AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Biadi (Traducteur)Pierre Kaser (Éditeur scientifique)
EAN : 9782877309226
491 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (23/02/2007)
4.27/5   15 notes
Résumé :
Nul autre que Lin Yutang, lettré chinois pétri de culture occidentale - qui disait " penser en chinois avec un pinceau et en anglais avec une machine à écrire " - pouvait réussir à nous éclairer sur le sens que nous donnons au mot " bonheur " en Occident et en Chine. " Quel peut être le but de la vie, si ce n'en est la jouissance ? " Avec cette formule pour postulat, Lin Yutang ne se soucie pas de philosophie, mais de " la vie toute chaude ". Et cette vie qui est la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Zebra
  21 janvier 2013
Âgé de quarante ans, Lin Yutang (1895-1976), intellectuel chinois ayant en partie vécu aux USA et en Europe et ayant enseigné la littérature anglaise dans des universités chinoises prestigieuses, écrit en 1938 « L'importance de vivre ». Érudit, ayant jusque là plutôt joué le « passeur de cultures » (pétri de culture occidentale, il voulait passionnément faire connaître la Chine à l'Occident et a donc traduit de nombreuses oeuvres de la littérature chinoise), Lin Yutang nous livre un ouvrage dense (438 pages), au titre singulier. Profondément pacifiste et individualiste, Lin Yutang est avant tout Chinois. Pacifiste, Lin Yutang a en horreur les fanatismes et la loi destructrice que l'Italie, l'Allemagne et le Japon tentent d'imposer, respectivement en Europe et en Chine. Individualiste, Lin Yutang veut se situer en dehors de toute école de pensée politico-économique, à commencer par le collectivisme. Chinois, Lin Yutang manie avec aisance et plaisir les arguments et leurs contraires, le réel et l'apparence, la simplicité et la complexité.
Articulé autour de 14 thèmes de réflexion, « L'importance de vivre » déroute quelque peu : l'ouvrage, qui s'apparente à un précis de philosophie, nécessite un réel effort de lecture et d'analyse. Utilisant le ton faussement décontracté de la conversation bienveillante et simple (comme dans le Banquet de Platon), Lin Yutang balaye, thème par thème, toutes les hypothèses, exhume le produit de toutes les écoles de pensée, puis nous propose à chaque fois un certain nombre de repères dans le but de nous décontracter la pensée et de nous faciliter la vie. A partir de sa propre expérience de vie et de pensée, de son intuition et de son bon sens, Lin Yutang explique et argumente, nous offrant ainsi un vrai compagnon de voyage destiné à nous permettre de penser et de vivre en toute indépendance (sans se référer à une école de pensée, sans céder aux effets de mode, donc en restant spontané) et raisonnablement (c. à d. sans « se prendre la tête », sans s'énerver, en gardant par conséquent une attitude positive quelque soient les événements).
Lin Yutang était il y a quelques années encore assez peu connu du public français. Épris de liberté, d'humanisme (l'homme avant tout !) et de sagesse pluri-millénaire, se voulant le défenseur d'un hédonisme mesuré (Lin Yutang souhaite à chacun d'entre nous de pouvoir profiter des plaisirs simples de l'existence), l'auteur nous livre avec « L'importance de vivre » une pensée encore actuelle : en effet, malgré le progrès scientifique et technique, beaucoup ont le sentiment – malgré les moyens déployés - que le bonheur leur échappe. Ce « guide » semble donc fait pour eux !
Et bien non ! C'est un leurre. Ils pensent disposer d'un condensé de sagesse active, prête à l'emploi, apte à résoudre leurs ennuis ? Ils ont entre les mains un monologue, décousu, mécanique, assez banal dans ses recettes, et qui laisse peu de place au libre-arbitre. le supposé dialogue amical avec le lecteur n'est qu'une illusion, qu'un effet de style : Lin Yutang introduit, propose et conclue, en laissant un espace réduit à la contradiction, fort de sa propre érudition. Ce monologue n'est qu'un assemblage de réflexions, les thèmes et, à l'intérieur de chaque thème, les paragraphes s'enchaînant les uns après les autres sans transition et sans grande logique, sans développements systématiques. Cet assemblage de réflexions est construit de façon mécanique, sur le mode « Si ... », « Donc ... », « Alors ... » : le lecteur déambule, sur un rythme oppressant, au milieu d'idées et d'opinions prêtes à l'emploi, présentées à lui dans d'innombrables rayons, mises en valeur avec leurs étiquettes promotionnelles, étant lui-même enrôlé comme simple consommateur de sagesse. Au-delà de cet aspect mécanique, l'ouvrage apparaît comme assez banal dans les recettes qu'il propose, recettes le plus souvent marquées au coin du bon sens et de l'évidence : ainsi (page 121) « seul celui qui est le maître de ses pensées n'en est pas l'esclave ». Enfin, ne dédaignant pas la caricature voire la provocation (page 112, « tout gouvernement absolu a essayé de confondre la littérature avec la propagande, l'art avec la politique, l'anthropologie avec le patriotisme, et la religion avec la vénération du souverain vivant » ou, page 126 « il y a plus d'esclaves en Europe centrale que dans la Chine féodale »), Lin Yutang nous enferme dans un catalogue de recettes à utiliser, du genre « Le bonheur en 10 leçons ». L'image de David Carradine, déguisé en moine Shaolin, égrenant ses confidences au « petit scarabée » nous revient immanquablement en mémoire : où est le libre-arbitre du lecteur ?
L'ouvrage n'est toutefois pas banal. Lin Yutang fait preuve de sensibilité (page 41 « nous prenons la vie trop au sérieux alors le monde est rempli de troubles »), de simplicité (page 52 « les passions ou les instincts sont originellement bons ou mauvais mais il n'y a pas grande utilité à en parler … tenez-vous juste au milieu de la route »), de spontanéité (page 23 « mes sources ? Je ne m'inquiète pas des philosophes ... »), d'originalité (page 22 « j'aime arriver chez moi en sautant la haie »), de calme (page 53 « avec un Dieu raisonnable surveillant une majorité d'hommes raisonnables, tout est parfaitement en ordre dans ce monde ») et d'humour (page 131 « en Bourse, celui qui vend regarde comme un fou celui qui lui achète ce qu'il vend, et vice-versa »).
Au final, voici un essai philosophique, pseudo-scientifique, bien documenté (en fin d'ouvrage, un abondant répertoire invite à tout approfondissement éventuel), méconnu, un peu désuet, assez fastidieux (j'en ai lu moins de la moitié) mais accessible (il n'y a pas de jargon académique) qui invite le lecteur à se pencher sur le bonheur et à tout mettre en oeuvre pour en conserver le niveau et l'intensité. A lire si on est vraiment perdu dans le désert !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ZebraZebra   21 janvier 2013
page 297
[...] L'attitude des Chinois envers le vin et leur comportement durant une fête sont pour moi partiellement répréhensibles et partiellement louables. La partie répréhensible consiste dans l'habitude de prendre plaisir à pousser un homme à boire au-delà de sa capacité. Je ne crois pas qu'une telle pratique existe ou soit courante dans la société occidentale. Il est usuel, parmi les buveurs, de donner une valeur mystique à la simple quantité de boisson. Il n'y a pas de doute qu'une certaine gaieté y corresponde et qu'une telle pression en soit faite amicalement au milieu du bruit et de la confusion générale.
Le côté louable réside dans le bruit. Manger dans un restaurant chinois vous donne parfois l'impression d'assister à un match de football en raison des cris et des hourras qui s'y succèdent, selon un rythme ininterrompu.
Nous touchons là le point qui seul explique d'une façon satisfaisante la durée d'une fête chinoise, le nombre de ses services et son déroulement. On ne s'assied pas à un festin pour manger, mais pour avoir du bon temps, écouter les histoires, les plaisanteries, les problèmes littéraires de toutes sortes et les jeux poétiques entre les différents services. La réunion ressemble plutôt à des jeux oratoires ponctués toutes les cinq, sept ou dix minutes par l'apparition d'un plat sur la table. [...] Après tout, le silence durant les repas est un défaut, il est immoral parce qu'il n'est pas hygiénique. [...] Si le Chinois n'a pas du bon temps quand il mange, quand donc en aura-t-il ? [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Videos de Yutang Lin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yutang Lin
Vous ne connaissez pas encore la littérature asiatique ? Pas de soucis... Notre libraire Gérard Collard vous propose une sélection de livres pour tous les goûts...
• 📚 La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picqier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1084067... • 📚 Le restaurant de l'amour retrouvé de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picquier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/17143-l... • 📚 L'Ecole des Chats : Tome 1, Le Secret de la Grotte de Cristal ; Tome 2, Le Cadeau magique ; Tome 3, La prophétie se réalise de Jin-kyeong Kim aux éditions Picquier Jeunesse 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1085303... • 📚 Les Délices de Tokyo - Prix des Lecteurs 2017 de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/79237-l... • 📚 Le crépuscule de Shigezo de Sawako Ariyoshi et Jean-Christian Bouvier aux éditions Folio 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1056579... • 📚 Le miroir des courtisanes de Sawako Ariyoshi aux éditions Picquier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1071028... • 📚 Un moment à Pékin, Tome 1 : Enfances chinoises de Yutang Lin et François Fosca aux éditions Picquier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1078926... • 📚 Un moment à Pékin (T02) : Le triomphe de la vie de Yutang Lin, François Fosca aux éditions Picquier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1078925... • 📚 Le Rêve du Village des Ding de Lianke Yan et Claude Payen aux éditions Picquier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=p... • 📚 La Concession française de Xiao Bai et Emmanuelle Pechenart aux éditions Picquier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=p... • 📚 Pénis d'orteil de Rieko Matsuura et Jean-Armand Campignon aux éditions Picquier Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1070870... • • • 🐝 Chinez & découvrez nos livres coups d’coeur dans notre librairie en ligne ❤ 👉🏻 lagriffenoire.com • 📺 Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • 👀 Notre Newsletter 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • •
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Le genre humainVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Epistémologie, causalité, genre humain>Le genre humain (172)
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Auteurs proches de Yutang Lin
Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
371 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre