AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021318370
Éditeur : Seuil (30/11/-1)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Baer Crichton est un cul-terreux fruste et macho obsédé par le Bien et le Mal. Depuis que, gamin, son grand frère Larry a essayé de l’électrocuter, il reçoit une décharge chaque fois que quelqu’un lui ment. Ou alors il voit une lueur rouge dans les yeux du menteur. Un don fort utile, mais est-ce suffisant maintenant qu’il faut venger Fred ? Le pitbull, son seul ami dans les bois de Caroline du Nord où il vit pas très loin des personnages de Ron Rash, a été kidnappé.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Didili
26 mai 2017
Merci à Babelio et aux éditions Seuil Cadre noir pour ce livre fruit d'une opération Masse critique particulière ♥
Au tout départ j'ai été un peu paumée, je n'arrivais pas à tout saisir, non seulement l'auteur faisait quelques aller-retour surprenants et déstabilisants dans l'histoire et puis dans mon exemplaire le nom du personnage sur la 4ème de couverture n'était pas le même que dans le livre ... Crichton... Creighton... Au départ j'ai donc du m'assurer qu'il s'agissait du même personnage. Non je n'étais pas saoule il y avait bien une coquille dans le potage....
Je me rends compte que sur le site de l'éditeur l'erreur a été corrigée, j'espère qu'ils ont pu rattraper l'affaire à l'impression des livres....
Rassurée quant à ma santé mentale j'ai pu continuer sereinement ma lecture. J'ai alors fait la connaissance de Baer Creigthon et de son chien ... Ou du moins ce qu'il en reste de ce brave toutou... En effet, celui-ci a été enlevé par des gens très mal attentionnés pour le faire combattre contre d'autres chiens pour de l'argent ...
Oui, Fred est le chien de compagnie et même le compagnon tout court de Baer. Il n'a dans sa vie pas grand chose à lui alors son chien, son Fred c'est presque tout.
Baer est un fameux bouilleur de cru, de celui qui fait des jaloux et exacerbe les convoitises et énerve ses concurrents.
Son chien, son alambic, son petit coin dans la nature voilà en résumé la vie de Baer, alors quand on touche à un de ses biens Baer va chercher vengeance. Il va n'avoir de cesse de se venger de ceux qui ont mis en péril la vie de Fred et même plus ...
Baer va se lancer à la recherche de ces hommes sans foi ni loi sans coeur et peu reluisants.
Sur son chemin il va retrouver les membres de sa famille : son frère Larry, sa belle soeur Ruth, sa nièce Maé ainsi que ses enfants.
Et pour ses femmes, les femmes de sa triste vie, Baer va se plier en 4. Il faut dire qu'il a profondément aimé Ruth avant que son frère ne lui la ravisse.... Il l'aime encore d'ailleurs sa Ruth. Pour le pire et le pire en quelque sorte...
Suivre Baer ne sera pas de tout repos croyez moi, mais on a bien envie tout comme lui d'assouvir cette vengeance en mémoire de Fred ! Et il en a de la ressource ce gars là !!!
Comme l'auteur le souligne dans une note à la fin du livre : "Tout combat individuel contre le mal est héroïque, car son issue n'est jamais garantie."
Il m'a bien plu ce Baer, même s'il est brut de décoffrage, j'ai bien ressenti chez lui un gros coeur tendre. Il m'a parfois fait penser à Mc Gyver dans ses installations de bric et de broc mais bien pensées.
Il est le roi des réparties savoureuses et des portraits tirés à la chevrotine ! Ça déchire grave et c'est caustique comme de la soude.
Une lecture que j'ai apprécié comme un petit verre de gnôle, ça vous arrache la gueule et ça nettoie en profondeur.
C'est sec avec un petit parfum de pommes ou de poires qui revient alors délicatement flatter votre palais.
A lire cul sec et sans modération si vous ne craignez pas les degrés d'alcool !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
manue14
23 mai 2017
Ce roman m'a complètement chamboulé. Je savais dés le début qu'en me risquant à lire ce roman je pouvais ou ne pas du tout aimer ce livre ou au contraire vraiment l'apprécié. Heureusement même si certaines scènes sont très éprouvantes à lire j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir l'histoire que malheureusement beaucoup de chiens vivent…
L'auteur fait passer un message dans ce roman, ce n'est pas un simple livre que l'on peut refermer après l'avoir lu et oublier cette histoire. A travers le personnage principal on découvre un homme dont son seul but va être la vengeance.
Pour moi un animal doit être bien traité. On l'accueil chez nous il faut donc lui offrir l'amour dont il a besoin. Que l'on soit riche ou pauvre le chien s'en fiche et n'a besoin que de manger et de l'amour de son maitre. Dans ce roman Clayton Lindemuth met en avant cette relation homme/chien mais aussi malheureusement certaines pratiques qui sont censé ne plus exister. On se rend compte très rapidement que tout le monde sait mais que personne ne fait rien pour arrêter les choses. Jusqu'au jour où…
C'est un roman que je vous conseille parce qu'il montre l'attachement d'un homme à son meilleur (et seul !) ami et ce qu'il va faire pour lui. Au contraire si comme moi vous êtes un peu sensible à la cause animale si vous avez envie de lire ce livre (que je vous conseille tout de même) je vous préviens d'avance, certaines scènes sont assez difficiles.
Les retournements de situations ne sont pas très nombreux mais s'enchaînent bien. L'auteur n'a pas cherché à montrer l'horreur de certaines pratiques mais il a surtout voulu que le lecteur ouvre les yeux et que s'il est confronté à ce genre de chose qu'il ne se taise pas !
Les descriptions sont bien présentes. Il n'y en a ni trop ni pas assez. Bien sur j'aurais peut-être apprécié que certains passages, notamment ceux centré sur la relation homme/animal soient un peu plus décrit mais dans l'ensemble l'auteur nous plonge vraiment dans son univers. On partage le quotidien des personnages dès le début du roman !
Ce que j'ai bien apprécié c'est le fait que l'auteur alterne les points de vue. On peut ainsi découvrir ce qui se passe à plusieurs endroits mais aussi les ressentis des différents personnages.
La fin m'a beaucoup plu et touchée. Je m'attendais à ce genre de fin mais je n'aurais pas vu un autre épilogue pour ce roman.
En résumé, un thriller très réaliste et qui nous fait ouvrir les yeux sur l'enfer que peuvent vivre certains chiens comme Fred ou Joe… malheureusement beaucoup plus qu'on ne le pense. Je pense que ce roman devrait être lu par tous pour nous faire prendre conscience de certaines choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Khiad
26 mai 2017
J'ai reçu ce livre via la Masse Critique Babelio que je remercie, ainsi que les éditions du Seuil pour leur envoi. J'ai découvert la plume de Clayton Lindemuth avec Une contrée paisible et froide, lui aussi gagné lors d'une Masse Critique Babelio et j'ai vraiment aimé la retrouver dans ce nouveau roman.
Baer est un drôle de vieux bonhomme. Solitaire (à cause de son don), bourru, cynique, dur en affaires et avec un langage de charretier. Mais il est aussi intelligent, fidèle et a le coeur sur la main. Oh, et il parle aux chiens ! Si si ! Il aime également à ce qu'on le laisse distiller clandestinement sa gnôle maison en paix, avec son chien Fred, et gare à celui qui viendrait le chatouiller de trop près. Parce qu'il est rancunier pépère, et pas qu'un peu !
C'est ce personnage, un peu aux allures d'anti-héros, qui occupe les 3/4 des points de vue narratifs. S'il parait rude au premier abord (enfin non, il est un peu rude, c'est un fait), j'ai appris à les apprécier au fil des pages, lui et sa façon crue et cynique de parler, et à l'accompagner lors de son plan de vengeance. Parce que c'est de cela qu'il s'agit : l'histoire de la vengeance d'un homme qui aime son chien.
Lorsque Joe Stipe, le caïd de la région qui a fait main basse sur presque tout même le shérif, s'en prend à Fred et le laisse pour mort (très mauvais plan !), Baer voit rouge (sans mauvais jeu de mots !). L'ennemi est plus fort, plus nombreux, mieux armé... Qu'à cela ne tienne, lui sera plus malin ! Et tous les coups sont permis. C'est là que l'engrenage infernal se met en route et c'est à qui pourrira le plus la vie de l'autre...
Une petite chose qui m'a amusée, c'est le temps. Pas la météo non, mais l'espace temps, la période où se déroule ce livre. Au début, vous m'auriez demandé, je vous aurais dit années 60, début des années 70. Pourquoi ? Parce que Baer vit tellement reclus et de manière, disons primitive, avec le strict minimum, qu'on a l'impression de faire un ban en arrière dans le temps. Pourtant, Mae suit des cours à l'université, par correspondance via Internet, il y a des téléphones portables... et Baer, au milieu de tout ça, qui distille sa gnôle clandestine en vivant en plein milieu des bois comme un ours (qu'il est un peu)... Joliment joué. ^^
A travers ce roman noir rural emprunt d'alcool, de mensonges et de vengeance, j'ai cru trouver quelques messages de l'auteur au lecteur.
Tout d'abord, il donne l'impression, au travers de Baer, de respecter et d'aimer les animaux. Il y dénonce la barbarie des combats de chiens, la façon dont ces "hommes" (je dirais plutôt ces monstres) se fournissent ainsi que tout le mal qu'ils font autour d'eux pour assouvir leur immonde passion pour la violence sans être capable eux-même de rentrer dans le ring. Pour moi, ce sont juste des lâches qui préfèrent faire souffrir les autres que de se défouler sur eux-même. Autant s'en prendre à plus faible et plus innocent que soit, c'est tellement plus facile !
On y trouve aussi la notion de vengeance. Dans quelle mesure a-t-on le droit de se venger ? Jusqu'où peut-on aller ? Si des personnes font le mal, a-t-on le droit de leur en faire ? A-t-on le droit de rendre soit-même la justice et, si oui, dans quelle mesure ? Je pense que tout est une question de moralité, mais pas mal de gens ne supportent pas ceux qui font du mal aux enfants et aux animaux et appliqueraient la maxime : "Oeil pour oeil, dent pour dent".
Il reste cependant un point qui m'a un peu gêné, c'est cette histoire de pouvoir de détecteur de mensonge rougeoyant et électrisant. Plusieurs fois, j'ai eu l'impression que c'était plus que ça, qu'il ne détectait pas que les mensonges, mais le mal, le mauvais côté des gens. Je n'ai malheureusement pas noté les passages en question et je vous avoue que j'ai la flemme de les chercher (je sais, c'est paaaaas bien !), mais cette impression perdure.
En résumé, j'ai vraiment aimé retrouver la plume de Clayton Lindemuth qui maîtrise décidément très bien le roman noir rural. Son écriture est toujours aussi agréable et percutante, à la fois touchante et brute, bourrée d'action. Un vrai plaisir à lire. Pour les amoureux/ses des animaux, je vous rassure : même si les combats de chien sont un point central du livre, vous n'y trouverez pas de détails gores et sanguinolents à souhait, mais plutôt, en dépit de la cruauté des autres, un attachement profond d'un homme à son chien. Un auteur et un livre que je vous conseille.
Un livre qui devrait également être lu par tous ceux qui pratiquent ces pratiques barbares : les chiens ne sont pas des objets qui combattent à votre guise ! Et puis méfiez-vous, peut-être avez-vous aussi un Baer Creighton dans votre entourage...
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
casscrouton
25 mai 2017
En mémoire de Fred est un roman noir original qui m'a séduite par certains aspects et déroutée par d'autres.
Nous rencontrons dans ce roman Baer qui n'a plus qu'une idée en tête : Venger l'honneur de son chien, Fred. En effet, ce dernier a été kidnappé pour un combat de chien et retrouve son maître quelques jours plus tard dans un état lamentable. Baer veut retrouver le coupable, et le faire souffrir à la hauteur de ce qu'a subi son chien, si ce n'est plus…
Quand vous lisez ce roman, vous avez un peu l'impression de regarder un film à la Clint Eastwood.
Le roman prend place dans une sorte d'Amérique profonde et l'on a tous les ingrédients d'un univers aux personnages brutaux, bourrus et macho. C'est un monde dur où les combats de chien sont un signe de puissance et virilité, où la vente d'alcool illégale est présente sous la protection du shérif. Bref, c'est un monde dur et cruel, où les femmes n'ont que peu ou pas de place. La manière dont Clayton Lindemuth mène son récit fait que j'ai été emporté mais en même temps, j'ai toujours un peu de mal avec ce genre d'univers bien masculin qui me semble assez irritant.
J'ai aimé le personnage de Baer qui, disons-le, est le plus important de toute cette histoire. On l'apprécie tout de suite malgré son caractère d'ermite et d'homme des cavernes, peut-être parce qu'il est malgré tout un peu moins misogyne et dépourvu de morale que les autres. Il est attachant par toute l'affection qu'il porte à Fred, son chien. Fred est son pilier et Baer pourrait tuer pour lui, littéralement. Ca a un côté très émouvant de voir jusqu'où l'homme peut considérer son animal de compagnie comme un véritable ami et le venger de toutes les souffrances ressenties. La fusion entre Baer et Fred va jusqu'à la communication et j'ai beaucoup aimé cela.
J'ai bien aimé le léger pan irrationnel du récit, à savoir le don de Baer. Celui-ci s'est fait électrocuter par son frère dans son enfance et depuis, il décèle une lueur de rouge dans les yeux des menteurs et il se prend des décharges électriques en cas de mensonge important. Ce don fait avancer l'intrigue dans le bon sens et cela donne une explication au fait que Baer s'est retiré de la vie publique et se concentre uniquement sur son alcool et son chien. La confiance entre les autres et lui-même est rompue parce que tout le monde ment et il ne le supporte pas.
Il y a également beaucoup d'action dans ce roman. Peut-être un peu trop. Personnellement, j'avais la sensation à certains moments de ne pas avoir le temps de me poser vraiment et que tout s'enchaînait en délaissant un peu le lecteur. Je pense que c'est parce que j'ai peu l'habitude de ce genre de lecture et que l'univers similaire à un film d'action m'a un peu déboussolée.
En définitive, En mémoire de Fred est un roman noir qui ne ressemble pas aux romans du genre que j'ai pu lire jusqu'à présent et c'est assez perturbant. le personnage de Baer est exceptionnel dans sa manière de pensée et son caractère mais je n'ai pas été très adepte de l'ambiance générale. Avis aux amateurs de film d'action avec des mecs bien bourrus, des flingues et des combats, ce livre est certainement fait pour vous !


Lien : http://www.casscrouton.fr/me..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
carnet-de-voyage
04 mai 2017
Baer Creighton n'aime pas qu'on le fasse chier en dehors de lui acheter un peu de gnôle (un délice, à ce qu'il paraît) qu'il distille, lui même, au fond des bois....
Baer n'a pas d'amis, même ne mange pas de Curly, pour autant...
Il a un frère, Larry comptable comme ses pieds, avec qui, depuis l'enfance il est brouillé (comme les œufs), voir même fâché, grave...
Gamins, Larry avait traité devant Baer, leur propre mère de "pute" (excusez-moi l'expression)... Baer, lui fit comprendre que ces genres de choses ne se disent pas en lui écrasant les deux orphelines dans sa poigne de fer...
Le Larry, meurtri comme pas deux, une fois rentré à la maison, bricola une prise électrique afin que le Baer s'éléctrocute....
C'est ce qui se produit...
Mais depuis Baer perçoit le mensonge chez les personnes qu'il croise... Leurs yeux deviennent rouges comme le sang, il se prend une décharge dans tout son corps, tout comme ce soir où il eut le malheur de toucher cette fichu prise, devant le sourire béat et niais du frangin aux bourses brisées....
Et si je vous parle de Ruth, alors là.....
Baer, cinquantenaire, n'attends plus rien de la vie....
Le fric ? Pourquoi faire ? Son petit business lui rapporte de l'argent à ne savoir qu'en faire...
Il thésaurise....
Et ça peut aider Mae, sa nièce et ses trois mômes qu'elle a eu avec ce propre à rien de Cody, le fils du shérif, propre à rien lui aussi....A croire que c'est générationnel...
Ce Cody, qui traîne avec le caïd du coin, Joe Stipe, qui sous les dehors d'un bon patron de société de camionnage, organise des combats de chiens, de préférence des pitbulls, en ouvrant des paris sur la mort de ces pauvres bêtes...
Réjouissances auxquelles se joignent le shérif, le frangin Larry, le pasteur et d'autres blaireaux que Baer connait si bien, vu que la plupart adore sa bibine...
Baer a un ami....un confident auquel il parle, et ce dernier, chose inouïe, lui réponds...
Cet ami, c'est Fred, un bon pitbull blanc, qui malgré son langage en peu vert, est un tendre....
Il n'est pas dans l'habitude de Fred de découcher, de ne pas donner signe de vie pendant tout ce temps...
Mais quand Baer voit une camionnette blanche flanquer devant sa masure une sorte de gros sac blanc comme des haricots, il sent une décharge dans tout son corps...
Bon sang....
Fred agonise.... Ses plaies béantes suppurent.... ses yeux gorgés de sang ne verront plus jamais le soleil... sa respiration n'est plus qu'n léger souffle....
Baer aurait pu prendre alors son Smith et Wesson et soulager son Fred...
Mais, avec l'énergie du désespoir, Baer va garder en vie son ami et lui jure, sur sa vie, qu'il retrouvera, ce fils ou ces fils de pute qui lui ont fait ça...
En mémoire de Fred.
Et, là c'est tout le talent de Clayton Lindemuth qui nous régale dans cette plongée, lente, mais inévitable dans cet engrenage qui est nourrie par la violence et la vengeance...
Mais où l'humanité scintille, à défaut de briller, dans le coeur de Baer....
Tout comme un souvenir, en mémoire de Fred...
Un très bon, excellent même, roman noir.... aussi bon à ne pas douter que l'élixir aux pommes de Baer....
« J'essaye de noyer mon chagrin dans l'alcool mais depuis le temps... Il appris à nager, mon chagrin. » (Philippe Geluck).
En mémoire de Fred...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
DidiliDidili26 mai 2017
De mon point de vue, Cory Smylie est une fosse septique à face humaine. La seule bonne chose qui pourrait sortir de ce type un jour, c'est des pâquerettes - au cimetière. Quelqu'un qui traite un animal comme ça n'hésitera pas à en maltraiter d'autres.
Commenter  J’apprécie          80
KhiadKhiad19 mai 2017
Mes doigts sont tordus dans le pontet métallique du fusil, je les ai écorchés contre un caillou. Je les dégage et me mets à quatre pattes, prêt à arracher une jambe à Larry pour la lui enfoncer dans le cul si profond qu’il s’étouffera en reniflant ses orteils.
Commenter  J’apprécie          00
KhiadKhiad17 mai 2017
Celui-là, qui gueule le plus fort, c’est Cory Smylie, le fils du shérif de Gleason. Quelle description lui rendrait justice ? Un étron tassé au fond d’une boîte de conserve rouillée enterrée dans un champ d’épandage sous un cerisier noir aux branches chargées d’oiseaux larguant leur chiasse du matin au soir.
Commenter  J’apprécie          10
KhiadKhiad17 mai 2017
J’ai approché la lampe de la tête de Fred. Ses yeux étaient injectés de sang, tuméfiés, et je l’ai contemplé quelques instants en me demandant si j’aurais le cran de l’achever si ça devenait nécessaire.
Fred a dit : "Si tu réglais plutôt leur compte aux ordures qui m’ont lâchement jeté dans l’arène ?"
Commenter  J’apprécie          10
KhiadKhiad17 mai 2017
De ce poste d’observation privilégié, un sniper sachant sniper pourrait vraiment faire des dégâts. Mais cette rage qui brûle en moi, ce n’est pas une raison pour manquer de discernement, ce serait aussi immoral que de filer des claques à une vieille dame. Le châtiment est proportionnel à la faute ; quand on prétend rendre la justice, faut être soi-même irréprochable.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1053 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre