AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Bingo's run (20)

andy86
andy86   10 mai 2015
Moi, je m'y connais en politique, j'ai apporté de la poudre à une centaine de politiciens. Ils sont comme des putes, simplement ils se font payer plus. Les unes font la prostitution, les autres, la constitution.
Commenter  J’apprécie          70
tristantristan
tristantristan   17 août 2018
Dog aimait la violence comme une femme aime les bracelets.
Commenter  J’apprécie          50
umezzu
umezzu   05 mars 2015
La plupart des gens à Kibera ne savent pas écrire, parce qu'ils n'ont pas le temps d'apprendre. Quand quelqu'un avait besoin d'une lettre, le Kepha l'écrivait. Quand quelqu'un avait un grief, le Kepha rédigeait la plainte.Quand un amant passionné voulait une lettre d'amour, ou pire, un contrat de mariage, il allait voir le Kepha. Le Kepha était la vérité ; tout le monde le savait.
Commenter  J’apprécie          30
Sophie_Bazar
Sophie_Bazar   27 février 2015
Le passé est un poids qu'on a sur les épaules : trop de passé et on ne peut plus marcher.
Commenter  J’apprécie          20
yv1
yv1   20 mars 2015
La parabole des cinq pains nous enseigne comment le Christ, en investissant l'amour de Dieu, a augmenté le capital et la richesse. Voilà comment Jésus a utilisé les cinq pains pour nourrir cinq mille personnes, grâce à un portefeuille d'investissements avisés. Vois-tu, Bingo, la volonté de Dieu était que la richesse croisse dans son temple et que Jésus, son élu, devienne son unique marchand ; car tel est l'amour d'un père pour son fils. (p. 73)
Commenter  J’apprécie          10
kanarmor
kanarmor   12 mars 2015
[Défenestration par la police, du chef de gang Wolf, ancien « patron » de Bingo et assassin de la mère de ce dernier]

Les loups ne sont pas censés s’envoler, et Wolf n’a même pas essayé. Il s’est posé dans le chantier de Taifa Road. Son corps a écrasé les planches sur lesquelles il avait atterri. J’ai contemplé Wolf et j’ai compris laquelle des peurs de Vieux Père était fausse : la peur du bâton de son maître, chez le chien. Les chiens n’ont pas peur des bâtons ; le chien se soumet simplement devant le bâton que son maître utilise pour le battre. La vérité, c’est que le maître est l’esclave du bâton ; sans le bâton, le maître ne peut pas faire de mal à son chien. Sans le bâton, le maître ne peut pas régner. J’ai contemplé Wolf, un homme cassé sur des planches cassées. Bientôt, il serait mangé par les chiens. C’était Wolf sans sa drogue, sans son fric, sans son flingue : rien que de la bouffe pour les chiens. Il y avait un goût amer dans ma bouche. J’ai contemplé Wolf et j’ai craché sur lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
luocine
luocine   05 mars 2015
À Kibera, un flingue gratuit, c ‘est plus utile qu’un bus rempli de capotes.
Commenter  J’apprécie          10
abfabetcie
abfabetcie   05 mars 2015
Le Mal du Manque et le Mal de la Perte se sont vidés de nous ensemble… Mrs Steele a vu en moi ce que voulais en elle. Je voulais une mère, elle voulait un fils.
Commenter  J’apprécie          10
luocine
luocine   05 mars 2015
Cousine Sheila était chez moi. Sheila était jolie et avait environ un an de moins que moi. C’était une feignasse qui occupait de la place pour rien. Sheila passait le plus clair de son temps à traîner dans Kibera , à montrer ses jambes ou son cul et souvent à les donner pour rien, ou pour une bière ou une cigarette. Je l’avais déjà labouré deux fois. Ce soir -là ça a été la troisième.
Commenter  J’apprécie          00
abfabetcie
abfabetcie   05 mars 2015
La vie n’est qu’un manteau très mince jeté sur la mort.
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox

    Autres livres de James A. Levine (1) Voir plus