AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 208150541X
Éditeur : Flammarion (05/02/2020)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Tu n'avais qu'à avorter : il n'en voulait pas, de cette gosse !
Ce sont peut-être ces mots, prononcés un matin d'été par sa mère, qui ont conduit la narratrice à écrire L'effet maternel. Cette gosse, c'est sa fille aînée qui vient de fêter ses 17 ans. Que s'est-il passé pour qu'une mère assène une pareille horreur ? Il y a eu des coups de griffe, des silences, mais aussi beaucoup d'amour dans cette relation ponctuée de vacances joyeuses et ensoleillées.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
clo73
  19 février 2020
Un roman qui m'a beaucoup plu !
Le titre du roman est déjà une belle promesse de lecture, bravo pour ce choix judicieux.
L' effet maternel : C'est une définition scientifique. Pour faire simple, c'est la transmission entre une mère et son enfant de certaines données.
Et lorsque la maman est une mère toxique ou déviante, l'enfant aura une vision du monde altérée par ces comportements inadaptés et maltraitants.
Dans ce roman autobiographique,Virginie Linhart nous raconte son enfance jusqu'à l'age adulte élevée par une mère toxique.
L'auteure revient sur ses relations difficiles avec sa mère et ses dérives qu'elle a subi pendant toutes ses années.
Elle nous parle de la transmission, de relations mère-fille, de maternité, du poids des origines, à une époque marquante de l'Histoire : Mai 68 et les années qui suivirent.
Elle nous donne une vision édifiante de cette période des années 70 avec ses changements, ses mérites mais aussi les abus que cela a pu aussi amener par la suite.
« Des mères très belles et très folles qui font beaucoup souffrir leur fille. Des mères qui veulent tout. Parce que c'est leur moment et qu'elles n'en peuvent plus d'attendre. Parce qu'elles ont vu leur propre mère se soumettre au patriarcat et que reproduire ce schéma est insupportable. Parce que le temps de la révolution sexuelle et de la libération de la femme est arrivé, mais aussi celui de l'ambition et de la réussite professionnelle. Petites, elles ont été élevées dans un carcan insupportable ; on leur demandait d'être gentilles, mignonnes, polies ; on leur répétait de se taire aussi. »
« Quand arrivent les années 1970 et leurs promesses de liberté, elles s'y engouffrent avec l'énergie du désespoir. Elles ne supportent plus d'être enfermées dans une structure oppressive, qu'il s'agisse du mariage, de la famille ou de la maternité. Et quand on mesure ce qu'est la place de la femme dans la société française avant le séisme de 68, il est impossible de ne pas adhérer à cette impérieuse nécessité de renverser l'ordre établi, de jeter à bas réflexes et mécanismes qui permettaient, jusqu'alors et dans la satisfaction générale, leur asservissement. » p 200.201
L'auteure nous confie aussi le parcours de son père, un homme politique et écrivain qui basculera dans la maladie.
J'ai beaucoup apprécié sa manière de se dévoiler avec honnêteté, réalisme et justesse.
C'est écrit sans détour et avec beaucoup de sincérité. Il y a une pudeur qui m'a beaucoup touchée dans ses mots.
L'auteure ne fait pas le procès de sa famille, elle explique avec authenticité, les faits et son ressenti sur ce qu'elle a vécu.
C'est toute la question de la transmission qui est mise en avant dans ce texte.
L'incidence que cela peut avoir sur la construction d'une personne et sur l'adulte qu'il deviendra.
Ce récit que nous confie Virginie Linhart m'a passionnée du début jusqu'à la fin.
Je recommande vivement cette lecture.
Un roman à découvrir de la rentrée littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AnneClaire29
  07 février 2020
La première page et les mots sont dures et sans concession "Tu n'avais qu'à avorter : il n'en voulait pas, de cette gosse !". Comment une mère peut dire ça à sa fille au sujet de sa petite-fille ? C'est à cause de cette phrase que Virginie va s'interroger sur sa mère, sur son comportement et l'impact de cette dernière sur sa vie.
C'est un roman sans concession sur cette relation mère-fille souvent à sens unique. Cette mère qui a vécu à fond l'époque de mai 68 et de la libération de la femme. Cette même femme qui décide de faire passer avant tout ces besoins et ses envies avant ceux de ses deux enfants. Elle les laisse seule la nuit chez elle pendant qu'elle sort. Elle va avoir une emprise sur sa fille que cette dernière identifiera que bien plus tard. Cette mère la fera culpabiliser sur ces choix, sur ces désirs ou dictera sans qu'elle s'en rende compte sur le moment sur ses relations/visions avec les hommes.
J'ai commencé ce livre en fin de soirée pour le finir en milieu de nuit car je ne pouvais le lâcher tellement cette relation, cette effet maternel avait un impact sur cette enfant/jeune fille et femme. On a parfois envie de dire à cette fille de se rebeller, de ne pas accepter ce que demande ou sous entend cette mère. On voit les chocs arriver, les déceptions. Et on a du mal à comprendre comment cette fille peut culpabiliser alors qu'elle est dans son bon droit quand elle veut prendre sa vie en main ainsi que ses envies d'écriture.
Un roman coup de poing dont l'écriture fluide nous entraîne au fil des pages sans que l'on puisse s'arrêter. J'ai mis plusieurs jours avant d'écrire cette chronique car j'avais besoin de digérer cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
melfromont
  11 février 2020
Merci à Babelio pour l'envoi du livre .... que je n'aurai sans doute pas acheté car pas tellement dans mon registre habituel .
Roman autobiographique de Virginie Linhart qui raconte de son enfance jusqu'à l'âge adulte au travers principalement sa relation avec sa mère et par delà sa relation aux hommes ,inextricablement liée à l'exemple maternel qu'elle a eu depuis toujours. Elle y parle aussi beaucoup de son expérience de la maternité.
Bien écrit, lu rapidement. Ce n'est pas un roman coup de coeur car je n'ai pas réussi à m'identifier au narrateur. Étrangement, je n'ai pas eu également beaucoup de compassion pour elle malgré son enfance chaotique, des parents occupés à d'autres choses (ambitions politiques puis caractère dépressif pour l'un, vie dissolue pour l'autre, désir de maternité tardive ...).
Petit détail mais je n'ai pas apprécié lorsque l'auteur fait , à plusieurs reprises, référence à ses précédents livres et à ce qu'on pourrait y trouver dedans... ça m'a fait un mauvais effet d'auto promo.
Malgré ces quelques petites critiques, je suis contente de l'avoir lu et j'ai quand même eu du mal à m'arrêter une fois le livre ouvert, curieuse de savoir où tout cela allait amener l'héroïne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mooncatchereads
  04 février 2020
Dans ce récit très intime, Virginie Linhart revient sur les délicats rapports qu'elle entretien avec sa mère. Cette femme aussi envoûtante, que mère dominatrice. Si l'auteure aurait pu rester à la surface et n'offrir qu'un énième témoignage sur les rapports – parfois conflictuels – mère-fille, il n'en est rien ici.
Ici, il est question d'atavisme, d'hérédité, du poids du passé, des dégâts psychologiques de la seconde guerre mondiale, dont les descendants n'arrivent pas à se libérer. Il est question de féminisme et de liberté sexuelle.
Il est question de vie, tout simplement.
Il y a quelque chose de pudique, dans la façon qu'à Virginie Linhart de revenir sur sa vie, ses souvenirs, ceux de ses aïeux. Quelque chose de pudique et de terriblement puissant.
Avec L'effet maternel, Virginie Linhart « se libère de la toute-puissance maternelle, (…). L'écriture n'est en rien un remède, c'est un instrument d'émancipation. »
Un récit à la fois troublant et poignant que je vous encourage à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
audeLOUISETROSSAT
  17 février 2020
Un récit très intime et poignant sur les relations de l'auteure avec sa mère. L'écriture est belle, fluide, pleine d'émotions, tellement réaliste et difficile voir cruelle par moment. En tant que maman j'ai eu la boule au ventre et j'ai été parfois dans l'incompréhension de ces relations, mais je n'ai pas pu le lâcher avant la fin. C'est beau, bien écrit, bouleversant, troublant, et au final plein d'amour. Je pense que je vais lire ses autres livres. Et si nos mères nous ont mal aimé, nous saurons aimé nos filles sans problème ❣️
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Liberation   06 février 2020
Il est parfois ardu de suivre l’auteure, de la plaindre et de sacraliser ses parents comme elle le fait [...] Le récit manque d’air, d’universel et de distance pour toucher vraiment le lecteur. Comme si elle restait dans la bulle où ses parents se sont enfermés, et où ils l’ont enfermée.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   17 février 2020
Les hommes, c’est pour elle. La prudence est la règle. Je rase les murs, je suis une adolescente discrète, je ne veux pas plaire, ça fâche trop maman, ça me met trop en danger.
Commenter  J’apprécie          10
AnneClaire29AnneClaire29   03 février 2020
Les paroles recueillies me remplissent. Une histoire se raconte, une histoire se transmet. Je l'ignore encore mais j'en ferai mon métier, d'écouter et de restituer, par écrit ou en images, tous ces récits qu'on me confie. Je les utilise pour me construire. Cela deviendra le sens de ma vie professionnelle. Mais je n'en suis qu'au tout début de ces nombreuses quêtes-enquêtes qui seront comme autant de victoire arrachées au silence et à l'oubli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SepoSepo   30 novembre 2019
Du silence sur la déportation à la contestation:

"J'ai décrit dans un récit antérieur la façon dont mon père, survivant de Shoah, nous a élevés, nous ses enfants, également comme des survivants. Je n'ai pas encore expliqué à quel point cet héritage a pesé dans ma façon d'appréhender le monde. En devenant une des figures du mouvement de Mai 68, mon père - comme de nombreux autres leaders étudiants de l'époque également juifs - a envoyé balader cette chape d'anonymat et de docilité sous laquelle les familles de survivants étouffaient leurs enfants. 1968, pour mon père - en tout cas, c'est ma conviction intime-, est la scène qui permet au juif français qu'il est de se révolter contre le pouvoir en place (...)
p.173
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Virginie Linhart (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Linhart
« Tu n'avais qu'à avorter : il n'en voulait pas, de cette gosse ! » Ce sont peut-être ces mots, prononcés un matin d'été par sa mère, qui ont conduit la narratrice à écrire L'effet maternel. Virginie Linhart explore les faits historiques de la même façon qu'elle livre l'impact extraordinaire qu'a eu sa mère sur sa vie et sa propre maternité. de cette rencontre entre l'individuel et le collectif naît un admirable récit. En librairie le 5 février 2020.
autres livres classés : maternitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1090 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre