AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de jeranjou


jeranjou
  17 avril 2013
Ce Roman Inimaginable Magistralement Ecrit


EBÉ, quelle lecture !

Si je devais résumer CRIME de Meyer Levin en trois mots, je qualifierai ce roman à la fois d'Exigent, de Bouleversant et d'Éblouissant.

Exigent…

Touffu, très détaillé, philosophique même dans lequel Nietzsche et Freud sont omniprésents. Ce livre, édité chez Phébus libretto, qui plus est avec une police de caractère spéciale, n'est vraiment pas un livre de plage !

J'ai démarré cet ouvrage par les notes de l'éditeur et l'avant-propos, fort intéressantes au demeurant mais que je conseille de lire après coup en même temps que la postface également remarquable. J'ai donc enchainé sur le début du roman saturé d'informations et j'ai eu du mal à rentrer dans le récit. J'ai craqué et j'ai repris cet ouvrage une vingtaine de jours plus tard frais et disponible pour tordre le coup à ce roman vraiment spécial. Malgré la kyrielle de prénoms ou noms à assimiler, j'ai réussi à franchir le cap qui permet de savourer pleinement l'oeuvre étonnante de Meyer Levin.

Bouleversant…

Si certains ont lu « de sang-froid » de Truman Capote, « Crime » est de la même veine et raconte l'histoire d'un crime perpétré par deux adolescents Leopold et Loeb le 21 mai 1924 à Chicago. Tout est presque connu dès le début du récit, hormis le verdict final, et le roman va s'attacher à dérouler en détails l'assassinat, l'enquête et le procès des meurtriers. Différence notable avec le roman de Capote, l'auteur connaissait déjà les deux adolescents car ils étaient camarades de classe durant leur scolarité. En outre, Levin a décidé d'inscrire son propre personnage dans l'histoire en étant le journaliste d'un journal local, le Globe, pour survenir à ses besoins et participer activement à l'enquête.

Pour prendre des distances avec les faits réels, l'auteur a décidé de changer les noms des personnages ou d'en créer de nouveaux, imaginaires; les deux criminels juifs sont appelés Judd Steiner et Artie Straus tandis la victime, beaucoup plus jeune dans le roman, se nomme Paulie Kessler, fils de milliardaire. Ces deux étudiants, débarquant à l'école en limousine avec chauffeur, sont des fils de riches familles juives de la haute société américaine. Artie Strauss, adepte de romans policiers, indigne de son rang à l'époque (voir citation), était le plus jeune diplômé de l'histoire de l'université du Michigan. Judd Steiner, étudiant en droit, féru d'ornithologie et parlant quelques quatorze langues, s'apprête à être reçu à l' université d'Harvard. Bref, deux êtres extrêmement intelligents !
Comment ces deux individus ont-ils bien pu perpétrer un acte aussi horrible avec préméditation et avec une froideur aussi implacable ?

Eblouissant…

Contrairement à Capote, la liberté d'écriture de Levin a permis à l'auteur de romancer les nombreux dialogues entre les deux protagonistes et le reste des personnages qui les entourent, avant et même après le meurtre. Avec un brio incroyable…

Pour ma part, l'enquête située au deuxième tiers du roman est tout simplement extraordinaire. Peut-être la meilleure que je n'ai jamais lue. Les passionnés de Sherlock en auront pour leur argent.

Pour conclure, Meyer Lévin, a réussi à mêler, avec audace et talent dans une même oeuvre, polar, philosophie, religion, psychologie et sociologie. Magistral et unique.

Il est des lectures qui vous marquent pour une vie.

« Crime » me marquera assurément.


PS : J'avais été épaté par le roman "De sang-froid" qui joue fortement sur l'émotion suscitée alors que "Crime" focalise l'attention sur une enquête grandiose qui rend le livre unique et incomparable. Deux ouvrages à lire absolument même si on n'aime pas traditionnement les polars.
Commenter  J’apprécie          11124



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (100)voir plus