AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2262030251
Éditeur : Perrin (23/04/2009)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Les coulisses de Versailles au temps des rois.

Pendant un siècle, l'histoire de France s'est jouée à Versailles. Mais qui connaît les " seconds rôles " indispensables au fonctionnement de la " machinerie royale ", comme d'Aquin, premier médecin du Roi-Soleil, Louis Blouin, valet de chambre et confident de Louis XIV, ou Mme de Brionne qui gouverna comme un homme les Grandes Ecuries ?
Le livre de Jacques Levron retrace leurs aventures, comme il p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
l-ourse-bibliophile
  30 janvier 2013
Cet été, j'ai eu la chance de faire une visite exceptionnelle de Versailles grâce à une personne qui y travaille, et, par la même occasion, de récupérer chez cette même personne plusieurs livres traitant de Versailles, de la Cour, de personnages célèbres, de lieux historiques ou encore de moments qui ont marqué l'Histoire. Les Inconnus de Versailles fait partie de ceux-là.
Tout le monde connaît Louis XIV, Marie-Antoinette, la marquise de Montespan ou la Pompadour, bref, les rois, les reines et les favorites. Mais c'est oublier que des milliers de gens travaillaient pour cette Cour. On appelait tous ceux dont le métier faisait fonctionner Versailles, le faisait devenir ce qu'il était, les « utilités ». Stefan Zweig aurait-il pu parler de « l'insouciance heureuse » de Trianon et de Versailles sans tous ces gens qui avaient un office au château ?
Leur nombre n'a jamais pu être déterminé avec précision. En 1722, il semblait y avoir 4250 personnes employées à la Cour, mais le nombre a augmenté par la suite et aucun recensement n'a été effectué. Appartenant au corps des officiers (possédant un office, rien de militaire là-dedans) du roi ou de la reine, leur charge est plus ou moins importantes – du feutier (qui tisonne les braises) à l'intendant des Menus-Plaisirs en passant par le porte-chaise d'affaires (l'ancêtre de notre dame-pipi en quelque sorte) – mais tous sont fiers d'appartenir à la Cour. Mais comment vivaient-ils ? Où logeaient-ils ? le château ne pouvait certes pas accueillir tous ces domestiques. Quelle était leur vie quotidienne ? Et que devinrent-ils après la Révolution ?
Amatrice de livres d'Histoire malgré une fâcheuse tendance à tout oublier, j'ai beaucoup aimé découvrir l'envers du décor. Être focalisé, non plus sur les Grands, mais chez ceux qui les servent permet de voir un autre aspect de la vie versaillaise, une vie qui n'était pas qu'une longue fête insouciante. Ces utilités devaient faire face à des problèmes tant financiers – ayant parfois du mal à subsister et à payer leur loyer – que professionnels – devant assurer leur charge qui était parfois très contraignante.
Chaque histoire, chaque biographie est très précise : il y a donc une grande quantité de dates et de chiffres dans ce livre et l'on s'y perd parfois un peu, mais la lecture reste aisée. Mais quel plaisir de découvrir la vie des Francine, ceux à qui l'on doit le système hydraulique des jardins et dont le nom est presque tombé dans l'oubli. Et savez-vous qu'une femme, Madame de Brionne, avait exercé l'importante charge de Grand Écuyer du Roi pour que celle-ci puisse revenir à son fils lors de sa majorité ? Cet office des plus prestigieux – et des plus harassants, levée à cinq heures, couchée à minuit ! – lui donnait ainsi l'autorité sur la cavalerie de la Cour et la direction de l'École des Pages, ce qui lui conférait par ailleurs de nombreux privilèges et le droit d'approcher le roi ! Et il y a encore bien d'autres « seconds rôles » avec qui faire connaissance dans ce livre…
Un livre passionnant pour découvrir l'envers du décor et un Versailles parfois inattendu et réhabiliter certains personnages que la postérité a injustement jetés dans l'oubli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
athena1
  27 octobre 2010
Pour qui aime Versailles et sa Cour, ce livre est incontournable.
Jacques Levron nous offre dans un texte fluide et souvent amusé le portrait de ces seconds rôles indispensables à l'épanouissement de la Cour. Si de nos jours, il est souvent affirmé que nul n'est indispensable, cette assertion ne semble pas se vérifier à Versailles.
Parmi ces portraits, certains auront toutefois une empreinte plus importante dans l'histoire de France tel que François Gamain, serrurier de Louis XVI ou encore Louis Blouin, d'autres auront permis à Versailles d'illuminer l'histoire par son faste tels que les frères Francini, enfin certains n'auront laissé que peu de traces, mais nous auront fait sourire car comme les personnages de Molière ils possèdent des défauts exacerbés tel que la cupidité, la gourmandise, ...
Au delà des personnages, Jacques Levron nous offre aussi des anecdotes croustillantes sur la vie à Versailles...
Bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          30
cecilit
  16 juillet 2013
Facile à lire et très instructif
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
athena1athena1   24 octobre 2010
La postérité est parfois injuste. Nul n'ignore l'oeuvre de Le Vau, de Mansart, de Le Nôtre. Tous les ouvrages sur Versailles citent à l'envi les sculpteurs qui ornèrent les bassins ou semèrent les allées de statues. C'est à peine si les meilleurs livres citent le nom des frères Francini, ou Francine, qui ont collaboré à l'agrément du château de Louis XIV.
Commenter  J’apprécie          20
athena1athena1   24 octobre 2010
De certaines figurent jaillissaient aussi des jets d'eau qui inondaient les visiteurs au moment où ils s'y attendaient le moins, et leur surprise excitait au plus au point la joie de Henri IV. Le vert-galant aimait les plaisanteries un peu lourdes ...
Commenter  J’apprécie          10
athena1athena1   24 octobre 2010
On peut être surpris du procédé. Il était de tradition à Versailles. Quand un courtisan tombait en disgrâce, il devait immédiatement disparaître. Le maître s'épargnait ainsi les plaintes, les requêtes de la victime et de ses amis.
Commenter  J’apprécie          10
athena1athena1   24 octobre 2010
Marie-Marguerite tombait dans la dévotion. Elle atteignait la cinquantaine. C'est l'âge où les diables se font ermites. Les diablesses aussi...
Commenter  J’apprécie          20
Video de Jacques Levron (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les écuries de Versailles
Jacques LEVRON, conservateur des Archives de France, est interviewé sur les Ecuries de Versailles : le statut des Grandes et Petites Ecuries, leurs fonctions. Anecdote sur les administrateurs de ces institutions à l'époque de Louis XIV.
autres livres classés : Employés de maisonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
670 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre