AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Fleur en fiole d'or : Jing Ping ... tome 1 sur 2

André Lévy (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070313914
1344 pages
Gallimard (25/02/2004)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :

Jin Ping Mei est l'un des plus célèbres romans classiques chinois du XVIe siècle. Il conte les mille aventures licencieuses de héros pittoresques et constitue un document très vivant sur les mœurs de la société de cette époque.

Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
neophyte332
  12 juin 2010
Découvrez ce livre d'une emprise incroyable! Cette oeuvre chinoise relate l'histoire de Wu Song ,personnage qui va connaitre un destin tumultueux, dont un combat avec un tigre, qui lui vaudra une grande renommée au sein de son village. Mais son destin basculer suite à l'adultère de sa femme et un complot entre l'amant et cette dernière va être orchestrer afin d'empoisonner le mari.D'autres personnages vont apparaitre au sein de cette fresque gigantesque,répartie sur deux tomes et faisant plus de 1800 pages! de plus ces deux ouvrages ,dans la Pleiade,sont commentés,illustrés(cartes,gravures sur bois,me semble-t-il) récapitulatifs des différents personnages,....Pour donner un aperçu voici les récapitulatifs du premier tome:
-Ximen Qing,ses femmes et son personnel de service
-La vie sexuelle de Ximen Qing
-Les hommes de Lotus-d'Or
-Les femmes de Ximen qing après sa mort
-Ximen qing propriétaire
-Plan des résidences de ximen Qing
Fabuleux cocktail constitué d'amour,de sexe,de trahison,d'empoissonnements,...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Shan_Ze
  07 mars 2013
Jin Ping Mei est un roman de moeurs anonymes (parfois attribué à Wang Shizhen) La trame de l'histoire est une amplification d'un passage d'Au bord de l'eau. En Chine, au XVIe siècle, on découvre le quotidien Ximen Qing qui a 6 épouses et beaucoup de conquêtes... Les moeurs et coutumes de l'époque sont présentés tout le long du roman. Ce livre est célèbre pour ces nombreux passages érotiques.
J'ai bien aimé découvrir les moeurs parfois étonnantes de l'époque. A chaque chapitre, on suit un ou plusieurs personnages de l'entourage de Ximen Qing (ou lui-même), le plus souvent ses femmes. On suit plusieurs intrigues en même temps, sur les amours, les jalousies, l'argent… J'ai trouvé l'ensemble très drôle par moments mais aussi assez répétitif. J'ai un peu moins accrochée sur les poésies mais les illustrations permettent de se faire une idée de quelques scènes. Je me lancerai bien dans le second tome ( même s'il est aussi conséquent que le premier).
Commenter  J’apprécie          81
Graloup
  18 avril 2021
J'ai lu, il y a quelques années, ce classique de la littérature chinoise, dans l'édition de la Pléiade. Il faut passer les quatre-vingts premières pages pour arriver à se situer dans l'époque, à ne pas s'emmêler les pinceaux avec les noms des personnages , à saisir les rapports qu'ils entretiennent entre eux ; ensuite, c'est un enchantement. J'ai pensé aux "Illusions perdues" De Balzac: -l'ascension, puis la chute du personnage principal,- avec en plus une délicate poésie qui baigne l'oeuvre. J'ai en mémoire une description de l'arrivée du printemps ; peu de poètes occidentaux ont su traduire aussi bien l'émerveillement éprouvé au contact de la nature qui se renouvelle.
On classe parfois ce livre dans les "érotiques". Les amateurs qui chercheraient des scènes aussi libres que celles de "La matinée libertine "de Nerciat seraient déçus. L'érotisme est discret et sublimé par la poésie: même les courtisanes chantent ou récitent des poèmes.
Commenter  J’apprécie          20
JournalDuneBibliothecaire
  25 mai 2018
L'un des plus célèbres romans classiques chinois du XVIème siècle.
Nous suivons principalement Ximen Qing, un riche roturier, perverti et adepte des femmes et de la bonne chaire. L'argent semble être le maître et permet à Ximen Qing de tout faire, sans être inquiété.
Ce livre dépeint, à travers ce conte, les moeurs de la société chinoise de cette époque. Mais il met l'accent sur des personnages licencieux, uniquement occupés par leurs désirs. Un roman érotique dans une langue vulgaire pour l'époque.
La bienséance, le mode de vie, les rituels, les coutumes... ce livre est tellement plus qu'un livre érotique. Il est un reflet d'une société. Je dis "un" parce qu'il est biaisé par ses personnages. Ceux qui auraient de l'argent et des relations pourraient tout se permettre ?
Un roman que j'ai trouvé très intéressant de ce fait qu'il soit bien plus qu'un simple roman érotique. La pornographie, d'ailleurs, n'est pas trop présente. Elle est là pour illustrer la perversion, la débauche des personnages.
Sans doute dû au fait que les relations sexuelles sont racontées par métaphore. du moins des noms imagés sont donnés au pénis, au vagin, et aussi à la pratique. On parle alors d'hirondelles par exemple. Ce qui pour nous, occidentaux du XXIème siècle ne signifie pas grand chose. Et ce qui apporte aussi comme une touche de poésie à l'acte. Alors que pour l'époque cela devait être extrêmement vulgaire.
[Avis plus long sur le blog]
Lien : http://blondes-and-litterair..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Shan_ZeShan_Ze   17 avril 2016
Le lendemain il revenait prendre le thé chez mère Wang. Elle l'invita à s'asseoir, s'empressant de lui infuser le thé. Il sortit de sa manche un lingot de dix taels et le lui tendit. Que resterait insensible à l'argent en ce bas monde ? A la vue de ce lingot d'une blancheur de neige, les pupilles noires de la vieille se dilatèrent de joie et, tout en s'en saisissant, elle s'inclina deux fois de suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
tolstoievskitolstoievski   02 décembre 2017
Ximen Qing avait constaté combien Wang la Sixième se plaisait aux jeux de l'amour. Il était résolu à lui donner la secousse de sa vie. Rentré chez lui, il avait glissé dans sa manche un sac de brocart qui contenait la panoplie complète de ses instruments : le support d'argent, un capuchon d'amour, un anneau de soufre, une ceinture de satin blanc bouillie aux aphrodisiaques, un bracelet de jade à suspension, un onguent à " sceller le nombril " et la clochette de Birmanie.
La jeune femme se mit sur le dos, soutenue par l'oreiller, ses jambes si haut levées que dardait la languette de son clitoris. Ximen commence par lui introduire la clochette de Birmanie dans le vagin. Puis il enfile le support d'argent qui enserre la base de son membre et en couronne la tête de l'anneau de soufre. Il enduit le nombril d'onguent. La femme de la main guide la verge à l'entrée de la vulve. Tandis qu'ils se pressent l'un contre l'autre, il en introduit peu à peu la plus grande partie.

Livre IV, Chapitre XXXVIII.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OncleDanOncleDan   10 août 2019
En ce temps d’impéritie dans le gouvernement de l’empire de Huizong, les ministres félons imposaient leur volonté, les flagorneurs remplissaient la cour. Les quatre traîtres Gao, Young, Tong et Cai y avaient établi des factions qui se livraient à la vente des fonctions officielles et au rachat des châtiments. Les concussions se pratiquaient ouvertement, les promotions se faisant au poids de l’argent ou de l’or jeté dans la balance ; les postes étaient mis à l’encan. Les plus belles positions étaient enlevées par les intrigants et carriéristes, tendis que les gens compétents et honnêtes se voyaient écartés d’année en année. La dégradation des mœurs en était arrivée au point le plus bas et la corruption avait gagné l’empire entier. Le harcèlement des corvées et le poids des impôts devenaient si lourds que la population était plongée dans la misère, et que le brigandage sévissait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de André Lévy (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Lévy
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=60111

EN QUÊTE DE SENS
Voies de la connaissance
André Lévy
En ce siècle d'incertitudes croissantes, la question du sens revêt une particulière acuité. Qui sommes-nous ? Que devons-nous faire pour répondre à notre devoir ? Récusant les réponses des religions, philosophes et scientifiques ont voulu élaborer des connaissances par la seule force de l'esprit. Mais l'éthique des chercheurs en sciences humaines a souvent été mise à l'épreuve. Or tout comme le sens, la connaissance ne se donne pas, elle se construit. Cet ouvrage reprend cette exigence et l'éclaire.
André Lévy est ancien professeur des universités et Président d'honneur du Centre International de Recherche, Formation et d'Intervention en Psychosociologie (CIRFIP). Il a publié Sciences cliniques et organisation sociale aux PUF.
Broché - format : 15,5 x 24 cm ISBN : 978-2-343-15091-8 ? 13 juin 2018 ? 106 pages
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus




Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
99 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre