AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221116798
Éditeur : Robert Laffont (21/04/2011)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.62/5 (sur 1159 notes)
Résumé :
4° de couverture

“ L’homme qui va le plus compter dans ta vie vient de passer dans ton dos. Pour le retrouver, tu devras entreprendre un long voyage et rencontrer les six personnes qui te mèneront jusqu’à lui… Il y a deux vies en toi, Alice. Celle que tu connais et une autre, qui t’attend depuis longtemps. ”


Londres 1950

Alice mène une existence tranquille, entre son travail qui la passionne et sa bande d’amis, to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (172) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
27 février 2014
Fort en émotions et en suspens, L'étrange voyage de Monsieur Daldry est tellement prenant qu'on ressent à la fois le désir de le faire trainer en longueur et à la fois l'envie d'arriver au bout de l'histoire.
Alice Pendelbury, un " nez ", toujours à l'affût de nouvelles senteurs aime débusquer les ingrédients qui donneront le meilleur parfum. Elle partage une maison avec son voisin de palier, Daldry, un artiste peintre au caractère plutôt odieux qui lui a toujours envié sa jolie verrière. La jeune femme anglaise mène une existence paisible, entre son métier qui la passionne et sa bande d'amis tous artistes à leurs heures perdues. Pourtant, lors d'une fête foraine à Brighton, à la veille de Noël 1950, elle s'attarde devant le kiosque d'une diseuse de bonne aventure.
« L'homme qui va le plus compter dans ta vie vient de passer dans ton dos. Pour le retrouver, tu devras entreprendre un long voyage et rencontrer les six personnes qui te mèneront jusqu'à lui… Il y a deux vies en toi, Alice. Celle que tu connais et une autre, qui t'attend depuis longtemps. »
Alice est sceptique et ne se laisse pas amadouer par la voyante qui lui prédit un avenir bien trouble. Mais son voisin grognon aux motivations énigmatiques la persuade de prendre cette prédiction au sérieux. Ainsi commence l'aventure du mystérieux voyage de Monsieur Daldry. Un voyage qui les marquera à jamais, peut-être même bien au-delà de leurs espérances.
L'époque d'après-guerre, dans les années 1950, est vraiment caractéristique et mélange l'avancée dans la modernité avec ce besoin de reconstruire les ruines du passé. 1950, c'est une époque qui fait rêver, tout commence à bouger, à évoluer. C'est aussi le contexte d'un climat festif où des femmes au summum de l'élégance, vêtues de jupes droites et à la sensualité affolante, se révèlent professionnellement. Alice est une jeune femme, brillante, belle et indépendante. Elle est hors du commun, c'est un " nez ", un métier bien singulier et poétique qui la différencie incontestablement des autres femmes. de plus, elle est appelée à réaliser une destinée incroyable. C'est la femme fatale qui s'ignore, à la personnalité romantique et déterminée. Quant à Daldry, il semble tout droit sorti d'un roman d'Agatha Christie. Il est la parfaite caricature du gentleman anglais " old school " à l'humour caustique. Il m'a fait rire plus d'une fois. Il est un peu maladroit dans ses propos car il est très franc mais ça donne une réelle touche d'humour au récit. de plus, c'est un personnage ronchon. Il râle beaucoup, pour tout et n'importe quoi, avec son côté bougon et ça ne manque pas d'amuser le lecteur.
Les descriptions d'Istanbul sont fabuleuses. C'est beau, c'est exotique, c'est dépaysant. Les nombreuses énumérations des senteurs nous donnent l'impression d'y être, d'être au milieu d'une rue bondée, c'est vraiment plaisant. J'ai adoré passer de la grisaille londonienne aux couleurs chaleureuses de la Turquie. On entre dans un monde coloré et chaleureux, ça change complètement du temps pluvieux, gris et hivernal de Londres. Cette différence est très marquée dans le roman et j'ai pris beaucoup de plaisir à m'y perdre. J'ai eu le sentiment de voyager avec Alice et Daldry, de découvrir les merveilles de la grande métropole turque.
Ce roman plein de fraîcheur et sans prétention, relatant l'histoire d'une grande amitié et raconté sous une plume légère, nous offre un voyage dans le temps, vers la poursuite du bonheur et la découverte de soi. Et une fois refermé, il nous pousse à faire nos valises à la découverte d'Istanbul. D'ailleurs, c'est ce que j'ai fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
KATE92
29 août 2012
Merveilleux voyage à Istanbul : ses odeurs, sa cuisine, ses paysages, on s'y croirait presque. Une dose de voyance, du mystère et j'ai "plongé" sans prise de tête dans ce roman. Les personnages y sont attachants et bien décrits. J'ai adoré.
Commenter  J’apprécie          390
dancingbrave
27 avril 2017
Agréable à lire, léger sans prise de tête. Ça fait du bien
Une sorte de « tour du monde en 80 jours », l'amour en plus.
Tout y est :
Les personnages - anglais, bien sûr - cordiaux, élégants avec juste ce qu'il faut de réserve et d'humour.
Le guide stambouliote que j'imagine le teint mat, plein de cet humour oriental respectueux mais moqueur.
Les moyens de transport d'une autre époque, pourtant vraiment pas lointaine.
Le goût de l'aventure.
L'exotisme
Le mystère qui hante l'héroïne
Les sentiments, bien sûr, et l'amour
Et puis les parfums, les parfums, les parfums…C'est fou comme les odeurs ont une importance dans ce roman et ça me touche énormément….
On saute d'une vieille Austin dans un taxi puis dans un avion ou le « füniküler » ou encore le dolmouche.
En le lisant, vraiment, je suis retombé dans le plaisir, l'excitation des romans d'aventure de mon enfance, ces romans avec lesquels on oublie tout, aussi parce qu'on n'a encore pas trop de choses à oublier, c'est vrai… En tous cas là ça marche et je me demande si je ne vais pas me créer, sur Babelio, une étiquette BVPA (Bibliothèque Verte Pour Adulte) ;
Et puis il y a ce titre mystérieux dans lequel Marc Levy nous parle de Daldry alors que l'héroïne semble être Alice….
Mais oui, des deux, c'est bien Daldry qui fera le plus mystérieux voyage, celui qui sonde les tréfonds de l'âme. Mais chut……….
Bon c'est vrai que la fin se précipite un peu que les hasards heureux deviennent un peu trop nombreux, mais qu'importe, un roman d'aventures n'est-il pas aussi un peu un conte de fée ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
pyrouette
16 novembre 2014
Les années 50, l'après-guerre, période où les gens se contentent de peu pour être heureux. Les parents d'Alice sont morts dans un bombardement, elle se retrouve sans famille mais entourée d'une bande de joyeux drilles. Ils font souvent la fête dans son appartement et son irascible voisin vient souvent frapper à la porte pour les calmer. Quand Alice lui parle de la prédiction de la voyante, ce dernier la pousse à entreprendre ce long voyage à la recherche de ses racines. Ses motivations premières ne sont certainement pas altruistes, il veut juste récupérer le petit appartement d'Alice qui est plus éclairé et favorable pour ses peintures. Ce n'est pas une quête d'identité, Alice a été élevée par ses parents, c'est plutôt la recherche de sa place, d'un bien-être et la révélation de sa double vie intérieure. Aucun drame, aucune angoisse, un voyage en Turquie bien agréable, une lecture aux saveurs sucrées, une pause charmante.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          250
emeralda
19 septembre 2011

Un roman, c'est une histoire qu'un auteur veut bien nous raconter. Elle peut être réelle, fictive, un peu des deux à la fois.
C'est parfait pour se détendre, même si certaines intrigues soulèvent parfois bien des questions et nous laissent songeurs.
Avec un roman de Marc Lévy, je suis certaine de ne pas trop me prendre la tête. C'est facile à lire et puis voilà. Il m'arrive de ne pas en vouloir plus. Se distraire, passer un bon moment, c'est déjà pas si mal.
Tout commence donc avec un mystère, une chose qui nous échappe, mais que l'on va nous narrer. On est donc comme Rafael suspendu aux lèvres d'Alice.
Une entrée en la matière basique, mais qui fonctionne. D'ailleurs pourquoi toujours chercher des moyens détournés forcément complexes pour nous mettre sur la piste ? La simplicité a aussi de bons cotés.
Cette dernière fait que je rentre immédiatement dans le récit. J'apprends très vite à reconnaitre les protagonistes, mais c'est Alice qui tient le rôle central. Enfin pour commencer. Ethan Daldry ne restera pas éternellement dans l'ombre. Son nom apparaît dans le titre de ce bouquin tout de même.
Une ambiance de fête de fin d'année. Est-ce pour le coté magique ? Est-ce que le lecteur doit encore croire au Père Noël ? Ou tout simplement avoir conserver un peu de son âme d'enfant ?
Une chose reste certaine, on est cinq ans après la fin de la seconde guerre mondiale et on est assez loin de la société de consommation de masse. On est sur des valeurs plus simples, plus authentiques. Cela me parle plus. Mes propres réveillons ne sont pas tout à fait conventionnels et j'apprécie de ne pas devoir me gaver parce que c'est "fête". Là pour les protagonistes, c'est aussi parce que l'après guerre n'est pas une période très facile. Tout est à reconstruire, beaucoup de choses manquent encore et les prix restent élevés puisque la pénurie reste de rigueur même si elle n'est plus celle qui régnait durant le conflit. Marc Lévy le retranscrit assez bien et pour autant ses personnages ne semblent pas vraiment malheureux. Ils ont traversé de telles épreuves auparavant que tout ceci n'a plus grande importance. On pourrait les croire très courageux, mais ce sont juste des personnes de leur temps. Ils connaissent la véritable valeur des choses et encore plus celles des rapports humains. Pour un peu, je vous dirai presque : "C'était mieux avant !!!"
Une bande de copains, cinq jeunes gens qui veulent retrouver un peu d'insouciance. Ils veulent profiter de la vie et en plus de leurs emplois, de leurs galères quotidiennes et autres petites misères, ils essaient de passer du bon temps ensemble.
Alice est le personnage que nous allons suivre essentiellement. C'est en quelque sorte elle qui nous raconte son histoire même si le roman n'est pas écrit à la première personne. On le sait grâce à un petit prologue qui ne nous dit rien pour ne pas nous gâcher notre lecture (je vous l'ai déjà dit un peu plus haut, mais je fait un petit rappel au cas où). Cette jeune femme est nez, je veux dire par là qu'elle possède un don et qu'elle a pu ensuite en faire son métier. Elle crée des parfums.
Mr Daldry est peintre. On reste dans le domaine de la création. Il est bougon, ronchon, mais n'en est pas moins un gentleman. C'est le voisin d'Alice et après avoir eu pour seuls rapports des bonjours, bonsoirs et quelques altercations légères pour cause de tapage nocturne (Alice adore recevoir ses amis chez elle), leur relation va prendre un sacré tournant. Je ne puis trop vous en dire.
Les pages se tournent presque toutes seules avec ce roman. le suspens n'est pas intenable, on n'est pas dans un thriller, cependant on souhaite toujours lire la page suivante juste au cas où.
Alice se débat dans ses tourments et ce cher mr Daldry est toujours là avec son caractère impossible, mais touchant. Il est comme un guide. Il bouscule un peu la jeune femme, mais après tout, la vie est courte et quelques folies sont nécessaires pour trouver le bonheur (mais aussi pour réussir à faire tenir en haleine les lecteurs).
Un grand voyage pour débuter une nouvelle vie, pour remettre un peu de saveur dans celle qui nous étouffe chaque jour un peu plus, pour se trouver... Ça laisse songeur. Pourtant cela arrive assez souvent de nos jours. Il faut juste avoir le cran de passer le cap.
Dés le début, ce périple sera pleins de surprises (que je ne vous dévoilerai aucunement). Cependant, je puis vous révéler que Mr Daldry est au petits soins pour sa compagne, Alice. Par la même occasion, nous découvrons mille et un détails de la vie des voyageurs au début des années 50. Vous verrez, parfois cela prête même à sourire tant c'est différent de nos jours. Bon, à d'autres moments, c'est très semblable également.
Viennent ensuite les doutes et les situations troublantes. Cela pimente l'ensemble. Je ne vais pas m'en plaindre, au contraire sinon cela aurait été trop linéaire.
Marc Lévy ne change pas de style (j'ai lu 4 de ses romans) et je retrouve sa patte dans le phrasé, la construction de la narration. Il n'a pas tort. Pourquoi changer une formule qui fonctionne ? Peut-être aura-je aimé être plus surprise ? Possible, mais je ne dirai pas non plus que j'ai été déçu par ma lecture. Tout au plus qu'elle était conforme à ce que j'en attendait.
D'horribles rêves émaillent les nuits d'Alice. Pour nous les lecteurs, ce sont surtout des tonnes de questions qui nous assaillent. On a bien quelques idées, des pistes de réponses qui pointent, cependant on n'est sûre de rien. Marc Lévy sait y faire pour en dire juste assez et nous faire languir.
Istanbul recèle bien des trésors, mais aussi des misères sans pour autant se départir de sa beauté.
Alice est touchée au plus profond d'elle- même.
Mr Daldry lui reste terre à terre comme ses motivations.
Et nous, nous suivons cette incroyable aventure.
Cela nous entraine dans la haute société ou dans des quartiers plus populaires. On découvre vraiment la ville, cette société.
Nous aussi nous voyageons.
La guerre est terminée depuis plus de cinq années déjà, cependant elle reste très présente dans les esprits. Il y a les absents, ceux qui ne sont plus. Il y a les meurtris dans leur corps ou dans leur tête.
J'admire cette détermination. Rechercher ? Maintenir la motivation, mettre l'accent sur les éléments.
Et de fil en aiguille, la quête originelle se transforme, se complète, de complexifie. On reste avec nos questions, on tire sur des ficelles pour obtenir des réponses, mais on trouve de nouvelles interrogations.
La trame me parait quelque peu familière, sans être identique. C'est une sensation difficile à décrire. Cela est probablement dû au fait que j'ai déjà lu d'autres ouvrages de l'auteur. Et comme on dit souvent, un écrivain écrit fréquemment le même ouvrage avec quelques variantes. C'est ainsi.
Dans ce roman, mr Daldry n'est pas le seul a faire un étrange voyage. Il entraine Alice qui découvre des pans de son passé, mais qui entrevoit également l'avenir. Tout est image, parfois sonorité, mais assurément olfactif.
Marc Lévy nous fait voyager dans un monde odorant, dans celui de la mémoire qui ne meurt jamais (on ne perd jamais les souvenirs liés à une odeur). Il change aussi de style et passe un temps à la forme épistolaire pour mieux nous narrer les expériences de mr Daldry à Londres et celle d'Alice à Istanbul. Cela donne un coté très vivant au récit. On avance également plus vite dans le temps puisqu'en moyenne, chaque missive est espacée d'une semaine au moins.
Et puis, on revient a l'écriture classique. Mr Daldry s'éclipse lui aussi. Alice est toujours au premier plan. Pour moi, c'est un avantage car je suis une femme. Je m'identifie plus facilement à ce personnage. Mais le final est digne de tout les retournements de situation. On les sent arriver sans toutefois être certain des chemins qu'ils vont en dernier recours adopter. C'est tant mieux. le plaisir de les lire, de les découvrir parachève cette lecture pas exceptionnelle, mais tout même bien agréable.
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (171) Voir plus Ajouter une citation
DenisBDenisB15 septembre 2017
--- À Paris, mais juste le temps de changer d'avion, nous n'aurons hélas pas le loisir de nous rendre en ville. L'employé de la compagnie vint les chercher, d'autres passagers se joignirent à eux et on les escorta sur le tarmac .
Commenter  J’apprécie          10
AudreyyAudreyy22 juin 2011
Pour un homme, aimer, c'est cueillir la beauté d'une femme, la mettre sous serre, pour qu'elle s'y sente à l'abri et la chérir... jusqu'à ce que le temps la fane, alors les hommes repartent cueillir d'autres coeurs. Je me suis fait la promesse que si un jour il m'arrivait d'aimer, d'aimer vraiment, alors je préserverais la fleur et m'interdirais de la couper.
Commenter  J’apprécie          1010
KATE92KATE9229 août 2012
« L’homme qui va le plus compter dans ta vie vient de passer dans ton dos. Pour le retrouver, tu devras entreprendre un long voyage et rencontrer six personnes qui te mèneront jusqu’à lui…
Il y a deux vies en toi, Alice. Celle que tu connais et une autre, qui t’attend depuis toujours. »
Commenter  J’apprécie          440
ladesiderienneladesiderienne05 juillet 2012
Maman me disait toujours : "Mais comment arrives-tu à sentir tout cela ?" Elle n'a jamais compris que je marquais chaque instant de ma vie de ces odeurs particulières, qu'elles étaient mon langage, ma façon d'appréhender le monde qui m'entourait. Et je traquais les odeurs des heures qui passaient, comme d' autres s'émeuvent en voyant changer les couleurs du jour. Je distinguais des dizaines de notes, celles de la pluie qui ruisselle sur les feuilles et se mêle à la mousse des arbres, infusant aussitôt que le soleil exalte la senteur des bois, celle de l'herbe sèche en été, de la paille des granges où nous allions nous cacher, même celle du tas de fumier où tu m'avais poussée... et ce lilas que tu m'avais offert, pour mes seize ans.
Je pourrais te rappeler tant de souvenirs de notre adolescence et de nos vies adultes en te nommant les parfums qui me reviennent en tête. Sais-tu, Anton, que tes mains ont un parfum poivré, un mélange de cuivre, de savon et de tabac ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
M-Morgane-AM-Morgane-A03 août 2013
-"Si cette voyante avait pu choisir la lune au lieu de la Turquie, je m'en serais encore mieux porté. Vous me demandez pourquoi? Vous n'imaginez pas ce que cela représente pour un homme qui a reçu mon éducation de se rendre compte qu'il est en train de devenir fou d'amour. De toute ma vie, je n'avais jamais craint quelqu'un comme je vous ai crainte. L'idée de vous aimer autant me faisait plus que jamais ressembler à mon père, et pour rien au monde je n'aurais imposé pareille peine à la femme que j'aime. Je vous serais particulièrement reconnaissant d'oublier sur-le-champ tout ce que je viens de vous dire."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Marc Levy (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Levy
Mélanie Morinet et Didier Debroux recevaient dimanche 25 juin 2017 recevaient dans le cadre du neuvième salon Saint-Maur en Poche sur la scène de la Griffe Noire l'auteur français Marc Lévy...
La Dernière des Stanfield de Marc Levy aux éditions Robert Laffont
Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt. L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne. J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil. Qu'auriez-vous fait à ma place ? Probablement la même erreur que moi.
Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l'Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L'auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ? Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? Au c ur d'un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l'été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu'à Londres et Montréal de nos jours.
" Un roman mené de main de maître. Magnifique et addictif ! " Gilles Tranchant, Librairie Cheminant " Marc Levy a toujours eu la passion des secrets de famille. Mais là, il se surpasse. " Josyane Savigneau " Entre émotion et suspense : un jeu de piste haletant. " Philippe Chauveau, Web TV Culture
9782221157855
L'Horizon à l'envers de Marc Levy aux éditions Pocket
Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable. Lorsque Hope tombe malade, ils décident de jouer aux apprentis sorciers, alchimistes de la vie. Peut-on sauvegarder notre conscience et la transférer ? Des laboratoires secrets de l'université de Boston jusqu'à un phare perdu au bout d'une île, s'engage une course effrénée pour défier la mort. Émouvant, mystérieux, plein d'humour et d'amour, L'horizon à l'envers est un roman innovant qui explore la mémoire des sentiments.
9782266271882
Vous pouvez commander La Dernière des Stanfield sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : Istanbul (Turquie)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marc Levy

Quel est le premier ouvrage de Marc Levy ?

Et si c'était vrai ...
L'étrange voyage de Monsieur Daldry
La Première Nuit
Mes amis mes amours

9 questions
484 lecteurs ont répondu
Thème : Marc LevyCréer un quiz sur ce livre
. .