AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anne Rabinovitch (Traducteur)
EAN : 9782207238523
216 pages
Denoël (23/04/1991)
3.53/5   39 notes
Résumé :
« Je voulais, a dit Ira Levin, écrire un livre qu'on commence vers huit heures, qu'on termine à minuit et qui vous empêche de ensuite de dormir jusqu'à l'aube... »

Avec ce nouveau roman, après quinze ans de silence, les lecteurs de SLIVER ne seront pas déçus.
Ce qui va arriver dans les divers appartements de cet étroit gratte-ciel de Manhattan (un “Sliver” en argot new-yorkais) et surtout dans celui de Kay Norris, jeune et jolie directrice litt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
dadotiste
  04 mars 2016
Le premier soir, je n'ai lu que quelques pages et je dois avouer avoir eu un peu de mal avec les personnages, nombreux, que je n'arrivais pas à différencier.
Le second soir, par contre, la quatrième de couverture de l'édition Denoël disait vrai, j'ai très peu dormi et terminé ma lecture dès le réveil avec ma tasse de café.
Dès le début, le lecteur sait ce qu'il se passe dans l'immeuble mais, pas les autres habitants. le suspense monte, peu à peu, nous mettant également face à l'addiction provoqué par le voyeurisme, qui n'était pas très répandu à l'époque de publication de cet ouvrage mais que nous ne connaissons que trop bien aujourd'hui avec les divers programmes de téléréalité qu'on nous sert sur toutes les chaînes de télévision et qui ne rend cette histoire que trop proche de nous.
Je connaissais Levin pour « Les femmes de Stepford » et « Un bonheur insoutenable », aussi, je n'ai pas été surprise qu'il excelle dans le thriller pur et dur.
J'ai vraiment passé un très bon moment, ou une nuit trop courte.
Seul petit bémol pour moi, la scène avec le chat à la fin qui m'a semblé surfaite. C'est un peu dommage.
Une question subsiste, celle de l'érotisme de ce roman. J'ai pu le voir en thème et en lire la présence dans certains commentaires sur Internet. Toutefois, j'ai lu l'édition de Denoël de 1991 et je ne l'ai pas du tout trouvé. Une scène au lit à peine survolée et... c'est tout. Mon édition ne serait-elle pas complète, c'est la question que je me pose. Peut-être pourrez-vous m'éclairer. Ou alors, il y a vingt ans était-ce considéré comme tel ?
Quoi qu'il en soit, je vous recommande cet ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Joualvert
  10 août 2016
Le prologue est le même que dans ''Un bébé pour Rosemary'', un grand classique de cet auteur. Une femme emménage dans un nouvel immeuble, prestigieux mais dont quelques rumeurs alimentent une mauvaise réputation. Ce n'est cependant pas à des suppôts de Satan que l'héroïne devra se mesurer mais à un vice beaucoup plus terre à terre. L'idée derrière ce court thriller est accrochante. Son développement suit une direction que je n'avais pas anticipée. La situation amène un questionnement, sur le respect de la vie privée, sur le comportement que l'on aurait adopté à la place des personnages. L'actualité du thème est toujours bien présente malgré les 25 ans, visibles à la lecture, de ce livre.
Commenter  J’apprécie          131
capillo
  21 avril 2022
On se souvient de ce thriller frileusement érotique avec Sharon Stone qui surfait avec un opportunisme crasse sur le succès de Basic Instinct. Pour les "auteurs", la seule présence de la star déculottée suffirait à faire du métrage un succès. Pas De bol, ce fut un flop, alors que le matériau d'origine, le court roman de Ira Levin donc, proposait une vision très intéressante sur la notion de voyeurisme, à travers le prisme de la télévision.
Visionnaire, Ira Levin l'est certainement (ce que Chuck Palanhiuk défend par ailleurs), et ce récit, un peu moins de dix ans avant Loft Story en France et le doigt dans un engrenage infini, prouve à quel point l'auteur a vu venir le danger de la vie privée rendue publique à travers l'oeil torve de caméras plus ou moins planquées. C'est le point fort du roman, global, l'idée centrale au coeur.
Malheureusement, et là ce sera très subjectif, Sliver aurait pu bénéficier d'un développement plus profond, plus complexe, plus fouillé, pour donner du poids à la caractérisation du danger. La tentation de l'érotisme est franchie de manière frigide, quand le film s'y est engouffré à bras raccourcis, alors que pour le coup, rendre le lecteur complice aurait été pertinent, et perturbant.
On reste un peu extérieur a cette narration, pourtant bien menée, jusqu'à un dénouement au parti pris surprenant, guidé par une dernière image essentiellement symbolique, qui peut laisser de marbre.
On reste sur un sentiment d'incomplétude, malgré une sympathie évidente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
florigny
  12 mai 2022
Kay Norris, 39 ans, divorcée, directrice littéraire, passé financier et références impeccables, emménage dans l'appartement 20 B du 1300 Madison dans le Yupper East Side, immeuble haut et étroit surnommé immeuble de la terreur en raison du grand nombre de locataires qui y décèdent, un sliver en plein centre de New-York, à deux pas du Four Seasons et du Carnegie Hall. Appartement avec de hauts plafonds, des luminaires dans lesquels elle voit son reflet, des fenêtres qui donnent sur Central Park, d'où elle peut regarder des oies en vol, ou des écureuils qui ne sont pas particulièrement tristes le lundi. Tout devrait aller bien pour Kay et sa chatte si Pete Handerson, de 13 ans son cadet, ne faisait pas irruption dans son appartement et sa vie, sous forme de caméras espionnes d'abord, puis de relation sexuelle ensuite.

J'ai apprécié cette lecture, qui dès le départ, distille une angoisse qui au fil des pages s'accentue, s'aggrave puis dérape jusqu'à un épilogue félin qui peut surprendre ou décevoir, mais que personnellement, j'ai accepté. Petit mais costaud, il s'agit d'un roman qui fait le maximum dans un style concentré, bien dégraissé sans être jamais sec, et qui n'a pas vieilli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nina2loin
  17 janvier 2012
Sur fond d'histoire originale qui pourrait être vraie : un suspense entretenu
par une angoisse grandissante . le récit est mené tambour battant .
Excellent suspense jusqu'au dénouement .
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gillgill   08 février 2013
C'était un lundi matin qui s'annonçait bien et qui dépassa même ses espérances - les Hoffman s'empoignaient une fois de plus, le Dr Palme téléphonait à un ex patient suicidaire, la bonne des Cole se masturbait avec un vibromasseur, Lesley et Phil se retrouvaient dans la laverie automatique. MacEvoy pénétra dans l'entrée avec une femme qui ressemblait à Thea Marshall, même visage ovale, mêmes cheveux noirs. Elle venait sûrement visiter l'appartement 20B, repeint la semaine précédente.
Il les vit monter dans l'escalier n°2.........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dadotistedadotiste   04 mars 2016
Denoël, p. 213

« Vous n'imaginez pas à quel point on est hypnotisé.
On ne peut plus s'arrêter de regarder.
Il se passe toujours quelque chose et même les détails les plus prosaïques deviennent intéressants, parce qu'ils sont réels et qu'on ne sait amais ce qui va se passer ensuite. »
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ira Levin (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ira Levin
Bande annonce (VO) de la série Rosemary's baby, adaptation du roman d'Ira Levin.
autres livres classés : surveillanceVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2364 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre