AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782743631765
230 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/04/2015)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Un roman d'une grande efficacité narrative, qui mêle avec brio, sur fond d'évocations de souvenirs d'enfance et de guerre, le motif romanesque des retrouvailles amoureuses et celui de l'usurpation (involontaire) d'identité. Madeleine retrouve soixante ans après son premier fiancé qu'elle croyait mort à la guerre d'Indochine, mais il s'avère que le vieux René qu'elle serre dans ses bras est un autre... Un traitement très fin et subtil du malentendu tragique entre des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
jostein
  12 mai 2015
La vieillesse semble souvent un retour à l'enfance. René Loriot, résident de la maison de l'Espérance et ancien marchand de jouets et de modèles réduits occupe ses journées en rêvant devant la maquette de son village d'enfance ( » un petit monde parfait où la mort n'existait plus« ), écrivant des lettres à sa fille partie au Groenland et discutant avec les soeurs ou les aides soignantes.
L'arrivée de Madeleine, petite vieille aux souliers rouges et à la mémoire défaillante va bouleverser son quotidien lorsqu'elle le prend pour son ancien amant de jeunesse, Maximilien, mort à la guerre d'Indochine. Tout de suite, il a envie de la protéger, de la suivre et d'entrer dans son jeu. D'ailleurs les yeux vairons de Madeleine semblent rappeler des souvenirs enfouis de sa mémoire.
De discussions en rencontres, Madeleine et René retrouvent des bribes de leur passé. Un passé marqué par la guerre qu'ils ont à peine entrevue dans leur enfance car les parents tentaient de les protéger mais qui les a inconsciemment troublés.
» Pendant ce temps, leurs oreilles butinaient la moindre parcelle de violence et de cruauté et en faisaient un terrible miel, mêlant le plaisir du mal pour le mal, la mort lente et le rire du bourreau. »
Madeleine et René semblent être restés au milieu d'un pont, peut-être celui de Navilly, symbole de la ligne de démarcation. Celui-là même où le grand-père de soeur Célestine, tirailleur sénégalais a été tué en 40 par un nazi. Un pont entre la vie qui leur a été préservée et la mort de leurs proches, tout comme Célestine est en France du côté de la vie alors que sa soeur au Burkina Faso semble être du côté de la mort.
Il faut alors retraverser ce pont pour retrouver les souvenirs, replonger dans le passé pour faire face aux drames oubliés et enfin pouvoir affronter la réalité.
Les fiancés est un roman bien construit et touchant. Si l'on côtoie la tristesse de la vieillesse, on sent aussi toute la richesse des souvenirs, seuls morceaux de chaleur dans une vie devenue bien monotone. Parfois l'esprit, pour éviter la souffrance occulte les moments difficiles. Déborah Lévy-Bertherat nous intrigue avec ce mystérieux passé et nous donne envie de suivre les vieux amants pour trouver la vérité dans leur mémoire recomposée.
Le scénario et le style ne peuvent que toucher les amateurs de belles histoires tendres. Personnellement, je me suis parfois trouvée à la limite du style un peu trop léché.
» Il retire son appareil auditif et sombre dans le sommeil, persuadé que le lendemain sera une journée aussi prévisible que toutes les précédentes. Il se trompe. Un discret sabotage a déjà desserré quelques boulons, bientôt les tire-fond vont lâcher les traverses, ouvrir les butées, et libérer l'âme des rails. Inéluctablement, son petit train quotidien va dérailler et se mettre à rouler au hasard, sans crier gare. »
Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathavh
  03 mai 2015
René Loriot est résident de la maison de retraite "L'Espérance" depuis six ans. le soir de la Saint Jean, une dame aux souliers rouges l'aperçoit dans le jardin, et lui dit "Tu es là, tu es revenu ?". Elle le prend dans ses bras, l'observe et est contente de retrouver son premier amour. Elle savait que Maximilien reviendrait, qu'il n'était pas mort il y a soixante ans en Indochine. Non, elle le savait vivant et elle l'étreint. René est troublé, ce visage lui dit quelque chose, mais quoi ? Lui qui a pourtant une excellente mémoire, il a beau retourner ses tiroirs mais il ne sait pas d'où vient ce regard. Troublé et ne voulant pas perdre cet amour, cette tendresse, peu à peu il rentrera dans la peau de Maximilien pour vivre une belle histoire d'amour.
La mémoire de Madeleine est comme un gruyère, petit à petit, les souvenirs se perdent. René va veiller sur elle, la protéger, essayer d'en savoir plus et de la ramener dans ses souvenirs.
Nous traverserons les guerres, l'enfance , à travers leurs souvenirs, un pont magnifique, un dialogue qui va se créer entre la vieillesse et l'enfance. René et Mado en s'approchant de leur fin de vie vont retrouver leur authenticité, se dépouiller de leur mensonge pour accepter enfin la réalité de la vie.
Dans ce récit, il y a aussi Célestine, une religieuse qui a quitté son Afrique natale il y a quatre ans. Elle s'est promise à Dieu pour éviter de perdre la vie en la donnant. Elle a été troublée par la mort de sa mère qui a quitté ce monde en enfantant avec son petit frère. Elle a préféré se libérer du poids des hommes en se mariant avec Dieu. Elle est généreuse. Elle est passeuse à " L'Espérance". Elle a toujours sur elle, un petit livre de contes d'Andersen. Elle l'utilise régulièrement auprès des pensionnaires, pour aider au passage de cette vie vers l'autre rive. Un personnage rempli d'amour et de tendresse que l'on aurait envie de rencontrer.
Ce roman est abouti, magnifique. L'écriture est splendide, poétique, remplie de tendresse et d'émotions. Que de nombreux passages j'ai eu envie de vous citer tant la beauté du récit est présente à chaque instant. C'est un petit bijou. Jamais le livre ne devient noir, pathétique, au contraire il est lumineux. C'est avec beaucoup de tendresse que nos "petits vieux" se penchent sur leur vie et le chemin parcouru. Et puis l'amour c'est toujours possible, et le dernier amour il faut le vivre intensément.
Magnifique, n'attendez plus et découvrez ce magnifique récit. Magnifique jusqu'à la couverture bien choisie. Elle illustre à merveille l'esprit du livre, la mémoire qui s'étiole; les souvenirs, le bonheur, le grand voyage, le passage. Encore bravo un livre abouti jusqu'au bout.
Immense coup de ♥

Lien : http://nathavh49.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nathv
  08 mai 2015
Et un coup de coeur, un vrai de vrai!
Ce roman est magnifique. L'écriture sublime l'histoire touchante de ces deux "petits-vieux" qui se rencontrent, enfin se retrouvent plutôt, dans une maison de repos.
Madeleine confond René avec Max, son amour de jeunesse. S'en suit un merveilleux voyage dans leurs souvenirs, voyage parfois joyeux mais, bien souvent, empreint de plus de tristesse. Splendide devoir de mémoire à travers les yeux de ces jeunes enfants d'alors qui vivent de près l'occupation allemande, ce récit continue avec, en tant que jeunes adultes, l'évocation de la guerre d'Indochine.
Bref, un vrai coup de coeur que je vous recommande chaleureusement!
Quant à moi, je ne vais pas tarder à me procurer le premier roman de l'auteur - "Les voyages de Daniel Ascher - en espérant en ressortir aussi conquise.
Commenter  J’apprécie          20
BellyButton
  03 avril 2015
Madeleine est la nouvelle pensionnaire de la maison de retraite L'Espérance. A la fois élégante et mystérieuse, elle attire très vite l'attention de René. Attention réciproque puisque Madeleine est persuadée que René n'est autre que Max son premier amour, décédé à la guerre d'Indochine. René décide de jouer le jeu et de se faire passer pour Max. Intrigué par Madeleine, il est sûr de l'avoir déjà croisée au cours de sa vie mais où et dans quelles conditions ?
Un beau roman, plein d'amour et de vie où règne une petite part de mystère… Accompagner René et Madeleine dans leurs souvenirs s'est faire avec eux un très beau voyage !
Commenter  J’apprécie          20
univcattus
  12 juin 2015
Madeleine n'ose pas y croire...son petit fiancé, son premier amour vient de surgir dans le jardin.
Cette silhouette, ces yeux de loups, c'est Maximilien, son petit sauvage, son premier amour qu'elle croyait mort à la guerre d' Indochine.

Madeleine a 79 ans et nouvelle pensionnaire à la Maison de l'Espérance.
Après la disparition de Maximilien, elle a vécu sans lui, aimé à nouveau,
eu un enfant, suivi des études de science.

"Elle avait enterré son amour au fond d'elle - même, parce qu'elle avait dix-neuf ans et tout l'oubli devant elle".

A présent, son amour pour Max ressurgit comme au premier jour.
Madeleine retrouve intactes des impressions et des émotions enfouies.
Le temps a passé mais l'émotion, l'amour n'ont pas pris une ride.

Hélas, l'homme qu'elle prend pour Max s'appelle en réalité René Loriot.
Résident également de la pension, il est ancien marchand de jouets et de modèles réduits.
Emu par la beauté de cette femme aux souliers rouges à la mémoire défaillante et
parce que les yeux vairons de Madeleine semblent rappeler des souvenirs enfouis de sa mémoire,
il joue le jeu.

Petit à petit , sous l' oeil complice de Soeur Célestine, Madeleine et Max/René se rapprochent,
reconstituent le puzzle de leur passé marqué par la guerre
et retrouvent une « vermeilleuse » intimité.

Avec "Les Fiancés", Déborah Lévy-Bertherat explore les méandres de la mémoire et valorise la richesse des souvenirs.

Imprégné des contes de fées, car chaque chapitre porte le titre d'un conte d'Andersen, ce doux et touchant roman affirme avec force à quel point nous avons besoin d'enchanter notre existence
et qu'il n'y a pas d'âge pour aimer et célébrer l'amour.


Lien : http://jeblogueunpeubeaucoup..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001patatarte2001   21 novembre 2015
Le maître déjà disait ce garçon a une mémoire d'éléphant, et lui, il touchait sa tête, craignant de la trouver énorme, avec ses souvenirs rangés à l'intérieur dans des tiroirs d'ivoire. Avec les années les tiroirs se sont multipliés et son crâne est devenu une vaste bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          100
patatarte2001patatarte2001   23 novembre 2015
Sous ses mains, à chaque caresse, René se métamorphose. Elle le tue et lui rend la vie. Il devient Max. Il a eu tort de penser qu'il n'avait rien de commun avec le garçon aux yeux de loup. D'un côté le soldat farouche, de l'autre, le marchand de jouets, que tout devait opposer. Ils sont la paume et le dos de la même main, les deux moitiés d'une pêche de vigne. Leur amour commun, Madeleine est le noyau au cœur du fruit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nathavhnathavh   11 avril 2015
René a apporté à l'hôpital sa plus jolie robe, celle des grandes occasions. Il voulait poser près d'elle la boîte à musique à la poupée mais elle ne tenait pas dans le cercueil. Pendant que le prêtre balançait l'encensoir, il cherchait des yeux, sur le côté de la grande boîte de chêne verni dans laquelle on avait couché Giselle, une clé à remonter, qui déclencherait le mécanisme et la remettrait en mouvement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   11 avril 2015
Sous son crâne, ses tiroirs d'ivoire débordent. Ceux qui sont restés fermés pendant des années se sont ouverts sans prévenir et ont laissé échapper leur contenu. Sa mémoire est devenue un dédale de chemins de fer aux aiguillages incontrôlables, un labyrinthe d'allées enchevêtrées, un lac profond aux eaux dangereuses, hantées de tourbillons. A ses propres souvenirs se mêlent ceux d'un autre.
Commenter  J’apprécie          20
patatarte2001patatarte2001   22 novembre 2015
il détourne son attention en mettant en marche son petit circuit ferroviaire. Elle regarde l'autorail tourner en rond.....Il montre la maisonnette de garde-barrière, c'est là que j'ai passé mon enfance....elle éclate de rire, comment tu faisais, c'est minuscule.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Déborah Lévy-Bertherat (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Déborah Lévy-Bertherat
La Roseraie des Cultures et des Arts - 8ème édition. Table ronde "Destinées littéraires". Invitées : Liss Kihindou, Écrivaine, professeur de français. Llivre « Négritude et Fleuvitude - Et autres observations littéraires », aux Éditions L?Harmattan, 2016.
Marie Dô, Écrivaine, danseuse, chorégraphe. Selection Titre de son intervention : « Fais danser la poussière ». Livre « Les dunes sauvages », aux Éditions Plon, 2016.
Déborah Lévy-Bertherat, Écrivaine, poétesse. Selection Titre de son intervention : « Grandir dans la guerre ». Livre « Les voyages de Daniel Ascher », aux Éditions Rivages poche, 2015.
Marie Lissouck, Écrivaine. Livre « le sang des uns et des autres », aux Éditions Sépia, 2016.
Modérateur : Aimé Eyengué, Écrivain-Poète, Aimé Eyengué est Docteur en Sciences sociales et diplômé en Sciences Politiques des Universités de Paris. Spécialiste en Modes de vie, il s?intéresse à l?action politique et ses incidences sur le devenir des nations et l?action des peuples sur le devenir de l?action politique.
http://www.laroseraiedescultures.fr/edition2016/mb-table-ronde-4-Destinees-litteraires.html
Association "La Roseraie des Cultures et des Arts" le 4 septembre 2016 - Moulin de la Bièvre Salon du Livre et des Arts de L'Haÿ-Les-Roses http://www.laroseraiedescultures.fr
Réalisation : M.D'E
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2059 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre