AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Guy Lévis Mano (Traducteur)Javier Vilató (Illustrateur)
EAN : 9782911188640
77 pages
Éditeur : Allia (19/06/1998)
4.55/5   10 notes
Résumé :

"Quand serons-nous, mignonne,
tels les pieds du Seigneur :
l'un au-dessus de l'autre,
un petit clou entre les deux !"

Expression majeure du Cante flamenco et du Cante jondo, la copla est née en Andalousie vers la fin du XIVe siècle.

“Chaque copla est la pointe sèche d’un des motifs qui sont la vie et la pointe de l’être.
Aucune nation n’a donné à la poésie d’éternité un tel ensemble de chants, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Piatka
  19 mars 2015
Avant d'ouvrir ce livre, Coplas, poèmes de l'amour Andalou, je n'avais jamais entendu parler des coplas, ces vers, ou courtes histoires au sens imagé, qui peuvent être accompagnés de musique du folklore espagnol.
Alors, tout en me laissant charmer par leur tempo et leur réelle puissance d'évocation, j'ai cherché un peu plus loin et trouvé que la copla est née en Andalousie vers la fin du XIVe siècle. “Chaque copla est la pointe sèche d'un des motifs qui sont la vie et la pointe de l'être. Aucune nation n'a donné à la poésie d'éternité un tel ensemble de chants, jaillis anonymement de chaque papille de son jour, de chaque étoile de sa nuit, de son héroïsme et de sa faillite ” comme le précise Guy Lévis Mano, le traducteur de ce recueil.
Court poème de trois à cinq vers, la copla m'a frappée par sa brièveté qui fait admirablement claquer les idées, les images, les sons. D'un accès facile, direct, la copla flirte avec l'absence, la tristesse, la haine, le désespoir, mais aussi avec l'amour, la mort, sans oublier la femme, le tout enrobé le plus souvent d'une pointe d'ironie.
Sans être inoubliables, les coplas prêtent plutôt à sourire et frémir tout à la fois, imbibés d'une sagesse et d'une fougue populaires bien vivantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
picaflor
  19 octobre 2011
Je trouve que ces petites fleurs de poésie sont un peu aux contemplations de Victor Hugo ce que des petits fours sont à une charlotte aux cerises ou, pour dire les choses de façon plus hispanique, ces coplas -qui ressemblent parfois à des "piropos"- sont comme une assiette de tapas par rapport à une épaule de mouton grillée...
Un petit livre bien agréable en tout cas, qui a le mérite de mettre à la portée des lecteurs non hispanophones ces quelques perles sauvages.
Commenter  J’apprécie          60
myriampele
  23 octobre 2012
C'est joli et cela se lit aisément. j'aime beaucoup ce style extrêmement dépouillé, proche des haïkus japonais.
Commenter  J’apprécie          80
Lysette
  18 septembre 2017
Une belle découverte.
Je dois bien l'avouer, je ne lis que peu de poésie. Pourtant ce recueil court à su me séduire.
La forme aérienne et les illustrations m'ont permis de relativiser ma lecture. Un recueil condensé m'aurais effrayée cette forme m'a convaincue, comme quoi, parfois, la forme est aussi importante que le fond !
Quant aux vers, je les ai trouvés puissants, colorés et violents parfois. Dans cette traduction française aux termes parfois désuet mais qui ont toujours autant de charmes, je me suis laissé guidé dans ce monde et je ne le regrette pas.
En bref, une lecture découverte sympathique.
Bonne lecture à tous.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   12 mars 2015
Ne pense pas que je t'aime
parce que je regarde ton visage ;
beaucoup vont à la foire
pour voir, et n'achètent rien.
Commenter  J’apprécie          324
PiatkaPiatka   10 mars 2015
Dans la solitude des champs
je m'en allai pleurer ma peine,
et je pleurai si longuement
que fleurirent toutes les herbes.
Commenter  J’apprécie          270
PiatkaPiatka   09 mars 2015
J'ai une douleur, je ne sais où,
née de je ne sais quoi ;
j'en guérirai je ne sais quand,
si me soigne je ne sais qui.
Commenter  J’apprécie          251
PiatkaPiatka   13 mars 2015
Pour que je puisse t'oublier
il faudrait qu'il y ait
diligences par les mers
et barques sur les chemins.
Commenter  J’apprécie          253
patrick75patrick75   31 mars 2015
Peine et ce qui n'est peine,
tout est peine pour moi,
hier de ne pas te voir,
aujourd'hui de t'avoir vue.
Commenter  J’apprécie          190

Video de Guy Lévis Mano (1) Voir plusAjouter une vidéo

Andrée Chédid ; 2
2ème entretien avec Andrée CHÉDID mené par Catherine PONT HUMBERT à l'occasion du Printemps des poètes. Andrée CHEDID : Ses textes en anglais et en français au début de sa carrière d'écrivain. Ses poèmes en français "Textes pour une figure" appréciés par René CHAR et publiés par Guy LEVIS MANO. La simplicité de son écriture. L'importance de l'émotion. Les effets de la poésie...
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
943 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre