AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Wake up America tome 3 sur 4
EAN : 9782369810452
256 pages
Rue de Sèvres (22/02/2017)
4.07/5   34 notes
Résumé :
À l'automne 1963, le mouvement des droits civiques s'est imposé aux Etats-Unis. John Lewis, en tant que président du comité étudiant d'action non violente est en première ligne de la révolte. Tandis que Jim Crow élabore des lois toujours plus répressives et discriminantes, le seul espoir de Lewis et ses compagnons est de faire réellement appliquer le principe du vote pour tous, y compris à aux citoyens noirs : « un homme, une voix ». Avec cette nouvelle bataille vie... >Voir plus
Que lire après Wake up America, tome 3 : 1963-1965Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 34 notes
5
8 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Troisième et dernier tome pour conclure cette triologie sur les souvenirs de la ségrégation de John Lewis.
Comme pour les deux précédents, l'action se déroule sur plusieurs Etats du Sud, mais c'est sur l'Alabama que se concentrent toutes les tensions de cette épisode. Avec l'ouverture qui reprend le tragique incident de Birmingham du 15 septembre 1963, plus tard avec la marche de Selma , etc etc

Ce tome est de très loin le meilleur de la trilogie. Celui-ci met une fois de plus en perspective des évènements que nous avons l'habitude de voir traiter séparément, le tout avec une grande clarté.
On croise également Martin Luther King et Malcolm X, mais aussi Rosa Parks, les Kennedy, Lindon Johnson, .... l'idéologie tenant toujours une grande part dans cette histoire.

Une trilogie qui devrait être lue par tous les lycéens - pour éviter quelques amalgames ou lieux communs qui arrivent très vite avec ce sujet... - et par les plus grands aussi.
Je manque de superlatifs pour vanter cette BD, le mieux est encore de la lire pour l'apprécier au mieux à sa juste valeur.



Challenge USA 2019
Commenter  J’apprécie          210
Je ne suis pas un grand fan de cette BD, qui me semble à la fois apporter trop peu à un néophyte et beaucoup trop à une personne qui s'y connait déjà un peu. le tout dans une BD qui embrasse les qualités et défauts d'une biographie, et vous comprendrez que le cocktail final m'a semblé franchement indigeste.

Je passerais rapidement sur le dessin, qui n'est pas mauvais et passe plutôt bien pour ce genre de BD autobiographique. le noir et blanc convient parfaitement à cette histoire de lutte contre la ségrégation, et je dirais qu'en dehors de ses qualités de dessin pur c'est surtout la mise en page qui ne m'a pas complètement convenu. C'est un récit raconté à la première personne par John Lewis tout au long, tandis qu'il se remémore son passé lors de l'investiture d'Obama (évènement hautement symbolique s'il en est). Et de fait, le texte est omniprésent pour nous raconter les émotions et attentes du personnages, les pensées et les questionnements, les réflexions. Un peu c'est bien, mais là c'était franchement trop à mon gout et je dois l'avouer, j'ai même survolé le dernier tome en zappant les pavés de textes qui s'accumulaient, notamment avec la pléthore de discours.

La lecture fut donc assez fastidieuse pour ma part, moins dans le premier tome et plus dans les deux suivants. Notamment parce qu'on suit un personnage qui s'intéresse à certaines choses et s'implique notamment dans la vie politique, qui nous est racontée en détail. Et que, comme cela arrive souvent en biographie, ce qui importe au personnage principal n'est pas forcément ce qui m'importe. J'ai assez vite décroché des dizaines d'associations, congrégations ou mouvements aux sigles toujours plus nombreux. Ces divers mouvements, tous important sans doute, m'ont lassés puisque je suis perdu dans la signification : il y a les mouvements liés à la politique, à la religion, à des considérations locales, nationales … le tout souvent mélangé avec la politique américaine qui est carrément obscure à mes yeux. Résultat, je naviguais dans l'incompréhension, et l'histoire étant avant tout écrite pour des américains, il n'y a pas d'explications plus globales.
Voila pour le gros point noir, donc : c'est difficile de suivre et s'en sortir dans ce fourbi. Mais heureusement, une autre partie assez grosse est parfaitement compréhensible et permets de retracer l'histoire de cette volonté de changer les choses par la non-violence. Il est assez amusant de constater que des dissensions existaient au sein des mouvements non-violents et que Luther King étaient assez controversés par d'autres mouvements. On suit les manifestations, les boycotts, les protestations, les arrestations et la violence qui se déchaine contre ceux qui demandent plus de droit. Une horreur pas si lointaine qu'il est bon de rappeler.
Cela dit, je suis assez mitigé par ma lecture : pour un néophyte de ces mouvements et lutte, la quantité d'information est immense à absorber, sans que tout ne soit réellement pertinent d'ailleurs pour comprendre le combat global. D'autre part, une personne déjà informée et connaissant un peu les divers mouvements qui animèrent l'Amérique des années 60, les informations supplémentaires sont complexes et le cheminement pas particulièrement intéressant. Pour ma part, je n'ai pas appris grand chose de nouveau et ce qui l'était est trop complexe.

En fin de compte, je crois que la BD s'adresse à un public spécifique, bien au courant du fonctionnement des Etats-Unis et de leur politique, mais aussi intéressé par la nébuleuse d'associations qui gravitèrent autour de ces luttes sociales. Il faut s'accrocher et pour ma part ce fut trop et pas assez à la fois. Je ne suis pas client de ce genre de BD mais j'y vois l'intérêt, d'où ma note.
Commenter  J’apprécie          00
Dernier tome de cette trilogie plus dense que les deux premiers tomes et plus gros. le combat de la communauté noire passe désormais par des organisations à l'échelle du pays et avec une organisation plus stable qui prône la non violence et le dialogue malgré les violences policières et les meurtres.
Ce dernier tome met en avant la dure lutte pour le droit de vote de la communauté noire. Nous suivons cette lutte en interne et avec un regard autre que par les deux grandes figures de l'époque que sont Martin Luther King et Malcom X (même s'ils sont présent dans le récit).

Une trilogie riche d'enseignement qui retrace la lutte pour les droits civiques, le droit de vote, d'être reconnu comme un être humain et de dénoncer les exactions policières.
Commenter  J’apprécie          60
Suite et fin du récit détaillé de cette décennie de lutte pour aboutir aux droits civiques des afro-américains, 100 ans après l'abolition de l'esclavage.
Un volume plus épais et plus politique que les précédents. Chaque acteur de cette révolution est bien cité et identifié.
A partir de 1963, c'est la cristallisation du conflit entre d'une part les citoyens qui veulent faire appliquer leurs droits, notamment leur droit de vote acquis depuis 1870, et d'autre part les élus et citoyens racistes des Etats du Sud, ici principalement l'Alabama et le Mississippi, qui leurs dénient ces droits. Chaque groupe est déterminé à ne rien céder. Les ségrégationnistes surenchérissent dans la violence, jusqu'au meurtre, face aux manifestants pacifistes de plus en plus nombreux. Ces derniers ont pour eux une conviction et une Foi sans faille.
Tous ces jours passés en prison, tous ces coups de matraques, tout le sang versé, toutes les vies interrompues, n'auront pas été vains. le Civil Rights Act en 1964 puis le Voting Rights Act en 1965 sont des étapes décisives.
Pour autant, l'actualité et les témoignages récents du quotidien des afro-américains montrent hélas que le chemin est encore long vers l'égalité réelle.
Un ouvrage de mémoire et d'information d'une grande précision. Edifiant.
Commenter  J’apprécie          30
Le dernier tome de la trilogie couvre la période 1963-1965 ; c'est le plus politique et le plus gros. Les actions ne sont plus menées par de petits groupes d'étudiants mais par des organisations bien rodées qui appliquent toujours la non-violence malgré les violences policières voire les assassinats. Ce volume met en lumière l'action quotidienne des militants pour l'inscription sur les listes électorales après l'obtention de la loi sur les droits civiques. C'est tout à fait édifiant de constater la densité de l'action ; chaque jour les militants sont face à la police qui les frappent ou les arrêtent.
Un autre point intéressant est la position de l'Etat fédéral, et du président Johnson en particulier, en décalage avec la réalité dans les états du Sud. Les débats qui agitent les organisations sont aussi évoqués, comme la présence de militants blancs aux côtés des militants noirs, les Blancs anti-ségrégation étant d'ailleurs plus maltraités que les Noirs, étant considérés comme des traîtres. Ce débat n'est pas clos comme le montre l'actualité avec la polémique autour de la peinture de Dana Schutz représentant le meurtre d'Emmett Till. le recours à la violence en cas d'échec est à peine cité, de même que les autres organisations plus radicales même si l'incontournable figure de Malcom X apparaît de manière très édulcorée.
En conclusion, ces trois tomes donnent une vision de l'intérieur de la lutte pour les droits civiques, une lutte dure à la violence unilatérale, une lutte d'il y a seulement cinquante ans. Une lecture édifiante.
Pour information, John Lewis, un des héros (le terme n'est pas galvaudé) de cette trilogie est maintenant un politicien professionnel, membre de la chambre des représentants depuis trente ans.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
BDGest
25 août 2017
Conclusion à la hauteur de l'enjeu, ce dernier tome clôt de manière magistrale une trilogie dense et impressionnante. Sans jamais s'écarter de leur fil rouge, les auteurs mettent en avant un combat de tous les instants qui résonne encore aujourd'hui et prouve que rien n'est terminé. Une belle leçon d'engagement et de vie, mise en image avec force et narrée avec savoir-faire.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
S'inscrire sur les listes électorales est un acte d'adhésion fort à l'idéal américain. C'est patriotique.
Le gouvernement fédéral doit décider si oui ou non il est disposé à laisser les noirs du Sud s'inscrire sur les listes électorales. Et il faut qu'il décide cet été.
Ou bien qu'il décide de faire de nous tous les témoins du lynchage de la démocratie.
Commenter  J’apprécie          40
Toute personne qui, de quelque manière que ce soit, entrave le droit des noirs à voter dans le Mississippi, commet un crime contre le gouvernement fédéral.
C'est un criminel, au même titre que celui qui entre l'arme au poing dans une banque pour la voler.
Selon le chapitre 18, section 594, du code des États-Unis, c'est un crime d'entraver le droit de vote...
Cette loi existe depuis 1948, mais personne n'a jamais poursuivi qui que ce soit à ce titre.
Je doute qu'il y ait un seul policier dans le Mississippi qui n'ait pas enfreint cette loi plusieurs fois depuis 1948. Mais pas un seul n'a été arrêté ni poursuivi.
Commenter  J’apprécie          10
Les funérailles de Jimmie Lee Jackson eurent lieu le 3 mars. Martin Luther King prit la parole.
" Il a été assassiné par la brutalité de tous les shérifs qui agissent au nom de la Loi sans respecter la Loi.
Il a été assassiné par l'irresponsabilité de tous les politiciens, les gouverneurs et les autres... qui ont servi à leurs électeurs la pain rassis de la haine et la viande avariée du racisme.
Il a été assassiné par la lâcheté de tous les noirs qui acceptent passivement les horreurs de la ségrégation... et qui se tiennent à l'écart du combat pour la justice."
Commenter  J’apprécie          10
" Je ne comprends pas comment le Président Johnson peut envoyer des troupes au Vietnam. Je ne comprends pas comment il peut envoyer des troupes au Congo. Je ne comprends pas comment il peut envoyer des troupes en Afrique, et ne pas en envoyer à Selma, dans l'Alabama.
La prochaine fois que nous marcherons, il faudra peut-être que nous ne nous arrêtions pas à Montgomery... peut-être qu'il faudra qu'on aille jusqu'à Washington."
Commenter  J’apprécie          10
" Le bulletin de vote est l'instrument le plus puissant jamais inventé par l'homme pour combattre l'injustice, pour détruire les terribles murs qui emprisonnent certains hommes pour la seule raison qu'ils sont différents des autres. "
Président Lyndon Johnson
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
autres livres classés : ségregationVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (68) Voir plus



Quiz Voir plus

WAKE UP AMERICA T1 : 1940-1960

Cette bande dessinée retrace la vie d'une personnalité américaine, de qui s'agit-il ?

John Davis
John Lewis
Barack Obama

5 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Wake up America, tome 1 : 1940-1960 de John Lewis (II)Créer un quiz sur ce livre

{* *} .._..