AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781090623041
Val Sombre (10/10/2012)
4.01/5   35 notes
Résumé :
Les traditions ont la vie dure, c’est ce que semble vouloir nous dire Frederic Livyns dans son livre « Le souffle des ténèbres ».
Un roman fascinant par la multiplicité des légendes dont l’auteur nous fait part.
Les superstitions bretonnes, les fables et autres croyances millénaires qui se transmettent de générations en générations se cachent au détour de ces landes où l’atmosphère glauque des lointaines origines celtiques et écossaises nous engluent e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 35 notes
5
9 avis
4
13 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Je remercie Evidence Editions pour l'envoi, en service presse, du roman : le souffle des ténèbres de Frédéric Livyns.

Bryan et Suzy se rendent en Bretagne afin de se ressourcer, suite à un évènement traumatisant vécu quelques mois auparavant.

À proximité d'un étrange village que Bryan ne connaît qu'à travers les récits de son grand-père, ils découvrent les ruines d'un vieux château qu'aucune carte ne mentionne, mais que tous les villageois paraissent craindre.

Il s'agit d'un château qui aurait appartenu à Marie de Rais, la fille du célèbre Gilles de Rais.

Bryan et Suzy décident d'ignorer les avertissements et, animés par la curiosité, entreprennent de s'y rendre.

Ils vont bien malgré eux réveiller la force maléfique qui y sommeillait..

Le souffle des ténèbres est censé être un thriller horrifique mais je l'ai trouvé un peu léger dans le genre. Nous avons plutôt ici un huis clos oscillant entre légendes bretonnes et roman fantastique contemporain.

C'est réussi mais l'auteur ne va pas assez loin à mon goût, je m'attendais à plus d'horreur, plus de suspens, plus de thriller.. Je suis restée sur ma faim, c'est dommage. La fin notamment aurait pu être plus forte, avec des scènes encore plus percutantes.

J'ai apprécié que ce roman se déroule en Bretagne, et toute l'ambiance parfois flippante crée grâce aux légendes bretonnes.

C'est une très bonne idée de mettre à l'honneur Gilles de Rais et sa fille Marie. Je connais bien ce personnage horrifique, j'ai visité le château de Tiffauges il y a quelques années avec mon fils, nous avions appris de nombreuses choses sur ce personnage. Tout ce qui l'entoure est très intrigant et forcément, j'ai aimé découvrir toutes les légendes le concernant.

On retrouve un autre personnage célèbre en Bretagne, j'avais deviné immédiatement qui il était.

Toute cette ambiance particulière, très mystérieuse, m'a beaucoup plu.

Bryan et Suzy sont venus dans ce petit village isolé de Bretagne car il a toujours entendu parler de celui-ci, dont son grand-père était originaire. Malheureusement pour lui, personne ne lui avait dit la vérité.. Et ignorer le passé, les légendes bretonnes, vont attirer de sacrés ennuis à notre couple d'amoureux. Ils venaient pourtant là pour se remettre d'un évènement traumatisant, ils vont avoir du mal à passer à autre chose..

Les personnages sont intéressants, même si certains auraient pu être un peu plus fouillés.

L'ensemble m'a intéressé et j'ai pris plaisir à le lire d'une traite cet après midi. En plus, à un moment, il s'est mis à faire un sale temps dehors ce qui est parfait quand on lit un roman censé faire flipper ;)

Même si mon avis est un peu mitigé, je ne regrette pas ma lecture.

Ma note : 3.5 étoiles.

Commenter  J’apprécie          220

Je remercie infiniment Jennifer et les éditions Evidence pour l'envoi !

Les légendes, malgré leurs caractères merveilleux, sont fondées sur des faits historiques modifiés par l'imagination populaire. Leur représentation, au fil du temps, conserve une part de mystère qui peut entraîner de la crainte, dans la mémoire collective. Cela a créé les superstitions.

Dans un sens, peut-être que toutes ces superstitions ont réveillé de vieilles légendes…

L'auteur nous immerge dans un cadre purement rustique et archaïque. Dans ce village où les touristes se font extrêmement rares, on dirait que le temps s'est arrêté. Pourtant, les murs épais et humides des vieilles demeures et du château ont vu passer de nombreuses générations et les histoires se sont perpétuées au fil des époques.

Grâce à la plume incisive et visuelle – sans pour autant s'attarder sur des détails inutiles -, le lecteur arrive à s'immerger dans cette atmosphère particulière. le rythme rapide, lors de certains passages, ne m'a pas tellement dérangé !

Nous arrivons parfaitement bien à imaginer l'ambiance frissonnante et pesante qui règne dans ces lieux. Progressivement, nous enfonçons dans ce village, qui va vite devenir de plus en plus sombre. Nous suivons en même temps les personnages, les meurtres qui s'enchaînent et l'enquête qui se met peu à peu en place. Parallèlement, petit à petit, nous en savons un peu plus sur les protagonistes.

L'histoire est bien ficelée, à tel point que le retournement final m'a agréablement surpris ; à aucun moment, je n'aurais soupçonné ce revirement de situation !

La corrélation entre les faits historiques, notamment avec l'insertion de personnages historiques, et les légendes est parfaitement menée et cela arrive à tenir en haleine le lecteur.

Pour tout vous avouer, j'ai trouvé que ce livre possède une ambiance à la Sleepy Hollow, ce qui est vraiment sympathique. de plus, la Bretagne est le lieu idéal pour le déroulement d'une telle histoire !

Il faut notifier le fait que je ne suis pas habituée aux récits d'horreur, alors, le côté un peu léger de l'épouvante ne m'a pas dérangé.

Je suppose qu'il s'agit d'une bonne histoire pour toutes les personnes qui souhaitent débuter dans ce genre littéraire. Néanmoins, j'imagine bien que pour les amateur.ice.s, l'effroi n'est peut-être pas à son apogée !

In fine, j'ai bien aimé ce roman horrifique et je pense sincèrement qu'il est adéquat pour une lecture du mois d'octobre et, surtout, pour la période d'Halloween. En effet, avec les feuilles brunâtres qui se détachent des arbres pour aller se déposer doucement sur la terre, le froid qui s'engouffre dans les maisons et l'humidité que l'on peut ressentir ; toutes les conditions sont réunies pour lire ce genre d'histoire. Cette ambiance automnale vous permettra, lorsqu'il pleut, de vous installer confortablement, bien chaud, sous votre plaid en sirotant une boisson chaude, afin de vous immerger au plein coeur dans cet univers.

Je n'en dis pas plus et je vous laisse découvrir, à votre tour, ce one-shot. C'est maintenant à vous de percer à jour le fameux mystère, qui traîne de génération en génération, dans ce village maudit. Cependant, n'oubliez jamais qu'il y a toujours une part de vérité dans les croyances populaires…


Lien : https://filledepapiersblog.w..
Commenter  J’apprécie          160

Je remercie Jennifer ainsi que la maison d'éditions Evidence pour cette lecture, dans le cadre de notre partenariat.

Bryan a vécu un drame qui l'a profondément bouleversé, tout comme Suzy. Ils ont besoin de se ressourcer, de repartir de l'avant sans pour autan faire table rase du passé. Les ancêtres de Bryan vivaient en Bretagne et son grand-père n'a eu de cesse de lui raconter des contes et légendes lorsqu'il était tout petit. Ceux sont ces histoires qui donnent envie à Bryan d'y retourner pour se rapprocher de sa famille. Il n'a jamais vu ses arrières-grands parents en photo et cela le travaille malgré tout. Eux qui on vécu dans cette région si prompte à vous embarquer dans son histoire. Arrivés à Munoz, petit village de caractère dans le Finistère Bryan et Suzy n'ont pas le même avis sur ces lieux. Si Bryan est heureux d'y être afin de découvrir les endroits que son grand-père a pu lui raconter, Suzy a une sensation étrange. Il faut bien avouer que le village dans lequel ils sont n'est pas des plus accueillants.

Petit village où les légendes ont la vie dure, les touristes sont les bienvenus s'ils ne vont pas auprès du château noir qui n'est sur aucune carte d'ailleurs. Ces pierres sombres qui ont un passé où la noirceur de la nuit n'est pas assez foncée. Une légende à propos de ce lieu que les habitants ne veulent plus entendre de peur de réveiller le malin, le mal. Des choses ont déjà été vécu il y a des années, des décennies, des siècles, alors se taire est la solution. Se croire plus malin que ce que les gens croient ne fera que passer de l'autre côté. Mourir deviendra dans ce cas la solution la plus appropriée. Bryan et Suzy sont embarqués dans une histoire qui va les dépasser. Une petite visite en plein coeur du château noir, une chute, un peu de sang et leur vie va prendre un tournant inattendu. Les diverses rencontres avec l'aubergiste Maz, le médecin et surtout le Père Samuel vont les amener à croire en autre chose que le rationnel. J'allais oublier Matthéo qui a lui-même vécu un grave traumatisme dans ce village et revenir pour un crime ne lui plaît pas du tout, mais il n'a pas le choix : il est flic.

Père Samuel, nous débutons avec lui, avec un cauchemar qui semble récurent. Gardien des archives depuis la mort de son père, il vit dans ce village depuis longtemps, avec des souvenirs plus ou moins bons. Son passé le hante, mais d'où viennent tous ces idées noires qui se propagent lorsqu'il dort ? Un passé qui touche tout le monde, pour de nombreuses raisons que l'auteur nous dévoile essentiellement vers la fin. C'est un homme de foi vivant dans une église qui fait aussi peur que de parler du château. Lui est tout aussi impressionnant et il vaut mieux rester dans ses petits papiers. le couple Bryan et Suzy va devenir la proie de quelque chose de plus gros, plus gros qu'une nuée de gens qui vivent dans ce village et qui ont peur de leurs légendes. Les contes ont tous une part de vérité et c'est de cette part que les peurs les plus profondes s'épanouissent. Cette recherche de sa famille les entraîne sur un chemin où il vaut mieux ne pas ouvrir la porte, ne pas sortir en pleine nuit et surtout courir, vite, très vite pour tenter d'échapper à une perte non négligeable.

Je crois bien que c'est le premier livre de Fred qui ne m'a pas fait sauter de joie ni frissonner comme les autres. Et pourtant j'en ai lu un certain nombre de ses histoires. Je la classerais dans le côté gentillet, par rapport à toutes celles qui sont déjà passées entre mes mains. L'écriture est toujours aussi fluide, pas de doute là-dessus. Mon vrai bémol est le fait que je n'ai pas eu peur un seul instant. Les légendes bretonnes sont comme qui dirait dans ma chair. Ma grand-mère vivait là-bas, j'ai passé plus de 15 ans dans le Morbihan avec toutes sortes de légendes et de contes qui m'ont bercé. Nous parlons de l'Ankou, du Mal en puissance, de ce que des hommes et des femmes croient plus que leur propre vie. Ce coté du village, les regards étranges lorsque des étrangers arrivent sont totalement vrais ! Même entre villages il peut y avoir des tensions de ce type, parce que ce sont des étrangers qui mettent à mal des croyances si profondément ancrées dans leur vie, leur passé et leur avenir.

Tout ce qui arrive est forcément de la faute de ce château caché ! Les pierres noires ont gardé un passé peu reluisant, bien plus que le château de Tiffauges qui a pourtant vu des horreurs sans nom. le sang a assez coulé et pourtant il y a quelque chose qui vient, quelque chose qui a terriblement faim et qui compte obtenir ce pour quoi il a été appelé. le danger n'est pas forcément ce qui se cache, mais dans les croyances de chacun qu'elles soient perdue sou non. le folklore est bien amené, trop léger à mon gout, il faut dire aussi que le livre est court. Je n'aurai pas dis non à plus de descriptions tout au long, surtout sur la fin qui se termine vite. La scène finale est vraiment trop rapide pour moi. Je reste sur ma faim. de nombreux points sont évoqués, comme la fameuse pierre philosophale et tout ce qui va avec : le pouvoir, la puissance absolue, la vie éternelle, mais à quelle condition ?

En conclusion, un récit sur une légende de Bretagne (oui, il y en a beaucoup) dont le côté horrifique est très léger pour des habitués comme moi qui aiment les sensations fortes. Pour ceux qui débutent, il sera parfait pour se mettre en appétit avant de lire d'autres t http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-souffle-des-tenebres-frederic-livyns-a209503392

Commenter  J’apprécie          40

Pour découvrir la plume et l'univers de Frédéric Livyns, j'ai décidé de commencer par le Souffle des ténèbres. J'avais envie d'un court roman et l'idée de suivre un couple de personnages dans notre Bretagne mystérieuse et pleine de légendes me tentait énormément.

Ce titre n'est pas exempt de défauts mais je ressors de ma lecture avec une impression positive et suis globalement satisfaite de celle-ci. Quasiment quinze jours après avoir tourné la dernière page, je garde encore quelques scènes en tête ; voilà la preuve que le Souffle des ténèbres ne m'a pas laissée indifférente !

Pour tout vous avouer, alors que je dois rédiger cette chronique, je ne me souviens absolument pas du patronyme des personnages principaux (encore moins des secondaires) mais à vrai dire, les figures peuplant ce titre ne sont pas la chose à retenir, à mon goût (après un coup d'oeil à la quatrième de couverture, je redécouvre qu'ils s'appellent Bryan et Suzy). Bien que j'aie pris plaisir à suivre leur découverte de ce petit village breton et des ruines du célèbre château local, ce ne sont pas des personnages auxquels on s'attache vraiment. On les suit comme on suit les personnages d'un film, derrière une caméra, derrière un écran. Une certaine distance est instaurée dès le début mais c'est grâce à eux que l'on découvre tout le reste… et tout le reste, dans ce cas, c'est l'histoire qui entoure les ruines du Château Noir et surtout, l'ambiance bien particulière qui règne dans le village.

Parce que oui, ce qu'il faut retenir du Souffle des ténèbres et ce que je retiens aujourd'hui, c'est bien l'ambiance très lourde et angoissante qui entoure le petit village de Munoz. Dès son arrivée à l'auberge, le couple ressent une certaine hostilité des villageois. Ceux-ci, pas forcément très ouverts aux étrangers et au progrès en général, gardent quelques secrets et ont une peur bleue des ruines du château. Mais évidemment, personne ne veut en parler. Et évidemment, Bryan et Suzy (enfin, surtout Bryan), poussés par la curiosité, n'en font qu'à leur tête.

J'ai vraiment énormément apprécié cette atmosphère saturée de non-dits, de méfiance et de mystères, portés par la légende du château qui aurait appartenu à la fille de Gilles de Rais (vous savez, le premier tueur en série pédophile généralement lié à un commerce avec Satan et plus souvent connu sous le pseudonyme « Barbe Bleue »…). Des évènements étranges se passent dans le coin, le couple commence à vivre quelques expériences assez angoissantes et on se demande bien ce qui se passe et quel est le lien avec ces fameuses ruines noires… Ne pas savoir, être dans le doute, angoisser sur ce qui attend les personnages principaux à la page suivante… ça me plaît. Un peu trouillarde, je marche très bien et ces ambiances bien pesantes fonctionnent parfaitement sur moi. Et même si ça me donne des cauchemars, j'aime bien être emportée ainsi.

Malheureusement, et c'est là l'un des défauts du Souffle des ténèbres, les doutes sur l'aspect fantastique de l'histoire sont vite levés et l'explication surnaturelle est (trop) vite apportée. le roman est très (trop) court et implique donc des raccourcis, ce que je trouve vraiment dommage. le texte aurait vraiment gagné en qualité avec une cinquantaine voire une centaine de pages de plus. Faire monter la tension et la maintenir beaucoup plus longtemps (un peu comme dans La Vallée des disparus de Bente Porr, qui m'a beaucoup marquée grâce à son atmosphère pesante, similaire à celle du livre de Frédéric Livyns, mais maintenue sur la quasi-totalité du texte) et développer un peu plus le dénouement qui m'a semblé assez expéditif. Encore une fois, cette fin n'est pas du tout ce que je retiendrai de ma lecture mais autant la faire durer un peu.

Et si j'insiste sur l'ambiance et si c'est ce qui m'a le plus marquée, c'est grâce aux scènes mises en place par Frédéric Livyns. Les descriptions m'ont convaincue plus d'une fois et m'ont donné des frissons dans le dos plus d'une fois également ! Je salue le style de l'auteur qui m'a totalement embarquée dans ce petit village de Bretagne et je ne regarderai plus jamais mon reflet dans le miroir de la même façon… Quant aux petites filles, après The Grudge et The Ring, je ne les aimais déjà plus, mais là… Bref. Des scènes bien flippantes ajoutées à une atmosphère déjà bien lourde, c'est bon, je marche et je signe.

Je noterai juste quelques répétitions de termes dans certaines phrases, qui m'ont un peu fait buter, mais rien de grave, c'est juste un petit détail pour chercher la petite bête.

Pour que ce livre frise la perfection, il ne manque que quelques dizaines de pages supplémentaires. Celles-ci permettraient de maintenir plus longtemps le doute et la tension et pourraient offrir un dénouement un peu plus développé. Si vous voulez plonger dans l'ambiance pesante et angoissante d'un petit village breton paumé au milieu de nulle part, tentez la lecture du Souffle des ténèbres, vous devriez y trouver votre compte !


Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
Commenter  J’apprécie          70

Je tiens également à remercier Frédéric Livyns et les éditions Lune Ecarlate pour la découverte et l'envoi de ce recueil qui répond à toutes ses promesses.

Franchement, j'ai passé un excellent moment avec le souffle des Ténèbres : l'histoire est sans aucun doute moins gore et sanglante que la précédente (Danse de sang) mais elle est tout autant effrayante. Je suis vraiment heureuse d'avoir eu la bonne idée de la lire en plein milieu de l'après-midi !

J'ai beaucoup apprécié le rapport avec les légendes dans ce livre et notamment les références à Marie de Rais. Gilles de Rais ayant fasciné deux de mes copines pendant un bon bout de temps au lycée, j'ai été assez amusée par le fait de découvrir la fille de "Barbe bleue" (d'ailleurs, j'ai été étonnée que ce surnom n'a pas été évoqué...). La légende est sombre, ténébreuse et assez religieuse : totalement le genre dont il est facile à croire... et qui peut être à l'origine de quelques bons frissons !

Le personnage de Suzy m'a également plu : c'est totalement le genre de jeune femme dans laquelle il est facile de se reconnaitre. Elle est douce, plutôt rationnelle et se révèle de plus en plus forte au fil des pages ! Son histoire personnelle m'a beaucoup touchée bien que bizarrement, bien qu'elle a vécu les mêmes évènements que son compagnon - Bryan - je ne ressens pas autant de sollicitude pour lui.

Bon, il faut dire aussi que Bryan n'est certainement pas aussi sympathique que sa femme vu ses actes dans cette histoire mais aussi vu le passé de ses aïeuls. Mais bon, il n'a pas l'air d'un mauvais bougre pour autant !

Maz l'aubergiste, Samuel le pasteur et Matthéo le flic m'ont également bien plu : ils jugent moins facilement que les autres villageois et sont davantage prompte à agir ce que j'ai trouvé très agréable.

Encore une fois, je suis tombée sous le charme de l'écriture de Frédéric Livyns. Je trouve que ce recueil est vraiment une bonne idée tant les deux histoires choisies sont assorties bien qu'elles restent très différentes. J'ai trouvé intéressant la vision horrifique plus cérébrale de cette histoire qui nous mettent face à des peurs différentes de celles de Danse de terreur.

Bref, je vous le conseille !


Lien : http://lunazione.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation

Cet accident faisait partie de ceux qui survenaient parfois. Ce que les jeunes appelaient de la malchance et que les anciens, silencieusement, considéraient comme autre chose, une chose qu'ils ne nommaient pas, qu'ils ne nommaient plus, un souvenir honteux que l'amnésie volontaire reléguerait avec le temps au rang de légende, de conte.

Commenter  J’apprécie          90

Le pasteur Samuel se réveilla en hurlant.

Encore ce rêve ! pensa-t-il.

Chaque nuit, son cauchemar se faisait plus précis, plus menaçant. Il se redressa sur son séant et épongea la sueur qui ruisselait sur son front avec la manche de son pyjama. Son souffle commençait seulement à redevenir régulier. L’effet de la peur s’estompait.

— Papa ? Ça va ?

La voix de sa fille provenant de l’autre côté de la porte de la chambre acheva de le ramener à la réalité.

— Ça va, ma chérie. Ne t’inquiète pas, dit-il d’un ton qu’il aurait voulu plus assuré.

— Tu es sûr ?

— Oui. Va te recoucher. Je vais bien.

Il entendit les pas de sa fille s’éloigner, suivis bientôt par le bruit d’une porte qui se referme. Il s’allongea à nouveau et baissa les paupières. Il avait l’intime conviction que quelque chose allait se passer, quelque chose de terrible.

Commenter  J’apprécie          10

Dans ce lieu ayant bercé son enfance sans jamais en avoir vu ne serait-ce qu’une image. En contemplant la beauté des environs, le charme des maisons en schiste, les forêts et les landes dans lesquelles il avait vécu tant d’aventures imaginaires, il se demandait ce qui avait pu pousser ses arrière-grands-parents à quitter un tel paradis. Jamais personne n’avait répondu à cette question. Quand il interrogeait son grand-père, celui-ci se renfrognait inévitablement et déclarait mystérieusement que ces choses étaient sans intérêt. Ce comportement avait toujours attisé la curiosité de Bryan. 

Si ces choses étaient sans intérêt, pourquoi n’en parlait-on pas ?  

Pourquoi les taisait-on comme s’il s’agissait d’un honteux secret ? 

De plus, le procédé n’étant pas à la portée de toutes les familles à l’époque, jamais il n’avait trouvé une quelconque photographie de ses aïeux et était donc incapable de dire à quoi ils avaient pu ressembler.

Commenter  J’apprécie          00

Je n’arrive pas à faire taire cette vilaine voix dans mon esprit. Elle me berce, m’enivre autant qu’elle m’effrayeMalgré moi, j’avance. Je traverse le vieux pont-levis branlant qui enjambe les douves depuis longtemps asséchées. Un liquide poisseux et rouge sang provenant des mâchicoulis tombe sur le sol. J’en détourne le regard et, contre mon gré, reprends ma progression. Je franchis les ruines éparses de la courtine et m’arrête au centre de la cour. Les meurtrières sont autant d’yeux malveillants me fixant. Ils me scrutent, moqueurs. 

« Approche ! » reprend la voix. Le ton devient plus autoritaire, presque impatient. Mes pas me guident jusqu’à la Tour. Des escaliers y montent et d’autres en descendent. Je sais qu’il est en bas. Dans les ténèbres.

Commenter  J’apprécie          00

Bien que je n’aperçoive personne aux alentours, cette certitude me tenaille. Quelqu’un – quelque chose ? – me surveille, m’observe. Je lève les yeux et contemple le chemin de ronde à moitié effondré. Il n’y a nul mouvement.

Le silence m’englobe. Imposant. Étouffant. Malgré la forêt proche, aucun son ne me parvient. Les animaux attendent sans bruit que quelque chose se passe. À moins qu’ils n’aient tous fui. Conscients de ce qui se tapit dans l’ombre du château, ils ont déserté le sécurisant feuillage des arbres.

Je le sens. Lourd et noir. Composé des milliers de péchés enchevêtrés qui lui ont donné substance. Il sait que je suis là. Je suis son témoin. L’observateur de son nouvel avènement.

Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : légendesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2503 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre