AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266160141
Éditeur : Pocket (19/04/2007)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 21 notes)
Résumé :

Quand Judith arrive à Bassebourg, royaume des merveilles loufoques, elle ne se doute pas de ce qui l'attend. Car ici les habitants sont décalés : les Brisepaille qui, après des jours heureux, se déchirent sur un malentendu ; la belle et méchante Madeleine Kwa dont seul un demi-cœur bat ; Flaque, caché derrière une plante verte, qui affectionne les petites chaussures mauves ; Zabriel Arcosse, chasseur ém&#x... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
mallollo
  16 novembre 2015
Si vous cherchiez de la poésie pour égayer le métro-boulot-dodo grisâtre, vous aurez droit à une bouffée de verdure dès la première page. Murielle Levraud n'a pas pioché dans Zola pour planter le décor de son roman :
« Au sommet de la colline Saint-Adèle se dresse la vieille église Sainte-Adèle. On y accède par chemin caillouteux traversant une petite forêt d'arbres craintifs. S'ils avaient poussé ailleurs, on aurait parlé d'arbres confiants, mais sur la colline Saint-Adèle, parce qu'à son sommet se trouve la vieille église, menaçant de s'écrouler à tout moment, on dit arbres craintifs. (…) On n'a jamais vu un arbre s'enfuir, mais à Bassebourg, si on laissait le choix à ceux de cette colline, ils iraient pousser ailleurs et tout droit. »
Murielle Levraud a trempé le pinceau dans le pot de vert, la main sûre, pour faire le fond, puis dans le pot de mauve, de bleu ciel, de jaune,… pour les gros traits colorés de ses personnages. Non, ce n'est pas une bédé ou ce qu'on appelle un « livre d'artiste », mais un roman sur papier grisé et lettres noires dessus. Et pourtant, l'impression de couleurs, on l'a d'un bout à l'autre du récit.
Du récit, parlons-en. Mais pas trop, ce serait aussi compliqué que de raconter un rêve. C'est l'histoire de Judith, qui débarque à Bassebourg, engagée par Mme Brisepaille pour tenir l'hôtel « des gens perdus en se promenant sur la colline». En réalité, elle l'embauche pour être chef des futures majorettes, et dont la renommée devra contrer celle de l'équipe de foot locale menée par son (ex-)mari, M. Brisepaille, qui travaille en réalité dans l'élastique. Il faut dire aussi que Mme Brisepaille a le don de faire changer le ciel lorsqu'elle a une idée, et depuis quelque temps, le climat à Bassebourg est changeant…
En marge de l'histoire, on apprend aussi à connaitre Zabriel Arcosse, ancien chasseur de serpent devenu femme de chambre de l'hôtel de Mme Brisepaille, Madelein Kwa, la méchante, la sans-coeur défraichie, le Père Grossemiette, curé de la paroisse, Flaque, l'ami de M. Brisepaille (qui arbore de jolies chaussures mauves et une plante verte), le bibliothécaire qui classe Balzac par ordre alphabétique à AABCLZ.
L'histoire met un peu de temps à se mettre en place, une bonne centaine de pages sur… un peu plus de 200. La partie « plantons le décor loufoque et féerique » n'est pas désagréable, mais tellement longue et découpée en chapitres tellement semblables (longueur des chapitres, construction des phrases et rythmique) qu'on a un peu l'impression d'une écriture « bloguesque », davantage adaptée à une publication par épisodes qu'à la forme de roman. J'avoue avoir pensé à « faire une pause » au bout de 100 pages, ne voyant pas venir réellement de déroulement de l'intrigue. J'ai bien fait de continuer, j'ai eu ce que je voulais dans la deuxième moitié…
4 étoiles au total pour la poésie et la couleur de l'écriture, avec des bémols sur la longueur de la mise en place et la rythmique des phrases parfois téléphonée. Et coup de coeur pour le titre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Morgane82
  03 décembre 2014
Oh oui ! ce livre est une petite merveille ...
Raffraichissant, loufoque ... pour moi, je le classe dans les 'à lire et à relire'.
Une magnifique réflexion sur les non-dits et leurs conséquences (désastreuses ?!). Il est comme un petit concentré de vie(s) dans une petit village bien farfelu aux habitants très ... originaux (si on n'y regarde pas de plus près !!! ).
 
J'aime :
- les humeurs de Mme Brisepaille
- le silence de Flaque
- le classement tarabiscotté du bibliothécaire
- la simplicité de M. Brisepaille
- la méchanceté-vengeance de Madeleine
- la curiosité mystique de Grossemiette
- ...
Mais c'est A VOUS DE JUGER !
Commenter  J’apprécie          30
alicejo
  07 novembre 2011
La quatrième de couverture nous présente l'auteur comme "la descendante directe de Raymond Queneau, de Boris Vian et de Jacques Prévert" (rien que ça !) et nous annonce un roman "désopilant et jubilatoire".
Je dois vraiment être un triste personnage car j'ai abandonné ce roman à la 58ème page. Je trouve cette histoire ennuyeuse à mourir et le style de l'auteur plutôt pauvre.
Mis en avant par mes bibliothécaires dans une sélection de livres sensés être drôles ou loufoques ; ayant très envie d'une lecture légère, je me suis dis pourquoi pas. J'aurais pourtant bien du me douter en voyant cette couverture rose (édition grand format) qui n'a rien à envier aux romans de chick lit, que je n'étais pas la cible visée.
Commenter  J’apprécie          10
Suny
  15 mai 2011
Un livre acheté tout à fait par hasard... Je n'en avais jamais entendu parler, l'auteure inconnue au bataillon. Juste le titre qui a attiré mon oeil et surtout ma curiosité.
Avec un titre pareil on peut s'attendre à pas mal de choses, par exemple une sorte de tirade philosophique ou de petit conte moralisateur. J'ai été surprise de trouver une petite histoire pleine de simplicité, même si un peu loufoque et parfois tirée par les cheveux. On y rencontre tout un tas de personnages, tous attachants, même les pas gentils, qui évoluent dans un patelin qui semble coupé du reste du monde, livré à ses bizarreries et à ses mystères.
On ne peut pas vraiment parler de suspense, mais ce qui est sûr c'est que les petites aventures des habitants de Bassebourg nous emmènent de surprise en surprise...
À dévorer sans chercher à comprendre, juste en se laissant porter par une douce folie...
Commenter  J’apprécie          00
auroreprofdoc
  12 avril 2017
En voilà une histoire bien décalée pour se vider l'esprit ! Quand je lis, je me plais à imaginer l'histoire mise en scène...Et bien là, j'ai eu la sensation d'être plongée dans un univers entre Zazie dans le métro, les films de Tati et le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain ! Beaucoup d'humour et de tendresse dans ce roman.
Judith débarque dans un village après avoir été recrutée sur un CV bidon pour un job qui n'est qu'une façade. Autour d'elle gravite tout un petit monde déjanté où chacun joue de l'autre sans oser s'avouer la réalité...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
mallollomallollo   16 novembre 2015
Au sommet de la colline Saint-Adèle se dresse la vieille église Sainte-Adèle. On y accède par chemin caillouteux traversant une petite forêt d’arbres craintifs. S’ils avaient poussé ailleurs, on aurait parlé d’arbres confiants, mais sur la colline Saint-Adèle, parce qu’à son sommet se trouve la vieille église, menaçant de s’écrouler à tout moment, on dit arbres craintifs. (…) On n’a jamais vu un arbre s’enfuir, mais à Bassebourg, si on laissait le choix à ceux de cette colline, ils iraient pousser ailleurs et tout droit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MlleJuinMlleJuin   25 janvier 2015
Satisfait, il croisa les bras et promena son regard dans la rue. Ça il aimait bien. Il pouvait lire des histoires sur chaque visage qui passait. Juste lire. Il aimait bien. C'était aussi une chose qui le rassurait. Qu'on vive à part lui. Il y avait tellement de choses devant lesquelles il se sentait impuissant [...] qu'il était content de voir que d'autres vivaient très bien sans lui, sans qu'il eût à se reprocher de n'apporter qu'une goutte d'eau où il faudrait un océan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
petipo2mielpetipo2miel   06 novembre 2016
Mr et Mme Brisepaille jusqu'au jour où madame Brisepaille pense que son mari la trompe. Elle décide alors de surpasser son mari dans sa réussite sociale et professionnelle. Elle ouvre un hôtel et décide de monter une équipe de majorettes. Elle tombe sur le CV de Judith sur internet et décide de l'embaucher.

Ce roman semble n'avoir ni queue ni tête. Certes il y a bien une histoire avec les protagonistes mais beaucoup d'éléments non pas de sens. Ou alors je ne les ai pas compris :( les personnages sont tous plus loufoques les uns que les autres. Cela peut être distrayant mais je ne dirai quand même pas amusant.
L'écriture de l'auteur est très particulière. Beaucoup de redondance, de non sens... l'effet recherché, j'imagine, pour donner encore plus d'impression de folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MlleJuinMlleJuin   25 janvier 2015
Des larmes d'émotion coulèrent sur ses joues. Il avait bien vu. Il resta là un moment, avant d'aller récupérer le plumeau, allongé dans l'herbe, à remercier le ciel. Les araignées, remises de leurs émotions, restèrent agrippées à sa robe, attendant qu'il retournât dans le souterrain car, c'est bien connu, les araignées préfèrent les endroits sombres et humides. Elle préfèrent la discrétion.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : déjantéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14378 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre