AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259202462
Éditeur : Plon (20/10/2006)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 24 notes)
Résumé :

Publié initialement pour saluer la date orwellienne de 1984, cet essai était devenu introuvable. Pressé de le rééditer par de nombreux lecteurs, Simon Leys s'est relu à quelque vingt ans de distance : il a constaté que le sujet n'avait rien perdu de son actualité et que ses propres vues restaient essentiellement inchangées. Il s'est donc contenté de modifier un jugement littéraire sur un point de détail, d'ajouter deux informations inédites, de mettre à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
JeanLouisBOIS
  22 décembre 2014
Orwell, en toute liberté.
Que peut-on écrire sur Orwell après la magistrale biographie de Bernard Crick en 1980 ? L'essayiste et sinologue Simon Leys nous invite à réfléchir sur un point essentiel de la pensée de Georges Orwell : Il adorait le politique mais détestait la politique. Il était passionné par la façon dont les hommes arrivent à vivre en société, mais il haïssait les partis avec leurs magouilles, leurs combines, leurs ententes pratiquées toujours au détriment des individus qu'ils sont sensés défendre. C'est là le sens du sous-titre du livre de Leys : l'horreur de la politique.
Dans ce court essai, on retrouve toute la personnalité d'Orwell : sa générosité, sa liberté, son humanisme, son honnêteté, son courage. Pour lui, toute vérité est bonne à proclamer et ce vieux fond anarchiste lui a attiré beaucoup d'ennemis. Sa « révélation » se produit en 1936 pendant la guerre d'Espagne. Il est engagé avec les anarchistes. Mais il se rend très vite compte que le fanatisme de ses alliés communistes est plus fort que l'intérêt des Républicains eux-mêmes. Cette expérience lui ouvre les yeux, le marque à tout jamais et fait de lui un homme sans illusion mais jamais désabusé.
Quand Eric Blair choisit comme pseudonyme Georges Orwell, il ne s'agit pas seulement d'un déguisement ou d'une protection quelconque, il transfère sur ce personnage qui signe ses productions littéraires toutes les exigences et les qualités que doit posséder un écrivain idéal selon lui : la littérature, doit devenir le véhicule irréprochable de ses pensées. En fait, l'homme et l'écrivain ne se dissocient pas, il ne peut et il ne doit y avoir qu'un minimum d'écart entre la pensée et l'action. L'homme ne peut être que le prolongement de sa pensée.
On peut considérer qu'Orwell a produit 2 types de littérature. Au début de sa vie, une littérature « journalistique » avec Les Quais de Wigan, et Hommage à la Catalogne et vers la fin de son existence, des romans : 1984 et la Ferme des Animaux. Venu à l'écriture par le journalisme, il est considéré comme le fondateur du roman-sans-fiction (bien avant Truman Capote ou Norman Mailer), mais qu'on ne s'y trompe pas, ses récits ne sont pas de simples reportages réalistes, ils sont le fruit d'une mise en scène savamment orchestrée de façon à mettre en valeur la vérité que révèle les faits dont il a été témoin. le déroulement des événements ne doit jamais constituer une contrainte pour qu'un récit soit réussi.
Leys nous livre une évocation vivante et engagée d'un authentique auteur en mettant en relief les différents aspects de l'homme attachant (Eric Blair) et de l'écrivain exigeant (Georges Orwell), indissociables l'un de l'autre. Il nous laisse l'image d'un écrivain pour qui l'écriture est une forme de combat et d'exigence. Il faut être à la fois réaliste et juste, ce qui n'empêche pas certains aménagements de mise en scène qui, loin de dénaturer la réalité, en dégagent les aspects essentiels. Orwell, par ses techniques littéraires autant que par ses convictions, demeure le maître incontestable d'une lutte pour la liberté des hommes face aux régimes politiques qui cherchent à les opprimer. Sans être individualiste, il apparaît aussi comme le détecteur infatigable de toutes les circonstances qui pourraient empiéter sur le libre arbitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Villebard
  23 avril 2015
Beau compagnonnage d'un auteur qui a été un des premiers à dénoncer l'escroquerie des soi-disant intellectuels occidentaux qui ciraient les pompes de Mao, comme Sartre l'a fait pour le communisme européen !
Commenter  J’apprécie          30
gigi55
  29 octobre 2018
Un essai plein de vigueur et de justesse sur l'engagement humain et politique de George Orwell, esprit farouchement libre tout en étant épris de justice.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   18 décembre 2014
Ce qui est terrifiant dans les dictatures modernes, c'est qu'elles constituent un phénomène entièrement sans précédent. On ne peut prévoir leur fin. Autrefois, toutes les tyrannies se faisaient tôt ou tard renverser, ou à tout le moins elles provoquaient une résistance, du seul fait que la "nature humaine", dans l'ordre normal des choses, aspire toujours à la liberté. Mais rien ne garantit que cette "nature humaine" soit un facteur constant. Il se pourrait fort bien qu'on arrive à produire une nouvelle race d'hommes, dénuée de toute aspiration à la liberté, tout comme on pourrait créer une race de vaches sans cornes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Bruno_CmBruno_Cm   15 décembre 2014
Orwell avait lui-même une salubre méfiance à l'endroit des saints, comme il l'a bien exprimé dans son mémorable essai sur Gandhi : "Etre humain signifie essentiellement que l'on ne recherche pas la perfection ; que, par fidélité même, on est quelque fois prêt à commettre des péchés ; que l'on refuse de pousser l'ascétisme jusqu'au point où il rend l'amitié impossible, et que l'on est disposé au bout du compte à se laisser vaincre et briser par la vie - inévitable prix à payer pour quiconque prend le risque d'aimer d'autres individus."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_CmBruno_Cm   15 décembre 2014
L'histoire a déjà montré à plusieurs reprises qu'il ne faut pas grand-chose pour faire basculer des millions d'hommes dans l'enfer de 1984 : il suffit pour cela d'une poignée de voyous organisés et déterminés. Ceux-ci tirent l'essentiel de leur force du silence et de l'aveuglement des honnêtes gens. Les honnêtes gens ne disent rien, car ils ne voient rien.Et s'ils ne voient rien, en fin de compte, ce n'est pas faute d'avoir des yeux, mais, précisément, faute d'imagination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_CmBruno_Cm   15 décembre 2014
Elle avait un visage rond et pâle, le visage ordinaire et usé d'une fille grandie dans les taudis, qui a vingt-cinq ans mais en paraît quarante à force d'avortements et de travaux abrutissants, mais ce visage présentait, durant la seconde où je l'entrevis, l'expression la plus désolée, la plus dénuée d'espérance que j'aie jamais contemplé. Je saisis alors combien nous nous trompons quand nous disons : "Pour eux ce n'est pas la même chose, ce n'est pas comme pour nous" - comme si les gens qui ont grandi dans les taudis ne pouvaient rien imaginer d'autres que des taudis. En effet, ce que j'avais lu sur son visage, ce n'était pas la souffrance ignorante d'une bête. Elle ne savait que trop bien ce qui lui arrivait, elle comprenait aussi bien que moi quelle destinée affreuse c'était d'être ainsi agenouillée là, dans ce froid féroce, sur les pavés gluants d'une misérable arrière-cour, à enfoncer un bâton dans un puant tuyau d'égout."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   15 décembre 2014
"Je commençai à éprouver un indescriptible dégoût de toute la machinerie de ce qu'on appelle "la justice". Dites ce que vous voulez, notre droit pénal est une chose horrible, et requiert pour son application un personnel remarquablement dépourvu de sensibilité (...). J'ai une fois assisté à une pendaison ; cela m'a paru plus effroyable que mille meurtres. Je n'ai jamais pu visiter une prison sans éprouver le sentiment que ma place était de l'autre côté des barreaux. Je pensais - et je le pense toujours aujourd'hui - que le pire criminel qui ait jamais existé est moralement supérieur au juge qui l'envoie à la potence" (The Road to Wigan Pier, p.128).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Simon Leys (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Leys
Le 24 février 2018, nous avons eu le plaisir d'accueillir à la librairie, le chercheur Patrice Fava pour la sortie de son dernier ouvrage "L'usage du Tao" publié aux éditions JCLattès.
Avant que la rencontre ne commence, il a répondu à quelques petites questions pour en savoir plus sur ses lectures en cours, ses coups de c?ur, et plus encore.
En espérant que ce nouveau type de contenu vous plaise !
"L'usage du Tao", Patrice Fava (JCLattès, 2018) : http://www.librairielephenix.fr/livres/l-usage-tao-recit-voyage-interieur-entre-orient-occident-9782709661669.html
Patrice Fava, bibliographie : http://www.librairielephenix.fr/auteurs/fava-patrice-486.html
------------
Livres mentionnés dans la vidéo :
"Cultures", Philippe Descola (Coédition, 2017) : https://www.decitre.fr/livres/cultures-9782355362675.html
"La philosophie morale de Wang Yang-ming" (Youfeng, 2015) : http://www.librairielephenix.fr/livres/la-philosophie-morale-wang-yang-ming-9782842797164.html
"La religion de la Chine", Kristofer Schipper (Fayard, 2008) http://www.librairielephenix.fr/livres/la-religion-chine-9782213631912.html
"Anabase", Saint-John Perse (1924) , disponible sous plusieurs éditions
L'oeuvres de Simon Leys http://www.librairielephenix.fr/auteurs/leys-simon-585.html
Vidéo réalisée par Laura, libraire du Phénix Vidéo tournée et montée par Clémence, libraire du Phénix Soyez indulgents, nous débutons !
+ Lire la suite
autres livres classés : george orwellVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
846 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre