AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081269953
Éditeur : Flammarion (04/04/2012)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 23 notes)
Résumé :

Dans sa jeunesse, Simon Leys passa deux ans dans une cahute de Hong Kong en compagnie de trois amis, une période bénie où l'étude et la vie ne formaient plus qu'une seule et même entreprise .

C'est en souvenir de ce gîte régi par l'échange et l'émulation, surnommé Le Studio de l'inutilité , qu'il a baptisé ce recueil consacré à ses domaines de prédilection : la littérature, la Chine et la mer.

Il y éclaire la belgitude d'Henr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Franz
  09 avril 2019
Des idées emboîtées.
L’essayiste sinologue belge Simon Leys [nom de plume de Pierre Ryckmans] se place dès son introduction sous l’égide du penseur chinois Tchouang-tseu [de son vrai nom Zhuāng Zhōu] qu’il met en exergue : « Les gens comprennent tous l’utilité de ce qui est utile mais ils ignorent l’utilité de l’inutile ». Le studio de l’inutilité, recueil de contributions à diverses revues, est accessible, compréhensible et stimulant. Simon Leys les a regroupées en trois grandes rubriques : Littérature, Chine, Mer. Les textes concernent autant Orwell, Segalen, Simone Weil que la dictature post-totalitaire en Chine, le génocide cambodgien ou encore Magellan. Dire le bonheur du petit poisson frétillant qu’est le lecteur est impossible. Le style clair et limpide sert de liant aux différents propos, vifs et colorés, servis finement, dressant un tableau expressif et nuancé, puisant aux meilleures sources, avec une modestie non feinte qui n’exclut ni l’admiration ni l’égratignure. Autant dire que le lecteur, tour à tour, s’amuse, se ressource, s’effraie et s’enrichit au passage, à l’exemple de « Orwell intime » [Commentaire, n° 134, été 2011]. Comme il est toujours bon de lire Orwell, le découvrir dans l’à-côté de l’existence permet d’enrichir son œuvre en la lestant d’un poids de vie supplémentaire. 1984, dystopie glaçante, en a bien besoin. Simon Leys, en vingt-cinq pages lumineuses, dresse un portrait intime, riche et captivant du grand écrivain anglais. L’érudition de l’essayiste est excitante d’autant qu’elle reste discrète, presque en retrait. Une référence glissée à propos de la Commune de 1871 donne envie, par rebond, d’en savoir plus sur cette période occultée des livres d’histoire. Orwell apparaît, à travers ses Carnets, presque détaché des coups du sort mais comme parfaitement adapté aux contingences de la vie. « Animal politique », esprit indépendant, se méfiant des idéologies et de la posture des intellectuels : « Sartre est une grosse outre gonflée de vent », Orwell est attaché à l’être humain incarné. Il est loisible d’aborder le recueil de Simon Leys par n’importe quel texte et d’engager la conversation avec un esprit lucide et humaniste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bazart
  08 juin 2012
ah en voilà une oeuvre pas facile d'accès et un ouvrage sans doute un peu trop ardu pour moi, mais au moins l'entreprise valait le coup d'être tentée.
Le studio de l'inutilité est en fait un recueil de textes parus dans plusieurs revues ( figaro littéraire notamment) et signé par le sinophile et grand essayiste Simon Leys.
Seul son passage sur Chesterton est un inédit. C'est d'ailleurs sans doute celui qui m'a le plus interessé car on apprend plein de choses inédites sur l'immense romancier anglais. le reste oscille entre révélations croustillantes et passionnantes ( Nabokov) et d'autres plus abscons et sentencieuses. Bref un livre pas toujours évident à suivre, mais qui reste assez intéressant tout de meme
Commenter  J’apprécie          40
CeCedille
  16 octobre 2012
TABLE
En guise de liminaire, le studio de l'inutilité ...... 7
LITTÉRATURE
Belgitude de Michaux .............................................15
G.K. Chesterton (1874/1936)................................49
Orwell intime ...........................................................69
Joseph Conrad et L'Agent secret .........................97
Le prince de Ligne ou le XVIIIe siècle incarné ...109
Victor Segalen revu à travers sa correspondance complète.................................................................119
Dans la lumière de Simone Weil ......................141
Nabokov et la publication posthume de son
roman inachevé................................................151

CHINE
Anatomie d'une dictature post-totalitaire ........163
Ethique et esthétique : la leçon chinoise........189
Madame Chiang Kai-shek (Soong Mayling)...199
Roland Barthes en Chine ...................................211
Relire l'histoire de la « Révolution culturelle »...217
Le génocide cambodgien...................................221
LA MER
La mer et les écrivains ..........................237
Dans le sillage de Magellan.................255
Les naufragés des Auckland...............271

Pour prendre congé. Une idée de l'université ....285

Index ..........................................293
Sources ....................................299



Lien : http://diacritiques.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
Lexpress   03 avril 2014
Le grand sinologue Simon Leys livre ici, en poche, son travail sur la Chine, la littérature et la mer.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   18 avril 2012
Leys tient une ligne de pensée claire et aiguisée, à même de dégonfler les baudruches qui encombrent le paysage intellectuel. Plein de teintes et de reliefs, ce recueil d'articles illustre l'étendue de sa palette [...].
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   18 octobre 2019
Que savez-vous de Magellan ?

Posez la question à un honnête homme ... et il vous répondra sans doute : «Navigateur portugais qui démontra que la Terre est ronde en effectuant la toute première circumnavigatlon du globe au premier quart du XVIe siècle.» Cette réponse est incomplète et partiellement fausse.

Premièrement, tout portugais qu'il fut, Magellan naviguait pour le compte de l'Espagne, personnellement commissionné par Charles Quint. Son origine étrangère provoqua d'ailleurs la méfiance et le ressentiment de son état-major castillan ; plusieurs officiers le détestaient, et leur hostilité culmina en une mutinerie qui faillit mettre prématurément fin à l'expédition.

Deuxièmement, Magellan se fit tuer à mi-route dans une absurde échauffourée avec des indigènes philippins auxquels il avait eu l'imprudente idée d'administrer une leçon. La circumnavigation ne fut donc pas accomplie par lui, mais bien par son subordonné Elcano (qui avait d'ailleurs compté au nombre de ses adversaires).

Troisièmement, on savait déjà depuis la Grèce antique que la Terre était ronde. Un mathématicien classique en avait d'ailleurs très exactement calculé la circonférence. La plupart des Pères de l'Église en convenaient, suivis en cela par les lettrés médiévaux. Ce que l'expédition démontra - faisant de Magellan l'involontaire ancêtre idéologique de la globalisadon -, c'est la circumnavigabilité du globe : tous les océans communiquent ; contrairement à ce qu’imaginaient les anciens cartographes, ce ne sont pas lacs encerclés d'impénétrables masses continentales.

Et enfin, cette circumnavigation fut une improvisation imposée par la force des choses : elle n’avait jamais constitué l'objet de l'expédition. Le vrai but du voyage était tout différent : il s'agissait de trouver une autre voie d'accès aux épices de l'Orient - et il avait été prescrit de rentrer par ce même chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
nadejdanadejda   14 juillet 2015
Songez-y un moment : vous pouvez être – vous devez être – pleinement professionnel tant que vous êtes agent immobilier ou notaire, fossoyeur ou comptable, dentiste ou avocat – mais pourriez-vous vous intituler, disons, poète professionnel ? Et si, sur un formulaire officiel de passeport ou de visa, vous veniez à remplir la rubrique « profession » en inscrivant « membre du genre humain » ou plus simplement « vivant », le préposé à qui vous remettrez cette déclaration doutera de votre santé mentale.
Aucune activité humaine vraiment importante ne saurait être poursuivie d'une manière simplement professionnelle. C'est ainsi, par exemple, que l'apparition du politicien professionnel marque un déclin de la démocratie – puisque dans une démocratie authentique, l'exercice des responsabilités politiques est le privilège et le devoir de chaque citoyen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
nadejdanadejda   30 juillet 2015
Le phénomène totalitaire du XXe siècle peut présenter des variations de mode, des degrés divers de sophistication « culturelle », mais ses éléments constitutifs sont simples et quasiment invariables – Kazimierz Brandys les avait déjà bien résumés il y a un quart de siècle (avec cette acuité caractéristique des intellectuels polonais, cruellement bien payés pour savoir de quoi ils parlent) : « L'histoire contemporaine nous enseigne qu'il suffit d'un malade mental, de deux idéologues et de trois cents assassins pour s'emparer du pouvoir et bâillonner des millions d'hommes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
nadejdanadejda   11 juillet 2015
Les artistes qui se contentent de développer leurs dons n'arrivent finalement pas à grand-chose. Ceux qui laissent vraiment une trace sont ceux qui ont la force et le courage d'explorer et d'exploiter leurs carences. Dès le début, Michaux en eut l'intuition : « Je suis né troué », et il sut en tirer parti avec génie. « J'ai sept ou huit sens. Un d'eux : celui du manque […] Il y a de ces maladies, si on les guérit, à l'homme, il ne reste rien. » Aussi faut-il bien prendre ses précautions : « Toujours garder en réserve de l'inadaptation. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
BazartBazart   08 juin 2012
Chesterton, le poète

Chesterton a dit un jour qu'il soupçonnait Bernard Shaw d'être le seul homme à n'avoir jamais écrit de poésie. Nous pourrions bien soupçonner Chesterton du contraire. A-t-il jamais rien écrit d'autre?

Mais qu'est-ce que la poésie? Il ne s'agit pas seulement d'une forme littéraire usant de vers, de rythmes et de rimes -quoique Chesterton ait également écrit beaucoup de ces poèmes-là, dont certains restent d'ailleurs mémorables. Non, la poésie est quelque chose de beaucoup plus fondamental. La poésie est une saisie du réel. La poésie dresse un inventaire de l'univers visible; elle donne leur nom à toutes les créatures; elle nomme ce qui est. Ainsi, pour Chesterton, l'un des plus grands poèmes jamais écrits se trouve dans Robinson Crusoé: cette liste de toutes les choses que Robinson réussit à sauver du naufrage de son navire: "deux fusils, une hache, trois sabres, une scie, trois fromages de Hollande, cinq pièces de viande de chèvre séchée..." La poésie est notre lien vital avec le monde extérieur -la ligne de sécurité dont dépend notre survie même- et, en certaines circonstances, le dernier rempart de notre santé mentale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Simon Leys (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Leys
Le 24 février 2018, nous avons eu le plaisir d'accueillir à la librairie, le chercheur Patrice Fava pour la sortie de son dernier ouvrage "L'usage du Tao" publié aux éditions JCLattès.
Avant que la rencontre ne commence, il a répondu à quelques petites questions pour en savoir plus sur ses lectures en cours, ses coups de c?ur, et plus encore.
En espérant que ce nouveau type de contenu vous plaise !
"L'usage du Tao", Patrice Fava (JCLattès, 2018) : http://www.librairielephenix.fr/livres/l-usage-tao-recit-voyage-interieur-entre-orient-occident-9782709661669.html
Patrice Fava, bibliographie : http://www.librairielephenix.fr/auteurs/fava-patrice-486.html
------------
Livres mentionnés dans la vidéo :
"Cultures", Philippe Descola (Coédition, 2017) : https://www.decitre.fr/livres/cultures-9782355362675.html
"La philosophie morale de Wang Yang-ming" (Youfeng, 2015) : http://www.librairielephenix.fr/livres/la-philosophie-morale-wang-yang-ming-9782842797164.html
"La religion de la Chine", Kristofer Schipper (Fayard, 2008) http://www.librairielephenix.fr/livres/la-religion-chine-9782213631912.html
"Anabase", Saint-John Perse (1924) , disponible sous plusieurs éditions
L'oeuvres de Simon Leys http://www.librairielephenix.fr/auteurs/leys-simon-585.html
Vidéo réalisée par Laura, libraire du Phénix Vidéo tournée et montée par Clémence, libraire du Phénix Soyez indulgents, nous débutons !
+ Lire la suite
autres livres classés : écrivainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
425 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre