AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782842713744
200 pages
Éditeur : La Musardine (25/03/2010)

Note moyenne : 2.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
" Les grands policiers et les grands criminels de la littérature classique ont évidemment une sexualité, mais celle-ci, pour des raisons de censure et de bienséance, n'a jamais pu s'exprimer, faisant de nos héros des êtres impuissants ou frigides. Il fallait que cette injustice soit réparée. C'est pourquoi, dans un souci de vérité historique qui les honore, les éditions La Musardine m'ont confié cette haute mission de rendre à tous ces personnages qui peuplent notre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
belette2911
  15 juillet 2012
Bon, les enfants, allez lire votre dernier "Picsou Magazine" et passez votre chemin, vos yeux curieux n'ont rien à faire ici.
Parents, je ne suis pas responsable si vos enfants lisent cette critique.
Majeurs ou "grands de 16 ans", vous êtes les bienvenus pour cette critique un peu plus osée de par l'ouvrage en question.
Que vous dire après ma lecture ? Si j'ai la larme, ce n'est qu'à mon oeil, et non, ce n'est pas dû à l'émotion de ma lecture.
Que vous dire d'autre ?
Juste que si la viande de cochon est fortement déconseillé crue, il en va de même pour les récits dits "cochons"... Trop cru, c'est indigeste !
Certes, vous me direz que je savais à quoi m'attendre en achetant ce bouquin dans un rayon sombre d'une bouquinerie. Oui, je me doutais du caractère "coquin" de la chose et des récits.
J'ai dit "coquin", pas "cochon" ! Toute la délicatesse de l'affaire se trouve dans cette différence subtile entre les deux termes.
Pour ceux et celles qui ne me connaissent pas, je vous signalerai que je n'ai rien d'une puritaine, ni d'une vierge effarouchée (je suis sagittaire, en plus) et que mon esprit est aussi mal tourné qu'il est possible de l'être.
Ayant lu des livres de Frédéric Dard, le père littéraire du commissaire "San-Antonio", je peux vous dire que les récits de parties de jambes en l'air - qui sont plus que légion dans les livre de Dard - ne me font pas rougir, ni pousser de hauts cris de pudibonde (Pudi Bond, la soeur de James) et que la brouette de Toronto n'a plus de secret pour moi. le langage cru ne me fait pas rougir non plus.
Bref, on pourrait croire que ce genre de récits était fait pour moi.
Oui, mais à une seule condition : que le niveau soit un peu plus relevé et que le langage ne soit pas aussi plat. Il n'y a aucun volume ! C'est cru, ça manque de sel et de quelques piments, c'est plat et sans poésie.
Les descriptions crues, qui sont passées comme dans du beurre dans les romans de Dard, ont bloqué chez Liebig. Et oui...
Étant aussi une grande habituée des fan-fictions avec des lemmons (récits destiné aux plus de 16 ans au moins, autrement dit, qui comportent une ou plusieurs scènes de sexe plus que suggérée), j'apprécie que l'aventure horizontale (ou verticale, on a le choix de la position) me soit contée dans des termes poétiques.
Que cela soit suggéré tout en finesse, ou, si l'auteur va au fond des choses, que cela soit décrit avec des termes corrects.
Non, je n'ai rien contre le vulgaire, mais entre nous, n'importe quel écrivaillon du dimanche est capable de torcher un lemmon quelconque avec un langage tout aussi quelconque tel que : "il enfonça sa b*** dans son c**" ou "elle me su** la qu*** toute la nuit" (je vous mâche le travail, les Astérix - le Gaulois, celui qui vit en Gaule - remplacent le nombre exact de lettres manquantes).
N'importe quel couillon peut l'écrire et pour pas un balle.
Donc, en achetant ce livre, avec l'oeil égrillard, je m'attendais à passer un bon petit moment coquin tout en restant dans la métaphore suggestive ou, du moins, dans des descriptions très osées, mais tout en restant dans le langage correct.
Bien mal m'en pris, comme vous vous en doutez.
J'avais plus l'impression de me retrouver dans un livre destiné à des gros obsédés du langage cru que dans un pastiche "osé" ou "coquin".
Là où le père Dard me faisait rire, Liebig m'a fait boire le bouillon (pub déguisée).
Quelle est l'utilité de commencer un récit avec un Holmes qui se l'astique consciencieusement ? de nous parler d'un Watson qui se fait dessus, comme un môme dans son Pampers ?
Même avec le second degré, ça coince. Même en lubrifiant encore plus mon humour, ça ne passe toujours pas.
D'accord, ces messieurs "les hommes" ont tendance à se grattouiller, dès le réveil, et pas derrière les oreilles, mais plutôt au niveau des valseuses...
Mais là, c'est moi qui me suis grattée la tête de perplexité en lisant le récit que nous contait le docteur Watson, nous expliquant que Holmes se les grattait, comme toujours quand il était dans un moment d'intense réflexion... *long soupir*
Et je ne vous parle même pas du langage qui n'était pas châtié... Vulgaire, tout simplement.
Une impression que l'auteur avait juste envie d'utiliser les mots irrévérencieux, juste pour le plaisir de les écrire, comme un sale gamin.
Diantre ! Des récits salaces et osés, j'en ai lu une tripotée, mais les auteurs (et de fan-fic en plus !) utilisaient un vocabulaire correct, rendant leurs récits bien plus émoustillants.
Là, ça vous refroidirait plus qu'autre chose.
Je vous épargnerai les détails scabreux des autres récits, ça n'en vaut pas la peine. On a déjà usé assez de papier ainsi en imprimant ce livre et j'ai abandonné la lecture, laissant tomber les deux dernières histoires.
Je veux bien qu'il faut sans doute prendre les récits au second degré (que je possède pourtant), dans une version plus parodique qu'autre chose... mais tout de même, je suis déçue de ma lecture qui me fit soupirer d'ennui plus qu'autre chose.
L'auteur aurait pu nous régaler de la Chose tout en poétisant l'acte, en métaphorisant le tout, en changeant de ton entre les histoires.
"En variant le ton", comme disait Cyrano !
Oui, l'auteur aurait dû utiliser des images, comme Colette Renard dans ses chansons...
Que voilà une riche idée !
Bref, il aurait dû nous servir son pastiche un peu moins cru ou du moins, de manière plus amusante.
Dard, relève-toi, et réécrit le moi !
*Toute allusion à des mots "coquins" ou "sexuellement imagés", dans cette critique, serait purement fortuite !!
PS : les métaphores imagées concernant le changement de ton se trouvent exclusivement sur mon site, à l'adresse si dessous.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Roiben
  10 février 2020
Noioso. Ma proprio tanto. Non c'è un'idea valida nemmeno per sbaglio. E lo stile è tedioso e piatto in una maniera che, dopo il primo racconto, già si inizia a trepidare perché la fine veda la luce. Dovrebbe essere divertente: non raggiunge il suo obbiettivo, non ci si approssima nemmeno. Dovrebbe, forse, essere satirico e malizioso, invece è solo squallido e pacchiano. La trama è un'utopia, i personaggi presi a prestito ne portano poco più del nome, e le vicende (se così le si possono definire) sono farsesche e senza spina dorsale. Ho letto fanfiction di ragazzine poco più che maggiorenni che ci mettevano maggior impegno rispetto a questo autore (e non si facevano pagare un centesimo, ovviamente).
È ancora bloccato “in fase di lettura”, dal lontano gennaio; non so nemmeno se avrò cuore di terminarlo, giunta a questo punto, anche perché gli ultimi due racconti, ho visto, parlano di Poirot e Miss Marple, e… brrrr, non credo che il mio stomaco reggerebbe a una simile prospettiva e di certo non sarebbe affatto contento di me.
Trovo che, comunque la si veda, questa avrebbe potuto essere un buona occasione di scrivere qualcosa di diverso e forse non ancora preso in considerazione, ma che sia andata del tutto sprecata.
L'unico granello interessante (forse) in questo mare di banalità senza seguito è l'inattesa quanto bizzarra tendenza dell'autore alla bisessualità. Ma certo è ben lontana dall'essere una motivazione sufficiente per sciropparsi un'opera di tale scadente qualità.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Etienne Liebig (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Etienne Liebig

Soirée Etienne Liebig le 11 mai à la Musardine
Frédéric, taulier de la librairie la Musardine, présente la soirée Etienne Liebig qui s'y tiendra le 11 mai prochain. Entre libre, open bar et livres à gagner!
autres livres classés : pasticheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Poèmes mieux connus du siècle passé 2

En ce temps-là j'étais en mon adolescence / J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus / de mon enfance / J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance / J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers / et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours / Car mon adolescence était si ardente et si folle / Que mon cœur tour à tour brûlait comme le temple / d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou / Quand le soleil se couche. / .................................... - Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ?

Paul Valéry
Paul Fort
Blaise Cendrars
Charles Péguy
Pierre Mac Orlan
Jean Tardieu
Matéi Visniec

7 questions
2 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie française , poésie en prose , poésie contemporaine , poésie française contemporaine , poésie roumaineCréer un quiz sur ce livre