AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782075185158
319 pages
Gallimard Jeunesse (22/06/2023)
3.89/5   100 notes
Résumé :
Bea et son frère Ezra ont toujours été là l'un pour l'autre. Même dans les moments les plus difficiles où le mot famille semblait vide de tout sens. Mais un matin, Béa n'est plus là. Elle est partie sans un mot, sans laisser de lettre, juste une adresse mail cachée à l'intention d'EZ...
Que lire après Ne pars pas sans moiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 100 notes
5
9 avis
4
15 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis
Beatrix Ahern dite Béa a quitté le domicile familial laissant son petit frère Ezra avec sa mère et son beau-père Darren à Fair Oaks dans l'Indiana. Elle n'a prévenu ni son petit ami Joe ni sa meilleure amie Sloane. Ezra partage sa peine avec son petit ami Terrence. Béatrix et Ezra vivent un enfer avec leur mère et leur beau-père, des humiliations incessantes, des violences physiques et psychologiques, un dénigrement qui a bouleversé leur vie, leur estime de soi et leur santé mentale. Béa a néanmoins laissé une adresse mèl à son frère et ils vont ainsi pouvoir échanger car la fugue de Béa pourrait bien mettre chacun face à ses responsabilités d'autant que Béa est sur les traces de leur père, Jonathan Calvin Wooster.


Il s'agit tout d'abord d'un roman épistolaire entre une soeur qui a fugué et son petit frère qui est resté au domicile familial. Nous lisons leurs échanges par mèl durant trois mois. D'un côté, nous suivons le parcours de l'héroïne qui a fui la violence familiale dans l'Indiana afin de retrouver son père dans le Missouri et de l'autre, le parcours de son petit frère qui ose dire non à ses parents. le roman nous plonge dans le quotidien d'une famille dysfonctionnelle et violente. Il décrit avec acuité la spirale de la violence, l'omerta sur le quotidien familial, le silence et la honte des victimes, la difficulté à intervenir de l'entourage malgré les suspicions et parfois même les évidences. Et surtout il montre comment l'absence d'amour et de tendresse des parents ruine la confiance en soi des enfants et leur difficulté à nouer des liens d'attachement sécures dans la vie. L'héroïne va devoir affronter toutes les tristes réalités de son enfance en enquêtant sur son père, elle pourra ensuite se tourner vers l'avenir grâce à l'aide d'amis. le héros se rebelle et fuit aussi l'enfer, il est accueilli dans deux familles successives dont la famille de son petit ami, une famille noire américaine. Nous retrouvons ici le souci de David Levithan de mettre en scène de jeunes héros gay dans leur quotidien et aussi de mieux représenter la diversité avec des héros racisés. Un roman évidemment bouleversant.


---


Jennifer Niven est une autrice américaine devenue célèbre avec All the Bright Places (Tous nos jours parfaits) sorti en 2015.
Jennifer Niven est née à Charlotte en Caroline du Nord aux États-Unis d'Amérique. Elle a grandi principalement dans l'État de l'Indiana, bien qu'elle ait vécu aussi à Okinawa et dans le Maryland. Son déménagement dans l'Indiana, en quatrième année, a d'ailleurs suscité l'écriture d'un de ses premiers livres : My Life in Indiana : I Will Never Be Happy Again. Elle y a obtenu son diplôme d'études secondaires. Elle est ensuite allée à l'université dans le New Jersey puis à Los Angeles.
Elle a travaillé comme productrice, journaliste et productrice associée pour la compagnie ABC Television.
Jennifer Niven partage aujourd'hui son temps entre la côte Atlantique en Géorgie côtière et Paris.
Elle publie tout d'abord deux récits The Ice Master (Pris dans les glaces) en 2000 et Ada Blackjack : A True Story of Survival in the Arctic (Ada Blackjack, survivante de l'Arctique) en 2003. En 2010, elle publie un mémoire de ses années de lycée appelé The Aqua Net Diaries : Big Hair, Big Dreams, Small Town (non traduit).
Elle commence à écrire des romans Young Adult après avoir connu une histoire d'amour qu'elle ne parvenait pas à retranscrire dans un récit autobiographique, ce sera All the Bright Places. Ce livre a permis de mettre en avant des sujets tabous, tels que la santé mentale des adolescents. Elle devient une autrice à succès avec onze livres primés aux Emmy Awards, dont les romans All the Bright Places, Holding up the Universe, Breathless et Take Me With You When You Go (avec David Levithan). Ses livres ont été traduits dans plus de 75 langues et elle a plus de dix éditeurs.
Le premier roman jeune adulte de Jennifer Niven est All the Bright Places (Tous nos jours parfaits) qui est sorti en 2015 dans lequel nous suivons deux adolescents Violet et Finch qui tentent de combattre des problèmes de santé mentale. Ce roman a remporté le prix Goodreads choice award for Best Young Adult Fiction 2015 et a été sélectionné pour le prix Guardian Children's Fiction Prize 2015. Il a été adapté en film par Netflix dont les acteurs principaux sont Elle Fanning, Justice Smith, Keegan-Michael Key, Alexandra Shipp, et Luke Wilson. le film a commencé à être produit début octobre 2018 et il est sorti le 28 février 2020.
Elle a sorti un nouveau livre jeune adulte qui a lui aussi été un best seller en 2016 appelé Holding Up the Universe (Les Mille Visages de notre histoire) et son troisième roman jeune adulte, Breathless (L'Été de tous les possibles), publié en 2020.
Jennifer Niven écrit actuellement le scénario de la version cinématographique de Holding Up the Universe. - source : Wikipédia
Nous connaissons en France chez Gallimard jeunesse tout d'abord en Grand format littérature puis en Pôle fiction, Tous nos jours parfaits, Les mille visages de notre histoire et L'été de tous les possibles.

David Levithan est né le 7 septembre 1972 à Millburn dans le New Jersey. A 19 ans, il décroche un stage chez Scholastic, une maison d'édition pour la jeunesse, où il travaille sur la série Les Baby-Sitters. Il deviendra directeur éditorial. En 1999, il écrit la novélisation du film Dix Bonnes Raisons de te larguer. À partir de 2003, il commence à publier plusieurs romans pour adolescents sur la thématique de l'homosexualité. Son premier livre Boy Meets Boy est publié en 2003. Il a aussi coécrit cinq romans avec Rachel Cohn et un roman avec John Green, Will et Will (2010). Il est notamment l'auteur du remarqué A comme aujourd'hui (Every Day) en 2012.

Il parle de ses romans sur son site DavidLevithan.com.
“Mon premier roman, Boy Meets Boy , a commencé comme une histoire que j'ai écrite pour mes amis pour la Saint-Valentin (...) et s'est transformé en un roman pour adolescents. (...) Je suis directeur éditorial chez Scholastic et éditeur fondateur de l'empreinte Push, qui se consacre à trouver de nouvelles voix et de nouveaux auteurs dans la littérature pour adolescents. (...)
Avec Boy Meets Boy , j'ai essentiellement entrepris d'écrire le livre que je rêvais d'obtenir en tant qu'éditeur - un livre sur les adolescents gays qui ne se conforme pas aux anciennes normes sur les adolescents gays dans la littérature (c'est-à-dire qu'il doit s'agir d'un oncle gay ou un adolescent qui se fait battre parce qu'il est gay(...).
Mon deuxième livre, le royaume des possibles , parle d'une vingtaine d'adolescents qui fréquentent tous le même lycée, et comment leurs vies s'interconnectent. Chaque partie est écrite dans son propre style, et j'espère qu'elles s'ajouteront toutes à un roman qui transmet tout le hasard et l'intersection qui se passe dans nos vies - deux choses qui me fascinent incroyablement. le livre est écrit à la fois en poésie et en prose brisée - quelque chose que je n'aurais jamais imaginé écrire. Mais j'ai été inspiré par des écrivains tels que Virginia Euwer Wolff, Billy Merrell, Eireann Corrigan et Marie Howe pour l'essayer. On dit souvent que la lecture est la plus grande source d'inspiration pour l'écriture, et c'est définitivement le cas pour moi.
Mon troisième roman, Sommes-nous encore là ? raconte l'histoire de deux frères qui sont amenés à faire un voyage en Italie ensemble. (...)
Marly's Ghost , mon quatrième roman, est un récit de la Saint-Valentin illustré par mon ami Brian Selznick. (...) centré sur un garçon nommé Ben dont la petite amie, Marly, vient de mourir. Quand il a l'air d'abandonner la vie, Marly réapparaît sous forme de fantôme - et envoie d'autres fantômes pour l'amener à embrasser à nouveau la vie. C'était un livre difficile à écrire - il parle à la fois d'amour et de chagrin, deux choses très difficiles à saisir avec sincérité. Mais je ne vois vraiment aucune raison d'écrire un livre si cela ne ressemble pas à un défi.
Mon sixième roman, Wide Awake , commence par l'élection du premier président juif gay, et parle de deux petits amis qui doivent se rendre au Kansas lorsque les résultats des élections sont annoncés. À bien des égards, c'est une suite dans l'esprit de Boy Meets Boy , puisqu'il s'agit de l'amour, la tolérance, de l'amitié et la prise de position pour ce en quoi vous croyez. Il a été écrit juste après les élections de 2004 (...)
Ma deuxième collaboration avec Rachel Cohn, Naomi et Ely's No Kiss List , a été inspirée par une phrase que mon meilleur ami Nick et moi avons inventée après son déménagement à New York. Il s'agit d'une fille hétéro et d'un garçon gay qui sont les meilleurs amis depuis toujours… mais doivent faire face à beaucoup de choses qui ne sont pas dites après que le garçon (Ely) ait embrassé le petit ami de la fille (Naomi). Cette fois, Rachel et moi avons décidé de faire pivoter le point de vue entre un certain nombre de personnages.
How They Met, and Other Stories, a été publié en 2008, à l'occasion du vingtième anniversaire de ma tradition Valentine Story. Il contient quelques histoires que j'ai écrites au lycée et à l'université, et d'autres que j'ai écrites plus récemment, certaines pour des anthologies, et d'autres juste pour moi et mes amis.
La première série sur laquelle j'ai travaillé (en tant qu'écrivain) est Likely Story , que j'ai écrite avec deux de mes amis, Chris van Etten et David Ozanich, sous le pseudonyme de David van Etten. Chris et David ont tous deux travaillé sur des feuilletons télévisés et ont eu l'idée d'une émission télévisée sur la fille d'une diva de feuilletons qui finit par diriger son propre feuilleton. (...) Et voilà, Likely Story est née. C'était un plaisir d'écrire et le personnage principal, Mallory, est encore l'un de mes préférés.
En 2009, Knopf a publié Love is the Higher Law . C'est l'histoire de trois adolescents à New York le 11 septembre, et comment leurs vies s'entremêlent dans les jours, les semaines et les mois qui suivent. Je sais que cela semble sinistre mais c'est vraiment l'histoire de choses qui se rejoignent même si on a l'impression que le monde s'effondre - parce que c'est ce que l'on ressentait à New York à ce moment-là, à la fois tragique à cause des événements qui se sont produits et magique dans la façon dont chacun est devenu meilleur face à cela. C'est une histoire d'amour entre amis, une histoire d'amour pour une ville et une histoire d'amour pour l'amour lui-même, et la façon dont elle peut nous aider à traverser les choses, aussi intimidantes ou choquantes soient-elles. (...)
Will & Will a commencé, à bien des égards, à l'université, quand on m'a pris pour un autre étudiant nommé David Leventhal. C'était un beau danseur ; je ne l'étais pas. Donc, les gens venaient continuellement vers moi et me disaient des choses comme : "Je t'ai vu sur scène hier soir - qui aurait pensé que tu pourrais être aussi gracieux ?" Et je devais dire : "Euh... ce n'était pas moi." Nos chemins se sont finalement croisés à la fin de l'école et nous sommes devenus les meilleurs amis lorsque nous avons déménagé tous les deux à New York - lui pour danser, moi pour éditer et écrire. Dix ans plus tard, j'ai eu l'idée d'écrire un livre sur deux garçons du même nom et j'ai appelé mon ami John Green à ce sujet. Il a dit oui sur-le-champ, et il nous a fallu cinq ans entre la première conversation et le jour de la publication. le résultat ? Un roman sur l'identité, l'amour et ce que c'est que de faire de sa propre vie une comédie musicale. (...)
Ma troisième collaboration avec Rachel Cohn, Dash & Lily's Book of Dares, met en scène des personnages partout à New York à la recherche d'amour, d'aventure, de musique et… de l'esprit des fêtes.
Mon premier roman sur les adultes est The Lover's Dictionary , que FSG a publié pour la Saint-Valentin en 2011. Je dis "sur" les adultes et non "pour" les adultes car tous mes livres sont lus par des adolescents et des adultes (...). le dictionnaire des amoureux est l'histoire d'une relation de deux ans, racontée dans des entrées de dictionnaire qu'un amoureux écrit pour l'autre.
Une collaboration avec le photographe Jonathan Farmer pour Every You, Every Me est née d'une idée simple : Jonathan me donnait des photographies au hasard, une à la fois, et j'écrivais un roman qui les incorporait. À aucun moment, il ne savait ce que j'écrivais. (...) le résultat est une sorte de thriller psychologique à propos d'un enfant Evan après la disparition de son meilleur ami.
2012 a vu la sortie de Every Day , l'histoire d'un adolescent nommé A, qui depuis sa naissance s'est réveillé dans le corps et la vie d'une nouvelle personne chaque matin. Au début de l'histoire, A a seize ans et se réveille dans le corps de Justin, qui n'a jamais vraiment bien traité sa petite amie, Rhiannon. Lorsque A tombe amoureux de Rhiannon, cela change soudainement les enjeux de l'histoire de A – et de la vie de A. Quand j'ai commencé à écrire Every Day, il y avait deux questions auxquelles je voulais répondre :
Premièrement, à quoi cela ressemblerait-il d'être une personne qui a grandi sans sexe, race, orientation sexuelle, parents, amis et toutes les autres choses par lesquelles nous nous classons habituellement ?
Deuxièmement, qu'est-ce que ça ferait d'être amoureux de quelqu'un qui change tous les jours – serait-ce possible ?
Je suis revenu à la collaboration avec Invisibility avec Andrea Cremer. Andrea m'a lancé sur son blog une plaisanterie au défi d'écrire un roman paranormal avec elle. J'ai écrit un premier chapitre, mettant en scène l'histoire d'un garçon invisible et de la fille qui emménage dans son immeuble qui est la première personne à le voir réellement. Je lui ai envoyé le premier chapitre par mèl ; Andrea, d'abord plutôt surprise, m'a envoyé le second chapitre par mèl – et on a continué comme ça. Andrea vivait à Minneapolis à l'époque, mais curieusement à la fin de l'écriture de ce roman très NYC, elle avait déménagé à NYC… dans le même quartier que le personnage sur lequel elle écrivait.
Mon dernier roman est Two Boys Kissing publié en 2013. Il a été inspiré par beaucoup de choses - une histoire que j'avais écrite pour une anthologie intitulée How Beautiful the Ordinary qui a été racontée par la génération d'hommes homosexuels atteints du sida, en regardant la génération Internet ; l'histoire vraie de deux garçons du New Jersey qui ont battu le record du monde du plus long baiser continu en 2011 ; et quelques histoires moins heureuses d'adolescents homosexuels qui ont rencontré des obstacles plus difficiles à peu près au même moment.”

En France, nous connaissons Une nuit à New York en 2009 chez Hachette jeunesse dans la collection BlackMoon, Will & Will en 2011 chez Gallimard jeunesse en Scripto, A comme aujourd'hui en 2013 aux éditions des Grandes personnes, invisibilité en 2015 chez Michel Lafon, Dans tes bras : la comédie musicale de Tiny Cooper en 2015 chez Gallimard jeunesse en Scripto qui reprend le personnage Tiny Cooper de Will & Will, Aujourd'hui est un autre jour en 2016 chez Gallimard jeunesse en Grand format littérature et qui reprend l'histoire de A comme aujourd'hui mais vue du point de vue de Rhiannon, Dash & Lily, le volume 1, le carnet de défis en 2020 puis le volume 2, Douze jours avec Dash & Lily en 2021 chez Michel Lafon.






Commenter  J’apprécie          130
"Ne pars pas sans moi" ou le roman qui confirme que l'écriture de David Levithan ne m'emballe pas. Si Jennifer Niven sait habituellement réveiller l'adolescente qui sommeille en moi, ce roman à quatre mains ne m'a pas touchée autant que ses précédents. Loin s'en faut.
Et comme le phénomène s'était déjà produit avec "Will et Will", écrit par l'auteur avec John Green, la conclusion s'impose d'elle même.

Je suis pourtant assez friande des romans épistolaires habituellement. Les personnages de Beatrice et Erza sont plutôt sympas, mais la situation familiale (qui m'a rappelée celle de "Eleanor & Park") manque terriblement de nuances. Évidemment, la forme impose d'adopter le point de vue des deux ados maltraités. Mais sacrifier les grands méchants (beaux-)parents sur l'autel du tire-larme m'a semblé un peu facile. Ces personnages auraient dû être plus creusés pour paraître crédibles. Nous sommes ici proches de figures de contes, irrécupérables.

Il y a pourtant des réflexions intéressantes sur les traces que peuvent laisser le dénigrement et la peur vécus au quotidien. Cela modifie forcément la personnalité de jeunes en construction, les pousse à douter de leurs capacités et même à se demander s'ils ne méritent pas cette violence. Un comble !
J'ai aussi trouvé pertinente la question de fuir ou rester. Bea culpabilise d'avoir laissé son frère derrière elle, mais avait-elle vraiment le choix ?
Commenter  J’apprécie          132
Objet : Ne pars pas sans moi
De : Ezra e89898989@ymail.com
À : Béa b98989898@ymail.com
Date : mercredi 16 août 16:31 EST

Chère Béa, ici ton frère Ezra. Un frère enfin libre ou complètement foutu, au choix.

Tu te souviens quand toi et moi on jouait à sauver le monde ? J'y croyais, j'étais convaincu qu'on en était capable, c'était déjà ça. Ce n'était pas grand-chose mais on tenait l'un à l'autre et on y croyait. C'est pour ça que si tu étais partie sans me laisser aucun moyen de te contacter, je ne te l'aurais jamais pardonné.

Mais heureusement tu m'as laissé cette adresse ymail.

Un assemblage de chiffres et de lettres associé à un arobase, c'est ce qu'il nous aura fallu pour enfin voir la vérité crue sans tout ces mensonges, tout ces petits jeux, tout ce déni. Pour enfin se retrouver, d'abord avec fureur, en face de cette éclipse qu'était notre vie jusqu'à présent, puis ensuite avec une pointe d'autre chose, environ 10 % de panique.

Tu es partie : bye bye Fair Oaks, bye bye l'Indiana ! C'est plus facile qu'on ne se l'imagine de trouver sur internet comment fuguer... S'enfuir loin de cette famille dysfonctionnelle et violente, s'enfuir loin du silence qui nous étouffe lentement. J'ai pleuré en te lisant parce qu'on ne sait jamais à quel point on est profondément sous l'eau jusqu'au moment où on se noie.

Où sont les Avengers comme Bruce Banner, pas Hulk mais l'homme, quand on a besoin d'eux ?
Ils ne peuvent rien pour nous à présent tout comme les "et si" ne nous aideront pas à avancer... Au contraire, ils nous ralentiront.

S'il te plait, ne me quitte pas pour cet univers alternatif, j'ai besoin de toi dans celui-ci et en plus tu me dois une tirelire cochon !

Réponds-moi vite,
Ezra

Un roman épistolaire touchant et puissant au coeur d'une fratrie soudée comme jamais pour traverser l'omerta familiale rythmant leur quotidien.
Commenter  J’apprécie          30
Duo inattendu, mais j'étais bien évidemment hyper hypée et surtout obliiiiigé de le découvrir tout de suite ! Je suis une grande fan de cette autrice surtout, j'ai tout lu et toujours très apprécié ces titres. Certains plus que d'autres mais ils m'ont toujours beaucoup touché.

Je partais donc assez confiante.
Malheureusement je n'ai pas été très convaincue par celui-ci.

J'ai quand même passé un bon moment de lecture dans l'ensemble. le fait que ce soit écrit sous forme épistolaire, par échange de mails m'a beaucoup plu. Mais ça a manqué d'émotions. Généralement dans ce genre de format c'est assez percutant mais là je suis restée vraiment à distance de ce que vivait nos personnages. Je n'étais pas impliquée dans la disparition de Bea. Par la détresse d'Erza. Pourtant certains thèmes abordés sont assez puissants. On y parle de violence, d'homophobie, d'abandon, d'addiction. Ça aurait vraiment pu me plaire si j'avais eu de l'attachement pour ces ados.

Ça reste une chouette histoire quand même. Ce n'est pas un mauvais roman loin de là. J'avais imagine pleins de choses quant à la raison de la disparition de Bea et les révélations m'ont laissé un peu sur ma faim. Ça reste tout de même agréable à lire. C'est tres rapide et ça s'enchaîne plutôt bien.

Alors je ne sais pas si c'est la plume de Levithan qui a fait que. En tout cas j'en ressors mitigée. J'ai bien aimé mais ça reste une lecture sans plus. Elle ne m'aura pas fait vibrer.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          90
"Ne pars pas sans moi" c'est une histoire de famille, de liens fraternels, et d'amour à toutes épreuves.

Nous retrouvons d'un côté Béa, ayant fugué sans se retourner et sans en parler à personne, laissant derrière elle tout ce qui la rattachait à sa famille.

De l'autre, Ezra, son petit frère, cherchant à retrouver sa soeur, vivant toujours au sein du domicile familial, subissant coups et injures.

Béa ne laissera qu'une seule et unique chose pour Ezra : une adresse mail avec laquelle ils pourront échanger, à deux, et rien qu'à deux.

C'est donc sous cette forme de mails entre Béa et Ezra que nous sera transmise leur histoire, ce qu'ils vont vivre tout au long de ces mois, et c'est dans l'intimité de ces lettres que nous allons trouver une place parmi eux.
Parmi leurs peines
Leurs amours
Leurs doutes
Leurs conquêtes de soi.

Ce livre m'a beaucoup touché et je l'ai refermé avec beaucoup d'émotions. La violence domestique qu'ont du subir Ezra et Béa m'a insufflé autant de haine que d'espoir, étant de tout coeur derrière eux avec le désir qu'ils réussissent à se sortir de tout cela. C'est en comptant l'un sur l'autre que ces frères et soeurs essaieront d'aller de l'avant, et c'est ce lien indéfinissable entre eux que j'ai le plus aimé dans ce livre, le fait qu'ils soient là l'un pour l'autre à toute épreuve, pour s'épauler et se soutenir, sans pour autant être au même endroit.

Ce roman épistolaire est marquant sur beaucoup de points, notamment grâce aux thèmes forts qu'il aborde. Cette famille recomposée m'a confronté face à la réalité quant à l'aveuglement de l'entourage sur ce qui s'y passe. Personne ne peut deviner ce que subissent les familles individuellement, ce qui se cache derrière les sourires que l'on renvoie et les ecchymoses que l'on cache. Les violences ne sont pourtant pas uniquement physiques mais aussi psychologiques, et c'est tout cela, et bien plus, que Béa et Ezra ont du endurer.

J'ai bien aimé les petites touches de romance présentes dans le livre, qu'elles soient homosexuelles ou hétérosexuelles, qui apportaient au livre un air de douceur.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Ricochet
08 novembre 2023
Flirtant avec le mélodramatique, profondément touchant, l’ouvrage fonctionne avec des attendus mais n’en constitue pas moins un beau plaidoyer pour la parole en cas de maltraitance intra-familiale.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Maintenant que je passe à pied devant chaque maison et non en voiture, j'ai le temps de me demander si comme chez nous, certaines dissimulent des secrets. Et si les gens à l'intérieur comptent sur le fait que personne n'y prête attention.
Commenter  J’apprécie          30
C’est merveilleux quand quelqu’un te voit tel que tu es, le vrai toi mais je crois que le plus important, c’est de se voir soi-même tel qu’on est, de se connaître et de s’accepter.
Commenter  J’apprécie          30
Alors voilà ce que l'expérience m'a appris. Un : rien ne sert de cacher ce qui t'arrive parce que c'est les gens qui te maltraitent qui doivent avoir honte, pas toi. Deux : on forme un club dont on n'a jamais demandé à faire partie, celui des gens qui, en luttant contre ceux qui voulaient les briser, se sont découvert un instinct de survie incroyable. On doit se soutenir. Et trois : quand tu es dans une situation vraiment pourrie, dis-toi qu'ailleurs c'est forcément mieux. Ton agresseur va tenter de te retenir, mais d'autres gens peuvent t'aider à t'en sortir. pg 313
Commenter  J’apprécie          00
Quoi qu'il arrive, Ez, ne fais pas comme moi. Sois toi-même. Tu es la meilleure partie de moi-même. Depuis toujours.
Commenter  J’apprécie          30
J'ai mangé toutes les petites peaux autour de ce qui me restait d'ongles. J'ai les doigts en sang. Je vais finir par les rogner jusqu'au coude, jusqu'à l'épaule, jusqu'à la tête, jusqu'à disparaître. J'aimerais pouvoir disparaître.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de David Levithan (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Levithan
Cette semaine, la librairie Point Virgule vous propose de vous pencher sur l'assignation sociale en matière d'identité sexuelle et sur ce qu'elle implique. C'est l'occasion de passer en revue quatre livres qui s'adressent aussi bien aux adolescents qu'aux adultes pour évoquer des sujets tels que la transidentité ou le consentement.
- Birthday, Meredith Russo, PKJ, 17,90€ - Le plongeoir, Elsa Devernois, Talents Hauts, 7€ - A comme Aujourd'hui, David Levithan, Gallimard Jeunesse, 8,20€ - L'incivilité des fantômes, Rivers Solomon, Aux forges de Vulcain, 20€ (existe aussi en poche, J'ai Lu, 8,90€)
Musique du générique d'intro par Timo Vollbrecht.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (247) Voir plus




{* *} .._..