AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791034900220
Éditeur : Liana Lévi (05/04/2018)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 62 notes)
Résumé :
En 1969, ils étaient au Vietnam, embourbés dans la jungle et dans une guerre de plus en plus absurde. Fremantle, sergent aguerri, à la tête d'une section de combat, Drake, jeune recrue pas très douée. En 2016, ces deux-là se retrouvent, après quarante-sept ans? L'ancien sergent dirige sans enthousiasme le commissariat d'une petite ville du Michigan, et le soldat malhabile est un sénateur en campagne pour sa réélection. Ce dernier a raconté ses faits d'armes au Vietn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Sociolitte
  18 juin 2018
Du Nouveau-Mexique au Vietnam, il n'y a parfois qu'un pas, surtout quand les souvenirs de guerre s'en mêlent. Mais quand la politique tente de contrôler la mémoire, c'est alors la vérité et le mensonge qui risquent de s'emmêler…
Ma chronique complète et mon premier article sur Fnac.com/Le conseil des libraires :
Lien : https://www.fnac.com/Pour-se..
Commenter  J’apprécie          9010
nameless
  23 janvier 2019
Pour services rendus est un roman court mais costaud à l'histoire originale et décapante. Deux jeunes hommes se rencontrent durant la guerre du Vietnam en 1969. Le premier, Fremantle, est le sergent du second, Drake, bidasse lambda peu dégourdi. Rendus à la vie civile, Fremantle devient chef de la police d'une petite ville du Michigan en raison de ses aptitudes prouvées pour le tir tandis que Drake, bonimenteur doué, fait une carrière politique. Sénateur au Nouveau-Mexique, il est candidat à sa réélection, et en politicien roué (pléonasme), il sait comment manipuler ses électeurs pour obtenir leurs votes. C'est ainsi qu'il aime parsemer ses discours de délicieuses anecdotes guerrières enjolivées, humoristiques puisque mettre les rieurs dans sa poche est un bon point, dans lesquelles il apparaît comme un modeste héros national. Jusqu'au jour où l'un des membres de la section de combat à laquelle il a appartenu affirme sur Youtube que Drake est un menteur... Or, l'opinion publique, les journalistes états-uniens n'apprécient guère ni guerre les affabulateurs.

Bien que 47 ans se soient écoulés depuis leur dernière rencontre, Drake fait appel à Fremantle pour lui servir de témoin digne de confiance sur son passé militaire. Comment Fremantle pourrait-il refuser ce service à un compagnon d'armes même si l'exigence de vérité a toujours guidé sa vie  ? Et là, de fil en aiguille, de mensonge en mensonge, Iain Levinson vitriole le monde immoral de la politique, dénonce sa corruption, son cynisme, un cloaque de menteurs où il n'existe pas de lois naturelles, où rien n'a besoin d'avoir un sens. En alternance, l'auteur écrit de très belles et réalistes pages sur la bourbier du Vietnam. Dans un style incisif, il retrace la vie de ces jeunes recrues, biberonnées aux films hollywoodiens sur la seconde guerre mondiale où les bons terrassent les méchants, qui découvrent l'absurdité et l'inutilité d'une guerre où les bons ne sont pas tous bons, les méchants sont partout et nulle part, il n'y a pas de héros, pas de victoires, pas de Monte Cassino ni de plages de Normandie, rien qu'une jungle sans fin et marécageuse pleine de pièges de bambous et de snipers. Certains gosses rentrent finalement à la maison pour entamer une douloureuse, voire impossible réinsertion civile dans l'indifférence générale.

Ces quelques éléments suffisent pour faire de Pour services rendus un roman brillant, lucide, à l'humour très caustique. Mais ce n'est pas tout car c'est surtout son épilogue inattendu, émouvant et ironique qui est essentiel, et sidère le lecteur au cours des dernières pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          663
Annette55
  12 décembre 2018
Voici un roman à l'ironie douce - amère , entre passé et présent .
1969: Vietman, Freemantle , sergent aguerri , à la tête d'une section de combat et Drake , une jeune recrue peu douée sont embourbés au coeur de la jungle, épuisés , marchant sur un terrain piègé, dans un conflit de plus en plus absurde ......
2016 : ces deux - là se retrouvent .....quarante -sept ans plus tard .
Freemantle dirige le commissariat d'une petite ville du Michigan, sans illusion aucune.
Sa deuxième épouse Cara est d'origine vietnamienne .
Drake, ce soldat emprunté et malhabile est en campagne pour son poste de sénateur où il en vient à raconter ses faits d'armes au Vietman en version" "light " afin d'obtenir le vote des " Vétérans .
Il recourt à son ancien chef afin qu'il les valide : un sergent fiable, compétent et solide. En mal de réélection il a absolument besoin de son témoignage ....
On découvre coups bas, mensonges , déloyauté pour Drake, entre gadoue asiatique et arcanes du pouvoir aux Etats - Unis.
L'écriture est simple, directe, efficace et pertinente .Les personnages sont bien campés.
Ce qui frappe c'est l'expression du mensonge qui imprègne cet ouvrage au vitriol .
Mensonge orienté , manipulateur, malsain, mensonge utilisé en guise d'exorcisme, en version édulcorée pas inhabituelle, d'ailleurs ...mensonge d'état ...affirmations non vérifiables ?
Est ce que le mensonge serait parfois justifié ?
Et pour de bonnes ou mauvaises raisons ?
Mensonge nerf de la guerre en politique ?
Ce roman , entre manipulation éhontée et amitié , souvenirs lointains , loyauté et cynisme, corruption et hypocrisie est d'une acuité rare, une satire fine et acerbe où les réseaux sociaux et les fake News trop présents dans les médias jouent un rôle important et prennent une importance démesurée .....
Cette critique ironique au coeur de la politique aux Etats - Unis et ses dérives signe un bon roman noir où la politique , son jargon, sa mesquinerie laissent peu d'illusions ........comme bon nombre d'autres ouvrages de l'auteur , critiques parfois cinglantes et drôles de la société américaine .



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          612
Titania
  16 juin 2019
Ce court roman social engagé de Iain Levison fait le procès de la politique, et du pouvoir...vaste sujet, et je crois que l'anecdote est convaincante .
J'ai bien aimé la façon dont il évoque les paradoxes de la démocratie américaine en mêlant la guerre du Vietnam et sa mémoire douloureuse aux arguments d'une campagne sénatoriale assez lamentable au Nouveau Mexique.
Pour discréditer un candidat, on fouille les poubelles de l'histoire ou de sa vie personnelle. Pour le sénateur Drake qui fut un piètre soldat , cherchant à arranger beaucoup trop la réalité à son avantage, il s'agit de se dépêtrer des accusations de son adversaire, sur son rôle au Vietnam. On est à peine dans la fiction, c'est arrivé à pas mal de candidats traînés dans la boue par Foxnews... Kerry, McCain...
Bataille médiatique, uniquement fondée sur l'image projetée et la vérité réarrangée , convocation de compagnons d'armes plus ou moins soudoyés ou manipulés dans chaque camp, ce n'est jamais un combat pour les gens, juste une bataille rangée de chiffres, de communication et interviews biaisés sous les ordres d'un spin doctor à sang froid, raciste et sans scrupule.
Le voyage dans le temps n'est pas sans conséquence pour les vétérans d'une guerre sale, décidée par ce genre de politiciens . Difficile de croire pour les soldats qu'au nom de la démocratie, il a pu se commettre d'épouvantables exactions, dignes des pires tyrannies. Dérive totalitaire inévitable de toutes les guerres où le pire de l’homme s’épanouit en toute impunité. Comment tenir debout, avant, pendant et avec de tels souvenirs, dans un pays qui ne veut pas savoir, rejette ou renie selon le moment de son histoire.
Cette réflexion sur le pouvoir, la puissance et la démocratie dénote une vision assez pessimiste du fonctionnement des Institutions américaines. On a l'habitude avec cet auteur , j'avais bien aimé sa manière de brocarder la justice . On se croirait presque dans un film de Ken Loach . Il nous donne à penser, mais ne tire pas les conclusions pour nous.
C'est dense, efficace, complexe et bien raconté...on veut aller au bout de la nuit, de cette apocalypse de la pensée, avec un grand de la littérature américaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Franckync
  26 juin 2018
Titre : Pour services rendus
Auteur : Iain Levison
Année : 2018
Editeur : Liana Levi
Résumé : 1969, Fremantle et Drake sont embourbés dans la jungle vietnamienne comme des milliers de jeunes américains. Trente ans plus tard, alors que l'un est devenu chef de la police d'une petite ville du Michigan, l'autre est en pleine campagne pour sa réélection au poste de sénateur. Lors d'un débat Drake évoque une anecdote sur cette sale guerre. Les médias et son opposant s'empare alors de cette histoire pour tenter de le décrédibiliser et l'homme politique n'a d'autre choix que de rappeler son sergent à son bon souvenir.
Mon humble avis : Jusqu'à pour services rendus je n'avais lu aucune des oeuvres de Levison. J'en avais entendu beaucoup de bien, les échos évoquaient un auteur de talent, un écrivain acerbe et des romans fustigeant la société et le mode de vie américain. Je m'attaquais donc à ce court roman avec curiosité et envie, impatient de découvrir la plume de cet auteur d'origine écossaise. Pour services rendus démarre dans la jungle Vietnamienne, en plein conflit. Une poignée d'hommes confrontés à la folie meurtrière, des corps qui tombent criblés de balles, des cris, des soupirs et l'horreur partout. Trente ans plus tard nous assistons à l'effervescence d'une campagne américaine où là encore la violence fait rage : coups bas, mensonges ,déloyauté, tout est bon pour Drake afin de conserver son poste de sénateur. Ainsi le roman oscille entre deux époques, entre la gadoue asiatique et les lambris des arcanes du pouvoir US. Les héros de Levison sont fatigués par trop de combats, ils sont revenus de tout et leurs crânes sont maintenant clairsemés, leurs silhouettes épaissies. Avec une finesse rare et une jolie économie d'effet l'auteur narre le quotidien de ces hommes confrontés à un quotidien post-conflit ; certains s'en sont remis, d'autres gardent des séquelles mais tous sont liés par ce traumatisme commun. Les thèmes abordés dans ce roman sont multiples : Levison évoque le souvenir, la loyauté, l'hypocrisie, le cynisme et surtout le mensonge qui est présent à chaque page, poisseux et persistant comme la moisson qui se déverse sur les soldats en cette fin d'année 1969. Pour services rendus est un excellent roman, les personnages sont campés avec une acuité rare, la dénonciation d'une société US disneylandisée est implacable ainsi que le rôle pernicieux des médias dans cet immense Barnum que sont devenus les élections modernes. Bravo Mr Levison, bravo pour la pertinence, l'originalité du traitement, bravo pour l'humanisme qui se dégage de ces pages et enfin bravo pour le personnage de Fremantle : un vieil homme revenu de tout, idéaliste qui ira pourtant de compromis en compromis jusqu'au dénouement qui éclairera le texte d'un jour nouveau. Un beau roman vous dis-je...
J'achète ? : Oui sans aucune hésitation. Pour moi ce fut le premier mais certainement pas le dernier bouquin de cet auteur. J'ai aimé l'écriture simple et directe, l'acuité du regard, la pertinence et le propos bref, à bientôt mister Levison.
Lien : https://francksbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   08 juin 2018
À chaque cycle d’élections la presse trouve le moyen d’être choquée à l’idée que les multimillionnaires de soixante ans ne fassent pas leur marché eux-mêmes.
Il appelle sa femme qui est en train de trier des robes dans son dressing, en essayant de décider ce qu’elle pourrait donner à l’association Goodwill : « Lisa ! Combien coûte le pain? »
Lisa entre dans la pièce en s’essuyant le front après l’effort déployé, voit qu’il regarde la télé et comprend immédiatement l’urgence de la situation. « Je ne sais pas. » Elle va sur le palier et appelle la bonne mexicaine qui est en bas. « Maria ! »
La bonne, qui nettoie le sol carrelé en prévision de la venue des invités, vient au pied de l’escalier. « Oui, madame ?
– Combien coûte le pain ?
– Quel genre de pain ?
– Celui que vous achetez.
– Celui que j’achète pour vous ou celui que j’achète pour moi ? »
Lisa soupire agacée. « Je ne sais pas. Les deux, je suppose.
– Le genre que j’achète pour vous, le pain au levain du jour, coûte quatre dollars quatre-vingt-dix-huit. Le pain de mie que j’achète pour mes enfants coûte un dollar soixante-quinze.
– Merci. » Lisa retourne derrière Billy annoncer : « Le pain coûte environ un dollar soixante-quinze. »

Pages 123-124, Éditions Liana Levi, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          631
SociolitteSociolitte   04 juin 2018
Personne n’a envie d’entendre parler de coups de pied donnés à un niakoué mourant, avec du sang écumant sortant de sa poitrine, parce qu’à chaque coup ça faisait un petit bruit marrant d’emballage à bulles qui éclate. Personne ne veut entendre se moquer de ceux qui sont morts dans des positions cocasse, ni de quand il vous arrivait de chier de peur, ou de pleurer de façon hystérique, ou de vous mettre en position fœtale quand on vous disait de partir en vadrouille. Personne ne veut savoir que vous avez parfois pris plaisir à tuer, ou qu’il y a eu un type qui courait les prostituées malades parce qu’il voulait se faire hospitaliser pour cause de chaude-pisse ou de syphilis ; il avait décidé qu’il préférait voir sa bite et ses couilles pourrir que de faire le boulot qu’on lui avait assigné.
Ces histoires ne signifient rien, elles ne répondent à aucune question, ne prouvent rien, ne s’insèrent dans rien. Et ce sont les seules dont Billy Drake se souvienne.

Pages 89-90, Éditions Liana Levi, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          511
SociolitteSociolitte   07 juin 2018
Partout où il va il a des souvenirs du Vietnam, ou des souvenirs de souvenirs. Il se revoit moins pendant la guerre elle-même qu’après, quand il est revenu dans un pays toujours aussi ronronnant, à sa grande surprise. Il s’attendait à ce que tout le monde parle de la guerre, pose des questions, espère la victoire. La plupart de ceux auxquels il en parlait n’avaient pas d’opinion, ou trouvaient qu’elle durait depuis trop longtemps. Ils étaient fatigués de lire des nouvelles de cette guerre dans les journaux et de la voir envahir le journal télévisé du soir. Tous posaient une question que Fremantle n’avait pensé a posé que pendant sa deuxième campagne et qui était : « Pour quoi faire ? »

Pages 120-121, Éditions Liana Levi, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
SociolitteSociolitte   03 juin 2018
Ils pensent qu’ils veulent que vous leur parliez de la guerre, mais en fait c’est faux. Ce qu’ils veulent, c’est que vous confirmiez leur propre opinion sur ce qu’ils croient être la guerre. Si ce sont des jeunes, ils veulent entendre d’horribles histoires de tireurs embusqués abattus. Si ce sont des femmes, une histoire touchante de loyauté et d’amitié. Si ce sont des pacifiste, une histoire choquante sur l’absurdité de tout ça. Et si ce sont des va-t-en-guerre ils veulent la même histoire, présentée de façon à montrer qu’en fin de compte ça en valait la peine.

Page 89, Éditions Liana Levi, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
SociolitteSociolitte   19 juin 2018
Il se rappelle qu’un jour, pendant les opérations du Mékong en 67, lors de son premier séjour, sa compagnie devait confirmer des pertes ennemies. Il y avait eu un bref échange de tirs, un des sergents avait fouillé l’herbe et avait brandi une tête séparée d’un corps par les balles. « Difficile de mieux le confirmer qu’avec ça », avait-il dit, et Fremantle et tous les autres s’étaient marrés. Ce qu’il n’avait pas compris à l’époque, c’est qu’une fois que vous avez ri d’une tête tranchée vous ne pouvez pas retourner travailler à l’usine ou dans un bureau et ronronner avec tous les autres. À ce stade, vous êtes une marchandise avariée. Et les types qui embauchaient ceux qui revenaient au pays le savaient.

Page 121, Éditions Liana Levi, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Videos de Iain Levison (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Iain Levison
Rencontre avec Iain Levison au festival America 2016
autres livres classés : viêt-namVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ils savent tout de vous" d'Iain Levison.

Qui interroge Brooks Denny au début du roman ?

Dyer
Coffey
Snowe

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Ils savent tout de vous de Iain LevisonCréer un quiz sur ce livre
.. ..