AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de saigneurdeguerre


saigneurdeguerre
  12 juillet 2019
Dans le parc de la Boverie à Liège (Belgique), Lili, petite fille qui aime jouer à cache-cache, est attirée par un bâton de rouge à lèvres sous un buisson. le rouge-à-lèvres, elle en rêve ! Mais maman ne veut jamais lui prêter le sien. Elle écarte les branchages pour saisir ce trésor. Soudain, son visage se couvre de mouches. Effrayée, elle pousse un cri. Une dame est couchée sur le sol. Elle dort puisque le cri de Lili ne l'a pas fait bouger. Elle est bizarre la dame. Elle a son tee-shirt relevé sur la figure. Ses nénés sont tout nus et il n'y a pas de tétons au bout !

Critique :

« Qui trop embrasse mal étreint » ou comme disait mon vieil instituteur, monsieur van Caelenbergh, « Qui trop embrasse rate son train. » (Humour de potage à cinq cents, et encore, c'est bien payé !)

Christian Libens, à force de changer de personnages, de lieux et de contextes m'a égaré très vite dans cette histoire « policière ». C'est dommage car j'aime bien retrouver des ambiances locales, dans ce cas-ci liégeoises, mais à force de s'éloigner de son sujet principal, l'assassinat de femmes, les tétons arrachés, on finit par se perdre même si le roman ne compte que 162 pages. Au terme de cette lecture, d'un profond ennui, je me demande ce qu'il y a de polar dans cette histoire où, à part le fait qu'il y ait un sadique aux méninges complètement dérangées, il n'y a vraiment aucun suspens à espérer. Et ce ne sont pas les hectolitres de Gigondas que s'enfilent trois protagonistes, que l'on pourrait croire être les personnages principaux, pour lesquels on n'éprouve aucun attachement, qui donnent du corps à ce roman.

Cette lecture fut une sacrée perte de temps…
Commenter  J’apprécie          257



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (25)voir plus