AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Klaus Theweleit (Auteur de la postface, du colophon, etc.)Daniel Mirsky (Traducteur)
EAN : 9782070119455
144 pages
Gallimard (10/04/2008)
3/5   29 notes
Résumé :
Quelques précisions. Ce texte a été écrit en 2002, alors que je menais des recherches ; en vue d'un autre livre, depuis publié. Il est né de la rencontre entre les thèses d'un chercheur allemand brillant et insaisissable - Theweleit - et un texte d'un fasciste belge où celui-ci, par le jeu des images et de la langue, laisse lire la structure même de sa pensée.

Le fait qu'il écrivait eu français m'a permis de tenter une analyse plus approfondie de cer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
nicolaslaruaz
  09 février 2021
Premier ouvrage publié par Jonathan Littell après les Bienveillantes, le sec et l'humide a en fait été écrit pendant les années de recherches qui ont amené à l'écriture du chef d'oeuvre. L'objectif est finalement assez précis : adapter la méthode d'analyse psychanalytique du langage fasciste du chercheur allemand Theweilet aux mémoires de Léon Degrelle, leader du mouvement rexiste, principale force fasciste de Belgique francophone (et une des mieux structurées d'Europe occidentale). Cette méthode a l'ambition de mettre en valeur une psychologie fasciste, ou du moins des traumatismes caractéristiques des personnalités fascistes, dont la répugnance pour l'humide et l'attrait pour le sec sont des traits majeurs.
La démonstration est assez convaincante; les verbatim de Degrelle sont particulièrement éloquents, opposant la droiture, la force, le maintien sec du fasciste, à la bouillie bolchévique, la horde mongole qui leur sert d'adversaire. Ainsi par exemple, le traitement du cadavre, selon qu'il est du côté fasciste ou bolchévique, sera décrit respectivement comme un corps sans vie, droit et rigide, ou comme un charnier mutilé dont sortent les intestins encore fumant.
Ce petit livre est aussi l'occasion d'apprendre la trajectoire surprenante de l'ambitieux fasciste Léon Degrelle, à travers un retour biographique et de nombreuses photos d'archive, certaines sans doute inédites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BJFenimore
  06 juillet 2017
Avant de me plonger dans Les Bienveillantes, je voulais lire ce petit essai qui décortique le texte "La campagne de Russie" de Léon Degrelle (fasciste belge, mégalo, vantard et falsificateur de vérité), publié en 1949 et dans lequel ce SS wallon tente de justifier ses actes et créer un halo de légende autour de sa personne. Pour se faire, J. Littell utilise une grille de lecture proposée par Klaus Theweleit dans "Männerphantasien " ("Fantasmes mâles"). Ce dernier, à travers un corpus de textes, et avec le regard de la psychanalyse, a établi une forme de "théorie" du fasciste . J. Littell s'inscrit donc dans la continuité de cette étude, et procède à une re-lecture des champs lexicaux utilisés par Degrelle. Il s'agit d'un essai particulièrement ardu à lire, non seulement par sa thématique mais aussi par la densité de l'information contenue. C'est un exercice for difficile que d'obliger son esprit à un continuel va-et-vient entre le texte, les notes (qui font parfois 2 pages) et les citations extraites de "La campagne de Russie". de plus, j'ai été gênée par ce calque d'une grille de lecture : à force de chercher des similitudes, on finit toujours par trouver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
M_a_r_c
  03 novembre 2017
Jonathan Littell, l'auteur des Bienveillantes, tente, avec le Sec Et L'Humide, de dresser le profil psychanalytique du fasciste.
A cette fin, il prend comme points de départ les travaux du sociologue allemand Klaus Theweleit et La Campagne de Russie, écrite par Léon Degrelle. S'inspirant des premiers et citant à foison le second, il entend démontrer que l'aversion du fasciste pour tout ce qui est humide, grouillant, mou, poisseux (par opposition à ce qui est sec, droit, dur et lisse) le détermine fondamentalement dans ce qu'il est et dans ce qu'il fait.
Ce que j'écris vous semble dénué de signification, de bon sens et surtout de tout intérêt ? Ne vous inquiétez pas, c'est exactement ce que je me suis dit du salmigondi infâme brassé par Jonathan Littell dans son essai. Un essai nébuleux, prétendant démontrer quelque chose de complètement halluciné et qui s'apparente plus à une vaste fumisterie qu'à autre chose…
Le livre pose dès lors une question et offre néanmoins un intérêt. La question est la suivante. Est-il possible que ce soit le même auteur qui ait écrit d'une par cette oeuvre magistrale que sont Les Bienveillantes et d'autre part cette sombre farce qu'est le Sec Et L'Humide ? Elle mérite sérieusement d'être posée. Quant à l'intérêt de cet essai, tout relatif et très indirect, il est peut-être de donner envie d'en savoir plus sur Léon Degrelle, le père du rexisme. A part cela…

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bdelhausse
  26 mars 2017
Éclaire un personnage glauque et mythomaniaque, acteur-clé du fascisme à la mode belge. Léon Degrelle apparaît pour ce qu'il est, mégalomane, menteur, puéril, revanchard.
En un court opus, Littell croque magnifiquement cet odjeux personnage, qui, exilé chez Franco, avait trouvé le moyen de faire disperser ses cendres à Berchtesgaden. Et en pleurait de joie anticipée en l'évoquant.
Littell fait le tour de cet opportuniste, qui proclamait qu'Hitler lui aurait avoué l'avoir voulu pour fils. Degrelle était un tribun de grand talent. Littell n'évacue pas cette dimension, mais il apporte (via la dialectique de Theweleit) un éclairage origjnal.
Commenter  J’apprécie          00
Bunee
  17 août 2008
Ce petit essai, très bien documenté ne serait-ce que du point de vue crédit photographique, applique l'analyse développée par Theweleit dans "Manner phantasien" aux écrits de Léon degrelle, fasciste belge très connu, ayant écrit "la campagne de Russie".
(...)
http://lelabo.blogspot.com/2008/08/jonathan-littell-le-sec-et-lhumide.html
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BJFenimoreBJFenimore   07 juillet 2017
Dans le cas qui nous occupe, celui de Degrelle tel qu'il peut se lire à travers La campagne de Russie, la maintenance du Moi passe par une série rigoureuse, presque mécanique, d'oppositions, dont le second terme représente la menace qui guette le Moi-carapace, et le premier les qualités qui permettront au fasciste de le renforcer et donc d'échapper à la dissolution psychique, péril autrement grave que la défaite militaire. Le texte de Degrelle tout entier se structure - et donc structure pour lui le réel - grâce à ces oppositions. La principale nous le verrons, est celle du sec et de l'humide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jonathan Littell (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Littell
30 avril 2013
«En fait, j'aurais tout aussi bien pu ne pas écrire. Après tout, ce n'est pas une obligation. Depuis la guerre, je suis resté un homme discret ; grâce à Dieu, je n'ai jamais eu besoin, comme certains de mes anciens collègues, d'écrire mes Mémoires à fin de justification, car je n'ai rien à justifier, ni dans un but lucratif, car je gagne assez bien ma vie comme ça. Je ne regrette rien : j'ai fait mon travail, voilà tout ; quant à mes histoires de famille, que je raconterai peut-être aussi, elles ne concernent que moi ; et pour le reste, vers la fin, j'ai sans doute forcé la limite, mais là je n'étais plus tout à fait moi-même, je vacillais, le monde entier basculait, je ne fus pas le seul à perdre la tête, reconnaissez-le. Malgré mes travers, et ils ont été nombreux, je suis resté de ceux qui pensent que les seules choses indispensables à la vie humaine sont l'air, le manger, le boire et l'excrétion, et la recherche de la vérité. le reste est facultatif.» Avec cette somme qui s'inscrit aussi bien sous l'égide d'Eschyle que dans la lignée de Vie et destin de Vassili Grossman ou des Damnés de Visconti, Jonathan Littell nous fait revivre les horreurs de la Seconde Guerre mondiale du côté des bourreaux, tout en nous montrant un homme comme rarement on l'avait fait : l'épopée d'un être emporté dans la traversée de lui-même et de l'Histoire.
+ Lire la suite
>Idéologies politiques>Collectivisme>Fascisme, National-socialisme (21)
autres livres classés : fascismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura