AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hervé Denès (Traducteur)
ISBN : 2742762884
Éditeur : Actes Sud (07/08/2006)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Depuis sa plus tendre enfance, Bian Rongda a appris à obéir et à maîtriser ses émotions, mais nul ne lui a jamais dit comment prendre en mains son destin. C'est, en tout cas, ce qu'il découvre, à quarante et un ans, soudain victime du chômage après une irréprochable carrière menée dans la plus stricte observance des principes de l'idéologie maoïste dont il est imprégné.
Incapable de répondre aux injonctions inédites de la société de consommation dont la Chine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fanfanouche24
  07 mai 2019
Le deuxième roman que j'achève de cette auteure, découverte tout
dernièrement, emprunté à ma médiathèque...après avoir lu avec
bonheur le dernier opus traduit de Chi Li, "Une ville à soi"
(Actes Sud, 2018), plus lumineux !
Une atmosphère terne, pesante à souhait !
Le personnage central, Bian Rongda, la quarantaine, a dû apprendre très
jeune à obéir et à maîtriser toutes ses émotions...Fils, petit-fils de paysan,
il a toujours subi la tyrannie de son père, désireux d'oublier ses origines
paysannes; père, veuf prématurément devra élever ses deux enfants, seul,
et se montrera intraitable...
Après des études satisfaisantes, une carrière modèle, respectant à la
lettre l'idéologie maoïste, Bian Rongda se retrouve au chômage; il revient sur sa vie passée, formatée de toutes parts: la tyrannie paternelle, un mariage arrangé, des bagarres intestines au sein de son unité de travail (où certains étaient corrompus, abusant de leurs prérogatives) , une femme qui le méprise, ayant mieux réussi que lui...
L'auteure par le biais du récit de ce pauvre homme décrit
les nombreux bouleversements et transformations
de la société chinoise après la période maoïste...
"Bian Rongda n'avait plus d'unité de travail; il n'avait plus d'emploi; il traversait donc une grande épreuve. Il devait se débarrasser de tous ses soucis domestiques et repartir d'un pied léger. Repartir où ? Pour le moment, Bian Rongda n'en savait rien.
Mais il savait déjà que, dans les circonstances où il se trouvait, il devait
commencer par s'alléger psychologiquement. "(p. 37)
Nous passons d'une unité de temps à une autre: du passé au présent...
L'engagement , l'adhésion au parti, le travail acharné de notre personnage
parvinrent un temps à le combler et à lui offrir un sens à sa vie...mais surviennent le licenciement, les désillusions successives, une vie familiale aussi frustrante que terne...
Même si cette lecture fut intéressante, je garde ma préférence au 1er texte, "Une Ville à soi".... Dans cette deuxième lecture, en dépit de quelques brefs répits, on a l'impression d'être immergé dans un épais brouillard !
Bian se retrouve après la relative période d'or du collectivisme, perdu dans un pays en plein chambardement, où ne subsistent que la loi du profit et la corruption de certains !
Le roman s'achève toutefois sur une petite note d'espoir et de
changement !!! Ma curiosité envers cette auteure reste intacte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
littlecat
  04 janvier 2016
Chi Li nous dresse le portrait de Bian Rogda, un homme qui se retrouve au chômage à quarante ans, et qui cache la vérité à sa famille.
Un homme dont l'existence n'est pas heureuse entre un père étouffant, un métier peu intéressant, un mariage raté.
Bian Rogda est amené à s'interroger sur sa vie, ses échecs, ses responsabilités. A t-il fait les bons choix ? Doit-il demeurer à jamais « un homme bien sous tous rapports » ?
Le livre est composé de plusieurs chapitres qui nous font voyager entre passé et présent. La lecture n'est pas toujours aisée mais à travers ses personnages, l'auteure fait une critique intéressante de la société chinoise, sa complexité, ses paradoxes. Elle décrit finement ce pays en plein bouleversement, qui s'ouvre à l'économie libérale.
Une bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          190
Murasaki
  08 décembre 2019
Le parcours de Bian Rongda, né en 1960 dans la Chine communiste, n'est pas très fun. Chi Li nous raconte l'histoire de cet écrivain amateur, un peu décalé, un peu raté, qui épouse par devoir la mauvaise jumelle, et se laisse porter par les évènements dans une société où le carcan idéologique domine la vie des individus. La tradition pèse déjà lourd, avec les obligations envers la famille. Et voici que Bian Rongda se trouve à quarante ans au tournant du siècle, chômeur depuis que son Association des Souffleurs de Verre a été dissoute, et pour cause : elle ne soufflait que du vent, sponsorisé par les subsides d'état. Finalement, Bian Rongda se fait embaucher dans une société de cosmétiques français installée nouvellement dans cette Chine qui s'ouvre au monde. Faux curriculum-vitae et fausses recommandations, ce n'est qu'un détail pour notre héros qui connaît depuis longtemps les mille et une façons de contourner le système. Bref, Bian Rongda rebondit toujours et Chi Li nous raconte ses aventures, ses pensées, ses espoirs et sa vie de famille avec son écriture un peu badass, se moquant en douce du patriotisme contraint qui s'exprime avec un lyrisme consciencieux, un peu kitsch. Un roman tragi-comique, une plume lucide. J'aime beaucoup cette autrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cathe
  06 septembre 2015
De nos jours dans une grande ville de Chine. Bian a quarante ans, il vient d'être licencié et n'ose pas le dire à sa famille. Il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il a pourtant suivi l'itinéraire de tout bon Chinois traditionnel depuis sa naissance, mais depuis quelques anées les choses vont trop vite, il y a trop de changements dans ce pays. Enfant de paysan, il a réussi à monter dans la hiérarchie sociale mais maintenant on n'a plus besoin de lui. Marié de façon arrangée, il a quand même été un bon époux mais sa femme a tout misé sur la réussite professionnelle. Que doit-il faire pour surmonter son sentiment d'angoisse perpétuelle ?
J'aime beaucoup Chi Li. Je trouve qu'elle réussit bien à prendre le pouls d'une société chinoise qui a évolué de façon vertigineuse en quelques années, au détriment souvent de l'équilibre de ses habitants. Chacun de ses livres met en parrallèle le collectif et l'individuel.
Commenter  J’apprécie          10
LolaMirabail
  26 novembre 2013
Un homme bien sous tous rapports de Chi Li est un livre représentatif du courant néoréaliste chinois, à la fois instructif et froid. En le lisant, j'ai découvert certains pans du fonctionnement de la société contemporaine chinoise, d'une Chine bouleversée par l'économie de marché.
L'écrivaine Chi Li analyse, avec distance et pessimisme, la vie de Bian Bongda, un homme de 40 ans, bien sous tous rapports et habitant Wuhan. A travers lui, elle s'intéresse à la condition masculine dans la Chine Contemporaine, une "condition formatée pour barrer l'accès à toute forme de revendication individuelle" (mots empruntés à la quatrième de couverture). Obéissant et stoïque, Bian Bondga participe, depuis toujours, à l'édification du communisme, mais, en 2001, il perd son emploi . Cet homme bien sous tous rapports est un homme qui subit par devoir. Un mariage fondé sur un quiproquo, un père tyrannique, des enjeux de pouvoir qui le dépassent au travail sont autant de carcans qui rendent sa vie bien misérable.
Même si j'ai au début eu une sorte de choc culturel qui a rendu la lecture des premières pages un peu difficile, j'ai rapidement trouvé que ce livre était très intéressant d'un point de vue anthropologique
Lien : http://lola.mirabail.fr/2013..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   06 mai 2019
Bian Rongda n'avait plus d'unité de travail; il n'avait plus d'emploi; il traversait donc une grande épreuve. Il devait se débarrasser de tous ses soucis domestiques et repartir d'un pied léger. Repartir où ? Pour le moment, Bian Rongda n'en savait rien. Mais il savait déjà que, dans les circonstances où il se trouvait, il devait commencer par s'alléger psychologiquement. (p. 37)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   06 mai 2019
Les gens proches ne sont pas forcément ceux auxquels on est uni par les liens du sang. Les proches, ce sont ceux avec qui l'on est en confiance, avec qui l'on se sent lié comme les doigts de la main. Ceux avec qui on agit par amour, et non par sens du devoir ou des responsabilités ! (p. 63)
Commenter  J’apprécie          130
SachenkaSachenka   03 novembre 2018
À la veille de l'an 2000, le monde fut plongé dans le chaos. L'humanité est curieuse : elle aime le chaos. Les médias qui ne craignent rien tant que l'absence de désordre étaient comblés.
Commenter  J’apprécie          200
littlecatlittlecat   30 décembre 2015
il était un homme ! Autrefois,en tant qu'homme, il croyait comprendre parfaitement les choses. En fait, non. Il croyait raisonner à la perfection. En fait, non.
Le Bian Rongda d'autrefois était un homme qui avait la prétention ridicule de détenir la vérité. Il croyait tout maîtriser, alors qu'il en était loin. Dans le monde actuel, qu'est-ce qu'on maîtrise?
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24fanfanouche24   06 mai 2019
Il n'y a que le face- à -face qui soit vrai. Il n'y a que le face- à -face entre deux personnes, l'haleine, le souffle, les yeux, les cils qui puissent révéler de vrais états d'âme. Pas la peine de parler, pas besoin de langage, celui qui, justement, a besoin de consoler: seul ce genre de consolation , fruit d'une convergence naturelle, est à même de chasser les soucis et la peur. (p. 134)
Commenter  J’apprécie          80
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre