AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246620297
280 pages
Éditeur : Grasset (17/10/2001)

Note moyenne : 2.9/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Est-ce la fin ou le retour de l'Histoire?
Qu'y a-t-il dans la tête d'un kamikaze?
Pourquoi Hegel et Kojève croyaient-ils que le Mal n'a plus d'avenir?
Qu'a confié le commandant Ma ssoud à l'auteur en 1981 puis en 1998?
Que disent les ruines de Sarajevo et de Manhattan?
Comment un Normalien, disciple d'Althusser, se retrouve-t-il, à 20 ans, dans les maquis du Pakistan Oriental?
Michel Foucault est-il meilleur journaliste qu'H... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
greg320i
  14 août 2018
Mon point de vue.
Du bon sens évident à l'évidence que ses dires ont quelque chose qui nous tirent des idées, ce cher Bernard est donc bel et bien ce que l'on peut appeler un 'penseur'.
Oh ,hélas, rien de très grecque : à son physique bien éloigné du colosse de Rhodes assis en songeur beau et déifié , vous en concevrez comme moi, qu'un monde est entre les deux ..

Enfin Bref , ne jalousons pas la beauté de chers hellènes ,nous en avons, après tout, nous aussi une belle "Ségara " d'Hélène. . .
( Comprenne qui pourra mon esprit , amen! )
Mais bon, encore une fois bien supérieur à nous,, les grécos. -en plus de leur fameux yaourt au goût onctueux, mûûm- ont ENCORE une supériorité dans leur manche : Mégara , ah cette déesse..
Mùm, Je m'éloigne un peu là , non ?
( Juste un doigt direz nous ^^ , enfin lisez la suite , il se pourrez bien que..)
Telle cette tragédie de comparaison donc entre une France au bord de l'explosion et une Grèce déjà en ruine mais recelant de beautés cachées
pour qui saura en déloger le vrai du vrai., notre ingénieux "B.H.L" nous assène de vérité tout autant explosives sur L Histoire :
Comment en est-on arrivé là ?
Pourquoi sommes-nous tous un peu las de ce tralala ?
Et si le mal venait à gagner à la fin, en serions-nous tous Allemands pour autant ? Rho, pas bieeen,,,
Et si Dark Vador exister finalement vraiment , hein ?
Un problème existentiel je crois que ces réflexions incessantes venant ternir notre passé , à toujours tourner et retourner en arrière .. Non, moi je dis : Terminer !
Bernard,,Bernard, , Oui ton livre est de qualité, fort instruit tel le fruit de ta pensée.
Oui la guerre pointe son nez au moins une fois par décennie , que ce soit par maladresse technique ou par esprit extragénique .
Que le monde ne reposera jamais en paix, que nous serons encore en 2021 ( une date au hasard,, n'allez pas croire que j'ai sorti ma boule de cristal ,, ) à l'apogée d'une nouvelle damnation ou de subir folle passion d'un Tyran venu d' Iran ..
( Et pourtant ils font de si beaux tapis,,)
Alors quoi ? Faut-il encore lire le pire de ce qui 'pourrez' nous arrivez ad infinitum ?
Faut-il frémir de voir le ciel nous tomber sur la tête,, par Toutatis ?!
Je vous le dit tout net , le monde ne tourne pas rond, c'est aussi évident que
1 Français sur 10 pense que la Terre est plate ( véridique )
Et quand bien même elle en serez véritablement aussi aplatie qu'une crêpe bretonne, ( bonjour à nos amis bretons ) , pourquoi en faire des tonnes ?
le monde sait désormais que les contes de fées peuvent aussi être détournés ..tels des avions . Ou parodiés, tels des écrits d'auteurs de Fantasy-horreur.
Le monde (remis) en questions ? Oui, si nous continuons à allez dans ce (contre)sens..
Bref : Faites l'Amour , pas la guerre ,, bordel de ù*^ (biip)
et aimez-vous les uns les autres ! Bandes de ... (lol )
.
Voilà , moi au moins , après tant de catastrophes lues ou vues je préfère mourir , de rire ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
YvesParis
  23 septembre 2012
Il faut, hélas, admettre, que Bernard-Henri Levy est un des esprits les plus marquants de sa génération. Philosophe, romancier, journaliste, ce touche-à-tout de génie se pose, non sans quelque fulgurance, comme conscience morale de notre temps. Il serait injuste de lui dénier cette prétention. Surtout lorsque, confronté à l'horreur des guerres oubliées de l'Angola, du Sri Lanka, du Burundi, de la Colombie et du Sud-Soudan, l'auteur a l'humilité de faire son autocritique.
Pour le Journal le Monde, BHL avait dressé au début des années 2000 un tableau impressionniste de ces « guerres oubliées », perdues dans les « trous noirs du monde ». Il y trouve, par un détour original, l'illustration de la thèse kojevo-hégélienne de la fin de l'Histoire. L'Histoire ne se terminera pas, comme le pensait Alexandre Kojève et, à sa suite, Francis Fukuyama, dans nos démocraties libérales, écrasées de bonheur et d'ennui ; elle s'achèvera, elle s'est déjà achevée dans ces périphéries oubliées où des conflits, auxquels la guerre froide conférait peut-être une signification, se perpétuent sans motif, dans l'indifférence du Nord, où « à l'horreur de mourir s'ajoute celle de mourir pour rien ».
Ce voyage au bout de l'enfer rencontre malheureusement vite les limites du genre. D'autant que Bernard-Henri Lévy a le tort de ne pas chercher à comprendre une réalité qui ne saurait se résumer à quelques dénonciations à l'emporte-pièce.
Ainsi de sa description du Sud-Soudan. Il y parle d'un « Sud animiste et chrétien que les islamistes de Khartoum arabisent de force, et bombardent depuis presque vingt ans » (en fait douze : si la guerre à repris en 1983 avec Nimeri, c'est seulement en 1989 que les islamistes ont pris le pouvoir à Khartoum). Mais que signifie « arabiser de force » ? Comment un non-arabe peut-il devenir arabe ? Quand il identifie l'enjeu pétrolier comme la principale cause du conflit, il simplifie encore : ce conflit n'a pas commencé en 1999 avec l'exploitation pétrolière, mais en 1983. Imputer à « l'Occident des pétroliers une responsabilité écrasante » est trop simplificateur : ce sont les Chinois et les Malaysiens qui exploitent le pétrole soudanais, avec il est vrai l'appoint du canadien Talisman et du suédois Lundin, appartenant paradoxalement à deux pays en pointe sur les droits de l'homme. Comment prêter une quelconque crédibilité à un journaliste qui infère de la vision furtive, à travers un hublot d'avion, d'une colonne de paysans « fourbus » la mise en oeuvre d'une politique systématique de dépeuplement ?
Ce livre nous apprend en fait plus sur BHL lui-même (qui oserait intituler un chapitre de son livre « BH juge de BHL » ?) que sur la géopolitique burundaise ou soudanaise. Avec un étonnant mélange d'égocentrisme et d'humilité, BHL fait retour sur ce jeune normalien althussérien parti au Bangladesh, à vingt ans à peine, y vivre, en intellectuel engagé, la guerre de libération nationale. Cet héritier de Malraux et de Kessel revient sur l'étrange fascination qu'exerce la guerre chez Drieu, Proust, Cocteau ou Montherlant. Trente ans plus tard, il est revenu de ce lyrisme belliciste. Il réalise que la guerre est ignoble, qu'elle n'est pas le signe du courage, mais la marque de l'abjection.
Constat glaçant d'un philosophe humaniste qui réalise l'impossibilité « d'être sartrien à Bujumbura » : « Ce qui vole en éclats sur ces routes burundaises, c'est toute la philosophie que j'ai dans la tête ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Fx1
  20 avril 2014
Bhl dans tout son paradoxe . Son oeuvre se résume trés bien dans ce livre , ou aufond , il s'interroge sur l'impact de ce qu'il voit du monde sur sa perception de celui - çi . L'on peut lui reprocher beaucoup de choses ,mais il faut lui reconnaitre une stabilité dans son cheminement de pensée et un refus de la facilité. C'est de plus un homme trés courageux, qui n'a pas hésité de nombreuses fois a aller sur le terrain pour constater l'état du monde face à sa folie . Si il apparait comme inclassable , il n'en est pas moins que sa pensée est importante , parcequ'il a réussi a s'imposer comme le témoin d'un monde en lutte avec soi méme , ce qu'il fait ressortir dans ce livre trés interressant et qui donne une fois de plus une bonne idée de ce qu'est concrétement ce monde , en dehors de la vision de pernaut et de bfm bétise .
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Pirouette0001Pirouette0001   08 février 2013
Longtemps les guerres ont eu un sens. Guerres justes et injustes. Guerres barbares ou de résistance. Guerres de religion. Guerres de libération nationale. Guerres révolutionnaires où l'on montait à l'assaut du ciel pour y construire un monde nouveau. Les guerres encore, toutes les guerres (...). Ce temps-là est révolu.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bernard-Henri Lévy (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard-Henri Lévy
Une conversation avec le général peshmerga Sirwan Barzani et Bernard-Henri Lévy. Médiation : Bayan Sami Abdul Rahman, représentante du gouvernement régional du Kurdistan aux États-Unis. Ouverture : Nicholas Logothetis, cofondateur et président de l'organisation Concordia.
Rencontre abordant les événements récents qui affectent la vie du peuple kurde ainsi que de la nécessité vitale de, plus que jamais, soutenir la cause Kurde.
L'événement est une initiative des organisations américaines Justice for Kurds et Concordia, ainsi que du Journal The Octavian Report.
Dans la catégorie : Guerre et paixVoir plus
>Ethique politique>Relations internationales>Guerre et paix (9)
autres livres classés : Fin de l'histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre