AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Irisyne


Irisyne
  20 avril 2020
J'ai lu «Johnny a tué mon père» - Elsa Levy.

… Le 5 décembre 2017, tandis que la France entière pleure Johnny Hallyday, Louise, une jeune femme lucide et désenchantée, sans complaisance envers elle-même comme envers les autres, apprend la mort soudaine de son père, Bernard Langlois. Alors que se déroulent les funérailles impressionnantes du célèbre chanteur, elle est confrontée à son propre malheur et à la disproportion de l'hommage national rendu au rocker. Dans un premier temps, la diffusion des obsèques de Johnny et les émissions sur sa vie qui passent en boucle sur les écrans agacent la jeune femme, puis, au fil des heures, elle finit par s'accrocher à ces images comme à une bouée…

Depuis toujours, Louise souffre de ne pas trouver sa place. Comme étrangère à elle-même, elle reste observatrice de sa propre existence. La mort brutale de son père en ce moment si particulier marquera un tournant dans sa vie…

Elsa Levy nous plonge rapidement dans le quotidien de son héroïne grâce à une écriture aussi drôle que cinglante, et malgré le caractère dramatique de la situation, elle réussit à asticoter nos zygomatiques. En mettant en parallèle, le décès du père et celui de Johnny, l'auteure redonne vie au personnage de Louise qui s'est enlisée dans ses habitudes. Les deux événements accolés donneront à la jeune femme un sentiment d'unité au monde.

Ce livre qui nous fait revivre la mort de Johnny est l'histoire d'une renaissance après un deuil, celle de Louise qui a choisi de vivre et de suivre ses aspirations jusque-là refoulées.

Elsa Levy nous livre un roman vif, plein de finesse avec une forme de dérision derrière laquelle se profile beaucoup de sensibilité.

Je remercie Simplement Pro et Elsa Levy pour la lecture de ce livre.
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (6)voir plus