AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266290630
Éditeur : Pocket (18/10/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.39/5 (sur 2661 notes)
Résumé :
Si la vie offrait à Arthur et à Lauren une seconde chance de se revoir, sauraient-ils prendre tous les risques pour la saisir? Avec cette comédie romantique, Marc Levy retrouve les personnages de son premier roman, "Et si c'était vrai...", et nous entraîne dans une nouvelle aventure, faite d'humour et d'imprévus...

Enfin, pour toutes celles et ceux qui l'attendaient, la suite de "Et si c'était vrai"......

Le Mot de l'éditeur: Vous revoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (170) Voir plus Ajouter une critique
Hugo
  11 février 2019
Tiens ce matin je me faisais la réflexion que j'avais quand même des gouts de chiotte, bon n'imaginez pas le pire, c'est pas en regardant ma pote de plumard que j'en suis arrivé là, ça fait longtemps que je la matte plus, en plus il fait tout noir, et j'ai pas chaussé mes lunettes donc j'y vois rien de plus que de la nuit trouble, bien qu'en net le résultat reste l'obscurité… En plus je la trouve bien jolie et bien bonne ce qui reste pour tout mec bien benêt le plus important, et la culture G c'est foutre-ment bien mieux dans le bonnet…
Donc ouais dès le petit réveil, mon cerveau me supplie dans un premier grognement d'aller soulager ce petit pipi audacieux avec lequel j'ai négocié pendant la nuit une certaine indifférence, lui qui voulait queue je me lève et moi qui voulais que je dorme, du coup ça dure dix bonnes minutes pour finalement me rendormir la douleur de toute envie pressante au bout de mon éveil… mon cerveau me le fit donc payer en toute agitation… putain mais le courage ce n'est pas donné à tout le monde, les seules fois ou je fais l'effort c'est quand ma môme gueule mon nom de :
« Papa, papaaa, papaaa… »
Sa mère visiblement a l'instinct maternelle aussi affuté que pas grand-chose, et moi au taquet, je sommeille à sa rescousse, pour découvrir le drame d'être papa dans ces moments-là, parce que ya que dalle qui se passe : soit c'est le drap qui glisse, soit elle a soif, soit elle a entendu un bruit de j'sais pas d'où, enfin bon maintenant que j'y suis pas loin, je fais un arrêt pipi entre deux…
Alors je me disais donc ce matin que j'avais des gouts de chiottes, je chantonne en ce moment des chansons qui me font du bien au pathos, qui vous dresse l'émotion comme un champs de poils de bras… c'est que l'autre jour je regardais un film que j'avais loupé au cinéma pour X raisons qui n'ont en plus rien à branler avec le X en question ou d'éventuelles plaisirs solitaires qui après moult(es) années conjugales deviennent aussi routinier que peu bandant, l'imagination avec l'âge c'est moche…
Enfin bref j'ai regardé le film en question qui pour le commun du bon gout serait un produit estampillé « Blue Flower » ou pour les fanatiques de l'impersonnalité qui s'invitent en hystérie dés qu'ils entrevoient le sujet de leur convoitise : un pur chef d'oeuvre de sa tête pleine d'étoiles et d'émotions corrompues par ce manque certain d'objectivité…
Mais moi je m'y reconnais pas : dans le « commun du bon gout » c'est mort, je botte en résignation, et le « fanatisme » résonne comme un point d'interrogation, la moue dubitative devant tant d'exagérations hormonales ou autres drogues qui restent pour ma part la seule explication plausible de ce phénomène collectif dont j'ignore toute la détresse dans les cris et les larmes…
C'est juste que la prestation des acteurs et les performances lyriques de la chanteuse m'ont fait grimper les émotions aux rideaux, c'est que j'ai bien une playlist de rockeur beau guitariste à voix virile et à l'instrumentalisation angélique, mais dans ma bagnole je vais me faire des petites chansons de princesse, parce que les chanteuses à voix, ça me file des putains de frissons, c'est comme ça j'y peux rien, il doit y avoir un chromosome mal branlé qui prend à partie ma sensibilité de femme…
Pourquoi gouts de chiotte ? bah c'est que comme d'habitude, ya toujours un tas de gens bien attentionnés qui revendiquent le bon gout et qui font passer le reste pour du populaire grande écoute, mais comme d'habitude je les emmerde un peu tous, même si parfois la honte me fait monter la gêne aux joues, j'assume presque tout même la merde…
Du coup le bouquin est bien choisi, parce que bon hein, on ne va pas dessiner un mouton sur le style, l'histoire et l'auteur, t'aime, t'aime pas on s'en branle, le principal c'est de prendre du bon temps et de déclencher quelques émotions… le reste appartient à chacun, et le jugement d'autrui m'importe peu…
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3812
claudia_tros_cool
  17 juin 2012
Je dois être l'une des seul à avoir aimé cette suite presque plus que le premier roman. Bon d'accord c'est vrai que c'est lent et ça décrit geste par geste ce que chacun font de leur côté mais ça marche et je comprends pourquoi l'auteur a fait ça. Il faut aussi admettre que Arthur qui se retrouve dans un état pas possible à cause d'un side car ça prend peut être de trop grande proportion je veux dire qu'il comate les trois quart du livre. Je sais que ça ne plaira pas à grand monde mais le fait qu'il y ai une suite ou Arthur n'a rien révélé ou Lauren ne se souvient de rien ou quatre ans passent sans qu'ils je se passent rie, ( Oula c'est long quatre ans) ça me semble plus réaliste que si elle s'était rappelé de tout et de suite le Happy ending super facile. Avec Vous Revoir on comprends que ce n'est pas facile de garder la femme qu'on a aimé dans un moment invraisemblable, qu'il faut surmonter et briser des secrets pour ou parfois faire des sacrifices. Certes tout ça enlève la magie que nous laisse supposer la jolie fin à chute de Et Si C'était Vrai et certains passages de Vous Revoir sont vraiment beaucoup basé sur un hasard osé mais j'ai aimé ce livre et retrouver les personnage du premier roman de Lévy que j'avais déjà apprecié
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Bonheur_Lecture
  10 octobre 2014
Et une nouvelle relecture pour moi ! Oui, oui, j'ai relu « Et si c'était vrai » alors il fallait que je (re)lise la suite !
Tout d'abord, quel plaisir de retrouver Arthur et Lauren, vraiment ! Il est vrai que durant la lecture de « Et si c'était vrai », je m'étais beaucoup attachée aux personnages et j'avoue avoir eu un pincement au coeur en les quittant… Mais je savais au fond de moi (comme c'est une relecture) que j'allais rapidement les retrouver. Même si j'ai enchaîné les deux lectures, j'étais heureuse de partager encore un bon moment avec eux, cela fait du bien !
Concernant l'histoire, j'ai apprécié et bien plus que cela cette suite, peut-être à cause ou grâce aux personnages, je ne sais pas trop. Même si j'ai eu l'impression que dans ce livre en fait, les rôles étaient inversés, cela m'a vraiment plu. Mais en y réfléchissant bien, je suis sûre que ce qu'il m'a envouté le plus, c'est le fait que cette histoire d'amour surréaliste que vivait Arthur et Lauren dans le premier tome, où cette histoire n'existait que pour Arthur, dans le sens où il était le seul à pouvoir voir et communiquer avec Lauren, devienne un sens pour tous les personnages, maintenant que Lauren est en vie, belle et bien consciente…
Les tentatives de retrouvailles entre Arthur et Lauren, les petites histoires de coeur de Paul, le « vieux couple » que forme l'Inspecteur Pilguez et Nathalia, mais aussi Fernstein et son égoïsme, qui au fond est loin d'en être un… Tout ça a fait que j'ai passé un excellent moment durant toute ma lecture. Entre le rire, l'espoir, la joie… Que de belles émotions…
Encore une fois je suis séduite par Marc Levy, par son écriture à la fois simple, et qui a réussi, encore une fois, à me faire éprouver des émotions, celles dont j'avais besoin au moment même de la lecture… Alors si jamais, il lui prend l'envie de nous faire de nouveau partager le quotidien d'Arthur, de Lauren et de tous les autres, moi, je dis oui !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Bibliolibra
  08 décembre 2011
Pourquoi? Mais pourquoi donc cette suite?
Fade, fade et refade... Je parle notamment de l'histoire. Niveau style,on retrouve bien le Marc Levy de Et si c'était vrai avec sa petite pointe d'humour qui, je crois, est la seule chose qui me plait vraiment dans ses livres.
En ce qui me concerne, j'aurais mieux fait d'enfermer ma curiosité dans la cave de mon voisin et jeter la clé dans les toilettes pour ne rester que sur la fin de Et si c'était vrai... Laquelle laisse place à l'imagination et à la question "Mais! Que va-t-il se passer ensuite?" Une fin qui réhausse un peu le niveau de son roman car on ne s'y attend pas (ou pas vraiment si comme moi vous n'avez pas fait l'erreur de lire la fin en premier, c'est une mauvaise manie qui pour le coup m'a bien desservie, bien fait pour moi!)...
Mais non! Il a fallu qu'il fasse une suite (et bien sur que je la lise...) et qu'il finisse l'histoire en beauté..! Limite: "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants"... Une fin clichée comme je ne les aime plus... Une fin clichée qui m'exaspère et qui brise ce petit mystère qu'il avait su si bien mettre en place à la fin de son premier roman. Comme une bombe.
Enfin, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même me direz-vous! Je n'avais qu'à me garder de lire la suite... Arf! Cette stupide curiosité... Elle me perdra un jour.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Cristina21
  08 mars 2015
Quel plaisir de retrouver Lauren et Arthur !
Et si vous n'avez pas encore lu « Et si c'était vrai », il faut commencer par ce livre-là, qui vous racontera l'aventure extraordinaire qu'ont vécu ces 2 jeunes gens 4 ans auparavant.

Aujourd'hui, de retour à San Francisco après 4 ans d'absence, Arthur est à son tour victime d'un accident. Cette fois-ci, c'est Lauren qui va tout faire pour sauver la vie de cet homme dont elle se sent proche sans en comprendre encore les raisons.

Ce tome 2 est tout aussi captivant, bien qu'il n'y ait plus cette part de fantastique comme dans le premier. Cette suite est tout autant pleine d'émotions et de sentiments. de nombreuses allusions à ce qu'ils ont vécu précédemment y sont faites et on revit certains moments avec la même émotion. Au fil des pages, on espère qu'Arthur lui raconte tout, que Lauren se souvienne de tout. On a hâte de savoir comment cette histoire émouvante se terminera.

A tous ceux qui critiquent Marc Levy et tous ses romans (mais qui les lisent quand même), je dis que ses livres nous font apprécier le bonheur qu'apporte la lecture, qu'ils nous permettent de nous évader le temps d'une histoire, d'une aventure... « Et si c'était vrai » et « Vous revoir » sont de bons moments de détente, remplis d'humour, de sentiments et de tendresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (162) Voir plus Ajouter une citation
CallaCalla   28 juillet 2011
" - Tu l'aimes ?
- Ben ouais , elle est belle.
- C'est tout ?
- Euh... quoi d'autre ?

- Je te demande si tu l'aimes. Je te parle d'amour. Et toi tu me dis qu'elle est belle ? Belle ?! Moi quand je te parle de beauté, je ne te parle pas de son joli petit cul moulé dans un jean Levi's. Ni de ses lèvres pulpeuses. Ni de ses grand yeux pétillants. Putain. Je ne parle pas de ça. Moi ce que je voulais que tu me dises c'est que tu l'aimes. Que tu aimes tout d'elle. Ses défauts. Les pires. Le goût de ses larmes quand rien ne va plus. L'odeur de ses cheveux quand tu l'embrasses dans le cou. Ses tâches de rousseurs quand l'été pointe le bout de son nez. Et quand j'évoque le mot amour. S'il te plait. Ne l'associe pas au sexe. Parce que tu vois. Savoir combien de fois tu te la tape tous les jours, moi, je m'en fous. Merde. Il y a des mots pour parler d'elle. Pas des mots en tocs. Pas des mots qui soient faux. Pas l'un de ses mots ringards que tu ais entendu dans un film. Pas comme ça. Parfois il n'y a pas de mots. Juste des regards. Des gestes. Encore des regards. Puis un sourire. Qui dure. Qui dure, parce que tu as ta main posée sur sa peau brûlante. Parce que dans sa poche furtivement tu as as caché un petit gribouillis avec inscrit " Je t'aime " quand sa tête était tournée. Parce que les jours passent trop vite quand elle est là et que tu ne veux plus la quitter. Que tu ne peux plus lâcher sa main. Et que tu lui dis que sans elle, chaque minute est inutile. Et en revanche. Parce que tout ne va jamais bien. Que ses yeux brillent. Pleurs. Lors d'une dispute. Qu'elle te lance au visage des mots affreux. Des cris de haine. Alors pardonne-la. Recommence à zéro. Et dis-lui. Cris le. Je t'aime. L'amour c'st ça. Ce n'est pas un jeu. Pas de la merde. C'est dangereux. Tu vois. Moi. C'est ça dont je te parle. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6151
RikikyeRikikye   16 juin 2009
Je t'ai cherchée partout, même ailleurs. Je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. Ta chair était ma chair. De nos moitiés, nous avions inventé des promesses ; ensemble nous étions nos demains. Je sais désormais que les rêves les plus fous s'écrivent à l'encre du coeur. J'ai vécu là où les souvenirs se forment à deux,à l'abri des regards, dans le secret d'une seule confidence où tu règnes encore... Même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7923
Line2209Line2209   02 août 2010
(A) - On peut aimer quelqu'un et être célibataire ! Il suffit que le sentiment ne soit pas réciproque, ou que la personne ne soit pas libre.
[...]
(L) - Donc vous n'êtes pas célibataire.
(A) - Pas dans mon coeur.
Commenter  J’apprécie          3570
x-Kah-mix-Kah-mi   22 décembre 2010
Je suis parti vivre à l'étranger pour m'éloigner d'elle. Mais il n'y a pas de distance assez lointaine quand on aime. Il suffisait qu'un femme dans la rue lui ressemble pour que je la voie marcher, que a main griffonne son nom sur une feuille de papier pour la faire apparaître, que je ferme les yeux pour voir les siens, que je m'enferme dans le silence pour entendre sa voix.
Commenter  J’apprécie          710
Line2209Line2209   02 août 2010
C'est facile d'aimer quelqu'un que l'on ne peut pas atteindre, on ne prend aucun risque.
Commenter  J’apprécie          1340
Videos de Marc Levy (92) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Levy
Marc Levy, l?auteur aux 40 millions de livres vendus, a réjoui une foule de visiteurs au Salon du livre et de la presse de Genève en avril dernier (2017). L'écrivain a profité de sa venue pour parler de la sortie de son roman « La dernière des Stanfield » (Robert Laffont) et répondre aux questions du public.
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marc Levy

Quel est le premier ouvrage de Marc Levy ?

Et si c'était vrai ...
L'étrange voyage de Monsieur Daldry
La Première Nuit
Mes amis mes amours

9 questions
523 lecteurs ont répondu
Thème : Marc LevyCréer un quiz sur ce livre
.. ..