AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Gaëlle Coghan (Traducteur)
EAN : 9782266336833
224 pages
Pocket (04/01/2024)
2.7/5   52 notes
Résumé :
« Mon projet est de trouver un raton laveur et un amant. »

Trentenaire en quête d’amour, Amy quitte les sauvages îles Orcades en Écosse pour la cosmopolite Berlin. Digital nomade, précaire, célibataire, elle fait de cette ville qui ne dort jamais le terrain de sa quête du bonheur. De boîtes de nuit en observations passionnées de la lune et de la faune sauvage urbaine, elle apprend à vaincre la solitude. Et la passion amoureuse tant attendue surgit enf... >Voir plus
Que lire après L'InstantVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
2,7

sur 52 notes
L'héroïne part en voyage depuis les Orcades, d'abord vers Londres, puis Berlin pour une année. L'autre héroïne, c'est la lune qui éclaire la vie et les méditations de la première.

L'instant, ce sont en fait des instants de vie de cette trentenaire qui n'a pas encore réussi à trouver ce qu'elle ne sait pas vraiment chercher. S'agit-il de l'observation de la lune, de la nature, des oiseaux, d'un amour hypothétique?

L'ensemble donne une variété de situations, souvent poétiques, s'enchaînant dans un ensemble d'analyses de sa propre personnalité confrontée à celle des autres. de ce point de vue, c'est réussi.

Internet tient également une grande place dans sa vie, trop déterminante certainement, elle en est d'ailleurs consciente, mais il n'est pas question de déconnecter, même si la tentation s'en manifeste de temps à autre.

Toutes les pages sur les oiseaux et la nature sont très belles avec des détails sur les différentes variétés qui peuplent la capitale allemande. Celles sur les sentiments contrariés m'ont paru moins convaincantes. L'amour, le véritable passe difficilement par les arcanes de la toile et s'il s'y faufile quelquefois, il peut s'en échapper très vite.

L'écriture de ce texte est plaisante, sans fioritures, mais riche en vocabulaire et en expression de sentiments, raisonnements, regards, donnant un ensemble auquel paraît toujours manquer un petit quelque chose, comme à l'héroïne, et là encore, c'est bien construit pour une lecture plutôt intéressante.

Commenter  J’apprécie          670
L'instant est le second roman de Amy Liptrot, un roman autobiographique sincère et sans fioritures.
Libre et sans attaches, elle décide de quitter l'Écosse et plus particulièrement Les Orcades et son île natale pour aller vivre à Berlin, ville cosmopolite.
En cours chapitres rythmés par le nom des différentes lunes, elle raconte sa nouvelle vie faite de rencontres éphémères, de petits boulots et de quête d'amour. La lune, comme un leitmotiv, la lune comme cet amoureux qu'elle cherche dans la ville.
« J'ai déménagé dans une autre ville mais la lune me suit partout…je me suis enfuie mais je retrouve la lune partout où je vais »,
Soule de solitude, elle se décide à s'inscrire sur un site de rencontre.
« Voulons-nous, deux inconnus, devenir la personne la plus importante l'une pour l'autre ? Être sur ce site, c'est se rendre vulnérable, admettre le désir et l'insatisfaction. »
Car la vie d'Amy est très connectée, tout se vit dans l'instantané, on se dévoile sans fard à travers les réseaux sociaux, les amis sont désincarnés (ils se nomment tous B.) vie réelle et vie virtuelle se mêlent pour le meilleur et aussi pour le pire, tant les traces laissées sur la toile peuvent créer l'addiction. L'addiction justement, ça la connait, Amy, qui a dû apprendre à se passer de l'alcool.
Désintoxiquée de l'alcool et de la drogue, elle célèbre chaque date du solstice qui marquent un autre trimestre de sobriété.
Sa vie d'avant n'est jamais bien loin, on la retrouve dans ce besoin de se connecter sans cesse à la nature, celle qui vit dans la ville et que personne ne voit. Ainsi les ratons laveurs qui ont envahi Berlin.
« Les ratons laveurs mangent les oeufs des oiseaux sauvages et détruisent leurs nids, ils ravagent les maisons. Ils peuvent survivre dans de nombreux endroits, à la ville comme à la campagne. Fait-il les adorer ou les exterminer ? »
Ses connaissances ornithologiques, impressionnantes, lui permettent d'observer les oiseaux : autours ou corneilles mantelées et rapaces comme les autours des palombes.
L'amour tant recherché, elle finira par le rencontrer. Vraie passion ou nouvelle addiction ? Un avenir semble se dessiner pour Amy.

Le récit d'Amy Liptrot nous entraine dans la vie de ces générations hyper connectées qui vivent à travers les réseaux sociaux. Ils revendiquent une certaine liberté de l'instantané tout en étant toujours connectés aux nouvelles technologies. Son observation, pertinente et lucide, sa franchise et ses émotions, tout cela nous touche car le ton est juste, sans chercher à frimer ou à apitoyer.
L'écriture, limpide et sobre, prend parfois des accents poétiques.
Un récit profond et lumineux d'une autrice à découvrir.

Je remercie les éditions Phébus et Babelio pour cette découverte livresque.



Commenter  J’apprécie          531
Autant L'écart, le premier livre de Amy Liptrot m'avait accrochée, par le dépaysement insulaire et la reconstruction personnelle dans le cadre de la nature.
Autant cette quête citadine improbable m'a laissée abandonnée.

Berlin, grande ville aux contacts humains éphémères d'une population cosmopolite sans attaches.
Le quotidien d'une jeune femme à la solitude imposée, au tempérament limite dépressif, est décrit par des petits chapitres courts relatant les recherches de petits boulots ou d'hébergements, les rencontres sans avenir, et l'observation de la vie animale dans le contexte minéral.

J'ai vite décroché… avec pour seul intérêt la pertinente réflexion sur nos sociétés hyperconnectées, la dépendance à nos réseaux sociaux qui créent des relations humaines virtuelles en accentuant la solitude des êtres.

Grand écart entre le fond et la forme car l'écriture est belle et limpide.
Une rencontre littéraire ratée pour ma part…
Commenter  J’apprécie          281
🌒Chronique🌘

Dans quel monde vais-je choisir d'entrer?

Un monde fait de cycles. de cycles lunaires. de cycles virtuels. de cycles d'humeurs. de cycles saisonniers. de cycles d'amours. de cycles solitaires. de bicyclettes et de cercles vicieux. Choisir d'entrer dans L'instant. L'instantané. L'éphémère. L'intangible. L'Internet. Se perdre. S'y abandonner.
J'ai choisi d'entrer dans le monde de A. Elle part pour Berlin, en solitaire, explorant les limites d'elle-même, de la nuit citadine, de la faune urbaine. Berlin l'enchante, la déstabilise, l'ignore, la façonne, la brise, l'émerveille. Cette année rythmée à la lune, elle se fait l'observatrice poétique de cette ville de tous les excès et de ses sentiments saisis en plein vol…

Parle-moi des climats d'Internet.

Internet fascine, fragilise ou détruit. Il est fait de tempêtes et d'aurores. On peut avoir la lune dans sa poche, mais un ouragan dans les doigts. En un clic, il peut déclencher un instant de grâce mais aussi un tonnerre d'insta-gram-pic-épique-et-colère-grammes…Sur tous les méridiens, les écrans s'allument, le chaud et le froid se rencontrent, les histoires commencent et s'éteignent…Qui saura se réchauffer aux lumières virtuelles et trouver son bonheur sur cette toile infinie?

Je suis prête pour les encombres.

A. s'attendait à l'amour. Elle voulait trouver un amoureux. Elle a ouvert un site de rencontre et toutes les vannes. Elle ouvert internet et son coeur. Elle était prête, certes, mais fragile...Elle a subi le ravage du Love Bombing. Ce phénomène est arrivé comme une vague, débordant qu'il était, et même en bonne nageuse, elle l'a emporté dans une dérive dévastatrice, jusqu'au naufrage. En s'accrochant à cette bouée d'amour, l'autre, le B. s'est infiltré dans les failles. La dépendance affective est une addiction comme une autre, et il n'existe pas de cure de désintoxication, alors qu'est-ce qu'il va rester de cette année berlinoise et de cette quête d'amant-raton-laveur effrénée?
L'instant, un roman hybride entre carnet de voyage, étude ornithologique, réflexion avisée sur nos ultra-connexions digitales, introspection poétique, analyse méditative avec la lune…

Tout ce que je veux, c'est ce moment où les pupilles s'élargissent et où le coeur s'épanche.

Tout ce que je voulais, c'était retrouver la plume d'Amy Liptrot. Je voulais sa sincérité, sa poésie, son acuité. Je savais sa fragilité, sa douceur, son intelligence émotionnelle. Avec L'écart, elle m'avait enchantée tandis qu'avec L'instant, mon coeur s'épanche un peu plus. Tout cet amour du vivant, de la faune, de l'eau, je l'ai récolté précieusement... Même dans Berlin, elle m'a fait voir la beauté: la beauté de l'éphémère, la beauté d'une rencontre fortuite, la beauté de L'instant. Je sais maintenant, la nuit rapace, le nom des lunes et les nouvelles armes numériques. Dorénavant, j'éviterai les ornières…Merci pour le voyage, Amy. Merci d'avoir laissé des traces de ce fléau du Love Bombing. Merci d'avoir survécu. Et merci pour L'instant.
Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          172
« Mon projet est de trouver un raton laveur et un amant. »
L'instant… Et une succession d'instants dans une société hyper connectée.
Solitude, nomadisme, relations humaines et génération ultra-connectée.

« La quatrième dimension qu'est internet fait partie de ma conscience et souvent mes rêves sont entièrement numériques ».

Une histoire narrée de manière totalement désinhibée par une jeune femme trentenaire. Célibataire, électron libre, précédemment en proie à des addictions, elle quitte l'Ecosse – les Iles Orcades – pour Berlin, à la recherche du bonheur.
« Internet est mon domicile le plus stable ».

Les chapitres sont courts et rythmés. Néanmoins j'ai eu l'impression d'un récit fragmenté, saccadé en une énumération de phrases où j'ai ressenti du désoeuvrement et de la solitude chez Amy en quête d'amour et d'accomplissement.
Au gré des changements de lunes et des saisons, on découvre sa déambulation dans Berlin, et elle nous livre ses confidences. Elle nous parle aussi d'oiseaux, de faune et de vie urbaine.
Elle écrit « j'ai l'impression d'être omnisciente et dispersée, d'avoir l'esprit augmenté mais aussi fêlé par la technologie. »
Dispersée…voilà ce que j'ai ressenti parfois durant ma lecture, voguant dans le cloud...

C'est pertinent sur le monde hyper connecté même si j'ai eu une sensation de décousu, d'éphémère – comme la brièveté de l'instant.
La trace de l'instant est numérique dans un environnement toujours connecté et la solitude est très prégnante.
Des instants composant des tranches de vies telles des strates dans un archivage numérique, une archéologie high tech. Des réalités virtuelles et une solitude désespérément réelle.

J'ai pu apprécier l'analyse proposée par l'autrice sur les quotidiens hyper connectés, amenant une réflexion sur la confusion entre la personne et la technologie, l'individu et son profil numérique sur les réseaux.
J'ai moins accroché avec le style de l'autrice.
S'agissant d'un roman autobiographique, je salue sa sincérité pour ces mémoires intimes. Ce deuxième roman fait suite au premier « L'écart » que je n'ai pas lu, et où l'on doit faire connaissance avec Amy.
Il me semble également que mon avis mitigé est lié à une question générationnelle.

Je remercie Babelio et les éditions Phébus pour la découverte de ce roman actuel, résolument contemporain.

Commenter  J’apprécie          143


critiques presse (1)
LeFigaro
16 juin 2023
Une réflexion piquante de la journaliste et auteur écossaise sur nos temps numériques.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Nos heures ne sont pas garanties, mais ça nous convient. Nous pouvons abandonner ce boulot à tout moment et l’inverse est vrai aussi. C’est un boulot de passage. Nous avons des amours de passage. Berlin est une ville de passage. Nous vivons des aventures sexuelles dans l’Eurozone. Je suis une immigrante ultra-privilégiée, plus migrante lifestyle que migrante économique, venue ici pour chercher l’aventure, comme tant de personnes qui quittent le Royaume-Uni pour d’autres pays d’Europe. Prendre sa retraite en Espagne, acheter une maison dans le sud de la France – ça n’a rien d’une nécessité. (p. 114)
Commenter  J’apprécie          10
« En ce moment », C'est ce que je dis toujours. «Je vis à Berlin en ce moment » ou « pour l'instant ». Tout est provisoire, facile d'accès, instantané.
Commenter  J’apprécie          00
Depuis quelque temps, la lune m'envoie des textos. Une notification s'allume sur mon téléphone, me demandant si la lune peut me localiser, et je clique sur OK.
Commenter  J’apprécie          463
A présent, je veux appliquer à la ville et aux gens ce que j'ai appris en observant la nature.
Commenter  J’apprécie          281
Tout le monde vit avec ses douleurs, ses erreurs, ses défauts.
Commenter  J’apprécie          310

Videos de Amy Liptrot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amy Liptrot
7 déc. 2022 Amy Liptrot joins Stewart Bain at two RSPB Scotland nature reserves in Orkney for an exclusive interview for Orkney Nature Festival. Amy discusses growing up in the islands, her love of nature and the two books that have brought her success as a writer. Amy also talks about her time working for the RSPB as Corncrake Officer in Orkney and the film that is currently in production of her debut book, The Outrun.
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Autres livres de Amy Liptrot (1) Voir plus

Lecteurs (87) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5195 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..