AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Un sentiment plus fort que la peur (150)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
garrytopper9
22 mars 2014
Voici un moment que je n'avais lut de roman de Marc Levy. J'aime bien son style, qui sans être fantastique a le mérite d'être distrayant. Mais il y a quelques années, j'ai eu du mal lorsqu'il s'est mis a faire des romans d'aventures. Ils nous avaient habitués à des romans d'amour impossible assez courts. Depuis le premier jour et La première nuit, son style a bien changé et ce n'est pas forcément un mal.

Ici donc, avec ce livre, Marc Levy nous emmène dans un nouveau roman d'aventure. On avait visité l'Argentine dans Si c'était à refaire et Istambul dans l'étrange voyage de monsieur Daldry.

Dans ce nouveau roman nous allons donc nous laisser conduire dans des régions froides notamment le mont blanc et la Norvège.

Nous retrouvons ici Andrew Stillman, que l'on avait laissé dans le coma dans Si c'était à refaire. Plusieurs mois ont passé et notre cher journaliste reprend tant bien que mal du service. Mais le personnage phare du livre va être Suzie Baker, qui par le biais de notre cher journaliste, cherche a rétablir la vérité sur sa famille.

L'intrigue est assez sympathique à suivre, les rebondissements, bien que prévisibles sonnent justes et j'ai pris beaucoup de plaisir avec ce livre, une fois passé les cinquante premières pages. (Pour ma part l'ascension du mont blanc fut un clavaire à lire, car cela n'a rien avoir avec le livre et l'intrigue. Cela sert plus a nous présenter le personnage de Suzie, mais personnellement je n'ai pas trop accroché a cette madame).

Théorie du complot, mensonge, trahison, voilà de quoi traite le livre. Une bonne aventure bien rythmée et qui, pour une fois ne nous sert pas une histoire d'amour a deux sous.

Alors c'est sur, c'est du Marc Levy, on n'apprends pas de nouveaux mots, ce livre ne restera pas dans les mémoires, mais il a le mérite de faire son office. Me distraire pendant six a huit heures (tout dépend de la rapidité de lecture). Ce n'est pas le meilleur Levy, mais c'est un livre tout à fait convenable.

Petit bémol au titre qui est juste ridicule et aux personnages toujours identiques de Marc Levy. On retrouve l'homme qui est le héros, le bon copain assez idiot, la belle femme qui n'a peur de rien et une personne âgée qui est mystérieuse.

Après quatorze romans, il pourrait tout de même penser a changer ses personnages, car sous des noms différents, ce sont finalement toujours les mêmes.

Peut-être qu'il y aura du changement avec son prochain livre qui sort le mois prochain ? Réponse dans un mois :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Edwige94
22 mai 2013
Une belle déception que ce dernier livre de Marc Lévy ! Et cela m'agace car cet auteur m'est sympathique mais je voudrais tant qu'il m'étonne et me charme comme au temps de « Et si c'était vrai ? ».
Suzie Walker fut une petite fille élevée par sa mère alcoolique dans le souvenir de sa grand-mère accusée de haute trahison envers les USA en 1966. Ce drame familial nourrira Suzie dans sa volonté de réhabiliter son aïeule. Andrew Stilman est journaliste d'investigation au New York Times, il a un penchant pour l'alcool qui l'aide à supporter l'échec de son mariage ainsi que les conséquences physiques et morales d'une agression où il fut poignardé par la fille d'un trafiquant révélé lors de sa dernière enquête.
Deux personnages aux caractères bien trempés, marqués au fer rouge par la vie, des secrets d'état, on se dit qu'il y a matière à nous embarquer dans une belle aventure. Et bien, je suis restée sur le quai ! Je ne suis pas entrée dans cet univers d'espionnage qui n'est qu'une cacophonie stéréotypée, n'est pas John le Carré qui veut. Seule la vérité dévoilée, comme il se doit à la fin, est digne d'intérêt et crédible.
Il faut attendre les pages 399 et 400 (sur 420 !!) pour lire quelques réflexions qui interpellent : « L'or noir, nous en sommes devenus esclaves. », « Et il nous en faut encore plus, toujours plus. L'énergie est devenue le ciment de la cohésion sociale, et sa maîtrise le plus puissant des pouvoirs. », «Sur quelles terres sommes-nous allés guerroyer ces dernières années au nom de la démocratie ? Là où le pétrole coule à flots, là où doivent passer les oléoducs pour l'acheminer, là où se trouvent les terminaux pétroliers. », «Les grands argentiers financent les campagnes électorales et les politiciens qu'ils font élire leur doivent allégeance. Les postes clés sont distribués à leurs hommes. Banques centrales, Trésor, Cour suprême, Sénat, Parlement, commissions, tous obéissent à une même chose : le pouvoir qui leur est confié et qu'ils veulent conserver. Ils ont tout corrompu. », « Quoi de mieux qu'une bonne crise économique pour mettre peuples et gouvernements à genoux. », « le plus libre des entrepreneurs n'est jamais que l'obligé de son banquier quand il lui doit de l'argent et nos belle démocraties sont endettées jusqu'au cou alors que les multinationales accumulent plus de liquidités que nos Etats n'en auront jamais. », « Les populations se serrent la ceinture, sont soumises à des politiques de plus en plus rigoristes, tandis que les multinationales échappent à toutes règles. ».
Suzie et Andrew, les héros de ce roman, ne sont pas crédibles parce qu'ils sont creux. Marc Lévy les a drapés d'un vécu comme on fixe des autocollants sur sa valise pour montrer qu'on voyage. Mais il ne nous livre pas leur ressenti, le moi profond… et il y aurait de quoi faire ! Pas d'histoire d'amour non plus, des actes plaqués sur des attitudes arrêtées, pas de sentiments et d'émotions qui font évoluer les relations à l'autre : c'est un comble pour du Marc Lévy ! Pour moi, c'est raté et je suis en colère car il y avait matière à nous faire vivre une belle aventure. A vouloir faire compliqué, on rate l'essentiel… Même le titre ne convient pas : dans la lignée des titres à rallonge, j'aurais bien vu « Dans les poches de la belle Demoiselle des Neiges ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Magenta
21 mai 2013
Un bon Levy, prenant, agréable, comme il en a l'habitude.

Je ne suis pas une grande fan mais malgré tout, j'ai quasi tout lu de cet auteur.
Paradoxal? Je ne pense pas mais c'est juste parce qu'il arrive à chaque fois à m'embarquer dans ses histoires même si je devine la fin dès le milieu du bouquin, il y a toujours quelque chose qui me fait continuer, de petits détails, de petites histoires dans l'histoire.

J'aime lire Marc Levy après avoir lu un bouquin très prenant, ou quand j'ai besoin de me vider un peu l'esprit.
Peu importe qu'on appelle ça des romans de gare ; pour moi, ce n'est pas si péjoratif, d'ailleurs, ça ne porte pas mal son nom, ça m'emmène "ailleurs" et c'est une des vertus de cette passion qu'est pour moi la lecture.

Je dirais juste qu'à mon avis, le meilleur reste toujours le premier "Et si c'était vrai?". Mais ce n'est que mon avis!

Commenter  J’apprécie          210
Analire
19 mars 2013
Ça faisait longtemps que je n'avais plus lu de Marc Lévy... Quel plaisir de se replonger dans l'univers de cet auteur ; un univers si intriguant, captivant et surprenant !

Deux alpinistes commencent leur ascension du Mont Blanc, sous une tempête de neige qui ne cesse d'augmenter. D'un coup, ils tombent, glissent et atterrissent au fond d'une crevasse, à plusieurs mètres de profondeur, seul, et blessé pour le guide, du nom de Shamir. Suzie, qui l'accompagne, décide de chercher un moyen de sortir, et s'enfonce dans l'obscurité de la grotte. Elle découvre l'épave d'un avion, s'y engouffre, et déniche un attaché-case, celui précisément qu'elle cherchait en montant en haut de la montagne. Mais alors, qui est vraiment Suzie Baker, et que contient ce mystérieux dossier ?

Marc Lévy nous met dès le début dans l'ambiance polaire et glacial de son nouveau roman, car le premier chapitre commence par la montée des deux alpinistes sur le mont Blanc. Pour ma part, j'ai trouvé les premiers chapitres vraiment captivants, ce sont mes préférés. Je vivais avec eux ces quelques heures de galère au fond de la crevasse, j'étais hypnotisée, les suivant en temps réel dans cette aventure mortelle.

Pour l'intrigue se met lentement en place, on découvre le second personnage principal du roman, Andrew Stilman, un journaliste au New York Times. Si ce personnage vous dit quelque chose, c'est tout à fait normal : il apparaît dans d'autres ouvrages de l'auteur, mais l'histoire n'est pas une suite, elle est totalement indépendante.
Je disais donc que les deux protagonistes vont se rencontrer dans un endroit assez spécial, qui me fait très envie : une salle de lecture. J'ai trouvé l'idée de cet endroit très original, dommage qu'il n'en existe pas en France (ni ailleurs... mais je peux me tromper, si ça se trouve, je suis en train de raconter n'importe quoi, et cet endroit existe bel et bien...).
Suzie est sûre d'elle, déterminée à aller jusqu'au bout de sa recherche, elle est très mystérieuse tout au long du livre, et j'ai mis un certain temps à bien cerner son personnage. J'ai hésité longuement à la classer parmi les méchants ou les gentils, et j'ai opté, au milieu du roman, qu'elle était finalement une "gentille", une alliée.
Andrew quant à lui est un drogué aux Fernet-Coca, addiction dû à sa séparation avec sa femme, le jour de son mariage. C'est quelqu'un de très cultivé, mais que j'ai trouvé fort naïf.
Ces deux personnages se complètent, ils forment un super duo, reliés par un point commun : leur détermination.

Entre rapidement dans l'histoire de nombreux détails et descriptifs montrait que l'enquête est tournée vers la politique, mais également l'écologie. Pour couronner le tout, Suzie la prend très à coeur, car c'est pour elle une histoire de famille, une énigme à décoder.

Malgré que certains passages soient assez compliqués à comprendre et que je me suis souvent perdue dans le rôle de certains personnages, j'ai passé un agréable moment à découvrir ce roman. Comme toujours, Marc Lévy fait notre plein d'aventures, nous entraîne dans une intrigue surprenante, nous tient en haleine jusqu'au bout, et bouleverse la situation au dernier moment.
Je tiens à dire que j'ai particulièrement apprécié le cadre de l'histoire qui se déroule au Mont Blanc, dans la partie polaire et Arctique du globe. Un sentiment plus fort que la peur nous fait voyager de partout, le lecteur n'a pas le temps de se remettre de ses émotions que les protagonistes sont déjà repartis, ont déjà bougé vers de nouvelles mésaventures.

Avec fluidité, génie et modernisme, Marc Lévy écrit un nouveau livre très intéressant, actuel, et sans temps mort. Même si le livre part quelques fois dans tous les sens, vous ne pourrez plus le lâcher jusqu'à la fin. J'ai passé un très bon moment à découvrir ce livre, je l'ai avalé en un rien de temps.

Sur un fond de neige et de froid, Marc Lévy sort son 14ème roman, toujours aussi surprenant. Complot, espionnage, énigme et amour, tous les ingrédients sont réunis pour pouvoir apprécier ce nouveau roman.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
BrooklynNoA
16 février 2013
Rendez-vous annuel pour de nombreux lecteurs et lectrices, ce mois de Février voit paraître le nouveau livre de Marc Levy !
14ème roman de l'auteur, « Un sentiment plus fort que la peur » est un roman qui pour mon plus grand bonheur voit le retour du journaliste d'Andrew Stilman, que nous avions laissé l'année dernière dans « Si c'était à refaire ».

Quel plaisir de retrouver cet homme plein de contradiction : à la fois ancré dans la vie et perdu dans son quotidien, à la fois fort et rassurant mais aussi porté sur la boisson… Quel plaisir de recroiser son meilleur ami, Simon et assister à leurs petites joutes verbales…Quel plaisir de rencontrer Suzie, jeune femme énergique, courageuse et têtue…
Mais surtout quel plaisir de retrouver à nouveau une enquête haletante où toute la dynamique s'imbrique subtilement dans un jeu de piste inattendu, le tout à un rythme fou où des dialogues percutants viennent souvent nous tirer un sourire tendre ou complice… Trop peu souvent noté à mon goût, dans ce que je peux lire sur ses romans, l'humour de Marc Levy est un vrai régal. Souvent subtil et second degré, il vient désamorcer une situation un peu tendu, mais aussi et peut-être surtout, permet à ses personnages d'esquiver un aveu ou dire à demi-mot ce qu'ils ressentent vraiment. La relation d'Andrew et son meilleur ami Simon est bouleversante en ce sens. Très liés et pourtant très pudique l'un envers l'autre, ils passent leur temps à s'envoyer des petits pics finalement plein d'amour…

Un roman qui, à nouveau, tout comme les précédents roman, m'a fait rire et cette fois carrément rater ma station de métro (véridique), tellement prise dans l'intrigue… Un roman qui m'a aussi embué le regard au détour d'une page… Les liens entre les personnages et les échanges dans les dialogues et dans l'histoire sont absolument savoureux. On a l'esprit sans cesse en éveil. Comme Andrew et Suzie nous sommes bien sûr au coeur de l'intrigue. Et comme souvent l'auteur nous garde en alerte à coup de petit détail relevé et révélé ici et là… Un roman qui m'a fait aussi lever le nez et me perdre dans le paysage qui défile (je rappelle que je lis le plus souvent dans mes trains et bus quotidien) en pensant à l'enquête en cours ou à un des personnages en particulier… Mais aussi m'a fait me dire sur les dernières pages : « Comme il est malin !!! ». Un sourire complice sur les lèvres pour cet auteur que je n'ai pourtant pas en face de moi mais qui a su à nouveau me surprendre…

Un roman qui commence ici directement dans l'action… et donc par le passage qui a initié le roman lui-même : la découverte d'une valise diplomatique dans l'épave d'un avion emprisonné sous les glaces du mont Blanc. Un document qui est le point de départ mais aussi le point final de la quête de Suzie puisqu'il va lui permettre d'aller vers son destin… Une quête proche de l'entêtement, mais qui révèle aussi la volonté et le courage de Suzie à faire la lumière sur l'histoire de sa grand-mère Liliane et qui à travers ce jeu de piste laissé par elle, nous révèle encore une fois les qualités d'Andrew : son intelligence, sa fidélité, son opiniâtreté et son acharnement de journaliste à connaître la vérité. Une vérité qui encore une fois se révélera bien au-delà de la famille même de Suzie.

Encore une fois Marc Levy nous offre un jeu de piste palpitant les menant dans divers lieux et pays, saupoudré d'humour, de sentiments forts et d'aventure. le tout ancré dans une réalité complètement d'actualité en ce début 2013… Mais la mécanique de ce roman fonctionne grâce au cheminement que l'on suit au fil des pages et au fil des aventures de Suzie et Andrew, il serait bien dommage de vous en dire plus, au risque de gâcher un peu la lecture… Mais comme toujours, comme dans chaque roman tout est ici extrêmement bien documentés et tout, ou presque, est véridique. Que ce soit le crash de cet avion sur le mont Blanc, l'inscription sur la façade d'un immeuble, les messages cachés dans une petite annonce ou la partition d'un opéra… Mais je n'irais donc pas plus loin… Quoique, je dirais juste que Marc Levy démontre à travers ce roman que l'avenir est définitivement entre nos mains et que l'Information n'est pas à négliger et que la curiosité, dans le sens de l'intérêt bienveillant pour l'autre, est le meilleur des alliés.

Injustice, secret, apparence trompeuse, courage, enquête, révélation, mensonge, pardon, surprise, voyage et destin sont les mots qui me viennent spontanément à l'esprit à la fin de la lecture de ce roman extrêmement bien construit que l'on referme avec un doux sourire, heureux d'avoir eu des nouvelles d'un vieux pote reporter au New York Times… Et de Valérie… Mais finalement aussi un peu inquiet de ce que l'on vient de découvrir...Mais je n'en dis pas plus, il faudra lire ce nouveau roman pour en savoir plus !

J'ajouterai juste, que la petite tradition très attendue par moi, et je pense par quelques autres, est respecté…

Bonne lecture ! Et j'ai envie de dire vivement l'année prochaine pour le 15ème roman ?
Qui sait peut-être que nous aurons à nouveau des nouvelles d'Andrew …

9/10 ♥♥♥♥
En bref : On retrouve avec bonheur Andrew Stilman au coeur d'une enquête mêlant famille et destin sur fond politique et intérêts internationaux. Toutes les clés de ce que l'on aime dans ses livres sont là : humour, aventure, enquête, découverte, voyage, destin, dialogues percutants et vérité historique… Une fois la dernière page tournée, une seule envie : retrouver Andrew pour une prochaine aventure…

Merci énormément à Robert Laffont et Versilio
Lien : http://noaetsonmonde.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
ju-s-tine
18 septembre 2014
Une histoire qui démarre sur les chapeaux de roues : une ascension périlleuse du Mont-Blanc, une histoire d'amour qui s'arrête brutalement à peine commencé... et ... brusque changement d'ambiance. On plonge dans une autre aventure, qui m'a tout de même perturbée au début.
Au final, c'est un roman qui se lit bien, qui est bien loin d'être le meilleur de Marc Levy
Commenter  J’apprécie          110
infini
16 novembre 2013
J' ai été très déçu de ce dernier roman de marc lévy...
je n'ai pas trouvé la profondeur que je trouve dans cette auteur..
j' ai trouvé ce livre plat...l'histoire pas passionnante..
d'habitude marc lévy arrive à me faire plonger dans les émotions de ces personnages...
là pour moi ce livre était juste vide :(
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienne
17 avril 2013
Je pensais que la plume de Marc Lévy réussirait à me faire apprécier un roman ayant pour toile de fond les enjeux politiques et l'avidité du pouvoir. Raté ! Je suis restée totalement hermétique à l'histoire, mais la faute m'en incombe totalement : dès que l'on me parle de services secrets, je fais une réaction allergique et je me referme comme une huitre. Je suis tellement consciente des magouilles de ceux qui gouvernent, et cela quels que soient les états, que je n'ai pas envie de les retrouver dans mes livres.
L'aventure commençait pourtant bien avec l'expédition de Suzie Baker sous les glaces du Mont Blanc. J'avais même été séduite par l'humour de Stilman (notamment lors de son enterrement suivi d'une résurrection assez farfelue) et j'étais prête à lui pardonner son penchant alcoolique.
Tout s'est gâché lorsque ces deux-là ont fait équipe et qu'ils m'ont distancée dans leur course éperdue. J'ai lâchée prise, me suis retrouvée sur le bord de la route, me demandant qui menait la danse dans cette affaire. Je n'ai toujours pas compris qui tentait d'aider notre duo et qui leur mettait des "bâtons dans les roues".
Finalement, je préfère que Marc Lévy nous entraine dans des histoires sorties des dédales de son imagination plutôt que basées sur des rapports véridiques comme c'est le cas ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AnaisValente
18 février 2013
"Le dimanche, on lit au lit".

J'ai lu récemment sur le net un commentaire qui disait, en substance, "à quoi bon faire une telle promo à un auteur qui n'en a plus besoin, alors que tant d'auteurs aimeraient qu'on parle plus d'eux".

Si je suis d'accord avec la seconde partie de ce commentaire, je ne partage pas l'opinion de l'auteur de cette phrase quant à son début, car je ne vois pas pourquoi Marc Levy n'aurait plus le droit qu'on parle de lui par le simple fait qu'il est déjà hypra célèbre en tant qu'auteur. Alors, dans la foulée, ne parlons plus d'aucun auteur connu, d'aucun acteur, d'aucun chanteur. Non mais sérieux ?

Bref, moi je vais en parler, na.

Je viens à peine de refermer Un sentiment plus fort que la peur, lui quasiment d'une traite (ah si je ne devais pas bosser aussi, ça faciliterait la lecture), et le sentiment que j'ai est plus fort que… non je rigole, ce serait trop facile.

Je sais depuis longtemps que Marc Levy est maître dans l'art d'entraîner son lecteur (enfin surtout sa lectrice, paraît-il), dans un univers fantastique et romantique, je sais depuis longtemps qu'il a une capacité incroyable quant il s'agit de susciter l'émotion, j'ai désormais la conviction qu'il est également parfait en auteur de thrillers dans lesquels il distille, comme pour désamorcer un chouia l'angoisse qui monte qui monte qui monte, de l'humour à chaque coin de page. J'avoue que je n'avais pas fait attention à l'humour durant mes lectures antérieures, sacrilège, mais dans ce quatorzième roman, ça m'a sauté au nez comme un puce sur une oreille de chien : mais keskil est drôle, ce Marc Levy. Sérieusement, je me suis bidonnée plus que de raison, car son humour est subtil, léger, caustique ou taquin (me venait "tease", faut que j'arrête les séries en VOST), et il permet de créer un lien réel entre ses personnages, une complicité bien palpable et de faire que l'on s'y attache, qu'on apprécie leurs faiblesses et leurs forces, leurs peurs et leur volonté.

Tout ça pour vous dire que cette histoire m'a captivée du premier au dernier mot, par une intrigue dans laquelle on entre immédiatement (ah clair que ça commence sur les chapeaux de roue) pour n'en sortir qu'à la toute ultime page. Cerise sur le gâteau, c'est le retour d'Andrew Stilman, héros du treizième best seller de Marc Levy, enfin non héros n'est pas l'adjectif adéquat, car il est tout simplement humain, avec ses failles bien humaines aussi, donc le retour d'Andrew disais-je, et puis l'arrivée de l'attachante (attachiante) Suzy, avec sa volonté à toute épreuve pour atteindre le but de sa vie : faire la lumière sur la mort de sa grand-mère, accusée de trahison.

Je ne vous en dirai pas plus sur l'histoire, car j'ai moi-même regretté d'en apprendre trop par la presse, cette habitude des journalistes de donner d'ores et déjà quelques pistes, c'est insupportable. Ce n'est pas Et si c'était vrai avec ce côté fantastico-romantique qui m'a fait craquer pour Marc Levy, ce n'est pas Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites ou le voleur d'ombres, qui m'ont émue comme jamais et ont assis la vénération que j'ai pour cet auteur, c'est Un sentiment plus fort que la peur, qui m'a angoissée, amusée et touchée, tout cela à la fois. Marc Levy peut tout écrire, en voilà la confirmation.

Alors, un seul sentiment après cette lecture : il revient quand, notre Andrew ?
Lien : http://www.le-celibat-ne-pas..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Amnezik666
19 février 2013
Avant de commencer cette critique je tiens à préciser que si ce roman n'est pas à proprement parler une suite de Si C'Etait A Refaire on y retrouve le journaliste Andrew Stilman deux mois après être sorti du coma suite à son agression et forcément il y a quelques références à sa première « enquête ».

L'intrigue se met lentement en place, Suzie ne souhaitant pas influencer Andrew les deux protagonistes prennent un certain temps à se jauger mutuellement, ce qui donne lieu à des échanges qui ne manquent pas de comique (et parfois même de piquant). Une fois que l'intrigue à proprement parler se met en branle on entre dans une enquête journalistique sur fond d'espionnage avec d'un côté Andrew et Suzie qui cherchent la vérité, de l'autre les services secrets qui ne reculeront devant rien pour empêcher cette histoire de refaire surface et d'autres intéressés dont les intentions resteront longtemps obscures. Ne vous attendez pas à une intrigue à la Tom Clancy mais ça reste plutôt bien ficelé (quoique un peu tiré par les cheveux parfois) avec juste ce qu'il faut de suspense, de manipulations et de rebondissements pour nous donner envie d'aller toujours plus en avant dans le récit.

Retrouver le personnage d'Andrew Stilman fut un plaisir même si dans la première partie du bouquin il n'est plus que l'ombre de lui même, démotivé et sans la moindre niaque, heureusement qu'il reprend du poil de la bête quand son instinct professionnel se réveille (et aussi une touche d'intérêt personnel). le personnage de Suzie Baker est plus ambigu, difficile de savoir ce qu'elle pense vraiment vu qu'elle semble prendre un malin plaisir à manipuler les autres pour arriver à ses fins, même si ses motivations ne sont pas mauvaises on a du mal à s'y attacher.

Comme toujours avec Marc Levy ça se lit vite et bien, certes ce n'est pas le titre qui convertira les Levyphobes (comme tous les intégristes ils portent des oeilléres et ignorent l'ouverture d'esprit… oui je sais c'est une attaque mesquine et gratuite), pour ma part j'ai apprécié ce nouvel opus, Marc Levy ajoute une nouvelle corde (sans une once de romance) à son arc et transforme l'essai. Pour ma part je serai donc ravi de retrouver Andrew Stilman pour une troisième enquête…
Lien : http://amnezik666.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marc Levy

Quel est le premier ouvrage de Marc Levy ?

Et si c'était vrai ...
L'étrange voyage de Monsieur Daldry
La Première Nuit
Mes amis mes amours

9 questions
478 lecteurs ont répondu
Thème : Marc LevyCréer un quiz sur ce livre
. .