AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791097491239
Éditeur : Baker Street Productions (14/05/2019)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Dans son vingtième roman, Robert Littell met en scène pour la première fois un enfant comme héros et narrateur. Le jeune Léon est à la fois intellectuellement précoce et d'une candeur désarmante ; ses rencontres avec un péremptoire vieillard dont il ignore l'identité seront surprenantes et instructives pour l'un comme pour l'autre.

La Maison du quai est un vaste immeuble à Moscou, où logent des fonctionnaires, des apparatchiks soviétiques, ainsi que l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Polars_urbains
  30 mai 2019
Depuis que son père est mort et que sa mère a été arrêtée avec les autres médecins juifs de l'hôpital du Kremlin, Léon Rozental (le petit) traîne avec ses copains (une sorte de Club des Cinq sans le chien) dans les couloirs et les passages secrets souterrains de la Maison du quai où habitaient leurs parents. Il y rencontre par hasard dans une immense salle de bal abandonnée, Koba, un vieil homme protégé par une garde prétorienne qui semble tuer le temps (à défaut d'autre chose) en jouant aux échecs. Cette rencontre va déboucher sur plusieurs échanges entre le gamin et l'homme, enrichis des réflexions de Léon et des interrogations d'Isabeau, une de ses amies.
Léon c'est un peu Holden Caulfield (L'attrape coeurs) pour la pureté du coeur, mâtiné de Huckleberry Finn pour l'audace et le courage. Un courage dont il fait preuve d'entrée de jeu lorsqu'il dit à Koba qu'il n'a pas peur de lui parce qu'il ne sait pas qui il est et que le vieillard lui répond qu'il parle rarement à des gens qui n'ont pas peur de lui. Sur une telle base, le dialogue peut s'engager sur un ton franc et direct. Les argumentations sont rigoureuses de chaque côté et le ton souvent très drôle.
Sorte de biographie non-autorisée (ou « hypothétiquement autorisée » ?) du Petit père des peuples - peuples qu'il se chargeât sans états d'âme de déplacer ou d'éliminer) -, Koba revient sur la jeunesse de Staline, la révolution bolchévique et le rôle de ses dirigeants, les éliminations des koulaks et des opposants politiques - « Ecoute moi bien, petit. Retiens chacun de mes mots. Ce que je vais te dire, je le tiens de source sure : Personne n'est innocent ! » -, la guerre contre l'Allemagne nazie, les grandes famines (souvent provoquées) etc. C'est un livre magnifique, indispensable pour réviser ses connaissances (Robert Littell sait de quoi il parle) et réfléchir à ce que fut la période durant laquelle l'URSS fut menée d'une main de fer par un homme dont le romancier dresse un portrait ambigu, parfois vieillard débonnaire, le plus souvent tyran dépourvu de toute forme de conscience.
Koba est aussi le roman d'initiation d'un gamin surdoué, qui le conduit à s'interroger sur le pouvoir et la façon de l'exercer, mais aussi sur le passage de l'enfance à l'âge adulte et la fragilité de la vie humaine alors que régne la terreur. Un des chapitres - Où le petit s'arme de courage pour dire l'indicible - évoque d'ailleurs la situation des Juifs persécutés à l'époque stalinienne (complot des blouses blanches en 1953) dans une conversation violente qui marquera la fin des échanges entre l'enfant et le vieux dictateur.
J'ai eu la chance d'être présent le 29 mai à la présentation de son livre par Robert Littel à la Librairie du Globe (bd. Beaumarchais à Paris), spécialisée dans tout ce qui touche à la Russie et à l'Union soviétique. Un excellent moment autour de la littérature et de l'histoire contemporaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82

critiques presse (2)
LeMonde   04 juillet 2019
Face à un jeune garçon, dans le sombre Kremlin, le vieux tyran sans remords se souvient. L’écrivain américain raconte le dictateur qui l’obsède depuis toujours, et livre ce faisant un excellent roman.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Liberation   01 juillet 2019
Koba, est presque une fable qui nous transporte dans le cerveau usé et paranoïaque d’un Staline vieillissant confronté au regard d’un enfant. Staline, LE grand sujet de Littell avec la CIA, sa grande quête, sans doute inlassable.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   04 juillet 2019
Je n’aime pas les gens et les gens ne m’aiment pas, confie Koba. Mais ça me convient très bien – vouloir être aimé, avoir besoin d’être aimé est un handicap fatal pour quiconque veut aider à diriger le pays.
Commenter  J’apprécie          310
robertkonigrobertkonig   02 juin 2019
Le Secrétaire général pensait que Hitler avait raison avec son modèle "libre de juifs". Il n'est donc pas surprenant que Staline soit en train de mettre au point un plan du même genre. Il va déporter les juifs, la totalité de ces deux millions d'enfoirés, au Birobidjan, au fin fond de la Sibérie, près de la frontière chinoise. Il juge que ce sera plus facile d'avoir à l'œil ces saboteurs idéologiques s'ils sont tous réunis dans le même panier. Ces satanés sionistes ont des éjaculations nocturnes quand ils rêvent d'une nouvelle Galilée. Staline va leur en offrir une à huit mille kilomètres de Moscou.
P. 194
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Polars_urbainsPolars_urbains   30 mai 2019
Malgré tout, nous étions nerveux. Je pense qu’il n’aurait pas été faux de dire que nous avions affreusement peur de ne pas vivre assez longtemps pour devenir adultes.
Commenter  J’apprécie          20
Polars_urbainsPolars_urbains   30 mai 2019
Moi : Youpin est un vilain mot. Il faut dire Israélite. Il faut dire Juif.

Le vieux: Doucement petit. Tu n’es pas ma conscience, bordel. Jusqu’à présent, je m’en suis toujours très bien passé, merci.
Commenter  J’apprécie          10
robertkonigrobertkonig   01 juin 2019
Ce sont les femmes qui ont fait la révolution, m'a-t-il expliqué. Les paysans ont un dicton selon lequel les petites étincelles déclenchent de grands incendies.
P. 103
Commenter  J’apprécie          11
Videos de Robert Littell (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Littell
Aujourd'hui dans #Lesclefsdunevie, Jacques Pessis reçoit Robert Littell. Ce maître du roman d'espionnage vient nous présenter son nouveau livre, "KOBA" !
autres livres classés : urssVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1679 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre