AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Bingo's run (17)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
isabelleisapure
  21 mars 2015
Bingo court vite, tellement vite qu'il pense être le meilleur coureur de Nairobi, peut-être même du Kenya et même d'Afrique pourquoi pas ?
Comme il ne sait faire que ça, Bingo en fait son métier. Il court pour livrer la drogue dont le marché est détenu par Boss Jonni, un dangereux trafiquant.
Il ne se pose pas de question, à quoi bon dans ce monde sans pitié ou il faut se battre pour survivre.
Survivre, il y arrive tant bien que mal avec son fidèle ami, Slo George obèse et à moitié idiot.
Ensemble lorsqu'ils en ont le loisir, ils aiment trainer au pied du tas d'ordure où vit Krazi Hari, un autre paumé qui passe ses journées à lire tout ce qu'il trouve, une étiquette de boîte de conserve ou un morceau de journal. Il a appris à faire avec les moyens du bord.
Dans ce roman drôle et émouvant James A Levine dresse un tableau de la misère humaine ou les enfants sont trop souvent exploités pour le confort d'adultes prêts à toutes les bassesses pour leur enrichissement personnel.
Bingo m'a amusée parfois, émue souvent. J'ai profondément aimé ce jeune garçon, je l'ai suivi dans ses errances, ses interrogations, ses blessures, ses espoirs.
Je remercie vivement Babelio et les éditions Piranha pour cette belle découverte.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
la_fleur_des_mots
  16 mars 2015
Bingo, c'est un môme des rues de Kibera, un bidonville de Nairobi. Il a 15 ans, fait 1 mètre 20, est débrouillard et court vite. Il met ses jambes au service du trafic de drogue en faisant la navette entre dealers et clients. Un soir, l'équilibre précaire de son quotidien bascule lorsqu'il est témoin du meurtre d'un parrain local de la drogue par l'un de ses lieutenants.

Soyons honnêtes, la quatrième de couverture est alléchante et le roman un peu décevant. L'auteur, dans le style parlé teinté de naïveté et de réalisme, n'hésite pas à emmener le lecteur dans de nombreuses directions. Et c'est notamment l'une des raisons qui m'ont fait décrocher du récit. Entre guerre intestine dans le milieu de la drogue, corruption policière, misère, sida, marché de l'art et légendes locales, le fil narratif est distendu et je n'ai pas eu besoin d'attendre trop longtemps pour me lasser et me perdre. le portrait d'une jeunesse kényane livrée à elle-même, confrontée à la violence et à la misère n'est pas inintéressant et les intentions sont bonnes mais je suis loin d'être convaincue par le résultat.
Lien : http://bloglavieestbelle.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
tristantristan
  17 août 2018
Roman agréable à lire, mi-polar, mi étude sociologique sur fond d'enfance misérable mêlée au trafics de drogues.
Commenter  J’apprécie          50
maevedefrance
  15 mars 2015
Bingo est un gamin des rues de Nairobi. Malgré ses quinze ans, il est le coureur à pied le plus rapide de la capitale, et peut-être même du monde. Pour survivre, il livre de la "poudre" aux clients du gang de narco-trafiquants du coin, sans trop se poser de question. Etre discret et rapide, c'est tout ce qu'on lui demande pour éviter les embrouilles avec la police. Un jour, Bingo assiste au meurtre dans des narco-trafiquants. le hic, c'est que ce meurtre est pérpétré par son boss, le terrible Wolf. Heureusement, celui-ci n'a pas vu Bingo, aussi discret qu'à son habitude.
Ce gamin est un sacré bon comédien, il aurait pu faire du théâtre ou tourner dans un film. Ca tombe bien car s'il raconte le meurtre à son boss, évidemment il ne va pas lui dire qu'il a tout vu. Néanmoins, il se retrouve expédié dans un orphelinat tenu par un homme d'église peu scurpuleux. En effet, Bingo n'a plus ni père ni mère. Tous les deux ont été tués par la violence quotidienne de Nairobi. Et c'est là qu'entre en scène une riche Américaine, Mrs Steele, marchande d'art divorcée, fortunée et en mal d'enfant...

Ne vous y trompez pas, ce roman n'a pas été écrit par un Kenyan mais bel et bien par un Américain. Pourtant on est immergé dans l'ambiance de la tumultueuse capitale d'un riche pays d'Afrique où pourtant la misère est le quotidien de la très grande majorité des gens. le seul moyen pour survivre est le système D, les petites ou grosses magouilles. le must en matière de rémunération, outre le trafic de drogue, c'est de se trouver un bon gros touriste blanc pété de tunes. Mais alors, quand on tombe sur une riche Américaine, avec des "chaussures de pute", c'est vraiment génial. Sauf si elle se met à vous raconter sa vie, quand vous lui demandez pourquoi elle vous a acheté et pourquoi elle veut vous emmener avec elle vivre au pays de cowboys... Et que vous vous rendez-compte que finalement, elle vous ressemble cette dame, même si vous, vous êtes un gamin noir et pauvre, qui a vu des milliers de gens se faire "buter" du haut de vos quinze ans. le courant se met à passer entre Mrs Steel et Bingo. Mais c'est sans compter sur Charity, la femme de chambre du Livingstone Hotel, où résident Mrs Steel et Bingo, avant de s'embarquer vers les States....

Un roman très vif, aux chapitres courts, qui vous filent entre les mains aussi vite que la rapidité de Bingo. La corruption et la violence sont sur le devant de la scène. Mais ce roman est également une satire sur le monde des marchands d'art, où la malhonnêteté sur la valeur réelle d'une oeuvre est ce qui fait s'enrichir un petit cercle de gens qui ont bâti leur fortune en s'engraissant sur le dos d'imbéciles friqués, imbus d'eux-mêmes et capable d'acheter n'importe quoi très cher.

Un roman très drôle également, parce que Bingo est un personnage taquin, qui parle "cash", en rajoute une couche quand il faut, en prenant l'accent du coin, jusqu'à la parodie du petit Africain pauvre devant le Blanc riche.

Globalement, j'ai aimé cette lecture même si j'ai tout de même trouvé quelques longueurs, surtout quand Bingo est en compagnie de ses narco-trafiquants de patrons. Il y a également beaucoup de personnages, que l'on oublie pendant un moment parce qu'ils disparaissent du roman, pour réapparaître ensuite. On s'y perd un peu.
J'ai donc eu des hauts et des bas au cours de ma lecture, mais c'est plutôt positif et parfait pour découvrir Nairobi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kanarmor
  12 mars 2015
Bingo : comme un poisson dans l'eau… des crocodiles.

On est loin de l'image dépaysante du Kenya, terre de safari, ou de la renommée des coureurs kényans ! Encore que pour ce dernier point…
Bingo est un jeune orphelin de 15 ans (qui en paraît 10) vivant dans un bidonville de Naïrobi. C'est un coureur, le meilleur de Naïrobi. Il court pour livrer de la drogue.
Mais un jour il est témoin d'un double meurtre et doit trouver refuge dans un orphelinat tenu par un prêtre aux activités plus que louches…
Un jour, une femme débarque, une américaine, riche marchande d'art, qui veut adopter un enfant. le salut pour Bingo ? Ou un crocodile de plus dans la mare ?
Il faudra tout le courage, l'intelligence et la vivacité d'esprit de Bingo pour lui permettre de survivre et peut-être de trouver un destin meilleur.

James A. Levine est un auteur atypique. Médecin américain d'origine anglaise reconnu pour ses travaux sur la nutrition, il a enquêté pour les Nations Unis sur le travail des enfants dans les pays émergents. Il nous propose un roman âpre, dur, qui pue la misère, la drogue, la corruption, l'argent sale, la prostitution et la mort. Mais l'espoir n'est pas interdit, l'Amour peut se trouver sous les masques.
Une écriture brute, sans concession, mais portée par l'esprit de l'Afrique qui souffle à travers les pages notamment par des anthropomorphismes, l'influence très présente de la tradition orale africaine (contes, histoires)

Laissez-vous dévorer par ce roman des éditions Piranha ! Un livre poignant et émouvant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
umezzu
  06 mars 2015
Nairobi, Kenya, Bingo Mwolo a quinze ans. Ayant perdu père et mère, il se débrouille pour survivre dans le quartier délaissé de Kibera. Il sert de livreur à Wolf, caïd de la drogue, qui lui confie des courses à amener dans les lieux de consommation, hôtels du centre ville et maisons cossues. Parmi sa « clientèle » figure Thomas Hunsa, l'artiste, le maître des couleurs, peintre a moitié camé la plupart du temps, planant au dessus de ses toiles.
Bingo court pour éviter les policiers locaux du terrible Gihilihili, officier de police corrompu et cauchemar des coureurs-livreurs avec sa jambe de bois. Une de ces courses l'amène jusque chez un boss du centre ville. Mais celui-ci est assassiné devant ses yeux par le terrible Wolf. La solution pour éviter que la situation du témoin qui a tout vu, mais a aussi compris qu'il ne faut rien dire, ne dégénère, est de trouver refuge dans un orphelinat tenu par un prêtre occidental, dont l'évangile principal est le dollar. Et le prêtre de confier le frêle Bingo en adoption à une riche américaine, marchande d'art, qui s'intéresse vite, et trop au goût de Bingo, aux peintures de maître Hunsa.
L'un des attraits de ce roman est de placer le lecteur dans ses banlieues de Nairobi et suivre pas à pas Bingo, dans sa tranquille gestion de son univers fait de drogue et de rêves d'enfant. Bingo joue avec sa vie et ses souvenirs du temps passé, du temps où sa mère était là et quand son grand père lui contait des traditions locales. Il survit tout en tentant toujours de profiter de la moindre occasion pour infléchir son destin. Mais évidemment rien ne se passe comme il le rêve. Tous les personnages qui l'entourent sont un peu escrocs, depuis le curé qui invoque les évangiles, tout en tenant la comptabilité de la mafia locale, jusqu'à la belle américaine, trop parfaite pour être honnête. Bingo planque des trésors, se rêve marchand d'art, oscille entre l'attrait du départ pour l'Amérique et ses pick-up, et son soutien à son pote Slo-George, neuneu, mais fiable dans un univers corrompu.
On s'attache vite à Bingo, mais on le perd aussi assez rapidement quand la situation devient un capharnaüm et que personne ne paraît être ce qu'il est. Bingo fonce avant de réfléchir et s'enfonce dans un tel mic-mac que l'intrigue perd le nord. de plus, les intermèdes pendant lesquels Bingo se remémore les légendes de son peuple sont assez peu digestes.
Un bon début, un personnage attachant, des seconds rôles truculents, mais un livre dont on se lasse sur la longueur faute de cap précis pour l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mome35
  05 mars 2015
Il aurait pu s'appeler « Adidas », la face scarifiée par trois balafres au front et sur chacune des joues. Il se prénomme en fait « Bingo », métaphore de la réussite, de la chance. Il est livreur – non pas de pizzas – mais de dope. Un « coureur », « le meilleur de Nairobi, du Kenya et peut-être du monde. » Il ravitaille tout ce que la ville « où la mort est un art de vivre » comporte de drogués dans les milieux les plus favorisés, valet et envoyé spécial du dealer qui a tué… sa mère.
Bingo a 15 ans mais il en paraît 10 suite à un retard de croissance. Très intelligent, malin comme un ouistiti, rusé comme un isatis, il profite de cette mutation tardive, joue parfois comme un ado, rapine à droite et à gauche, économise quand il peut, « laboure » des putes ou des filles de passage et profite d'une liberté que lui confère son statut d'orphelin. L'absence de la mère est omniprésente dans ce roman qui n'est pas un polar ou un thriller, mais plutôt un conte africain. La vie de Bingo est le fil rouge qui relie des légendes africaines. Chaque chapitre est une aventure truffée de coutumes ancestrales, de métaphores naïves, d'allégories africaines. Chaque personnage possède son surnom jailli des croyances et symbolique de leurs actions. Bingo côtoie tout un monde hétéroclite, du vieil homme qui passe ses journées au sommet d'une décharge à lire tout ce qu'il trouve, au groom philosophe, en passant par un chef de la police ripou et unijambiste, un curé traficoteur, une bonne soeur tyrannique, une femme de ménage diablement futée ou un génie de la peinture fou. Jusqu'à ce qu'il se découvre – peut-être – une mère en la personne de Mrs Steele, une Américaine aux cheveux d'or, marchande d'art mais surtout en mal d'enfant. Elle l'adopte. L'ambiguité nait alors d'un nouveau statut de marchand d'art qu'il s'est fabriqué avec un contrat exclusif entre lui et « l'artisse » fou et sa nouvelle mère dont il ne sait si la cupidité l'emporte sur l'amour filial.
Cette merveilleuse chronique keniane est une belle et surprenante réussite grâce à l'originalité de l'histoire, à son déroulement qui va crescendo, mais aussi par la fluidité d'un vocabulaire naïf né d'un choix d'écriture qui porte le sceau et les couleurs africaines. le plaisir de la lecture est permanent. L'épilogue laisse planer le doute sur le choix de Bingo : l'Amérique, l'amour de Colette Sleeve, le modernisme, les études et le confort financier ou Nairobi, sa crasse, son danger, ses dealers, sa pauvreté, le mystère du corps de Charity et surtout la liberté. Seul James A. Levine connaît la réponse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nilebeh
  25 février 2015
Bingo Mwalo a quinze ans, on le prend pour un petit garçon du fait de son retard de croissance mais il a tout d'un grand : il court comme une gazelle pour livrer leur drogue aux touristes blancs et aux autres, il fait partie d'un réseau dirigé par un boss brutal lui-même sous les ordres d'un roi de la pègre. Et aussi, il sait « labourer » les filles... !

Sa vie va changer le jour où il assistera au meurtre du super-chef, le jour où il comprendra que sa future mère adoptive n'est qu'un escroc en jupons, le jour où lui-même se croira marchand d'art. C'est là que les choses deviennent un peu surréalistes : caché dans un orphelinat, il est convoité pour adoption par une Américaine pomponnée, assistée de son avocat. A quinze ans, le voilà « adoptable » ! Et il tombe sous le charme parfumé, manucuré, brushingué de sa bienfaitrice. Avec qui, quand même, il engage une partie de poker menteur dès lors qu'il est question de s'accaparer les oeuvres d'un artiste disparu dont les tableaux font fureur aux States et qu'il sait, lui, localiser !

On aura compris que la vraisemblance n'est pas le plus important dans ce livre mais bien plutôt le tableau que fait Levine de la vie des gamins des rues dans les banlieues de Nairobi. de bidonville en hôtel de luxe, d'une pyramide de déchets où fouillent les miséreux aux bureaux ouatés des hommes de loi, d'un orphelinat sordide à l'enfer de la prison, Bingo n'est pas seulement un coureur de génie, c'est un condensé d'expériences, un bagou rigolo, un élan permanent vers un ailleurs qu'il pense meilleur.

Bingo's run, c'est aussi une réflexion sur le masque : masque posé sur le visage de l'enfant devenu homme, scarifications sur son visage adulte coïncidant avec le masque de bois, masque de douceur et de bonté d'une Américaine et d'un prêtre pleins de duplicité, masque de séduction d'une femme de chambre traîtresse etc...Finalement, ce sont peut-être les truands qui se cachent le moins derrière des masques...

Quelques tableaux restent dans la mémoire du lecteur, sordides, effrayants, déroutants. «  A Nairobi, la mort est un mode de vie »... Hélas transposable à Johannesburg, à Manille, à Rio, à Calcutta....

Un livre intéressant, drôle et émouvant tour à tour. Merci aux éditions Piranha pour cet envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bellonzo
  07 mars 2015
Bingo avec Babelio ce mois-ci? Pas le gros lot mais un bouquin agréable et actif, du moins au début, qui nous mène des taudis de Nairobi, Kenya, à la possibilité d'une Amérique. L'Afrique, hélas, ne sort pas indemne de ce tableau de la vie ordinaire dans les rues de la capitale kenyane. Bingo, quinze ans est un coureur-livreur, pas un chauffeur-livreur comme chez nous, non, un petit gars qui court vite, passe partout et livre sa marchandise sous forme de poudre blanche essentiellement. Faune de Nairobi, pas très encourageante pour l'avenir de l'Est africain, violence, prostitution, trafics en tous genres, et corruption puissance dix. Bingo's run se lit vite comme le semi-marathon d'un Ethiopien, passant joyeusement outre la vraisemblance, et pouvant se lire comme un conte de là-bas, nanti souvent de légendes intercalées pour faire local. Rien n'est désagréable, mais surtout rien n'est inoubliable même si le le rythme est soutenu. du moins au début. En dire plus serait en dire trop.

James A.Levine l'auteur est professeur de médecine en Amérique et auteur pour l'ONU d'enquêtes sur le travail des enfants et engagé dans ce que l'on appelait avant l'aide au tiers monde. Sûrement un homme qui sait ce dont il parle et à travers le bidonville de Kimera c'est tout le continent qui fouille les immondices de Lagos à Khartoum, du Caire à Kinshasa. Il y a évidemment du vécu là-dedans mais tout de même la dernière partie du livre est presque sans intérêt, la mixture thriller métropole Afrique Noire et conte traditionnel devient artificielle. Les différents parrains de la poudre auront un sort qu'on devine, le prêtre n'est dévoué qu'à sa propre cause, et tout n'est qu'escroquerie. On le sait d'ailleurs dès le début. Reste un peu d'humour, saupoudré plus rare que cette fameuse poudre qui me sort par les yeux (sens figuré). C'est vrai que j'aurais aimé un autre Kenya, pourvu d'hommes honnêtes et responsables, de femmes la tête haute. James A.Levine a plutôt choisi le ton de la farce macabre, qui n'épargne pas les mouvements caritatifs, un moyen de dédramatiser peut-être. Bof...Merci à Babelio pour cette nouvelle collaboration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sophie_Bazar
  27 février 2015
Bingo a 15 ans et est le coureur le plus rapide de Nairobi. Extraordinairement débrouillard, le garçon survit en travaillant pour un dealer, effectuant pour lui des livraisons à la vitesse de l'éclair. Son retard de croissance le faisant passer pour un enfant de dix ans lui permet de passer entre les mailles du filet de la police.

Ca commence par une description de la vie sans pitié au coeur de Kibera, l'un des plus grands bidonvilles d'Afrique où règle la loi du plus fort - ou du plus malin. En tout cas pas de place pour le scrupule ni pour le sentiment. Ca tombe bien, Bingo n'en a guère : le Nabot, comme on l'appelle, ne laisse échapper aucune occasion de tirer profit des situations les plus bizarres, y compris lorsqu'après avoir assisté au meurtre d'un caïd, il est contraint de se réfugier dans un orphelinat dirigé par un prêtre aux activités douteuses.

Bingo est un personnage ambigu et pas du tout sympathique : s'il est censé ressembler à un petit garçon, son attitude est tout le contraire : il couche avec plein de jeunes femmes au détour des ruelles, et dans le même temps arrive à se faire adopter par une riche blanche américaine et devenir... marchand d'art (?!?), et même suffisamment crédible pour se faire rédiger un contrat d'exclusivité pour un vieil ermite de peintre
De même, les intentions des personnages ne sont jamais claires : du point de vue de Bingo, sa mère adoptive, Mrs Steele, est probalement encore plus malhonnête que lui, et que dire de la jeune femme de ménage Charity par qui les problèmes arrivent, ou encore du directeur de l'orphelinat à la fois protecteur/escroc/dealer ?

Bref, on se perd dans ce monde brutal et haut en couleurs, cynique et cruel jusqu'à l'absurde, à moins d'y voir la vaste métaphore d'un monde gangrené par la corruption et la misère, où chaque vie ne serait que le fil d'une vaste toile d'araignée.
Lien : http://anyuka.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de James A. Levine (1) Voir plus