AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290034613
315 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/05/2011)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Que faites-vous ici, Amy ? C'est trop fort ! Juste au moment où Warren montait à l'étage avec une jolie rousse, il a fallu que cette gamine insupportable surgisse ! Depuis qu'il est arrivé à Londres, elle n'a cessé de le poursuivre de ses assiduités. Jusqu'à lui proposer le mariage ! Et jusqu'à le suivre dans ce bouge... Allez-vous répondre ou préférez-vous rester plantée là ? Vous voulez prendre la place de la putain ? Merci bien. Je préfère m'en tenir à cette fill... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Artemissia
  12 avril 2012
Repiquage d'une vielle review écrite par mes soins ^^.
Magicienne de l'Amour... Derrière ce titre un peu niaiseux se cache une histoire d'amour assez... spéciale.
Je dis spéciale car l'héroïne, Amy Malory, n'est pas vraiment le type de fille auquel on se serait attendus. Surtout lorsque le héros se nomme Warren Anderson. Amy est la dernière d'Edouard Malory, un des innombrables frères de James, qui lui-même est le frère d'Anthony... difficile à suivre ;).
Enfin Amy, à presque 18 ans, vient de faire ses débuts dans le monde. Malgré son succès, elle est jeune et jolie voyez-vous, elle n'en a cure car elle ne rêve que d'un seul homme, vous l'aurez deviné : Warren Anderson, le beau-frère de son oncle James. Elle pense ne jamais le revoir lorsque, coup de la providence, elle apprend qu'il sera de passage avec ses frères pour la naissance de l'enfant de son oncle.
Amy n'ira pas avec le dos de la cuillère et va faire un rentre dedans du feu du diable à ce pauvre Warren, qui sur le coup ne comprendra pas ce qui lui arrive ! Moi non plus d'ailleurs. Amy n'hésite pas à le séduire et à lui faire des avances de toutes les manières qui soit.
Quant à ce pauvre Warren, il n'aura de cesse de la repousser... en vain ! Pauvre homme ! Vous l'aurez compris, la trame de l'histoire se résume à peu près à cela : Au chat et à la souris... Bien sûr, pour étoffer un peu, notre chère J Lindsey parsème de ci de là quelques épices pour relever la sauce déjà bien explosive de son roman. Elle reprend l'histoire d'un vase chinois volé (déjà présent dans "Passagère clandestine") par Warren, si précieux qu'un chef chinois veut absolument le reprendre !
Cela aurait pu être bon, mais l'auteur avait sans doute peur de perdre son lectorat. Enfin cela servira de prétexte pour faire avancer la relation stagnante d'Amy et de sa "proie". Voilà pour l'histoire, maintenant je vais parler un peu des héros... si héros ils sont. Amy Malory est le genre de fille qui, si j'étais un homme, me ferait fuir. Elle est imbue de sa personne, orgueilleuse, n'a peur de rien. Elle agace. Mais étant la petite dernière c'est sans doute normal qu'elle soit aussi capricieuse. Elle veut Warren et fera tout pour l'obtenir. Tout ! Cela m'a mise fort mal à l'aise d'ailleurs. Surtout que Warren n'est pas d'un caractère facile. Il est borné et ne sait pas respecter la gente féminine. Dans un sens, je dis bien fait pour lui si Amy le harcèle ainsi, ça lui fera les pieds !
Personnellement, je me suis bien amusée à lire ce livre, sans doute aussi parce que j'adore les reparties d'Anthony Malory, ainsi que celles de James. Je trouve les héros de Lindsey très stéréotypés, mais c'est un vrai délice d'humour. C'est ce que j'ai préféré dans ce roman : l'humour. Amy est hilarante dans sa vision très réduite des choses et Warren aussi dans sa façon très réduite de les exprimer.
Ce roman aurait dû s'appeler "Magicienne de l'humour", tellement j'ai ri. Allez il est bon mais pas plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Eden_Zorjunn
  19 mai 2013
Les trois premières pages placent l'intrigue, le paysage et les personnages. Elles ne sont pas les plus intéressantes, mais elles sont importantes pour comprendre le roman. La traduction est magnifique. Il est appréciable de pouvoir lire ce volume sans avoir lu les précédents. Amy n'a pas un rôle de jeune personne bien sous tous rapports, enfin comme chaque membre de la famille Malory. Elle va faire du rentre-dedans à Warren Anderson, ce qui l'entrainera dans des situations cocasses. Elle va tout faire pour qu'il tombe amoureux d'elle. Il faudra attendre un kidnapping et un voyage vers l'Amérique, pour que la situation évolue et pas forcément en bien. Ce livre change des classiques romans sentimentaux.
Commenter  J’apprécie          10
Tachan
  22 janvier 2018
Encore un tome excellent, avec un couple hillarant. Amy est une vraie terreur en jupon, pauvre Warren. En tout cas, l'alchimie passe à merveille entre eux, ce qui rend le récit très savoureux. Il y a de vrais moment d'anthologie entre eux, comme quand elle le suit dans une certaine taverne...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
paraty62paraty62   30 mai 2013
Warren arborait maintenant une mine sombre.
— À votre place, je m’inquiéterais plutôt de ce qui risque de vous arriver.
— Je ne pense pas que nous courions un grave danger. Je ne sais rien de vos brigands américains mais les nôtres évitent de tuer des nobles. L’agitation et les rafles qui s’ensuivent perturbent leurs petites affaires. Ils préfèrent même envoyer l’un des leurs au gibet pour y mettre un terme.
— Amy, pourquoi ai-je énormément de mal à vous croire ?
— Parce que vous n’imaginez pas à quel point nos brigands sont respectueux des traditions ? suggéra-t-elle.
Son regard noir lui apprit qu’il n’appréciait pas son humour dans un tel moment.
— Je préfère penser que le cocher n’a pas compris mes instructions. Et nous allons y remédier sur-le-champ.
C’est ce qu’il entreprit de faire. Il cogna tout d’abord sur le toit pour attirer l’attention du cocher avant d’entrouvrir la porte pour hurler à l’homme de s’arrêter. La réaction du bonhomme fut éloquente : il fouetta les chevaux qui galopèrent de plus belle. Warren fut proprement projeté dans son siège et la porte se referma en claquant.
— Magnifique, ironisa Amy.
— Bon sang, si vous n’étiez pas là, je sauterais en marche.
— C’est un comble ! Reprochez-moi de vous empêcher de vous briser le cou.
— Je vous reproche d’être responsable de ma présence ici.
— Vous auriez préféré que je me retrouve seule face à ces canailles ? demanda-t-elle, un sourcil haussé.
— J’aurais préféré que vous restiez chez vous. Ainsi, ni vous ni moi ne serions ici.
Elle n’avait aucun argument à opposer à cela. Mieux valait changer de sujet.
— Vous n’avez pas beaucoup d’argent sur vous, n’est-ce pas ?
— Pour aller là où j’allais ? Je ne suis pas stupide.
— Alors, n’en faites pas une maladie, suggéra-t-elle raisonnablement. C’est assez simple. Vous leur donnerez votre argent et ils ne vous feront aucun mal.
— Ce n’est pas ainsi que je vois les choses, petite fille.
Elle éprouva sa première frayeur.
— Warren, je vous en prie, je sais que vous cherchiez la bagarre ce soir mais soyez assez bon pour ne pas choisir ces gaillards. Ils seront armés et…
— Je le suis, moi aussi.
Elle cilla.
— Quoi ?
Il releva les jambes de son pantalon pour extraire de ses bottes un petit pistolet et un couteau pourvu d’une lame impressionnante.
Amy passa de la frayeur à la panique.
— Cachez cela !
— Pas question.
— Les Américains ! s’exclama-t-elle, écœurée. Écoutez-moi, je n’ai aucune envie de me retrouver prise entre deux feux pendant que vous jouerez les héros. Et si vous êtes blessé, je risque d’être tentée de faire quelque chose de vraiment stupide comme de chercher à vous venger. Il n’entrait absolument pas dans mes plans de me faire tuer ce soir.
— Vous resterez dans la voiture.
— Non.
— Si.
— Je vous jure que non. Je resterai si près de vous que toute balle qui vous sera destinée risquera de m’atteindre. Est-ce cela que vous voulez, Warren Anderson ?
— Sacré bon sang ! Mais pourquoi n’êtes-vous pas comme les autres femmes ? Vous devriez déjà vous cacher sous votre siège. Vous pourriez même piquer une crise d’hystérie, cela me serait égal.
— Sornettes, rétorqua-t-elle. Les hommes détestent les hystériques. Et les Malory ne sont pas hystériques.
Avant qu’il ne puisse répondre, la voiture s’immobilisa brutalement. Si brutalement que Warren faillit perdre l’équilibre. Il laissa tomber son pistolet. Amy voulut s’en emparer mais il fut plus rapide.
— Et que comptiez-vous en faire ? fit-il.
— Le jeter par la fenêtre.
Il parut si écœuré qu’elle ajouta précipitamment :
— Écoutez, rangez-le et je vous promets de faire tout ce que vous me demanderez.
Plus tard, il faudrait qu’elle trouve un moyen de ne pas obéir à cette promesse. Elle imaginait très bien ce qu’il allait lui demander : ne plus jamais chercher à le revoir.
— Absolument tout ? demanda-t-il.
Maudit homme : il ne s’y trompait pas et saisissait l’occasion.
Mais elle n’avait pas le choix.
— Oui.
— Très bien. (Il remit le couteau dans sa botte puis il glissa le pistolet sous sa veste.) Remontez votre satanée capuche, ajouta-t-il froidement, comme si le marché qu’ils venaient de conclure ne le satisfaisait pas entièrement. Inutile de leur montrer votre beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : romance historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3650 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre