AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290039950
Éditeur : J'ai Lu (01/02/2012)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Depuis l'enfance, Julia Miller est promise à Richard Allen, même si elle l'a haï au premier regard. Heureusement, Richard a eu le bon goût de disparaître aux Caraïbes. Neuf années se sont écoulées. Désormais seule à la tète des affaires familiales, Julia songe à annoncer la mort de Richard. Il va pourtant réapparaitre brusquement dans sa vie, attiré à Londres par la présence d'une femme qui le subjugue : Georgina, l'épouse du redoutable James Malory, qu'il compte bi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
BlackHaru
  27 avril 2013
Honnêtement, j'ai acheté et lu ce livre parce que j'ai commencé la série à sa sortie. J'ai toujours eu une grande affection pour les frères Malory ( James et Anthony en prem's ). Mais... Disons que j'ai quand même été déçue par ce tome. Non pas qu'il soit nul. Cependant, les précédents avaient un petit quelque chose en plus. Là, l'histoire d'amour est relayée au second plan. On voit plus les souvenirs des deux protagonistes qui ressassent leur haine l'un envers l'autre. Mais ni l'action ni leur amour ne progresse avant les 50 dernières pages. Loin du souvenir de James, faisant irruption en Amérique, provoquant les 5 "barbares" pour au choix être pendu ou marié de "force", on a ici un personnage un peu plat, assez fade qui ne montre qu'un peu de violence qu'en présence de son père et de sa future femme. Pas de coup d'éclat, pas de travail au corps pour finir par la faire succomber à ses charmes.
Un peu déçue, et je pense que ca se sent dans ma critique. Mais... C'est un roman sur les frères Malory et bien que le panache manque, on a quand même envie de le lire pour avoir une idée d'un nouvel arrivant dans cette immense famille ! Bien que théoriquement, ici personne ne soit affilié aux Malory
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
patacaisse
  28 avril 2012
C'est le dernier de la série et tant mieux.
Déjà, ne cherchez pas pourquoi il est intitulé les frères Malory car ça fait un moment qu'on nage dans des eaux parallèles.
Mme Lindsey me donne vraiment l'effet de manquer d'imagination et de répéter à l'infini la même litanie : “bâteau – gentil pirate (enfin pas pirate mais ça fait mieux de dire que s'en est un) -beau gosse – belle jeune fille – James et son mauvais caractère “. Comme ce n'est pas une série à lire si on veut se marrer et bien, ma foi, ça a ses limites. Alors pour pimenter cet opus, il y a un très méchant papa, une enfance du héros horrible et il s'est vengé sur l'innocente héroïne. Héroïne d'ailleurs, qui est affublé d'un papa subclaquant.
Bien sûr, je ne lis pas ce genre de livre à la recherche d'une crédibilité sans faille mais j'aime quand ça ressemble à quelque chose. Et là, j'avoue, pour moi, ça ressemble à rien.
Il est à noter que j'ai déjà oublié l'histoire des autres tomes d'ailleurs (à part le 2 et 3).
Comme quoi, ce n'est pas bon de vouloir persévérer…
Lien : http://patacaisse.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Tachan
  22 janvier 2018
Encore une déception avec ce tome en dent de scie. Tout commence bien mais très vite l'auteur tombe dans le travers de vouloir tout compliquer et dramatiser à outrance et ça ne passe pas. le passage sur le bateau était risible tellement il était artificiel. Je n'ai pas su adhérer à leurs sentiments.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
paraty62paraty62   01 juin 2013
À en juger par son expression, Milton le tenait pour responsable de cet état de fait, sans doute en raison des dettes qu’il avait laissées derrière lui. Ce dont Richard se moquait éperdument. Si ce vieux grigou ne voulait pas payer, il n’avait qu’à le renier.
— Eh bien, dit Richard, s’il n’y a rien à manger quand j’en aurai envie, je m’en accommoderai.
— Et où est ta future femme, ce matin ?
— Elle dort encore.
— Elle a sans doute l’habitude de faire la grasse matinée comme tous ces gens de Londres, commenta Milton avec dédain.
Il n’avait jamais aimé la haute société londonienne dont la plupart des membres étaient riches. Contrairement à lui.
— Pas du tout, répliqua Richard. Je crains d’être le seul responsable. Nous avons passé une nuit merveilleuse et mouvementée. Mais puis-je vous suggérer d’éviter ce ton hautain et méprisant en sa présence ? Après l’accueil dont vous l’avez gratifiée, elle hésite déjà à célébrer la cérémonie ici.
Milton marmonna quelque chose dans sa barbe. Richard préféra l’ignorer et s’engager sur un sujet neutre.
— Le majordome m’a informé que Charles devrait rentrer aujourd’hui. Est-ce exact ?
— Oui. Au moins, ton frère est digne de confiance, lui. S’il a dit qu’il serait là aujourd’hui, il le sera.
Richard ne releva pas l’insulte et se concentra sur son repas. Mais Milton ne le laissa pas manger en paix.
— Tu as oublié de mentionner cette armée que tu as amenée avec toi. Cantel m’en a informé.
Richard haussa un sourcil.
— C’est donc là que vous êtes allé hier soir ? Demander des comptes à votre laquais ?
— Le juge n’est pas mon laquais. Pourquoi m’avoir caché cette escorte ?
Richard éclata de rire.
— Vous êtes stupéfiant. Rien ne vous convient jamais, n’est-ce pas ? À vrai dire, nous ne voulions pas vous alarmer inutilement en débarquant ici avec tous ces gardes. C’est la raison pour laquelle nous les avons laissés au village. Et cette escorte n’est pas la mienne. Gerald Miller a tenu à la fournir à sa fille. Ces hommes pourraient nous être utiles pour réaménager la maison. Voulez-vous que nous les installions ici ?
— Qu’ils restent où ils sont, rétorqua sèchement Milton.
Richard faillit éclater de rire. Son père avait visiblement cru les prendre en flagrant délit de mensonge.
— Après le traitement que vous m’avez réservé, croyez-vous vraiment que le père de Julia l’aurait laissée venir ici sans protection ? Ces gardes sont là pour elle. Je n’en ai nul besoin. Vous et moi savons à quoi nous en tenir. Si je n’avais pas voulu l’épouser, vous pouvez être certain que je n’aurais jamais remis les pieds ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : régenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre