AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Alain Gnaedig (Traducteur)
EAN : 9782842611132
233 pages
Le Serpent à plumes (12/03/1999)
4.02/5   23 notes
Résumé :
Ce livre est le récit d'un double voyage : celui d'un homme qui traverse le Sahara et qui, parallèlement, remonte le temps à travers l'histoire du concept d'extermination.
Dans de petits hôtels du désert battus par les sables, son étude se concentre sur une phrase du roman de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres : " Exterminez toutes ces brutes ! " Pourquoi Kurtz, le héros du livre, conclut-il par ces mots son rapport sur la mission civilisatrice de l'homme bl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
palamede
  28 août 2015
le suédois Sven Lindqvist, inspiré par la phrase : « Exterminez toutes ces brutes » écrite à la fin du rapport de Kurtz dans le roman de Conrad, Au coeur des ténèbres, analyse les crimes de la colonisation européenne en Afrique.
Sven Lindqvist dénonce le racisme primaire des colons qui qualifient les Africains de brutes, leur retirent de fait toute humanité et justifient leur extermination. Des massacres, connus de la Belgique et de l'Angleterre, largement indifférentes, pour une conquête réalisée uniquement grâce à une supériorité militaire. Une brutalité issue d'une idéologie plus largement développée par les nazis allemands pour motiver le génocide des «races inférieures» dont les Européens, anglais surtout, comme le montre Lindqvist, ont été les précurseurs.
Exterminez toutes ces brutes est une réflexion remarquable et indispensable sur l'idéologie de la colonisation européenne et ses conséquences.
Commenter  J’apprécie          420
Pixie-Flore
  13 février 2021
Sven Lindqvist frappe fort avec ce livre.
Mélange entre essai et récit de voyage, "Exterminez toutes ces brutes" évoque le principe génocidaire avant même que le mot "génocide" n'ait été inventé. Tout le monde a déjà entendu parler de la Shoah, de l'Holocauste, et c'est souvent cet épisode abominable qui est considéré comme le premier génocide. Or ; peut-être n'est-il qu'une continuation de mentalités et de pratiques nauséabondes qui se sont perpétuées pendant tout le XIXe siècle.
A travers le colonialisme et l'impérialisme, divers États ont massacré sans vergogne des populations entières jugées "inférieures". Même les espèces animales et végétales en ont fait les frais. Chaque nation européenne s'offusquait des massacres des autres, tout en justifiant le sang qu'elle avait sur les mains. L'auteur suédois s'appuie sur différentes sources pour le démontrer et nous glace le sang de tant de barbarie chez des gens qui se prétendait hautement civilisés.
J'ai trouvé son livre incroyablement pertinent. Il révèle les mécanismes psychologiques, sociaux et historiques qui entraînent de tels drames. J'ai un peu décroché sur les parties où il décrit son voyage en Afrique qui, pour moi, coupent sa démonstration et sont un peu soporifiques. Sans cela, c'est un travail éclairant sur l'Histoire de nos sociétés et sur les conflits qui les déchirent encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
noid
  27 février 2022
En intercalant trois récits (le voyage qu'il fait en Afrique alors qu'il écrit ce livre, Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad et l'histoire des colonisations et du racisme institutionnalisé) Sven Lindqvist éclaire l'histoire moderne de façon terrifiante.
La partie historique est glaçante, elle raconte comment l'Europe s'est appropriée toutes les richesses du monde en spoliant, massacrant, torturant, délocalisant, trompant… (j'arrête ici car tout à été commis).
Une histoire des crimes de l'humanité, de la loi du plus fort (des navires, canons et fusils) et de l'aveuglement volontaire, des justifications odieuses, des complicités des états, du clergé et de scientifiques.
Un livre parfois difficilement soutenable qui pourtant ne fait que démontrer comment toutes les richesses occidentales se sont bâties sur un génocide planétaire.
Lien : https://www.noid.ch/extermin..
Commenter  J’apprécie          100
nanouche
  23 juin 2021
Le titre est tiré d'Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad, livre qui a fortement marqué l'auteur (ainsi que d'autres, d'ailleurs). Moi, je suis passée à côté.
Sven Lindqvist voyage à travers le Sahara en transports en commun. Il traverse le sud algérien pour se rendre à Zinder au Niger. Il trimballe avec lui un lourd ordinateur portable et des documents stockés sur une centaine de disquettes (l'ouvrage date de 1992). Il raconte ce voyage mais aussi les grandes violences et les massacres de masse dont se sont rendus coupables au 19° siècle, dans cette région du monde et ailleurs, les colonisateurs européens. Il s'appuie pour cela sur de nombreux textes, sources historiques ou littéraires.
Ces massacres reposent sur une conception de la supériorité de la "race" européenne qui fait froid dans le dos. Chez certains auteurs la théorie de l'évolution des espèces débouche sur un darwinisme racial qui permet d'exterminer en toute bonne conscience : les "races inférieures" sont destinées par l'évolution à disparaître, c'est finalement faire oeuvre de charité que de hâter cette disparition. L'auteur fait un parallèle entre ce racisme meurtrier et la shoah. Pour lui "l'expansion européenne, accompagnée par une défense éhontée de l'extermination, a créé des habitudes de pensée et des précédents politiques qui ont ouvert la voie à de nouvelles atrocités, et qui ont fini par culminer dans la plus horrible de toutes : l'Holocauste".
Les récits des exactions dont se sont rendu coupables certains conquérants ne sont pas toujours agréables à lire et il est bien triste aussi de découvrir les histoires des derniers représentants des peuples exterminés. Les épisodes du voyage de Sven Lindqvist apportent une respiration bienvenue. Il y a de belles descriptions du Sahara et l'auteur y apparaît comme quelqu'un de sympathique, capable d'autodérision. Il fait aussi oeuvre d'autofiction en racontant ses rêves (ou cauchemars) et des anecdotes de son enfance. Exterminez toutes ces brutes est donc un ouvrage riche et multiple que j'ai beaucoup apprécié. Je l'ai trouvé passionnant et j'ai plutôt été convaincue par les thèses de l'auteur.
Lien : http://monbiblioblog.revolub..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bmiepinalgolbey
  11 juin 2010
Dans cet essai doublé d'un récit de voyage, dont le titre vient d'une phrase d'un roman de Conrad, Lindqvist, sans colère, montre que cette injonction résume la position de l'Européen sur l'Africain depuis l'esclavage et que cette sentence a des effets jusqu'au XXe, y compris dans les guerres et massacres européens. A avilir l'Autre, nous nous sommes déshumanisés nous-mêmes.
F.L
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MarcBibliothecaMarcBibliotheca   17 août 2008
Vous en savez déjà suffisamment. Moi aussi. Ce ne sont pas les informations qui nous font défaut. Ce qui nous manque, c’est le courage de comprendre ce que nous savons et d’en tirer les conséquences.
Commenter  J’apprécie          100
Pixie-FlorePixie-Flore   10 février 2021
Nos évêques poussent des cris d'orfraie quand les Turcs violent les Arméniens, mais ils ne disent mot sur les crimes bien pires commis par leurs compatriotes. Les coeurs britanniques hypocrites battent pour tous, excepté pour tous ceux que leur empire noie dans le sang. Ce Dieu qui a créé des gens comme nous, ne doit-il pas être un fou ?

[p135]
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-FlorePixie-Flore   10 février 2021
Le pasteur de Lord Grey, le père Bihler, était convaincu qu'il fallait exterminer les Noirs. "Il soutient que la seule chance pour l'avenir de cette race est d'exterminer toute la population, mâles et femelles, au-dessus de quatorze ans.", écrivit Grey à sa femme, le 23 janvier 1897. De son côté, il refusait de souscrire à une conclusion aussi pessimiste. Mais l'idée de l'extermination était à portée de main, fort tentante, et la presse de l'homme blanc ne cessait de la reprendre.

[p106]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-FlorePixie-Flore   10 février 2021
Si, une fois, lorsque Tonnessen, le philosophe norvégien, est venu nous donner une conférence. Il a dit les choses suivantes :
Naître, c'est comme de sauter du haut d'un gratte-ciel.
Vivre est une chute ininterrompue vers la mort.
[...]
La société, l'art, la culture, toute la civilisation humaine ne sont que des faux-fuyants, une vaste illusion collective dont le but est de nous faire oublier que nous ne cessons de chuter et que chaque instant nous rapproche de la mort.

[p159]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-FlorePixie-Flore   10 février 2021
Le nourrisson hurle de huit heures du matin jusqu'à la fin de l'après-midi ; à cette heure, il est tellement épuisé qu'il pousse à peine quelques gémissements pitoyables.
Si un adulte criait d'une manière aussi douloureuse, aussi torturée, combien de temps se passerait-il avant que quelqu'un ne réagisse ? Mais les enfants - les enfants pleurent, c'est bien connu. Tout le monde semble trouver la chose parfaitement naturelle.

[p117-118]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sven Lindqvist (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sven Lindqvist
Le documentaire "Je ne suis pas votre Nègre" lui avait valu d'être nommé à l'Oscar du meilleur documentaire et de remporter le Prix du Public au Festival de Toronto ainsi qu'à la Berlinale, Raoul Peck revient aujourd'hui avec "Exterminate All the Brutes", une série documentaire en quatre épisodes et un livre du même titre.
Tirant notamment son titre d'une phrase du livre de Joseph Conrad, "Au coeur des tenebres", "Exterminate All the Brutes" montre à quel point l'histoire officielle est le fruit du pouvoir : la doctrine de la decouverte ou le récit officiel selon lequel les Etats-Unis seraient une « nation d'immigrants » nous viennent des récits et des silences des vainqueurs. Il s'agit dès lors, nous dit Raoul Peck, d'"essayer d'approcher l'autre histoire qui a été tue, qui a été réduite au silence".
Mettant en réseau les travaux de Sven Lindqvist (écrivain et historien suédois), auteur du livre "Exterminez toutes ces brutes !" en 1992 qui a inspiré cette démarche documentaire, mais aussi de l'historienne étasunienne Roxanne Dunbar-Ortiz et de l'anthropologue haïtien Michel-Rolph Trouillot, Raoul Peck propose d'autres perspectives. Il s'intéresse ainsi au point de vue des Amerindiens, des Africains, des Africains-Americains, et autres victimes des génocides et violences coloniales.
À l'aide d'archives familiales, de sequences de fiction et d'illustrations animees, un regard inédit qui bouscule les certitudes du spectateur. Là où le documentaire ne suffit plus, la fiction répond à la nécessité de "trouver une forme pour exprimer l'inexprimable".
Olivia Gesbert invite à sa table Raoul Peck pour nous présenter "Exterminate All the Brutes", à voir mardi 1er février 2022 à 20.50 sur ARTE et sur arte.tv du 25 janvier au 31 mai 2022.
#RaoulPeck #ExterminateAllTheBrutes _____________
Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité des idées https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
>Histoire de l'Europe depuis 1918>Seconde guerre mondiale: 1939-1945>Histoire sociale, politique, économique (169)
autres livres classés : génocideVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2675 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre