AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 285088331X
Éditeur : Citadelles et Mazenod (29/09/2010)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Née au XVIIIe siècle dans la mouvance du Romantisme, la pratique des arts plastiques par les hommes de lettres s'est largement développée avec l'avènement de la modernité. Activité parallèle, complémentaire ou en symbiose avec l'écriture, elle traduit un questionnement grandissant sur l'expression artistique et la frontière entre les disciplines.Quelles sont les voies de ce dédoublement, à quelles nécessités ou recherches répond-t-il ? Quels traits unissent ou diffé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nieva
  07 avril 2015
Ce magnifique livre d'art est richement illustré de reproductions d'oeuvres d'art et de manuscrits. Il aborde dans un premier temps le thème des écrivains artistes d'un point de vue de l'histoire des arts, puis à travers des figures marquantes parmi les artistes de différentes époques et régions du monde.

Serge Linares, avec un style précis, analyse et compare finement les parcours artistiques de ces écrivains tentés par les arts plastiques sous toutes leurs formes : dessin, illustration, caricature, peinture, vitrail, calligraphie, manuscrit orné, signature ouvragée, calligramme... La parenté entre l'écriture et la création plastique est mise en lumière par un texte d'une haute qualité scientifique.

On va de découverte en découverte grâce à ce livre très complet qui nous montre le monde de la littérature sous un jour différent. Les artistes étudiés sont mis en relations les uns avec les autres, certains nous sont bien connus (Artaud, Cocteau, Michaux...) et d'autres beaucoup moins. Pour nombre de grands auteurs, je ne mesurais pas l'importance des arts plastiques dans leur oeuvre avant de lire cet ouvrage (Musset, Lorca, Zola...).

Un livre indispensable pour les amoureux de la littérature et des arts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
NievaNieva   07 avril 2015
Jean Cocteau s'absorba lui aussi, avec fréquence, dans la gravité de sa propre représentation. Son rapport à l'activité plastique devait beaucoup, comme celui de Witkiewicz, à la présence introjectée du père. (...) Cocteau eut tendance à éluder la fantomatique présence du sien dans sa pensée. Il est vrai que le suicide de Georges Cocteau d'une balle dans la tête, le 5 avril 1898, compliqua de drame et de remords la relation de Jean avec lui, et eut pour conséquences artistiques de faire de la peinture, que le père pratiquait en amateur, un tabou pour son fils jusque dans les années 1950, et de la photographie un objet de fascination et de crainte. «La mort subite de mon père, expliqua Cocteau dans le Passé défini, le 17 septembre 1952, me fut d'abord un appareil de photographie qu'il devait réparer le lendemain et qu'il ne réparerait pas. Je ne pouvais admettre cette mort puisqu'il m'avait promis de réparer cet appareil. Il manquait à sa promesse.» Les suites d'une telle défection, considérée par l'enfant comme un parjure et convertie chez lui en sentiment de culpabilité, se ramifièrent à l'âge adulte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NievaNieva   07 avril 2015
Mais, au plus profond, Le Petit Prince relate, par-delà sa rencontre avec le héros éponyme, les retrouvailles du narrateur avec la pratique graphique, négligée à l'âge adulte. (...) Jamais critique à l'égard du talent plastique de l'aviateur, toujours capable d'identifier les figures tracées, à commencer par le «boa fermé», le héros réconcilie l'adulte avec l'acte figuratif et, partant, avec son esprit d'enfance. La présence d'illustrations dans le livre prouve la valeur curative de l'aventure qui rendit au narrateur l'innocence et la liberté du regard et du geste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NievaNieva   07 avril 2015
Bien plus, Lewis Carroll conçut entre 1862 et 1864 une version calligraphiée et illustrée par ses soins des Aventures d'Alice au cœur de la terre, était initial des Aventures d'Alice au pays des merveilles (éd. originale 1865). Tout le soin qu'il mit à tracer lettres et dessins n'aboutit pas à la publication en fac-similé avant 1886, une fois assuré le succès de la seconde mouture du récit, à cause de la somme des préventions amicales et éditoriales à l'égard de son métier d'illustrateur. Ce fut à regret que Carroll dut rabattre de ses prétentions à l'iconographie et solliciter un professionnel, John Tenniel, lequel s'imprégna cependant de ses compositions originales pour imager certains passages des Aventures d'Alice au pays des merveilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NievaNieva   07 avril 2015
Le moment Dada marque en ce sens une accélération dans l'affirmation historique des écrivains artistes : il abolit par la désacralisation et le brassage les statuts artistiques, et provoque en retour chez les auteurs non seulement des recherches typographiques, mais des réalisations plastiques d'incidence majeure (photomontages et assemblages divers). Il opère enfin, comme aucun autre mouvement, la liaison transgressive entre l'hybridation des modes d'expression et la critique de la culture et de la société. Sous cet angle, la figure de l'écrivain artiste qui désarticule le langage et improvise l'image est exemplaire de l'atteinte dadaïste à l'ordre des choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NievaNieva   07 avril 2015
Si la généalogie des jeux sur la matérialité de la graphie remonte très loin dans le temps — pensons à la poésie rhopalique de la Grèce antique, avant-courrier du caligramme —, c'est dans le courant du XIXe siècle que la conscience de la concrétude scripturale lève dans l'esprit de nombreux écrivains, et c'est à la jonction avec le XXe siècle qu'elle atteint son point culminant, au moment de la publication d'Un coup de dés jamais n'abolira le hasard (1897), poème pour l'œil de Stéphane Mallarmé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Serge Linares (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Linares
Cocteau est immortel - Séminaire RDJ .Cocteau est immortel - L?actualité littéraire du cinquantenaire de sa mort le dimanche 13 octobre 2013, à 11h Avec : Pierre BERGE, président de la Fondation Pierre Bergé, Ecrivain, Dominique MARNY, Vice-présidente du Comité Jean Cocteau, Commissaire de l?exposition Cocteau au Musée des Lettres et Manuscrits, Serge LINARES, Professeur à l?université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, Coordinateur éditorial du futur Cahier de l?Herne consacré à Cocteau, Auteur de Cocteau/Fenosa. Reliefs d?une amitié (Barcelone, Polígrafa, 2007), Responsable de l?édition scientifique des ?uvres romanesques complètes dans la Pléiade Un débat animé par Alexis Lacroix.
+ Lire la suite
autres livres classés : écrivainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr