ces deux textes ne font que raconter la vérité, mais une vérité dérangeante tant elle est horrible.
Commenter  J’apprécie          340
Gast
  22 mars 2011
Histoire atypique que ce livre, sur une page de la seconde guerre mondiale peu médiatisée : la guerre des partisans telle que menée, derrière les lignes du front de l'Est, par l'Union Soviétique. Ce récit montre bien comment cette guerre là, anonyme, obscure et tapie dans l'ombre fut au départ une tentative désespérée de briser la machine de guerre nazie anéantissant l'Armée Rouge par corps d'amées entiers. Ce n'est que bien plus tard que ces soldats Soviétiques esseulés passère de la lutte désespérée au combat planifié. La lutte contre l'effondrement programmé avait changé de camp. A cela, Primo Levi rajoute un élément : la judaité de ses combattants qui peu à peu, de Soviétiques, deviennent apatrides et annoncent Israël.
Roman important donc ! Pour la vision positive et organisée qu'il donne du combat soviétique durant la Grande Guerre Patriotique ; mais surtout, car il démontre de manière exemplaire combien les juifs ne se sont pas laissé assassiné sans combattre, sans essayer du moins, avec les moyens du bord et l'antisémitisme ambiant, si bien ancré dans les population qu'il eut l'occasion de s'exprimer sur ce groupe de combattants juifs alors que l'Allemagne capitulait ; et qu'il suintait des pores de la peau de nombre de ceux croisés par ces partisans. Là où les nazis assassinaient, leurs ennemis Russes ou Polonais se limitaient à mépriser, mais les rouages racistes restaient là.
Une belle histoire, une épopée originale pour un livre qui permet de remettre en perspective nombre des réflexes d'exclusion ayant amené certains à commettre l'un des pire crime du XXe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DanielGauthier
  10 mars 2010
Un Juif russe, rescapé de l'Armée rouge, se retrouve derrière les lignes allemandes en 1943.
Il rejoint des maquis soviétiques, qui se méfient de lui (parce que juif) et le rejettent. Il finit par s'intégrer à un groupe de partisans à 100 % juif (ou presque), qui combattra les nazis en Russie et Pologne, avant de rejoindre les lignes alliées en 45...
Telle est l'histoire que nous raconte Primo Levi - à partir de documents historiques.
Témoignages de mondes qui ont réellement existé, remplies d'anecdotes extraordinaires, de réflexions en tout genre, de rebondissements et de retournements de situation dignes d'un polar ou d'un western, j'ai lu ces presque 400 pages d'une seule traite, parcouru de petits frissons de plaisir.
Commenter  J’apprécie          40
jfponge
  02 août 2015
Au cours de la seconde guerre mondiale, lorsque les allemands ont commencé à être boutés hors de Russie par l'Armée Rouge, un groupe de partisans juifs, venus d'horizons divers mais réunis par une langue commune, le yiddish, tente de survivre et de franchir le front. Ayant tout perdu, ces hommes et ces femmes sont réunis par un unique espoir : rejoindre la Palestine. À travers une Europe exsangue ils vont devoir braver tous les dangers, la méfiance des communistes russes, l'hostilité des polonais, puis des allemands vaincus, jusqu'en Italie, d'où ils pourront (peut-être) gagner la Terre Promise. Au cours de cette errance de deux années, qui voit certains partir (au sens propre comme au sens figuré), d'autres les rejoindre, se révèlent les rapports humains, dans toute leur richesse et, parfois, leur violence. À la fois huis-clos et road-movie, "Maintenant ou jamais" constitue un témoignage unique sur les dernières années de la guerre la plus mortelle que l'Europe ait jamais connue, et un message humaniste d'une portée universelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tesdichiti
  18 décembre 2013
Primo LEVI rend hommage à des femmes et des hommes oubliés par l'Histoire.
Russes, juifs ou Polonais, tous rescapés des massacres nazis, ils se trouvent dans les forêts de l'Est, se regroupent et décident de lutter contre la barbarie.
Ce sont des petits groupes mal armés, mal protégés du froid, mal nourris sporadiquement soutenus par l'armée rouge, souvent sacrifiés par leur alliés du moment, mais bien décidés de vivre et d'être respectés.
Face au recul des nazis, ils progressent vers l'Ouest et un espoir fou semble pouvoir se concrétiser, atteindre la terre promise : la Palestine.
Livre passionnant, débordant d'humanité à lire absolument pour découvrir une part (volontairement ?) cachée de notre histoire proche et afin ne pas oublier le courage de ceux qui n'avaient plus rien sauf leur espoir.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   18 août 2016
Aux juifs qui désiraient une terre vraiment à eux, où ils pourraient s'organiser et vivre suivant leurs traditions, Staline avait offert une partie désolée de la Sibérie orientale, le Birobidjan : à prendre ou à laisser, que ceux qui veulent vivre en juifs aillent en Sibérie; s'il y en a qui refusent la Sibérie, cela veut dire qu'ils préfèrent être russes. Il n'y avait pas d'autres solutions. Mais que doit et peut faire un juif qui voudrait être russe, si les Russes lui ferment les portes de l'université, l'appellent "yid", l'excitent contre les fauteurs de pogroms, et signent un traité d'alliance avec Hitler? Rien, il ne peut rien faire, surtout quand c'est une femme. Line était restée à Tchernigov, les Allemands étaient arrivés et avaient enfermé les juifs dans le ghetto : elle y avait retrouvé quelques-uns de ses amis sionistes de Kiev. Avec eux, et cette fois avec aussi le concours des partisans soviétiques, elle avait acheté des armes, pas beaucoup et peu adéquates, et elle avait appris à s'en servir. Line avait peu de goût pour les théories : dans le ghetto, elle avait souffert de la faim, du froid et de la fatigue, mais elle avait senti que ses différents "moi" s'unifiaient. La femme, la juive, la sioniste et la communiste s'étaient fondues en une seule Line qui n'avait qu'un seul ennemi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
araucariaaraucaria   13 août 2016
Et si tu veux savoir comment il s'appelle, mon village, il s'appelle Strelka, comme tout un tas d'autres patelins; et si tu veux savoir où c'est, je te dirai que ce n'est pas loin d'ici, ou plutôt que "ce n'était", parce que ce Strelka-là n'existe plus. La moitié des habitants s'est égaillée dans la campagne et dans les bois, les autres sont dans une fosse, et ils n'y sont pas à l'étroit, parce que beaucoup étaient déjà morts avant d'y être jetés. Dans une fosse,oui; ils ont dû la creuser eux-mêmes, les juifs de Strelka; mais dans la fosse, il y a aussi des chrétiens, et entre-eux, maintenant, il n'y a pas tellement de différence. Il faut que tu saches que moi qui te parle, moi, Mendel l'horloger qui réparais les horloges du kolkhoze, j'avais une femme, et qu'elle est dans la fosse, elle aussi; il faut que je te dise que je m'estime heureux de ne pas avoir eu d'enfants. Il faut encore que tu saches que ce village qui n'existe plus, je l'ai maudit plus d'une fois, parce que c'était un village de canards et de chèvres, et qu'il y avait une église et une synagogue mais pas de cinéma; et maintenant, quand j'y repense, cela me semble le Paradis terrestre et je me couperais bien une main pour que le temps fasse marche arrière et que tout redevienne comme avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
araucariaaraucaria   22 août 2016
(...) Le lager ne devait pas être très éloigné; ils le découvrirent effectivement à trois kilomètres de là, au fond d'une sorte de cuvette. Il ne ressemblait pas aux autres enceintes barbelées qu'ils avaient déjà vues. La clôture en était double, avec un large couloir entre les deux carrés de fils barbelés; les baraques étaient peintes de couleurs qui les camouflaient : il y en avait quatre, pas très grandes, sur chacun des quatre côtés d'une sorte d'esplanade, du milieu de laquelle s'élevait une colonne de fumée noire. A l'extérieur des barbelés se dressaient deux miradors en bois et une petite villa blanche.
- Approchons-nous, dit Gédal.
Les collines entourant le lager étaient couvertes de forêts et on pouvait avancer sans risques. Ils descendirent prudemment, tombèrent sur une clôture de barbelés rouillés, la suivirent durant un moment et virent une guérite en planches. La porte en était ouverte, et il n'y avait personne à l'intérieur.
- Rien que des mégots, dit Mottel qui avait jeté un coup d'oeil.
Il ne fut pas difficile de couper les barbelés; ils recommencèrent à descendre, mais s'immobilisèrent, pétrifiés : le vent avait tourné, la fumée venait maintenant de leur côté, et ils en sentirent tous l'odeur au même instant : une odeur de chair brûlée.
- Tout est fini, dit Gédal. On est arrivés trop tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
araucariaaraucaria   18 août 2016
Elle ne parlait jamais de son père. Elle se faisait raconter par Dov des histoires de chasse dans la forêt, les ruses du lynx, la stratégie des loups en bandes, les aguets du tigre en Sibérie. Au village de Dov, Mutoraï-sur-la-Toungouska, distant de trois mille kilomètres, l'hiver durait neuf mois, et à un mètre de profondeur la terre ne dégelait jamais, mais Dov en parlait avec nostalgie. Là-bas, qui n'était pas chasseur n'était pas un homme. Mutoraï était un village unique au monde. En 1908, quand il avait 10 ans, une étoile, ou un météore, ou une comète, était tombé quatre-vingt kilomètres plus loin; des savants étaient venus de toutes les parties du monde, mais personne n'avait éclairci le mystère. Il se souvenait bien de ce jour-là : le ciel était serein, mais il y avait eu une explosion, comme le grondement de cent tonnerres, la forêt avait flambé, au point que la fumée avait obscurci le soleil. Un cratère énorme s'était ouvert, et dans un rayon de soixante kilomètres tous les arbres étaient calcinés ou avaient été abattus. C'était l'été, et l'incendie s'était vraiment éteint aux portes du village.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
araucariaaraucaria   13 août 2016
- Dans mon village, il n'y avait pas beaucoup d'horloges. Il y en avait une sur le clocher, mais elle était arrêtée depuis je ne sais combien d'années, peut-être bien depuis la révolution : moi, je ne l'ai jamais vue marcher, et mon père disait que lui non plus. Même le sonneur n'avait pas de pendule ni de montre.
- Comment il faisait alors pour sonner les cloches à l'heure juste?
- Il écoutait l'heure à la radio et il se réglait sur le soleil et sur la lune. Du reste, il ne sonnait pas toutes les heures, mais seulement celles qui étaient importantes. La corde de la cloche s'était rompue deux ans avant que la guerre n'éclate : elle s'était cassée tout en haut, le petit escalier était pourri, le sonneur était vieux et il avait peur de monter la remplacer par une neuve. Alors, depuis ce temps-là, il marquait les heures en tirant en l'air avec son fusil de chasse : un, deux, trois, quatre coups. Et ça a duré jusqu'à ce que les Allemands arrivent; ils lui ont pris son fusil et la ville est restée sans heures.
- Il tirait aussi la nuit, ton sonneur?
- Non, mais la nuit il n'avait même jamais sonné les cloches. La nuit on dormait, et il n'y avait pas besoin d'entendre les heures. Le seul qui y tenait vraiment, c'était le rabbin : lui, il devait connaître l'heure exacte pour savoir quand commençait et finissait le Sabbat. Mais il n'avait pas besoin de cloches, il avait une pendule et un réveil...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Primo Levi (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Primo Levi
La Story : Primo Levi, l’histoire de son chef-d’œuvre
Enquête sur un best-seller pas comme les autres : « Si c’est un homme », de Primo Levi. Le récit autobiographique d’un jeune juif italien qui raconte l’horreur de la déportation à Auschwitz. Une œuvre majeure de la littérature qui a pourtant failli ne jamais voir le jour. Stupéfiant ! vous raconte son histoire.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Si c'est un homme

Quelle est la forme ce texte ?

C'est un roman.
C'est un recueil de nouvelles.
C'est un récit autobiographique.

10 questions
951 lecteurs ont répondu
Thème : Si c'est un homme de Primo LeviCréer un quiz sur ce livre