AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707145208
532 pages
Éditeur : La Découverte (15/10/2004)
4.3/5   25 notes
Résumé :

Ce livre, vendu à plus de 65 000 exemplaires depuis sa réédition en 1967 dans la " Petite collection Maspero ", reste un grand classique. Son auteur, acteur et témoin de la Commune de Paris, se mit au travail au lendemain de la défaite et ce travail dura vingt-cinq ans. Il a enquêté avec acharnement auprès de tous les survivants, dans l'exil à Londres, en Suisse, puis consulté tous les documents disponible... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
steka
  19 juin 2016
Le livre de référence sur l'histoire de la Commune de Paris, l'un des rares moments magiques où le mot démocratie prit enfin tout son sens contre toutes les représentations mensongères.
Commenter  J’apprécie          120
MrDimitriG
  21 août 2020
La première partie est un peu lourde, certes. Mais ensuite, quel livre ! Un grand moment d'histoire. Même le style n'a pas pris une ride. L'auteur a fait un travail colossal pour démontrer toutes les horreurs faites au nom de la République et s'opposer à ceux qui voulaient écrire l'histoire pour se donner le bon rôle.
Même si l'on sait que l'issue est triste, se plonger dans la Commune de Paris c'est comprendre l'injustice de cette époque et sentir la volonté de construire une nouvelle société. Difficile de faire plus actuel.
Commenter  J’apprécie          30
lehibook
  24 juillet 2021
La Commune reste inscrite dans la mémoire française ,pour l'aduler ou la décrier ,comme en témoignent de récentes polémiques. Ce récit appuyé par les témoignages d'acteurs (les survivants) et rédigé par un participant n'est pas de l'histoire objective mais un récit engagé de ce qui fut une courte mais effroyable guerre civile française.
Commenter  J’apprécie          30
lerital31
  26 août 2013
La commune de 1871, peut être la véritable Révolution Française? Livre trés intéressant dans le fond mais trés difficile dans la forme.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
VilloteauVilloteau   23 février 2013
D'où jaillirent les inconnus du 18 mars 1871 ? Qui a provoqué cette journée ? Qu'a fait le Comité Central ? Quelle a été la Commune ? Comment tant de milliers de Français patriotes, républicains, ont-ils été, par des Français, massacrés, jetés hors de leur patrie, longtemps reniés par des républicains ? Où sont les responsabilités ? Les actes vont le dire.

Résumés par un ancien combattant sans doute, mais qui n'a été ni membre, ni
officier, ni fonctionnaire, ni employé de la Commune, un simple du rang qui a connu les hommes de tous les milieux, vu les faits, traversé les drames, qui pendant de longues années a recueilli, vanné les témoignages, sans autre ambition que d'éclairer pour la génération nouvelle le sillon sanglant tracé par son aînée.

L'avènement graduel, irrésistible, des classes laborieuses est le fait culminant du XIXe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MathoMatho   12 avril 2021
Dans les premiers jours de juin, on évacua les prisonniers sur les ports de mer, empilés dans des wagons à bestiaux dont les bâches, fortement tendues, refusaient le passage à l’air. Dans un coin, un tas de biscuits ; « jetés eux-mêmes sur ce tas, les prisonniers l’avaient bientôt réduit en poussière », Pendant vingt-quatre heures, et quelquefois trente-deux, ils restaient sans autres vivres et sans boisson. On se battait dans ce fouillis pour avoir un peu d’air, un peu de place. Nul ne pouvait descendre ; les excréments des malades se mêlaient à la boue des biscuits. Quelques-uns, « hallucinés, devenaient autant de bêtes fauves ». Un jour, à la Ferté-Bernard, des cris partent d’un wagon. Le chef de l’escorte arrête le convoi ; les sergents de ville déchargent leurs revolvers à travers les bâches ; le silence se fait… et les cercueils roulants repartent à toute vapeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MathoMatho   12 avril 2021
Il y a sur les pontons des tortures réglementaires. Les traditions de Juin 48 et de Décembre 51 furent religieusement suivies en 71. Les prisonniers, parqués dans des cages faites de madriers et de barreaux de fer, disposées à droite et à gauche des batteries, ne recevaient un filet de lumière que des sabords cloués. Nulle ventilation. Dès les premières heures, l’infection fut intolérable. Les sentinelles se promenaient dans le couloir central, avec ordre de tirer à la moindre plainte. Des canons chargés à mitraille enfilaient les batteries. Ni hamacs, ni couvertures. Pour toute nourriture, du biscuit, du pain et des haricots. Pas de vin, pas de tabac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MathoMatho   12 avril 2021
Ce jour-là, le massacre prit ce vol furieux qui distança en quelques heures la Saint-Barthélémy. On n’a tué jusque-là que des fédérés ou des personnes dénoncées ; maintenant lorsqu’un soldat vous a fixé il faut mourir ; quand il fouille une maison, tout y passe. « Ce ne sont plus des soldats accomplissant un devoir » écrivait, épouvanté, un journal conservateur, La France ; ce sont des êtres retournés à la nature des fauves. Impossible d’aller aux provisions sans risquer d’être massacré. Ils crèvent à coups de crosse le crâne des blessés, fouillent les cadavres, ce que les journaux étrangers appelaient « la dernière perquisition », et ce jour même M. Thiers de dire à l’Assemblée : « Nos vaillants soldats se conduisent de manière à inspirer la plus haute estime, la plus grande admiration à l’étranger. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MathoMatho   13 avril 2021
Où étaient leurs grands hommes ? a-t-on dit. Il n’y en avait pas. C’est précisément la puissance de cette révolution d’avoir été faite par la moyenne et non par quelques cerveaux privilégiés.

Que signifiait-elle ? a-t-on dit encore. Un rappel à l’ordre adressé par le peuple républicain de France aux débris ressuscitants du passé. Elle a donné aux travailleurs conscience de leur force, tracé la ligne bien nette entre eux et la classe dévorante, éclairé les relations des classes d’une telle lueur que l’histoire de la Révolution française en est illuminée et à reprendre en sous-œuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          46

autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Prosper-Olivier Lissagaray (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2407 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre