AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Li-An (Adaptateur)
EAN : 9782756013794
47 pages
Éditeur : Delcourt (07/01/2009)
3.22/5   23 notes
Résumé :
Normandie, 1870. L'armée française quitte Rouen, bientôt envahie par les Prussiens. Dix habitants fuient vers le Havre via Dieppe. Dans la diligence, les Loiseau, commerçants, le Comte de Bréville et sa femme, deux religieuses, les Carré-Lamadon, riches filateurs, Cornudet le Démoc et... Élisabeth Rousset, surnommée "Boule de suif". Comment les "honnêtes gens" vont-ils tolérer la présence de cette fille ?
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
cicou45
  19 août 2018
Ayant étudié cette nouvelle De Maupassant lorsque j'étais au collège, j'ai eu grand plaisir à la re découvrir dans son adaptation en bande-dessinée.
Alors que la France est occupée par l'armée prussienne lors de la guerre de 1870, un groupe de voyageurs, dont le nouveau préfet, décide de prendre les devants et de fuir, à bord de la même voiture (calèche) vers Le Havre. S'y trouvent à bord les personnes les plus variées qui soient : des riches industriels mais aussi des bonnes soeurs et enfin une femme du monde (une prostituée si vous préférez) surnommée Boule de Suif. Or, il s'avère que les apparences sont parfois bien trompeuses et que ce n'est que l'expression "l'habit fait le moine" ne se confirme pas toujours, comme c'est le cas ici. En effet, parmi cette dizaine de voyageurs, le lecteur découvrira tantôt que la plus humaine qui soit, et ce de bien des manières, est de loin celle à qui l'on s'attendait et inversement.
Loin de trop m'étendre sur cette bande-dessinée et cette nouvelle qui, à elles deux, se lisent déjà bien trop vite, je ne peux que vous encourager à lire les deux oeuvres et ce, de manière distincte. A bien des égards, Maupassant était bien en avance sur son temps et nous donnait déjà à l'époque bien des leçons de morale que nous avons bien trop vite oubliées ! Un scénario bien adapté et des dessins, quoique caricaturaux par moments, assez bien travaillés ! A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
asphodele85
  22 juin 2011
L'histoire commence sur un tableau de la campagne normande en plein hiver où grouillent des soldats en déroute et en guenilles, hagards, que la faim et la défaite annoncée, ainsi que l'invasion prussienne bien réelle poussent à errer sans but et sans chef. Fantassins, hussards, soldats de la Garde Mobile Nationale, ne se reconnaissent plus entre eux et en viennent parfois à se tirer dessus comme des lapins. Ce premier tableau est important dans la mesure où il situe à la fois l'action dans le temps mais il nous dit aussi ce que Maupassant en pense : « Car la même sensation reparaît chaque fois que l'ordre établi des choses est renversé, que la sécurité n'existe plus, que tout ce que protégeaient les lois des hommes ou celles de la nature, se trouve à la merci d'une brutalité inconsciente et féroce ».
C'est dans ce contexte fébrile de la guerre de 1870 à Rouen, où l'occuppation prussienne a dépassé l'invasion, que trois couples, deux religieuses, un démocrate et une protistuée vont se précipiter dans la première diligence pour Dieppe, laissant derrière eux commerce, château, monastère ou rentes confortables. Dans la description détaillée, ciselée qu'il fait de ce microcosme représentatif de la société de l'époque (et que l'on pourrait aisément retranscrire aujourd'hui), il dit comment d'aucuns prennent de petits arrangements avec leur conscience pour mieux enfumer le chaland (le couple de commercants), entretenir un blason toujours nanti (le couple de nobles) ou préserver le vernis doré et hypocrite d'une politique (le couple de politiciens-propriétaires) : « Les six personnes formaient le fond de la voiture, le côté de la société rentée, sereine et forte, des honnêtes gens autorisés qui ont de la Religion et des Principes ». Viennent s'ajouter un personnage haut en couleurs, le « démoc », l'opposant au régime qui fait sa « résistance » personnelle pour se dédouanner un peu d'être un privilégié, les deux religieuses, confites dans leurs prières, les yeux baissés sur leur rosaire et dont une se révèlera aussi odieuse que les autres et bien sûr une femme, « une de celles appelées galantes, à l'embonpoint précoce qui lui avait valu le surnom de Boule de Suif « .
Du début du voyage en calèche, en passant par les trois jours où ils restent confinés à l'hôtel occupé par les Prussiens, et dont la condition de repartir est que Boule de Suif accepte de coucher avec leur commandant (c'est dit comme ça dans le texte), jusqu'au départ de l'hôtel, Maupassant nous déploie toute la palette de sentiments et de réalisme qui colore ce périple.
Boule de Suif, méprisée et toisée au départ, retrouve un intérêt auprès des autres quand ils s'aperçoivent qu'ils n'ont pas prévu de provisions et que la calèche s'enlise dans la neige, les retardant dans leur voyage. Boule de Suif va partager son panier de deux jours avec tous et avec plaisir, elle sera leur (presque) égale dans la faim, tout au moins gagnera en respectabilité. Plus tard, à l'hôtel, quand le tavernier annonce la condition du départ, ce sont d'abord cris étouffés et offusqués des messieurs-dames, surtout des dames qui pensent que cela aurait pu tomber sur elles. Deux jours et deux nuits où la haine envers Boule de Suif va gonfler, pleine des rancoeurs que l'on reproche aux prostituées avec en plus, la colère de voir qu'elle ne cède pas, les mettant en danger, alors qu'après tout c'est son métier ! » Et aujourd'hui qu'il s'agit de nous tirer d'embarras, elle fait sa mijaurée cette morveuse !… Moi je trouve qu'il se conduit très bien cet officier « . Mais Boule de Suif est patriote, elle a déjà sauté à la gorge d' un Prussien (suscitant leur admiration au début du voyage) et ne veut pas se donner à l'ennemi. Elle finira par se rendre sous les oreilles attentives et comblées des couples restés en bas du couloir de l'auberge et qui apprécient sa reddition… Seront-ils reconnaissants envers elle de son sacrifice ? Que nenni, ils ne la mépriseront que plus, la renvoyant au cul de basse fosse dont elle vient, ignorant ses larmes et sa faim lorsqu'ils repartent avec un panier, eux, panier qu'ils ne penseront même pas à partager avec elle. Une putain s'est couchée pour la France alors qu'ils se couchaient devant l'ennemi, l'avarice des sentiments et la mesquinerie incrustée dans leurs âmes pleines de Principes et de Religion. le « démoc », avec sa barbe rousse hirsute et ses longs cheveux gras, commencera à siffler la Marseillaise (qui n'était pas encore l'hymne national, mais subversive), essayant de les faire sursauter mais ils feront semblant de ne pas entendre, occupés à se gaver ni de voir les larmes qui roulent, piétinées sous les sabots des chevaux, sur le visage humilié de Boule de Suif… Comme si le courage, malgré sa dimension ici, ne pouvait jamais dépasser le statut social des plus humbles.
Quelques petites phrases bien senties : » Car la haine de l'Etranger arme toujours quelques Intrépides prêts à mourir pour une Idée « ./ « Quand il y a des gens qui font tant de découvertes pour être utiles, faut-il que d'autres se donnent tant de mal pour être nuisibles ! ». /« Cornudet (le démocrate), indigné de l'entente cordiale établie entre les vainqueurs et les vaincus, se retira, (…). Loiseau eut un mot pour rire » Ils repeuplent'. Monsieur Carré-Lamadon eut un mot grave : « Ils réparent ». «
SUR LA NOUVELLE ET MAUPASSANT :
La préface de Nicolas Millet est très intéressante : elle nous apprend que cette nouvelle paraît en 1880 pour la première fois alors qu'il a à peine 30 ans, avec le choix délibéré de l'auteur de la faire paraître dans le recueil Des Soirées de Médan, afin de revendiquer implicitement son appartenance au mouvement naturaliste. « Méthode littéraire qui cherche à introduire dans l'art, la méthode des sciences expérimentales. En suivant la métode du scientifique l'écrivain se fait à la fois observateur et expérimentateur ». Un recueil collectif où il apparaît à côté de Zola et Huysmans. La nouvelle tirera des éloges dithyrambiques à Flaubert dont il est le disciple : » Il me tarde de vous dire que je considère Boule de Suif comme un chef-d'oeuvre ! Oui, jeune homme ! Ni plus ni moins, cela est d'un maître (…) Ce petit conte restera, soyez-en sûr ! Quelles belles binettes que celles de vos bourgeois ! Pas un n'est raté ! », etc, etc. « Un mois plus tard, le 8 mai 1880, Gustave Flaubert, né à Rouen, mourut. »
Alors oui, Boule de Suif est restée et je la trouve particulièrement actuelle, comme le souligne également Nicolas Millet, le commerce fait avec le corps des femmes se poursuit, les guerres ne sont pas finies de par le monde et peuvent entraîner des dérives semblables à tout moment. Et avec lui j'ajouterai : « Maupassant est donc à lire de toute urgence, à l'âge où le désir de changer le monde ne peut être accompli qu'après l'avoir appréhendé. (…) Or la littérature en général et la prose De Maupassant en particulier en constituent sans doute le meilleur moyen. »

Lien : http://leslecturesdasphodele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
rabanne
  01 mars 2016
Je n'ai jamais lu la nouvelle de Maupassant, même si j'en connaissais le contenu. Je la redécouvre par le biais de la bande-dessinée, que j'ai eu plaisir à lire.
Nous sommes en Normandie en 1870. L'armée française quitte Rouen, avant l'occupation des Prussiens.
Dix habitants décident de fuir vers le Havre, via Dieppe, en diligence. Mais les voilà tous bloqués dans une auberge, soumis au chantage d'un officier prussien, qui a des "vues" sur la dénommée Boule de Suif...
Un épisode qui reflète l'atmosphère de cette France partagée entre patriotisme et anti-royalisme.
A travers cette courte histoire, les caractères se révèlent parfaitement : supériorité, hypocrisie, égoïsme et lâcheté des nantis ; fierté et courage, puis honte et humiliation de Boule de suif, l'indésirable et le bouc émissaire idéal.
Commenter  J’apprécie          120
sultanne
  09 juin 2020
Nombre professeurs d'histoire ou de français se sont certainement jetés sur cette adaptation BD de la célèbre nouvelle De Maupassant.
Didactique, en effet, elle s'ouvre sur une carte du nord de la France représentant l'avancée des troupes prussiennes en 1870, permettant au lecteur de se repérer dans l'espace et le temps. le premier narrateur n'est autre qu'un chien errant, qui présente avec un brin d'humour la déconfiture française.
Cet opus reste fidèle à la nouvelle originelle et les personnages sont croqués avec beaucoup de justesse. Quant au contenu, le voilà intact : notre lecture nous rappelle indéniablement que la valeur de l'être humain ne se résume pas à son rang social et que les plus dévots en apparence peuvent aussi s'avérer être les plus cruels...
Le coup de crayon est précis et adapté au jeune lecteur, la narration est claire et facile à suivre, un outil pédagogique ou de découverte indéniable à qui veut découvrir Maupassant de façon détournée.
Pour encore plus d'échanges, rejoignez-moi aussi sur Instagram :
Lien : http://www.instagram.com/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
joelle
  17 février 2009
Li-An a su retranscrire avec justesse la petitesse des hommes et le grand coeur de Boule de suif...
Lien : http://armande22.over-blog.com
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lecturejeune   17 février 2012
Lecture Jeune, n°130 - juin 2009 - 1870, les Prussiens envahissent la ville de Rouen. Un groupe de dix personnes grimpe dans une diligence en partance pour Dieppe. Plusieurs classes sociales se côtoient au cours de cette cavalcade : commerçants, grands bourgeois, religieuses, etc. Mais une prostituée, nommée Boule de suif, se distingue des autres personnages. Les voyageurs sont partis précipitamment, nul n'a pris de quoi se nourrir, exceptée Boule de suif, prévoyante, qui déjeune dans son coin. Mais sous le regard concupiscent des autres voyageurs, elle finit par partager avec générosité son repas. La nuit venue, ils font halte dans une auberge malheureusement occupée par des Prussiens. Le lendemain, un des officiers ennemis ne les laissera repartir que s'il peut profiter des charmes de Boule de suif. Li-An revisite Maupassant et propose une superbe description des travers humains : individualisme, hypocrisie, mensonge... Son travail sert parfaitement le texte classique et permet d'aborder un grand auteur de manière ludique. Un humour très corrosif mis en valeur par le dessin coloré et les cases travaillées dans de multiples formats. Une adaptation réussie et un « one shot » qui vient enrichir la collection « Ex-libris ». Agnès Donon
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
cicou45cicou45   19 août 2018
"_Je ne comprends rien à la guerre : Anglais, Prussiens, Français ou Polonais passent leur temps à s'entretuer mais à quoi bon ? un mort est un mort !
On donne une médaille à celui qui a le meilleur tableau de chasse. Ils feraient mieux de tuer tous les rois qui font la guerre pour leur plaisir.
_Bravo, citoyenne !"
Commenter  J’apprécie          150

Video de Li-An (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Li-An
Gauguin, une BD de Li-An
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4178 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre