AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9789027972934
591 pages
Mouton (30/11/-1)
3.43/5   7 notes
Résumé :
L’idée centrale des Structures élémentaires de la parenté tient en quelques phrases. L’échange matrimonial, par le lien qu’il instaure et par le renoncement qu’il impose, se trouve au fondement de toute société humaine. Il signale le passage de la nature à la culture ; il est inhérent à l’ordre social. L’ouvrage s’inspire des travaux de l’anthropologie anglo-saxonne et de certains écrits de l’école de L’Année sociologique. Au fil des pages, le lecteur passe des affi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

Les structures élémentaires de la parenté est un livre difficile à résumer. D'abord parce que cela nécessite de l'avoir assimilé entièrement -ce qui n'est pas mon cas- et ensuite parce que les nombreux exemples fournis en soutien des thèses avancées ne sont pas aisément réductibles.

Au départ de l'approche proposée par l'auteur se trouve l'affirmation « qu'une logique interne dirige le travail inconscient de l'esprit humain, même dans ses créations longtemps considérées comme les plus arbitraires, et que les méthodes qu'il convient de lui appliquer ne diffèrent pas de celles réservées habituellement à l'étude du monde physique ».

Comme le titre l'indique, l'étude menée ici par Lévi-Strauss se porte sur les structures élémentaires de la parenté, c'est-à-dire les systèmes qui prescrivent le mariage avec un certain type de parents, en les séparant en deux catégories : conjoints possibles et conjoints prohibés. Les prescriptions ou interdictions de certains conjoints varient selon les tribus étudiées par Lévi-Strauss. D'un système à l'autre, on voit certains mariages acceptés ou bien refusés : mariage avec la nièce, mariage avec la fille du frère de mère (cousine croisée matrilatérale), mariage avec la fille de la soeur du père (cousine croisée patrilatérale), etc.

Lévi-Strauss avance donc que l'appareil imposant prescription et prohibition des conjoints dépend des trois structures élémentaires de parenté. Lesquelles se construisent à l'aide de deux formes d'échange (restreint et généralisé) qui elles-mêmes dépendent d'un caractère différentiel (harmonique / dysharmonique).

L'échange restreint et l'échange généralisé se caractérisent par un système de réciprocité entre deux groupes. L'échange est dit « restreint » lorsque un groupe A donne une femme au groupe B qui lui donne immédiatement une autre femme, sans attendre la génération suivante. L'échange est dit « généralisé » lorsqu'un groupe A donne au groupe B qui donne au groupe C (et ainsi de suite) et qui donne à son tour au groupe A. Enfin, un régime est dit harmonique ou dysharmonique selon qu'il y a coïncidence entre norme de résidence (matrilocal ou patrilocal) et système de filiation (matrilinéaire ou patrilinéaire).

Lévi-Strauss expose nombre d'exemples de ces trois systèmes de parenté, accumulant détails et explications pointilleuses à l'appui de la démarche scientifique qu'il a entreprise. Il en résulte que les conclusions se font parfois attendre, et que la percussion du propos cède souvent au besoin de justifier, démontrer, prouver. Pour le lecteur que je suis, l'intérêt devient limité, la concentration s'étiole et la compréhension du propos est alors laborieuse. Dans la préface à la deuxième édition, l'auteur lui-même regrette un style trop sophistiqué pour un propos qui contient déjà suffisamment de difficultés. Evidemment pour un ouvrage de ce genre, la démarche systématique qui consiste à apporter une quantité de données pour les analyser et les comparer, est requise, mais pour un lecteur lambda, une version allégée pourrait peut-être se montrer plus profitable.

Des conclusions intéressantes apparaissent toutefois à la fin de l'ouvrage. D'une part, l'auteur suggère clairement que le mariage est l'institution qui fait transition entre l'état de nature et l'état de culture. D'autre part, il tire des conclusions sur les origines de la prohibition de l'inceste. Ce qui l'intéresse c'est non pas la prohibition de l'inceste vue par le prisme de la culture, ou pour le dire autrement, comme prohibition issue de l'éducation (interdit moral), mais le phénomène primitif, ce qui en fait une modalité des structures élémentaires de la parenté. Et Lévi-Strauss avance alors que la prohibition de l'inceste relève non pas d'un interdit limitatif ou réducteur (comme pourrait l'être une sorte d'aversion biologique pour la consanguinité) mais d'un interdit créateur qui a vocation à garantir des échanges productifs pour chaque clan du groupe. le fait de devoir être donneur et receveur de femmes introduit des dépendances sous forme de réciprocités qui renforcent le groupe dans son ensemble. Ainsi Lévi-Strauss écrit-il : « Avant d'être un interdit portant sur une certaine catégorie de personnes, [les prohibitions du mariage] sont un prescrit qui en vise une autre. (...) Il n'y a rien dans la soeur, dans la mère, ni dans la fille, qui les disqualifie en tant que telles. L'inceste est socialement absurde avant d'être moralement coupable. "Tu ne veux donc pas avoir de beau frère ?" fournit la règle d'or de la société ».

Moins que les conclusions auxquelles il aboutit (qui m'ont semblé élégantes et sensées, cela ne présageant en rien de leur validité...), la note reflète donc la lourdeur et la technicité de l'ouvrage dans son ensemble.

Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
« La vie future sera la répétition de la vie terrestre, sauf que tout le monde restera jeune, la maladie et la mort seront inconnues, et nul ne se mariera ni ne sera donné en mariage. » Mythe Andaman.
Commenter  J’apprécie          20
Il en est du couple incestueux comme de la famille avare : ils s'isolent automatiquement de ce jeu consistant à donner et à recevoir, à quoi se ramène toute la vie de la tribu; dans le corps collectif, ils deviennent un membre mort ou paralysé.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Claude Lévi-Strauss (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Lévi-Strauss
Sophie CARATINI présente son livre Les Enfants des nuages. Une ethnologue dans la tourmente saharienne (version revue et augmentée, éditions Thierry Marchaisse, 2022).
« Vous avez un don rare, même parmi les ethnologues : vous savez voir. J'ai aimé votre livre auquel je souhaite tout le succès qu'il mérite. Il est vivant, il sonne vrai, ce qui n'exclut pas la réflexion, qui nous vaut des remarques très fines, des pensées pénétrantes et de grands moments d'émotion. » Claude LÉVI-STRAUSS
Près de cinquante ans après son premier voyage en Mauritanie, Sophie Caratini revient sur cette expérience fondatrice de sa carrière d'anthropologue et de sa vie de femme.
Cette nouvelle version de son récit autobiographique, largement remaniée et complétée, en accentue la valeur de témoignage historique. Elle éclaire en particulier l'effondrement du grand nomadisme chamelier et les débuts du combat pour l'indépendance des révolutionnaires sahraouis. C'est donc l'histoire d'une jeune fille inexpérimentée qui s'enfonce dans le désert à la recherche des bédouins Rgaybat « enfants des nuages », et qui finira par y trouver des guerilleros. le lecteur y découvre une civilisation fascinante, un art de vivre, une culture raffinée, en même temps qu'un monde en plein naufrage.
"Au-delà de l'expérience de ce qui fut mon premier terrain d'enquête, je voudrais donner ainsi à comprendre toute la complexité de ce moment de déchirure de la société des grands nomades ouest-sahariens, accablée par des années de sécheresse, et qui basculera quelques mois plus tard dans la guerre." Sophie Caratini (Avant-propos de la dernière édition)
Sophie CARATINI est une anthropologue française et mauritanienne, directrice émérite au CNRS, et spécialiste des sociétés de l'Ouest saharien. Elle a écrit plusieurs ouvrages qui allient avec talent l'anthropologie et la littérature. Notamment Les non-dits de l'anthropologie suivi de Dialogue avec Maurice Godelier, et une grande saga en trois volumes indépendants sur le choc de la rencontre coloniale : Antinéa mon amour ; Les Sept Cercles ; La Fille du chasseur (editions Thierry Marchaisse).
+ Lire la suite
autres livres classés : ParentéVoir plus





Quiz Voir plus

Lévi-Strauss et son œuvre

Lévi-Strauss est mort à l'âge de...

90 ans
95 ans
100 ans
105 ans

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Claude Lévi-StraussCréer un quiz sur ce livre